Retour

Rapports de pays

Bhoutan Rapport de pays

Content provided by
IHS Markit Logo

Risk Level

Low
Moderate
Elevated
High
Very High
Severe
Extreme

Survol

Sommaire exécutif

Il est peu probable que le gouvernement de la DNT s'éloigne de l'accent mis par le Bhoutan sur la protection de la culture locale contre la mondialisation, qui a entraîné des réglementations protectionnistes. Le gouvernement va probablement rechercher de plus en plus d'investissements étrangers pour développer les infrastructures du pays, en particulier les routes, l'aviation civile et la connectivité numérique ; des sources d'énergie alternatives, presque certainement des énergies renouvelables, devraient également être développées. L'élargissement de l'offre de soins de santé sera probablement au cœur du programme politique du nouveau gouvernement. La croissance à court terme du Bhoutan devrait ralentir légèrement, en raison de l'affaiblissement de la demande intérieure en Inde - le principal partenaire économique du Bhoutan - et du ralentissement des investissements après la récente mise en service de la centrale hydroélectrique de Mangdechhu et la mise en service prévue de la centrale Punatsangchhu II en 2019 (après plusieurs retards). En revanche, l'augmentation de la production de ces deux centrales devrait soutenir la croissance.Le Bhoutan restera probablement étroitement allié et dépendant de l'Inde pour l'assistance diplomatique et militaire. La rivalité croissante entre l'Inde et la Chine entraînera le risque de confrontations frontalières, qui se sont récemment manifestées dans le territoire de Doklam en 2017 ; toutefois, un conflit armé est peu probable.
Last update: juin 17, 2020

Perspectives opérationnelles

Les investissements étrangers sont de plus en plus autorisés, notamment dans les secteurs du tourisme et de l'hydroélectricité, bien que les investisseurs doivent respecter strictement les réglementations du pays visant à préserver sa culture, son environnement et son architecture. L'infrastructure du Bhoutan est médiocre, étant restée relativement isolée du monde extérieur pendant la majeure partie du XXe siècle. Cependant, plus récemment, les communications, le réseau routier, l'accès aux vols et les compétences de la main-d'œuvre se sont considérablement améliorés. Bien que les niveaux de corruption soient les plus bas de la région, ils constituent une préoccupation croissante au niveau national et ont été un enjeu électoral majeur lors des dernières élections parlementaires de 2018.

Last update: août 8, 2020

Terrorisme

Moderate

Le terrorisme est une menace modérée. Le risque principal est posé par les insurgés maoïstes de souche népalaise liés à un mouvement similaire au Népal. À l'approche des premières élections générales au Bhoutan en 2008, ces groupes ont mené une série d'attentats de faible envergure à l'aide d'engins explosifs improvisés dans quatre endroits différents, faisant un blessé. Cependant, les maoïstes népalais ont depuis rejoint le courant politique dominant, et il est peu probable qu'ils cherchent à provoquer des troubles au Bhoutan. Les militants indiens basés au Bhoutan représentent une menace supplémentaire, car ils peuvent cibler les forces de sécurité et les biens de l'État en représailles à la coopération du gouvernement avec l'Inde. Toutefois, rien n'indique que ce soit le cas à ce jour.

Last update: août 8, 2020

Criminalité

Les crimes graves sont rares, bien que des délits mineurs se produisent. Les crimes graves peu fréquents, tels que les vols sur des sites sacrés et les homicides occasionnels, restent d'actualité nationale ; seuls sept meurtres ont été signalés en 2018. Les agressions (principalement liées à l'alcool), les vols et les cambriolages sont les crimes les plus fréquents. Il n'y a pas de tendance à cibler les étrangers, mais les statistiques de la police suggèrent que la criminalité globale a augmenté de 5,3 % en 2018, pour atteindre 4 310. Thimphu reste le principal point chaud de la criminalité, avec près de 2 400 incidents survenus dans la capitale en 2018. Chukha et Paro sont également des zones à risque relativement élevé.

Last update: août 8, 2020

Risques de guerre

Un conflit armé est généralement peu probable. Cependant, la rivalité croissante entre les grands voisins du Bhoutan, l'Inde et la Chine, entraîne un risque à long terme d'incidents largement non violents à la frontière chinoise. Les relations entre l'Inde et la Chine se sont nettement détériorées en mai 2020 après un affrontement frontalier au Ladhkh. Bien que l'Inde garantisse une protection militaire au Bhoutan, la Chine revendique 10 % de la masse terrestre du Bhoutan. En juin 2017, la Chine et l'Inde ont rapidement accru leur déploiement militaire dans le territoire de Doklam après que des soldats indiens aient arrêté un projet de construction de route dans le territoire contesté par la Chine et le Bhoutan. Toute violence se limitera probablement à des échauffourées entre les soldats chinois et indiens, mais les deux parties sont susceptibles de désamorcer les incidents frontaliers par la voie diplomatique.

Last update: août 8, 2020

Risques pour la santé

Very high

Vaccins exigés à l'entrée

Fièvre jaune : il n'y a pas de risque de contracter la fièvre jaune au Bhoutan. Cependant, un certificat de vaccination contre la fièvre jaune est exigé des voyageurs en provenance d'un pays où le risque de transmission de la maladie existe. Une seule dose du vaccin suffit pour conférer une protection à vie contre la maladie.

Vaccins recommandés pour tout voyageur

Vaccins de routine : vérifiez auprès de votre médecin que vos vaccins de routine - à savoir les vaccins contre la diphtérie, le tétanos, la polio, la tuberculose, la grippe, la rougeole, les oreillons, la coqueluche, la rubéole et la varicelle - sont à jour.   

Vaccins recommandés pour la plupart des voyageurs

Hépatite A : le vaccin est administré en deux doses, à six mois d'intervalle. Il est efficace à presque 100 pourcent. L'OMS préconise d'intégrer le vaccin contre l'hépatite A dans le calendrier national de vaccinations pour les enfants âgés d'un an ou plus.

Typhoïde : le vaccin contre la typhoïde peut être administré par injection (en une seule dose)ou par voie orale (quatre doses). Le vaccin est efficace à 50-80 pourcent ; aussi, il convient de prendre toutes les précautions hygiéniques nécessaires lors d'un déplacement dans une zone à risque (cf. ne boire que de l'eau en bouteille, éviter les aliments insuffisamment cuits, se laver les mains régulièrement, etc.). Le vaccin injectable peut être administré dès l'âge de deux ans (six ans pour le vaccin oral).

Vaccins recommandés pour certains voyageurs

Hépatite B : l'OMS préconise que tous les nourrissons reçoivent la première dose dès que possible après la naissance (de préférence dans les 24 heures suivant l'accouchement). Cette première dose devra être complétée par deux ou trois autres du même type afin de terminer la série primaire. Les doses de rappel ne sont pas recommandées à tout âge.

Encéphalite japonaise : l'encéphalite japonaise présente un risque essentiellement en zones rurales. Afin de déterminer si un vaccin contre l'encéphalite japonaise est nécessaire, consultez votre médecin au moins six mois avant votre départ. Le vaccin est administré en deux doses à quatre semaines d'intervalle. La dernière injection doit être effectuée au moins dix jours avant le départ vers une zone d'endémie.

Paludisme : il n'existe actuellement aucun vaccin homologué contre le paludisme. Cependant, certains traitements antipaludiques sont disponibles par ordonnance et peuvent réduire le risque d'infection jusqu'à 90 pourcent. Le type de traitement prescrit varie en fonction du niveau de risque et de la virulence des souches virales du pays ou de la région visité(e).  La prise d'antipaludiques doit être effectuée durant l'intégralité du voyage ; elle peut être poursuivie quatre semaines après avoir quitté la zone à risque.

Rage : la vaccination préexposition est conseillée pour les voyageurs se rendant dans des zones reculées et susceptibles d'être exposées à la rage (cf. régions ou environnements où la présence d'animaux errants - chiens, chats -, de chauves-souris et autres mammifères susceptibles d'être porteurs est avérée). Le vaccin est administré en trois doses sur une période de trois ou quatre semaines. La prophylaxie post-exposition est également disponible et doit être administrée dès que la personne a été exposée à un animal susceptible d'être porteur de la rage.

Last update: avril 5, 2019

Risques naturels

Very high

Le Bhoutan se trouve dans une zone d’activité sismique. En cas de secousse, si vous vous trouvez à l’intérieur, abritez-vous sous un meuble ; si vous êtes dehors ou en voiture, éloignez-vous des bâtiments et des installations électriques.

Last update: avril 5, 2019

Transport

Low

Mentionnons encore l’état très inégal des (quelques) axes routiers, l’absence de chemins de fer et de vols intérieurs et le fait que l’arrivée au Bhoutan s’effectue soit par la route (en passant par Phuentsholing, ville du sud-ouest frontalière de l'Inde), soit par avion (vol de la compagnie aérienne bhoutanaise Druk Air, depuis New Delhi, Katmandou, Kolkata, Dacca et Bangkok). La frontière avec la Chine n’est pas ouverte au public.

Last update: avril 5, 2019

Informations pratiques

Climat

Le Bhoutan est un pays montagneux et le climat varie considérablement en fonction de l'altitude. Le climat est subtropical dans la plaine des Duars, au sud, avec un niveau élevé d'humidité et des précipitations importantes. Les vallées du centre du pays sont plus sèches, avec des saisons marquées : les étés sont chauds et les hivers froids.

Numéros utiles

Indicatif téléphonique: 975
Police: 113
Ambulances: 112

Electricité

Voltage: 230 V ~ 50 Hz

Prises:

Last update: avril 5, 2019