Retour

Rapports de pays

Argentine Rapport de pays

Content provided by
IHS Markit Logo

Risk Level

Low
Moderate
Elevated
High
Very High
Severe
Extreme

Survol

Sommaire exécutif

L'Argentine est en défaut technique, car elle a manqué un paiement d'intérêts de 500 millions de dollars US dû le 22 mai, à l'expiration d'un délai de grâce de 30 jours. Toutefois, le gouvernement continue de négocier avec les détenteurs d'obligations, qui ont présenté des contre-propositions. L'offre initiale du gouvernement consistait en un moratoire de trois ans sur le service de la dette, une remise de 62 % sur les paiements d'intérêts et une remise de 5,4 % sur le capital, mais tant les autorités que les créanciers de l'Argentine se sont montrés disposés à faire des compromis. Le pays a une dette souveraine de 100 milliards de dollars envers le FMI et les créanciers privés. Le président Alberto Fernández de la coalition péroniste Frente de Todos, qui a pris ses fonctions en décembre 2019, donne la priorité au bien-être des plus vulnérables de la population et traite l'épidémie du virus COVID-19 plutôt que le paiement de la dette. Il est peu probable qu'il mette en œuvre les mesures d'austérité demandées par les créanciers internationaux.L'économie est en récession et va se détériorer davantage en raison de l'impact économique de la pandémie. IHS Markit a revu à la baisse les prévisions de croissance du PIB argentin pour 2020, passant de -2,7 % en février à -12,4 % en juin. La baisse de la demande et des prix des matières premières affectera les secteurs exportateurs. La faiblesse des prix du pétrole entravera les efforts du gouvernement pour attirer les investissements étrangers dans la zone pétrolière et gazière non conventionnelle de Vaca Muerta, dans la province de Neuquén, que le gouvernement considère comme cruciale pour la reprise de la croissance économique. M. Fernández a renforcé le contrôle des capitaux, en limitant l'accès aux dollars américains et en taxant l'épargne en dollars américains. Il a également augmenté les taxes à l'exportation pour le secteur de l'agroalimentaire, mais les a réduites pour l'énergie et les mines. Le gouvernement a temporairement interdit les licenciements dans le cadre de la crise COVID-19. L'ancienne présidente Cristina Fernández de Kirchner occupe le poste de vice-présidente, ce qui augmente la probabilité de politiques interventionnistes de l'État.Les syndicats et autres organisations sociales proches du kirchnerisme ont donné un certain répit au président, mais les risques de protestations et de grèves risquent d'augmenter une fois la pandémie maîtrisée, les syndicats exigeant des augmentations de salaire et la protection de l'emploi.
Last update: juillet 3, 2020

Perspectives opérationnelles

Le président péroniste Alberto Fernández a maintenu le contrôle des prix et des devises, les taxes à l'exportation et le gel des tarifs des services publics. Ceux-ci ont été rétablis par l'ancien président Mauricio Macri en 2019, dans un contexte de crise économique, alors qu'ils avaient été supprimés en 2016. Le pays est sur le point de faire à nouveau défaut de paiement, car l'épidémie de coronavirus de 2019 (COVID-19) retardera les renégociations de la dette avec les créanciers privés et le Fonds monétaire international (FMI). L'économie est en récession, avec un déficit croissant et sans accès aux marchés des capitaux. Les niveaux élevés de corruption et la détérioration de l'environnement des affaires sont des facteurs qui découragent les investissements.

Last update: juin 17, 2020

Terrorisme

Elevated

Le principal risque vient de petits groupes anarchistes, qui utilisent occasionnellement des engins explosifs improvisés de fabrication artisanale contre les banques, les ambassades et les postes de police. Toutefois, le risque de dommages matériels à grande échelle est faible. En 1992 et 1994, deux attaques terroristes majeures prétendument planifiées par le Hezbollah contre l'ambassade israélienne et un centre juif à Buenos Aires ont tué plus de 100 personnes, mais aucune attaque similaire n'a eu lieu depuis. Malgré quelques attaques anarchistes contre des postes de police à l'approche du G20 à Buenos Aires fin 2018, aucun acte terroriste n'a été enregistré pendant l'événement.

