Retour

Rapports de pays

Cambodge Rapport de pays

Survol

INTRODUCTION

Au cœur du continent asiatique, entre la Birmanie (à l’ouest) et le Vietnam (à l’est), le voyageur trouvera le royaume du Cambodge (un tiers du territoire français ; seize millions d’habitants), pays du sud-est asiatique stable politiquement (le 1er ministre Hun Sen est en poste depuis 32 ans...), pauvre économiquement (revenus annuels per capita : 720 euros) et appartenant toujours au monde en développement.

POLITIQUE

Dans la foulée d’un scrutin législatif disputé (28 juillet 2013) et décrié (dans le pays et en dehors) pour de probables irrégularités, le Parti du sauvetage national du Cambodge (CNRP) de Sam Rainsy, principal parti de l’opposition, avait contesté jusqu’en fin d’année 2014 ces résultats et revendiqué également la victoire ; une situation à l’origine d’une cohorte de manifestations partisanes de l’opposition dans les rues de Phnom Penh.

Le principal parti d'opposition a désigné début mars 2017 un nouveau représentant, Kem Sokha, lequel remplace Sam Rainsy, en exil et condamné à la prison s'il revient au Cambodge. Cette nomination pourrait permettre à l'opposition de sortir de la crise politique des derniers mois.

Début 2016, la mobilisation des salariés du textile revendiquant une hausse de leur salaire minimum (un des tous plus bas d’Asie), alimentait cette tension socio-politique ; un état d’esprit relayé par la société civile et les ONG, notamment dans les rues de la capitale.

Les élections législatives auront lieu en juillet 2018.

A noter encore, sur un chapitre à mi-chemin du politique et sécuritaire, dans un contexte nationaliste fort dans les deux pays, la résurgence depuis une décennie de tensions entre le Cambodge et la Thaïlande autour d'une zone frontalière contestée (moins de 5 km²) située aux abords du temple de Preah Vihear (XIème siècle). Des affrontements entre forces armées y furent observés en 2011.

SÉCURITÉ

Il arrive que les visiteurs étrangers soient touchés par la petite délinquance, des agressions et les vols à main armée se produisent à Phnom Penh, Siem Reap et Sihanoukville. Dans un registre bien différent, à noter que le Cambodge demeure l'un des pays les plus infestés par les mines antipersonnel (zones rurales, provinces de Banteay Meanchey, de Battambang (ouest), de Kampong Thom (centre), de Pursat (ouest) et de Siem Reap (nord), ainsi que la frontière thaïlandaise (nord-ouest).

SANTÉ

Dans ce pays du sud-est asiatique, la situation épidémique est médiocre : dengue, paludisme, rage, forte prévalence du HIV-sida sont déplorer. A l’été 2012, une maladie non-identifiée par les autorités médicales nationales et l’OMS avait fait plusieurs dizaines de victimes parmi la population infantile. Le niveau des installations médicales et hospitalières, inégal selon les régions, demeure quoi qu’il en soit loin des standards européens. Fin juin 2015, le Cambodge avait renforcé la surveillance médicale aux aéroports internationaux et aux postes frontaliers après que la Thaïlande ait détecté un premier cas de coronavirus MERS.

Le Cambodge fait partie des Etats impactés par l'épizootie de grippe aviaire.

Enfin, notons encore dans ce registre sensible que l'eau du robinet n'est pas potable.

TRANSPORTS

En dehors des grands axes (Phnom Penh - Battambang, Phnom Penh - Siem Reap, Phnom Penh - Sihanoukville/Kompong Som et Phnom Penh/Kep), l'état du réseau routier s'améliore progressivement. Il en va plus lentement sur les axes secondaires. En général, la circulation s'avère chaotique - y compris dans la capitale Phnom Penh -. Les modes de transports sont généralement fort éloignés des standards occidentaux de sécurité ; un constat qui prévaut pour une majorité d'embarcations assurant le transport des passagers entre Phnom Penh, Siem Reap, Stung Treng et le Vietnam.

En avril 2016, après une quinzaine d’années d’interruption de services, la liaison ferroviaire entre la capitale Phnom Penh et Sihanoukville avait rouvert aux passagers.

RISQUES NATURELS

Le Cambodge est régulièrement touché par les catastrophes naturelles, à l'instar du passage du cyclone Ketsana en 2009 (une douzaine de victimes dans le nord). A titre d'exemple, sur la période 2005 - 2010, plus de 800 000 personnes avaient été affectées par des catastrophes naturelles (cf. sécheresse, inondations, cyclones).

La saison des pluies s’étire de juin à octobre, générant crues et inondations dans le nord-est et le sud-est.

DIVERS

A toutes fins utiles, les autorités françaises signalent à leurs ressortissants que depuis l'été 2016, l'accès aux temples et monuments à caractère religieux est interdit aux personnes ne respectant pas un code vestimentaire adapté (épaules couvertes ; jupes, robes et pantalons couvrant les genoux). A défaut, l'accès aux sites peut être refusé aux visiteurs.

Un visa est obligatoire pour entrer au Cambodge.

Climat

Le Cambodge a un climat tropical avec deux saisons. La saison sèche commence en novembre et se termine en mars : les températures restent autour de 30°C et les journées sont ensoleillées. La période de mousson dure de mai à octobre : l'air est très humide et très chaud (35°C) avec des pluies courtes mais violentes. Les inondations sont fréquentes.

Numéros utiles

Indicatif téléphonique: 855 Police: 117 ou 118

Electricité

Voltage: 230 V ~ 50 Hz

Prises:

Plus