Retour

Rapports de pays

Bangladesh Rapport de pays

Content provided by
IHS Markit Logo

Risk Level

Low
Moderate
Elevated
High
Very High
Severe
Extreme

Survol

Sommaire exécutif

Après avoir atteint un taux de croissance historiquement élevé de 7,9 % au cours de l'exercice 2017-2018 (terminé en juin 2018), l'économie du Bangladesh ralentira au cours des trois prochaines années. Toutefois, l'économie continuera de croître solidement à un taux projeté de 7,1 % pour l'exercice 2018-2019 et de 6,3 % pour l'exercice 2019-2020, grâce à une forte consommation privée soutenue par une forte croissance des envois de fonds, des efforts soutenus d'investissement public et une hausse des exportations manufacturières. L'inflation au Bangladesh demeure plus élevée que dans les autres pays de la région et devrait s'accélérer régulièrement jusqu'à la fin de 2019. Néanmoins, l'accélération devrait rester modeste compte tenu des perspectives modérées des prix du pétrole et du ralentissement de l'inflation des prix alimentaires.La croissance économique devrait être facilitée par un environnement politique intérieur largement stable. La Ligue Awami (AL) au pouvoir a conservé le pouvoir pour un troisième mandat consécutif sans précédent en décembre 2018. Malgré le rejet par l'opposition du résultat des élections, il est peu probable que les contestations judiciaires ou les protestations de l'opposition puissent forcer une réélection ou accroître les risques d'instabilité du gouvernement de manière plus générale étant donné la faiblesse de l'opposition. Le gouvernement dirigé par l'AL continuera probablement d'encourager l'investissement étranger, avec une préférence croissante pour la participation chinoise dans les secteurs de l'infrastructure, de l'électricité et de la fabrication. La stabilité de la politique intérieure rend également improbables les manifestations antigouvernementales à grande échelle. Toutefois, l'État islamique a manifesté son intention de relancer les opérations au Bangladesh, le groupe revendiquant une série d'attentats à l'engin explosif improvisé (IED) à Dhaka en 2019, après une réduction des opérations depuis 2017. Cela dit, les réseaux islamistes locaux n'ont pas les compétences techniques et les ressources humaines nécessaires pour mener des opérations à plus fort impact, telles que des attentats-suicide à la bombe, des attentats à l'explosif artisanal et des attaques armées, même si les militants aspirent probablement à le faire. Au lieu de cela, il y a un risque croissant d'attaques brutales par engins explosifs improvisés contre des églises, des mosquées chiites, des expatriés, des bureaux d'organisations non gouvernementales, des hôtels et des restaurants, principalement à Dhaka.
Last update: septembre 13, 2019

Perspectives opérationnelles

Les demandes d'augmentation des salaires risquent de provoquer des troubles industriels dans le secteur vital de la confection au Bangladesh au cours de l'année prochaine. Les grèves sont probables à Ashulia, Gazipur et Savar et peuvent durer jusqu'à plusieurs jours, les travailleurs bloquant souvent les routes principales reliant Dhaka au reste du pays. L'indication de préoccupations systématiques au sujet des conditions de travail dans les projets d'infrastructure chinois augmenterait le risque d'agitation industrielle entraînant des dommages matériels sur les chantiers de construction chinois. Sous le gouvernement actuel, la corruption semble avoir augmenté - les entreprises locales associées au parti au pouvoir seront probablement en mesure d'influencer la politique gouvernementale à leur avantage.

Last update: juillet 25, 2019

Terrorisme

Elevated

Les militants inspirés par l'État islamique sont devenus la principale menace islamiste au Bangladesh, les attaques visant ensuite les étrangers et les minorités religieuses. La propagande d'État islamique diffusée en mai 2019 indique que le Bangladesh reste une cible pour ce groupe, malgré la perturbation des cellules existantes depuis 2017. Les attaques de militants nationaux qui se sont alignés ou cherchent à s'aligner sur l'État islamique cibleraient probablement les minorités religieuses, les laïques, les forces de sécurité et les étrangers, en particulier à Dhaka. Bien que les militants aspirent probablement à perpétrer des attentats de masse et des attentats-suicides à la bombe, les attentats réussis resteront probablement limités à l'utilisation d'engins explosifs improvisés grossiers et de cocktails Molotov.