Last update: juin 17, 2020

Criminalité

Malgré la perception de l'insécurité croissante par le public, les niveaux de criminalité en Argentine restent faibles par rapport aux normes régionales. Les taux d'homicides ont montré une tendance à la baisse, et se sont établis à 5,3 pour 100 000 habitants en 2018, contre 7,6 en 2014. On observe une augmentation modérée des vols et des cambriolages, notamment dans la province de Buenos Aires. Le risque d'enlèvement contre rançon à court terme dans la périphérie de la ville de Buenos Aires est en baisse. Les médias font parfois état de l'implication de certaines forces de police régionales dans le trafic de drogue, les enlèvements, les vols et la torture. Le trafic de drogue s'est développé en raison du rôle de l'Argentine en tant que pays de consommation et de transit.

Last update: juin 17, 2020

Risques de guerre

Bien que la reconquête de la souveraineté du Royaume-Uni sur les îles Malouines soit une priorité de longue date de la politique étrangère, les capacités militaires et les considérations politiques très réduites de l'Argentine rendent très improbable une nouvelle tentative de prise des îles par la force. Les navires étrangers opérant dans la zone contestée courent un faible risque de saisie, mais une confrontation militaire est hautement improbable, étant donné la supériorité militaire marquée du Royaume-Uni et le budget militaire réduit de l'Argentine. Consciente de ce fait, l'Argentine a réitéré qu'elle continuerait à faire valoir ses droits par la voie diplomatique. Toutefois, sous l'actuel gouvernement péroniste, la question risque de redevenir une source d'âpre confrontation diplomatique, en particulier aux Nations unies.

Last update: juin 17, 2020

Stabilité sociale

High

Les protestations motivées par des raisons politiques et économiques devraient s'apaiser jusqu'à la mi-2020 en raison d'une trêve entre le nouveau président Alberto Fernández et les syndicats, qui sont traditionnellement proches du péronisme au pouvoir. Toutefois, les mesures mises en œuvre pour atténuer l'impact économique de l'épidémie du virus COVID-19 augmentent la probabilité que des mesures d'austérité soient introduites à un stade ultérieur, ce qui augmenterait le risque de grèves et de protestations des groupes de la société civile. Les préoccupations environnementales liées à l'énergie, à l'exploitation minière ainsi qu'à l'inflation élevée sont probablement des facteurs de protestation. Les grèves du puissant syndicat des camionneurs présentent de sérieux risques de perturbation du fret terrestre à l'échelle nationale et dans les principaux ports du pays pendant 24 à 48 heures d'affilée.

Last update: juin 17, 2020

Risques pour la santé

Very high

Vaccins exigés à l'entrée

Aucune vaccination n'est exigée à l'entrée du pays.

Vaccins recommandés pour tout voyageur

Vaccins de routine : vérifiez auprès de votre médecin que vos vaccins de routine - à savoir les vaccins contre la diphtérie, le tétanos, la polio, la tuberculose, la grippe, la rougeole, les oreillons, la coqueluche, la rubéole et la varicelle - sont à jour.   

Vaccins recommandés pour la plupart des voyageurs

Hépatite A : le vaccin est administré en deux doses, à six mois d'intervalle. Il est efficace à presque 100 pourcent. L'OMS préconise d'intégrer le vaccin contre l'hépatite A dans le calendrier national de vaccinations pour les enfants âgés d'un an ou plus.

Typhoïde : le vaccin contre la typhoïde peut être administré par injection (en une seule dose)ou par voie orale (quatre doses). Le vaccin est efficace à 50-80 pourcent ; aussi, il convient de prendre toutes les précautions hygiéniques nécessaires lors d'un déplacement dans une zone à risque (cf. ne boire que de l'eau en bouteille, éviter les aliments insuffisamment cuits, se laver les mains régulièrement, etc.). Le vaccin injectable peut être administré dès l'âge de deux ans (six ans pour le vaccin oral).

Vaccins recommandés pour certains voyageurs

Hépatite B : l'OMS préconise que tous les nourrissons reçoivent la première dose dès que possible après la naissance (de préférence dans les 24 heures suivant l'accouchement). Cette première dose devra être complétée par deux ou trois autres du même type afin de terminer la série primaire. Les doses de rappel ne sont pas recommandées à tout âge.

Rage : la vaccination préexposition est conseillée pour les voyageurs se rendant dans des zones reculées et susceptibles d'être exposées à la rage (cf. régions ou environnements où la présence d'animaux errants - chiens, chats -, de chauves-souris et autres mammifères susceptibles d'être porteurs est avérée). Le vaccin est administré en trois doses sur une période de trois ou quatre semaines. La prophylaxie post-exposition est également disponible et doit être administrée dès que la personne a été exposée à un animal susceptible d'être porteur de la rage.

