Retour

Rapports de pays

Bolivie Rapport de pays

Survol

INTRODUCTION

Avant de se rendre dans ce grand pays sud-américain montagneux et peu peuplé qu'est la Bolivie (11 millions d'habitants), il est important de prendre en compte les quelques points suivants.

La Bolivie demeure un pays en développement relativement pauvre malgré plusieurs années d'une croissance économique robuste (PIB +5,5% en 2014 ; +4,8% en 2015 ; +3,7% en 2016).

RISQUE SOCIO-POLITIQUE

Les mouvements sociaux, grèves générales et protestations ne sont pas rares et peuvent être très impactant pour la vie courante, notamment à La Paz, Potosi, Cochabamba, Santa Cruz et Oruro. Les organisations civiques et les syndicaux érigent fréquemment des barrages routiers en signe de protestation. Ceux-ci se sont révélés être un outil de négociation particulièrement efficace car le terrain montagneux du pays limite le développement de routes reliant les grandes villes entre elles. Ces barrages routiers sont souvent source d'affrontements violents entre les manifestants et les forces de l'ordre.

A titre d'exemple, la société civile s'était mobilisée durant un mois mi-2015, paralysant la ville de Potosi (200 000 habitants), coupant cette dernière du reste du pays.

Comme dans beaucoup de pays, la fréquence et l'intensité de cet activisme social ont tendance à augmenter en période électorale. Les prochaines élections présidentielles et législatives sont programmées en 2019.

CRIMINALITÉ

On note une hausse des crimes violents (vols à main armée, car-jacking) dont sont victimes les visiteurs étrangers dans la capitale (économique) La Paz, ainsi que dans les lieux touristiques (cf. Los Yungas et la jungle au nord et à l'est de La Paz). À Santa Cruz, la criminalité est en hausse depuis cinq ans ; les agressions violentes n'y sont plus rares.

En diverses régions de ce pays andin, le risque « d'enlèvements express » (victimes détenues durant jusqu'à 48 heures - souvent par des chauffeurs de taxis - et emmenées aux distributeurs automatiques de billets afin de retirer autant d'argent que possible) est jugé élevé.

Une recrudescence de vols armés perpétrés dans des taxis est signalée à Santa Cruz et La Paz. Il est conseillé de prendre uniquement les taxis « radio », identifiables par le nom de la compagnie et le numéro de téléphone visibles sur le toit du véhicule ; ce type de taxi ne devrait a priori prendre qu'un passager (ou groupe de passager) à la fois. Si possible, commandez par avance un taxi par téléphone et notez le numéro de registration du taxi arrivant. Une liste de compagnies officielles opérant à La Paz est disponible ici (en espagnol).

La petite criminalité (pickpocketing, vols à l'arrache, vol de mobiles / bijoux, coupures des bretelles de sacs / poches) est fréquente et touche régulièrement les touristes, notamment aux aéroports internationaux de La Paz-El Alto (LPB) et de Santa Cruz-Viru Viru (VVI). Les voleurs opèrent souvent en groupe : un ou deux membres créent une distraction, les autres s'occupent de la victime.

Il est aussi important de noter qu'il existe des risques de fraude de cartes de débit et crédit et de « skimming » - informations de la carte copiées lors d'une transaction - notamment dans les restaurants. Ne jamais perdre votre carte de vue.  

TRANSPORTS

L'ancien axe routier reliant La Paz à Los Yungas est classé parmi les plus dangereux de la planète. Si la route est toujours ouverte au public, les voyageurs sont invités à privilégier la nouvelle pour les déplacements vers Coroico. Bien que la plupart des sociétés de transport de passagers empruntent le nouvel axe, il vaut mieux vérifier auprès du conducteur de bus quelle route celui-ci a l'intention d'emprunter.

On déplore en Bolivie un taux de mortalité élevé dû aux accidents de la route (19,2 morts par an par 100 000 habitants). Voyager durant la saison des pluies (octobre / novembre à mars / avril) dans des zones rurales pose problème, les routes en mauvais état devenant impraticables en raison des multiples glissements de terrain.

Dans les villes, ils recommandé de faire uniquement appel au service des taxis-radio marqués (logo et numéro de téléphone de la société apposés sur portières ou vitres) (voir la section CRIMINALITÉ). Les taxis et magasins étant réticents à rendre de faibles sommes de monnaie, il est conseillé d'avoir sur soi des petites coupures et de donner la somme exacte quand cela est possible.

RISQUES NATURELS

Les inondations sont fréquentes en Bolivie et ce, notamment durant la saison des pluies (octobre/novembre à mars) ; lors de cette dernière, les perturbations dans les transports, les dégâts matériels et les bilans humains sont parfois très marqués.

Des tremblements de terre peuvent survenir ; plusieurs séismes importants ont été enregistrés dans ce pays andin.

LÉGISLATION LOCALE

Certains médicaments sur ordonnance sont strictement contrôlés en Bolivie (voir la section SANTÉ).

Les ressortissants étrangers ont l'obligation de garder leur passeport (ou une copie) sur eux en permanence.

Les voyageurs doivent déclarer toute somme d'argent en espèces à leur arrivée et lors du départ. Les contrevenants s'exposent à une forte amende. Il est strictement interdit de quitter le pays avec des objets archéologiques sans autorisation officielle (même si ces objets sont achetés dans des boutiques) ; une peine de six ans ferme sanctionnera les contrevenants.

La vente et la consomption d'alcool est interdite lors des deux jours précédant un scrutin ; la circulation des véhicules non-gouvernementaux est parfois proscrite lors de ces occasions.

SANTÉ

Il est recommandé de souscrire une assurance couvrant les frais médicaux et le rapatriement sanitaire avant le début du séjour.

La ville de La Paz est située à 3600 m au-dessus du niveau de la mer, et l'aéroport d'El Alto à 4000 m. Par précaution, limitez les activités physiques, restez bien hydraté et évitez les boissons alcoolisées pendant quelques jours après votre arrivée.

L'eau du robinet n'est potable nulle part dans le pays. Les voyageurs se montreront prudents en se brossant les dents avec l'eau du robinet, en évitant de manger des légumes rincés avec l'eau courante et en refusant de consommer des glaçons. Afin de réduire le risque de maladie d'origine alimentaire ou hydrique, il est mieux d'éviter les plats crus ou insuffisamment cuits ; notamment les viandes et fruits de mer, ainsi que tout autre aliment ne pouvant pas être cuit, pelé ou désinfecté (ex. glace, fruits rouges etc.).

Certains médicaments sur ordonnance sont strictement contrôlés en Bolivie ; pour éviter une amende ou d'autres sanctions, voyagez avec une lettre de votre médecin traitant expliquant votre condition et les médicaments prescrits. Tout médicament doit être transporté dans son sa boite originale, clairement marquée.  

Plusieurs maladies transmises par les moustiques et les insectes sont présentes dans les régions de basse altitude. Le risque est particulièrement élevé lors de la saison des pluies et dans les semaines qui suivent (octobre / novembre à mars / avril).

Le paludisme peut être présent en-dessous de 2500 m d'altitude toute l'année, bien que le risque soit faible. La dengue est endémique, notamment dans l'Est. En 2016, près de 32 000 cas ont été répertoriés sur l'ensemble du territoire. Une forte recrudescence du chikungunya a été signalée mi-2016 ; plus de 20 700 cas ont été recensés en 2016 au niveau national. Le virus Zika est présent dans les départements de Santa Cruz, Beni et Pando. Même si le virus est relativement bénin, des liens entre le virus Zika et de graves maladies congénitales - ainsi qu'au syndrome de Guillain-Barré, un trouble neurologique potentiellement mortel - ont été établis. Le virus Zika est sexuellement transmissible. Quelques cas de fièvre jaune ont été signalés (soit deux ces dix dernières années).

La rage animale existe dans ce pays. La principale mesure de prévention contre la rage est d'éviter tout contact avec les animaux domestiques et sauvages (morsures, griffures, léchage). Si vous êtes griffé ou mordu, il est impératif de consulter un médecin dans les plus brefs délais.

Enfin, La Paz figure parmi les villes les plus polluées d'Amérique du sud, posant des risques de santé pour la population locale à long terme. Pour les visiteurs, la pollution peut causer des irritations des yeux, du nez et de la gorge, ainsi qu'aggraver des maladies cardiovasculaires et respiratoires chroniques telles que l'asthme. Les plus vulnérables, tels que les enfants, les personnes âgées et les femmes enceintes, doivent être particulièrement vigilants (ex. éviter les activités physiques intense et porter des masques de protection durant les pics de pollution).

Climat

Le climat est tropical. La saison sèche dure de mai à octobre, les températures sont souvent basses en juin et en juillet. La saison des pluies commence en novembre et se termine en mars. Elle est caractérisée par de fortes chaleurs, étouffantes à cause de l'humidité.

Numéros utiles

Indicatif téléphonique: 591 Police: 110 Pompiers: 119 Ambulances: 118

Electricité

Voltage: 220/230 V ~ 50 Hz

Prises: