Retour

Blogue

Éviter la violence et le vandalisme en cas de conflit de travail

Par: Yannick Drapeau
mars 18, 2014

Lorsqu’un conflit de travail éclate, les travailleurs utilisent une tactique extrêmement efficace : ils perturbent les activités de l’entreprise pour faire pression sur la direction et les propriétaires afin que ceux-ci règlent le conflit pour ne pas perdre de revenus ni risquer de ternir la réputation de l’entreprise. Mais parfois, ces travailleurs ne se contentent pas de faire des débrayages et du boycottage.

Des grévistes, par exemple, peuvent menacer et même blesser des clients et des fournisseurs d’une entreprise ainsi que des dirigeants, des gestionnaires, des superviseurs et des employés qui ne sont pas en grève. Ils peuvent saboter ou vandaliser les biens de l’entreprise : locaux, machinerie, stocks, matières premières, fabrication en cours ou produits finis.

Voici des suggestions pour aider les entreprises de toutes tailles et de tous secteurs d’activité à se prémunir contre les menaces possibles à l’encontre des personnes et des biens lorsqu’un conflit de travail éclate:

Planification de la gestion de crise – Le plus important est d’avoir un plan écrit détaillant les mesures de sécurité d’urgence si les activités de l’entreprise sont perturbées, voire avant même que cela se produise. Le plan devrait prévoir des mesures pour assurer la continuité des opérations, l’accès aux locaux des employés non syndiqués, la poursuite de la distribution des produits en toute sécurité et la préservation de l’accès aux installations pour les fournisseurs, les services de messagerie et les clients. Toutes les parties prenantes doivent avoir un exemplaire du plan et connaître le rôle qu’elles ont à jouer.

Directives et procédures en prévision d’un conflit de travail – Cet aspect couvre tout ce qui touche la répartition des responsabilités, l’accès aux installations pour la direction et les non-grévistes ainsi que les protocoles sur la façon de gérer certaines situations, y compris le recours à un échelon supérieur. Il convient aussi de prévoir l’identification des personnes et des situations susceptibles d’attirer des ennuis.

Intervention rapide – Même s’il est possible d’appeler la police si on est témoin de violence ou de vandalisme, les ressources d’une société de sécurité privée peuvent réagir plus rapidement et être présentes pour prévenir toute situation à risque. Il est important que cette société puisse compter sur des spécialistes de la sécurité extrêmement bien formés qui savent gérer les conflits de travail.

(Lorsqu’on parle de spécialistes de la sécurité embauchés par les patrons, certains peuvent penser à des fiers-à-bras en uniforme comme on en voyait dans les films américains il y a plusieurs dizaines d’années et auxquels certaines entreprises font encore appel aujourd’hui. Cependant, ces entreprises le font à leurs risques et périls, car en ayant recours à des personnes sans formation, la situation peut dégénérer, entraîner des blessures (ou pire), constituer un véritable cauchemar sur le plan des relations publiques et se traduire par des mois sinon des années de litiges en matière civile et réglementaire.)

Les conflits de travail peuvent aussi résulter d’une protestation des travailleurs ou des syndicats à la suite d’une réduction de l’effectif ou de la fermeture d’établissements. Dans ce genre de situation, la direction peut suivre quelques étapes pour atténuer les problèmes possibles :

  • Évaluation préalable et planification – Comme la planification préalable à une grève, cette étape devrait prévoir les mesures de sécurité requises jusqu’à l’annonce, le lieu et l’heure où l’annonce sera faite, la façon dont elle sera faite (à tout le personnel ou par petits groupes), les mesures pour assurer la sécurité informatique ainsi que la sécurité du réseau et des données, et la marche à suivre si la situation dégénère. Il est essentiel de remettre d’avance un plan par écrit à toutes les parties prenantes.

  • Sensibilisation à la non-violence en milieu de travail – La direction et les non-grévistes doivent savoir quoi faire si des employés envisagent de perturber les activités de l’entreprise. Avec une formation préalable, le personnel de votre entreprise pourra gérer plus facilement toutes les réactions possibles.

  • Sécurité des installations – Une sécurité privée accrue avant l’annonce d’une réduction de l’effectif ou d’une fermeture peut aider à gérer la question de la sécurité des installations avant, pendant et après l’annonce ainsi que pendant le processus. Nos gardes de sécurité sont très bien formés et peuvent superviser l’enlèvement des biens de l’entreprise et le départ du personnel tout en offrant des escortes de sécurité, si nécessaire. Ils peuvent aussi protéger les véhicules et les autres biens des dirigeants de l’entreprise et des non-grévistes, assurant ainsi leur sécurité à l’entrée et à la sortie des locaux.

*       *      *

Les conflits de travail présentent de nombreux défis et des risques pour une entreprise. L’équipe de professionnels de la sécurité de GardaWorld, spécialisée dans ce domaine, perfectionne constamment ses stratégies afin de réduire au minimum le risque lié à la sécurité des personnes ainsi qu’à la détérioration des installations et du matériel par la violence et le vandalisme. Enfin, comme ces mesures permettent de régler le conflit de façon pacifique et d’éviter qu’on en parle dans les médias, elles aident aussi à réduire le plus possible les dommages causés à la réputation et à l’image de marque de l’entreprise.

Pour en savoir plus sur la façon dont GardaWorld services de protection peut vous aider, consultez le site http://www.garda.com/protective-services/fr/solutions-fr/conflits-de-travail/.