Fièvre jaune : un certificat de vaccination contre la fièvre jaune est généralement recommandé pour les déplacements vers les régions suivantes : les provinces de Corrientes et Misiones (nord-est). Celui-ci doit être administré au moins dix jours avant l'arrivée dans une zone d'endémie afin d'être pleinement efficace.

Last update: avril 5, 2019

Risques naturels

Very high

Les régions côtières de l'Argentine, y compris Buenos Aires et les zones de faible altitude dans la province de Santa Fe, sont exposées à un fort risque d'inondations ; 80 personnes avaient péri en avril 2013 dans la province et à Buenos Aires.

La cordillère des Andes étant une zone sismique, l'Argentine est également exposée à des séismes réguliers, en particulier dans le nord et l'ouest. Cependant, les dégâts matériels majeurs et les décès sont rares.

Des éruptions volcaniques peuvent affecter le trafic aérien.

Last update: avril 5, 2019

Transport

Elevated

Le réseau ferroviaire est limité et ce, dans l'ensemble du pays. Les longs trajets s'effectuent généralement par avion ou en bus.

Buenos Aires est à la fois desservie par des trains de banlieue et par le métro. Le métro ne dessert toutefois qu'une partie relativement modeste de la capitale et le réseau de bus assure le transport dans l'autre partie. Les transports en communs sont sûrs mais les voyageurs doivent se méfier des pickpockets. Uber a été interdit dans la capitale et ses alentours même si l'application est toujours active (les chauffeurs risquent jusqu'à dix ans de prison). 

Les tentatives d'arnaques de taxis sont relativement communes près de l'aéroport. Ici le système de taxis privés « remises » reste le type de transport le plus sûr. Ces taxis facturent généralement au kilomètre. Depuis l'aéroport, les taxis « remises » imposent toutefois souvent un montant fixe devant être payé au kiosque de la société situé sur place. Les radio-taxis sont également sûrs, nombreux et peu chers, et peuvent être hélés dans les stations comme dans la rue. À Buenos Aires, ils sont de couleurs  jaune et noire et à l'extérieur de la ville, blanche et bleue.

Les contrôles de police sont réguliers sur les routes hors la capitale. Lorsque vous conduisez, il est indispensable d'avoir en votre possession une pièce d'identité (passeport), votre permis de conduire, les documents d'immatriculation et l'assurance du véhicule. Un taux élevé d'accidents routiers mortels  (7896 décès sur la route en 2013) est déploré. L'état et l'entretien des routes sont très variables.

Les mauvaises conditions météorologiques (à savoir la neige et le vent) provoquent régulièrement la fermeture de certaines frontières terrestres avec le Chili, dont la majorité est située sur la Cordillère des Andes.  Les temps d'attente sont souvent longs aux frontières - notamment au point de passage Los Libertadores -, les Argentins allant faire leurs courses au Chili, où les produits sont moins chers. Les lois d'importation sont strictes en Argentine et les voitures sont sujettes à des fouilles. Le temps d'attente est particulièrement important pendant les weekends, notamment avant la période de Noël.

Last update: avril 5, 2019

Infrastructures

Les coupures de courant sont fréquentes à Buenos Aires en raison d'un approvisionnement précaire en énergie, particulièrement l'été (Octobre-Mars). Les coupures donnent régulièrement lieu à des manifestations ainsi qu'à des perturbations de la circulation en raison du dysfonctionnement des feux.

Last update: avril 5, 2019

Informations pratiques

Climat

Le climat est subtropical (chaud et humide) dans le nord-est ; la saison des pluies dure de novembre à mars avec des orages violents mais de courte durée. De mai à septembre, les températures sont agréables en journée et les nuits sont parfois fraîches. Dans la région de Buenos Aires, le climat est humide toute l'année. L'été est chaud et humide, l'hiver doux mais humide. Le printemps est agréable.

Dans le nord-ouest, la saison des pluies commence en octobre et se termine en mars. La chaleur y est forte en journée et les nuits sont fraîches. Le reste de l'année, les températures sont douces et il ne pleut quasiment jamais.

En Patagonie, les pluies sont rares toute l'année. L'hiver est sec, ensoleillé et très venteux, l'été est doux. En Terre de feu (sud), l'hiver est froid et l'été frais.

Numéros utiles

Indicatif téléphonique: 54
Police (Buenos Aires): 911
Pompiers: 100
Ambulances: 107

Electricité

Voltage: 220 V ~ 50 Hz

Prises:

Last update: avril 5, 2019