Last update: juillet 27, 2019

Criminalité

Les cambriolages, les vols qualifiés, les vols et les racket sont courants au Bangladesh, tandis que la police est dysfonctionnelle et accusée de brutalité et de violations des droits de l'homme. Cependant, les étrangers sont plus susceptibles d'être victimes de vols à la tire ou de crimes opportunistes plutôt que d'être la cible de groupes criminels organisés. Le taux de criminalité au Bangladesh est élevé, le nombre de meurtres signalés augmentant chaque année en 2018. D'autres crimes violents signalés, y compris l'enlèvement, le cambriolage et le vol, ont légèrement augmenté au cours de la même période.

Last update: août 10, 2019

Risques de guerre

Il est peu probable que le Bangladesh et ses deux voisins, l'Inde et le Myanmar, se livrent une véritable confrontation militaire. Le gouvernement de la Ligue Awami a toujours entretenu de bonnes relations avec l'Inde, dont le point culminant a été le règlement d'un différend frontalier de longue date entre les deux pays en août 2015. L'émergence de militants rohingyas opérant au Bangladesh et les opérations militaires du Myanmar contre ces groupes augmentent le risque d'escarmouches localisées ; cependant, il est peu probable qu'elles affectent des opérations commerciales. Le Bangladesh a également réglé en grande partie ses différends maritimes avec l'Inde et le Myanmar, réduisant ainsi le risque d'une éventuelle activité commerciale dans le golfe du Bengale.

Last update: juillet 27, 2019

Stabilité sociale

High

Bien que le résultat des élections de décembre 2018 ait été contesté par les partis d'opposition, le risque de protestations contre le déroulement des élections diminue en raison de la détérioration de l'influence politique de la principale opposition, le BNP. Bien que les manifestations du BNP risquent de se reproduire au cours de l'année à venir, elles resteront probablement localisées, impliquant moins de 100 personnes, et resteront généralement pacifiques. Les centres urbains comme Dhaka et Chittagong font partie des points chauds de la contestation de l'opposition. Cependant, d'autres griefs sociaux en suspens concernant la sécurité routière, l'amélioration des conditions de travail, les avantages sociaux et le bien-être des étudiants sont encore susceptibles de déclencher des périodes de troubles peu fréquents, quoique violents.

Last update: août 10, 2019

Risques pour la santé

Extreme

Vaccins exigés à l'entrée

Fièvre jaune : il n'y a pas de risque de contracter la fièvre jaune au Bangladesh. Cependant, un certificat de vaccination contre la fièvre jaune est exigé des voyageurs en provenance d'un pays où le risque de transmission de la maladie existe. Une seule dose du vaccin suffit pour conférer une protection à vie contre la maladie.

Vaccins recommandés pour tout voyageur

Vaccins de routine : vérifiez auprès de votre médecin que vos vaccins de routine - à savoir les vaccins contre la diphtérie, le tétanos, la polio, la tuberculose, la grippe, la rougeole, les oreillons, la coqueluche, la rubéole et la varicelle - sont à jour.   

Vaccins recommandés pour la plupart des voyageurs

Hépatite A : le vaccin est administré en deux doses, à six mois d'intervalle. Il est efficace à presque 100 pourcent. L'OMS préconise d'intégrer le vaccin contre l'hépatite A dans le calendrier national de vaccinations pour les enfants âgés d'un an ou plus.

Typhoïde : le vaccin contre la typhoïde peut être administré par injection (en une seule dose)ou par voie orale (quatre doses). Le vaccin est efficace à 50-80 pourcent ; aussi, il convient de prendre toutes les précautions hygiéniques nécessaires lors d'un déplacement dans une zone à risque (cf. ne boire que de l'eau en bouteille, éviter les aliments insuffisamment cuits, se laver les mains régulièrement, etc.). Le vaccin injectable peut être administré dès l'âge de deux ans (six ans pour le vaccin oral).

Vaccins recommandés pour certains voyageurs

Choléra : un nouveau vaccin (Vaxchora), récemment homologué, est aujourd'hui disponible pour les personnes se rendant dans des zones à risque. En effet, ce vaccin oral permet de prévenir la diarrhée, symptôme majeur engendré par la bactérie du choléra. Le Vaxchora n'étant pas pleinement efficace, il convient de prendre des mesures de précaution hygiéniques (cf. ne boire que de l'eau en bouteille, éviter toute viande crue ou insuffisamment cuite, se laver les mains régulièrement, etc.).

Hépatite B : l'OMS préconise que tous les nourrissons reçoivent la première dose dès que possible après la naissance (de préférence dans les 24 heures suivant l'accouchement). Cette première dose devra être complétée par deux ou trois autres du même type afin de terminer la série primaire. Les doses de rappel ne sont pas recommandées à tout âge.

Encéphalite japonaise : l'encéphalite japonaise présente un risque essentiellement en zones rurales. Afin de déterminer si un vaccin contre l'encéphalite japonaise est nécessaire, consultez votre médecin au moins six mois avant votre départ. Le vaccin est administré en deux doses à quatre semaines d'intervalle. La dernière injection doit être effectuée au moins dix jours avant le départ vers une zone d'endémie.

Paludisme : il n'existe actuellement aucun vaccin homologué contre le paludisme. Cependant, certains traitements antipaludiques sont disponibles par ordonnance et peuvent réduire le risque d'infection jusqu'à 90 pourcent. Le type de traitement prescrit varie en fonction du niveau de risque et de la virulence des souches virales du pays ou de la région visité(e).  La prise d'antipaludiques doit être effectuée durant l'intégralité du voyage ; elle peut être poursuivie quatre semaines après avoir quitté la zone à risque.

Rage : la vaccination préexposition est conseillée pour les voyageurs se rendant dans des zones reculées et susceptibles d'être exposées à la rage (cf. régions ou environnements où la présence d'animaux errants - chiens, chats -, de chauves-souris et autres mammifères susceptibles d'être porteurs est avérée). Le vaccin est administré en trois doses sur une période de trois ou quatre semaines. La prophylaxie post-exposition est également disponible et doit être administrée dès que la personne a été exposée à un animal susceptible d'être porteur de la rage.

Last update: avril 5, 2019

Risques naturels

Extreme

Le pays n'est pas épargné par les catastrophes naturelles. Chaque année, un tiers du territoire est touché par les inondations. En juillet 2017 et en l'espace de trois jours, des pluies torrentielles ont touché 900 000 personnes dans le nord-est du Bangladesh, obligeant les habitants à fuir leur maison. Les précipitations causent des glissements de terrain, souvent mortels ; en juin 2017, 140 personnes ont péri dans des coulées de boue dans le sud du pays.

Les cyclones et tempêtes tropicales frappent fréquemment le littoral bangladais, à l'image du cyclone Sdir qui a fait 1500 victimes en 2007. Plus récemment, le cyclone Mora a fait sept victimes après être arrivé sur la côte entre Chittagong et Cox's Bazar.

Les orages sont très dangereux au Bangladesh ; 22 personnes ont été foudroyées en l'espace de deux jours seulement en juin 2017.

Last update: avril 5, 2019

Transport

Elevated

Enfin, le visiteur étranger notera que dans ce pays en développement d'Asie du sud, les infrastructures, notamment routières, sont en mauvais état et que le fonctionnement des transports en commun est lui aussi sujet à caution ; il s'agira en conséquence d'éviter de recourir à ces derniers, tout particulièrement dans leur déclinaison fluviale, où les naufrages de ferrys sont réguliers et les bilans humains souvent élevés.

Last update: avril 5, 2019

Infrastructures

Les longues coupures de courant subies durant l'été - période de grande chaleur dans le sous-continent indien - donnent lieu à des manifestations d'humeur de la population.

Last update: avril 5, 2019

Informations pratiques

Climat

Le climat est subtropical et tropical, avec une saison sèche et fraîche (21°C minimum) de novembre à février et une saison des pluies d'avril à octobre. La mousson parcourt le Bangladesh de juin à septembre, provoquant de nombreuses inondations. Il existe un risque cyclonique de mai à juin et en octobre-novembre. De mars à mai, on rencontre de très fortes chaleurs (35°C) et une humidité très élevée, accompagnées d'orages nombreux et violents.

Numéros utiles

Indicatif téléphonique: 880
Police: 999

Electricité

Voltage: 220 V ~ 50 Hz

Prises:

Last update: avril 5, 2019