Retour

Rapports de pays

Albanie Rapport de pays

Survol

INTRODUCTION

Le visiteur étranger préparera avec soin son déplacement dans ce petit pays (3 millions d'habitants) d’Europe orientale à la sécurité parfois sujette à caution, où sévit notamment une forte criminalité.

CRIMINALITÉ

Si le taux de criminalité a légèrement décru ces dernières années, il se situe néanmoins à un niveau plus élevé que celui de la plupart des Etats d'Europe de l'Est. La criminalité à main armée est préoccupante. En mai 2015, des affrontements armés à Tirana avaient fait trois morts. L'Albanie figure parmi les plus pauvres pays d’Europe (revenus annuels per capita : seulement 4 000 euros), ce qui explique en partie l’activité criminelle. Les visiteurs sont invités à éviter de porter des vêtements ou des bijoux de valeur, à conserver sur eux des copies des papiers d’identité importants et à faire attention aux pickpockets.

Le crime violent est préoccupant, particulièrement en-dehors de Tirana, avec des cas fréquents d'agressions, de vols à main armée et de carjacking. Le risque est plus élevé dans le nord où la présence de l'Etat est moins forte et la circulation d'armes importante.

SÉCURITÉ

Nombreuses sont les chancelleries occidentales à déconseiller tout voyage non essentiel dans le nord-est, près de la frontière avec le Kosovo, ainsi que dans le district de Tropojë, dans la ville de Bajram Curri où l’état de droit est notoirement carenciel, ou encore à Lazarat, touchée par l’activité des trafiquants de drogues.

Les voyageurs doivent également être conscients du risque terroriste prévalent en Albanie, où une cellule djihadiste a été démantelée en mars 2015. Les voyageurs doivent rester vigilants et rapporter tout comportement ou objet suspect aux autorités. De plus, les attaques à la bombe perpétrées par des groupes criminels organisés ne sont pas rares. Une attaque de la sorte s’est produite le 10 février 2015, quand deux bombes ont explosé dans la capitale Tirana, endommageant des bâtiments mais sans faire de blessés. En janvier 2015, trois voitures piégées avaient explosé à Durres, faisant écho à des attaques similaires ayant déjà touché la ville en 2014. Les hommes d’affaires et les personnalités gouvernementales sont souvent la cible de ces attaques, généralement mineures et peu meurtrières.

A l’instar des autres pays européens, de nombreux ressortissants albanais ont quitté leur pays pour se rendre en Syrie et en Irak, afin de combattre aux côtés de l’organisation djihadiste « Etat Islamique » (EI), renforçant les craintes de voir ces individus revenir en Albanie pour y perpétrer des attaques.

Dans un registre proche, les groupes extrémistes sont proches des mafias locales et souhaitent la création d'une "Grande Albanie" ; les violences ethniques restent importantes dans la région frontalière du Kosovo. Le gouvernement a accentué les tensions avec les pays voisins en déclarant que l’unification de l’Albanie et du Kosovo (constitué d’une majorité albanaise) était « inévitable », que les deux pays rejoignent l’Union européenne ou pas.

RISQUES NATURELS

Les risques naturels sont également à considérer ; tout le pays est exposé aux tremblements de terre et les inondations y sont fréquentes.

SANTÉ

Sur le plan sanitaire et médical, les conditions imposent ici encore de prendre un certain nombre de précautions, les hôpitaux gouvernementaux étant mal équipés, insalubres, manquant de médicaments et d’équipements de base. Une pénurie justifiant pour le voyageur d'apporter avec lui le nécessaire médical.

Les maladies diarrhéiques (tourista) sont fréquentes et les voyageurs doivent faire attention à ne consommer que de la nourriture chaude et cuite dans des restaurants de bon standing et à ne pas boire l’eau du robinet, sauf purifiée. Evitez les produits laitiers (fromage, glaces). Le pays connaît des cas d'encéphalite à tiques (zones boisées), de leishmaniose (entre mai et octobre en zones rurales) et de brucellose (à Kamenice, Floq, Maliq, Pirg et Bilisht). Des épidémies d'hépatite A se produisent régulièrement.

La pollution atmosphérique est importante (Tirana est l'une des villes les plus polluées d’Europe) et peut entraîner des difficultés respiratoires pour les personnes vulnérables.

DIVERS

Le voyageur décidé à se rendre en Albanie notera enfin que les installations touristiques ne sont pas très développées, que de nombreux produits et services sont inexistants dans ce pays, que les déplacements par la route sont dangereux et difficiles (axes secondaires en piètre état) et que les coupures de courant électrique sont fréquentes et à l’occasion de longue durée.

L’Albanie a gagné le statut de candidat officiel en 2014, se plaçant sur le chemin d’une éventuelle adhésion européenne, retardée depuis plusieurs années par la réticence de l’Union européenne du fait de la lenteur des réformes en Albanie. 

Climat

Le climat est méditerranéen : l'hiver est doux et humide, l'été est chaud et sec. Le centre et l'ouest connaissent des températures élevées (40°C) l'été à cause des vents chauds venant de la mer. L'est et le nord (zones montagneuses) sont plus frais en été et les températures y sont basses l'hiver.

Numéros utiles

Indicatif téléphonique: 355 Police-secours: 129 Pompiers: 128 Urgences médicales: 127

Electricité

Voltage: 220 V ~ 50 Hz

Prises: