Retour

Rapports de pays

Bénin Rapport de pays

Content provided by
IHS Markit Logo

Risk Level

Low
Moderate
Elevated
High
Very High
Severe
Extreme

Survol

Sommaire exécutif

Le président Talon a exclu l'opposition des élections, ce qui a déclenché des protestations à la suite des scrutins législatifs d'avril 2019. L'opposition manque d'une figure de proue claire depuis le retrait de Boni Yayi du FCBE en avril 2020. Des manifestations politiques majeures sont donc peu probables dans la perspective d'un an, malgré l'opposition populaire aux programmes de privatisation.Le parti du président Talon a remporté une victoire écrasante aux élections municipales de mai 2020, ce qui réduit considérablement la capacité de l'opposition à se présenter aux élections présidentielles de 2021, car un candidat doit avoir le soutien d'au moins 16 maires ou députés. M. Talon a donc de plus en plus de chances d'être réélu et ne fera probablement pas de concessions à l'opposition pendant le reste de son mandat, ce qui indique une plus grande continuité politique pour tous les secteurs, en particulier l'industrie du coton et les projets d'infrastructure. L'Assemblée nationale pro-Talon a voté en novembre 2019 pour modifier la constitution et créer le poste de vice-président, améliorant ainsi les perspectives de continuité politique en cas de défaillance de Talon. Les risques de terrorisme sont élevés dans le nord du Bénin, car la violence djihadiste se répand dans le Burkina Faso voisin. Des insurgés, très probablement affiliés à l'État islamique du Grand Sahara (ISGS), opèrent dans les parcs nationaux de la Pendjari et du W. Les touristes et les travailleurs humanitaires dans cette région sont confrontés à un risque élevé d'enlèvement, comme l'indique l'enlèvement de deux touristes français en mai 2019, qui ont ensuite été secourus au Burkina Faso. Les risques de piraterie sont élevés dans les eaux béninoises.Il existe d'importants risques externes pour les perspectives 2020, tels qu'une croissance plus faible des prix des matières premières et d'éventuels autres obstacles à l'activité d'exportation, notamment la fermeture en cours des frontières terrestres du Nigeria. Le ralentissement supplémentaire de la croissance économique au Nigeria et la faiblesse des finances découlant des coûts engagés pour empêcher la propagation du virus COVID-19 créent d'autres risques.
Last update: juin 17, 2020

Perspectives opérationnelles

L'infrastructure du Bénin est centrée sur la capitale économique, Cotonou, où se trouvent le port maritime et l'aéroport international, bien que le programme "Révélation Bénin" du président Talon vise à l'étendre. Le trafic de conteneurs devrait atteindre un million d'EVP d'ici 2030. Le processus de privatisation de M. Talon gagne du terrain, mais il doit faire face à de fortes protestations de l'opposition, en particulier de la part des travailleurs du port de Cotonou, ce qui augmente les risques de perturbation des mouvements de marchandises. La fermeture de la frontière nigériane en octobre 2019 pose des obstacles au trafic au point de passage de Seme-Krake. A partir du 27 mars 2020, ce point de passage a été fermé dans le cadre des mesures de restriction COVID-19 qui, depuis avril, impliquent également l'interdiction stricte de tout passage de la frontière nigériane à partir de la région du Plateau.

Last update: juin 17, 2020

Terrorisme

Elevated

Les risques de terrorisme sont élevés dans le nord du Bénin suite à l'enlèvement en mai 2019 de deux touristes français dans le parc national de la Pendjari et à l'assassinat de leur guide local. Ils ont ensuite été secourus au Burkina Faso par les forces spéciales françaises. L'augmentation des attentats dans le sud-est du Burkina Faso indique que des djihadistes, très probablement affiliés à l'État islamique du Grand Sahara (ISGS), opèrent en Pendjari et dans le Parc national du W. Le soutien du Bénin aux efforts de lutte contre l'insurrection au Mali et au Nigeria augmente également les risques de terrorisme, bien que la pénétration des djihadistes plus au sud sera plus difficile en raison du manque de réseaux. Les risques de piraterie sont élevés dans les eaux béninoises, les attaques étant signalées en moyenne chaque mois.

Last update: juin 17, 2020

Criminalité

Il existe des risques de criminalité violente et de débordement de la criminalité organisée en provenance du Nigeria, en particulier à Seme-Kraké. Les groupes d'autodéfense peuvent faire respecter l'ordre dans certains quartiers urbains sans se référer à la loi, et la criminalité de rue, qui comprend le vol et le carjacking, est un risque, en particulier autour du marché Dantokpa surpeuplé dans la capitale commerciale, Cotonou. Des bandits armés d'armes légères opèrent occasionnellement sur les autoroutes, y compris la principale autoroute de Cotonou à Parakou.

Last update: novembre 19, 2019

Risques de guerre

Le risque de guerre interétatique est faible étant donné la préférence du Bénin pour les règlements négociés des différends frontaliers et sa coopération en matière de sécurité avec ses voisins. Des escarmouches transfrontalières sporadiques et localisées avec des communautés et des commerçants principalement nigérians ont lieu, mais il est peu probable qu'elles dégénèrent en affrontements militaires. Les ressources pétrolières et gazières le long de la frontière maritime n'augmentent pas les risques de guerre, car les pays ont convenu d'exploiter conjointement ces ressources. Malgré les protestations contre la privatisation et l'orientation politique du président Talon, une guerre civile totale est peu probable car les forces de sécurité repousseront fortement les grandes manifestations.

Last update: juin 17, 2020

Stabilité sociale

High

L'absence des principaux partis du dialogue national en octobre 2019 a illustré le manque de canaux institutionnels crédibles pour l'opposition politique. Cela a indiqué une probabilité plus élevée de manifestations violentes de rue autour des élections, comme on l'a vu en avril 2019, avec une répétition probable autour des élections municipales en mai 2020, si elles ont lieu malgré l'épidémie de COVID-19. Ces manifestations se propageraient très probablement à partir de la capitale économique, Cotonou, et dureraient au moins plusieurs jours. Les forces de sécurité utiliseraient des balles réelles à Cotonou, et dans les bastions de l'opposition comme Tchaourou, la ville natale de l'ancien président Boni Yayi. Les protestations contre la privatisation et les initiatives politiques du président Talon devraient reprendre avant les élections présidentielles de 2021.

Last update: juin 17, 2020

Risques pour la santé

Very high

Vaccins exigés à l'entrée

Fièvre jaune : Un certificat de vaccination contre la fièvre jaune est exigé des voyageurs en provenance d'un pays où le risque de transmission de la maladie existe. Une seule dose du vaccin suffit pour conférer une protection à vie contre la maladie.

Vaccins recommandés pour tout voyageur

Vaccins de routine : vérifiez auprès de votre médecin que vos vaccins de routine - à savoir les vaccins contre la diphtérie, le tétanos, la polio, la tuberculose, la grippe, la rougeole, les oreillons, la coqueluche, la rubéole et la varicelle - sont à jour.   

Fièvre jaune : un certificat de vaccination contre la fièvre jaune est recommandé pour tout voyageur.

Vaccins recommandés pour la plupart des voyageurs

Hépatite A : le vaccin est administré en deux doses, à six mois d'intervalle. Il est efficace à presque 100 pourcent. L'OMS préconise d'intégrer le vaccin contre l'hépatite A dans le calendrier national de vaccinations pour les enfants âgés d'un an ou plus.

Typhoïde : le vaccin contre la typhoïde peut être administré par injection (en une seule dose)ou par voie orale (quatre doses). Le vaccin est efficace à 50-80 pourcent ; aussi, il convient de prendre toutes les précautions hygiéniques nécessaires lors d'un déplacement dans une zone à risque (cf. ne boire que de l'eau en bouteille, éviter les aliments insuffisamment cuits, se laver les mains régulièrement, etc.). Le vaccin injectable peut être administré dès l'âge de deux ans (six ans pour le vaccin oral).

Paludisme : il n'existe actuellement aucun vaccin homologué contre le paludisme. Cependant, certains traitements antipaludiques sont disponibles par ordonnance et peuvent réduire le risque d'infection jusqu'à 90 pourcent. Le type de traitement prescrit varie en fonction du niveau de risque et de la virulence des souches virales du pays ou de la région visité(e).  La prise d'antipaludiques doit être effectuée durant l'intégralité du voyage ; elle peut être poursuivie quatre semaines après avoir quitté la zone à risque.

Vaccins recommandés pour certains voyageurs

Hépatite B : l'OMS préconise que tous les nourrissons reçoivent la première dose dès que possible après la naissance (de préférence dans les 24 heures suivant l'accouchement). Cette première dose devra être complétée par deux ou trois autres du même type afin de terminer la série primaire. Les doses de rappel ne sont pas recommandées à tout âge.

Méningite à méningocoque : ce vaccin est recommandé pour les déplacements vers la « ceinture de méningite » lors de la saison sèche (décembre à juin) Il existe plusieurs types de vaccins contre la méningite, dont certains requièrent des rappels périodiques. Aucun vaccin ne confère une immunité totale. Il est recommandé de consulter votre médecin au préalable afin de choisir le vaccin le plus approprié en fonction de vos antécédents médicaux et de votre projet de voyage.

Rage : la vaccination préexposition est conseillée pour les voyageurs se rendant dans des zones reculées et susceptibles d'être exposées à la rage (cf. régions ou environnements où la présence d'animaux errants - chiens, chats -, de chauves-souris et autres mammifères susceptibles d'être porteurs est avérée). Le vaccin est administré en trois doses sur une période de trois ou quatre semaines. La prophylaxie post-exposition est également disponible et doit être administrée dès que la personne a été exposée à un animal susceptible d'être porteur de la rage.

Last update: avril 5, 2019

Informations pratiques

Climat

Dans le sud, le climat est équatorial, avec une forte humidité. La saison sèche dure de novembre à mars et de mi-juillet à mi-septembre et la saison des pluies d'avril à mi-juillet puis de mi-septembre à octobre. Au nord, le climat est tropical. La saison sèche dure de novembre à mai et la saison des pluies de juin à septembre. Si la chaleur est supportable sur le littoral, au nord le thermomètre atteint souvent 40°C avec, heureusement, un air sec et des nuits plus fraîches. L'harmattan, vent brûlant et poussiéreux, souffle dans le désert pendant la saison sèche.

Numéros utiles

Indicatif téléphonique: 229
Hôpital (C.N.H.U): 21 30 01 55
Police d'Etat: 21 31 58 99
Sûreté urbaine de Cotonou: 21 31 20 11

Electricité

Voltage: 220 V ~ 50 Hz

Prises:

Last update: avril 5, 2019