Retour

Rapports de pays

Chine Rapport de pays

Survol

INTRODUCTION

S'il s'avère que la majorité des séjours en Chine (1,3 milliard d'habitants) se déroulent dans de bonnes conditions et sans grand souci pour le voyageur, divers risques significatifs doivent être malgré tout pris en compte avant le départ.

SANTÉ

A commencer ceux concernant la santé des individus et notamment, les épisodes répétés de pollution de l'air (smog) affectant la capitale Pékin, diverses villes et provinces septentrionales (cf. Tianjin, Hebei, Henan, Shandong) ; des niveaux de pollution (aux particules fines notamment) atteignant à l'occasion des seuils (cf. alertes rouges émises par les autorités chinoises le 16 décembre 2016 et le 3 janvier 2017) très largement supérieurs au maximal défini par l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et lors desquels la population est vivement encouragée à restreindre ses activités extérieures au strict minimum.  

Sur un plan médical, on trouve des hôpitaux répondant aux normes internationales dans les grandes agglomérations du pays (Pékin, Shanghai, Canton, etc.).

SÉCURITÉ

Le 27 février 2017, l'organisation djihadiste Etat islamique / Daech a pour la première fois explicitement menacé les autorités chinoises pour leur politique sécuritaire et répressive au Xinjiang. Dans cette province du nord-ouest, cinq personnes ont été tuées à l'arme blanche en février 2017. Fin février, 10 000 personnels de sécurité (armée, police) ont été rassemblés dans la capitale du Xinjiang (Urumqi) - pour la quatrième démonstration de force de ce type depuis le début de l'année - début 2017. Une mobilisation censée dissuader les velléités de violence.

En février toujours, la police a ordonné à tous les véhicules d'être équipés d'un système de navigation GPS afin de surveiller leurs déplacements dans certaines régions du Xinjiang en proie aux tensions entre les Han (l'ethnie majoritaire en Chine) et les Ouïgours musulmans chinois (dix millions d'individus).

RISQUES NATURELS

Le risque naturel au sens large, relativement élevé et diversifié. L'activité sismique est forte au nord-ouest de Pékin, à la frontière des provinces Shanxi et Hebei ainsi qu'en Mongolie intérieure et au Tibet. Le 12 mai 2008, un séisme de magnitude 7,8 avait frappé la région du Sichuan (centre-ouest), fait plus de 80 000 morts et causé de graves dommages aux infrastructures. Ces dix dernières années, la Chine a connu neuf séismes d'une magnitude supérieure ou égale à 7,6. Les zones côtières pourraient être touchées par des tsunamis consécutifs à des secousses.

L’été, les épisodes de canicule ne sont pas rares ; les températures supérieures à 40°C sont régulièrement déplorées, notamment à Shanghai, Chongqing, ou encore dans les provinces suivantes : Zhejiang, Jiangsu, Anhui, Hunan, Jiangxi et Fujian.

RISQUE SOCIO-ÉCONOMIQUE

Le risque social, quoique peu couvert par les médias locaux, se situe à un niveau significatif, au Tibet et au Xinjiang notamment, terres de minorités ethniques ayant maille à partir avec le gouvernement central Han.

L'instabilité sociale est peu fréquente dans les villes, à l'exception des manifestations nationalistes susceptibles d’intervenir lors de tensions politiques avec les Etats-Unis, Taiwan ou encore le Japon (cf. manifestations anti-japonaises en 2012, 2013 et 2014). Ces manifestations n'affectent généralement pas les Occidentaux mais peuvent compliquer un séjour. En règle générale, évitez tous les attroupements et les manifestations et ne les prenez pas en photo.

Au premier semestre 2016, le ralentissement de la croissance chinoise (inférieure à +7% en 2015) et une vague de licenciements dans certains secteurs industriels (secteur public notamment) a donné lieu à une forte mobilisation de la part des salariés soudain privés de leur emploi.

POLITIQUE

Ces dernières années, Pékin a développé un contentieux territorial avec divers voisins (Vietnam, Philippines) atteignant aujourd’hui un seuil critique, celui de la souveraineté de la mer de Chine du sud.

Avec Taiwan, la « province rebelle », les rapports se sont dernièrement à nouveau quelque peu crispés, dans la foulée de la victoire du parti pro-indépendance (DPP) de madame Tsai Ing-wen (la nouvelle cheffe de l’Etat) en janvier 2016.

Avec l'autre géant asiatique - l'Inde - perdure un différend territorial (contestation de la souveraineté sur l'Arunachal Pradesh indien dans le nord-est ; incursions répétées de troupes chinoises au Cachemire) ancien susceptible d'attiser les tensions nationalistes des deux côtés de l'Himalaya.

Enfin, à Washington, l'arrivée du candidat républicain D. Trump à la Maison-Blanche en janvier 2017, son discours atypique à l'endroit de la Chine et de Taïwan, pourraient crisper quelque peu les  rapports entre les deux premières économies mondiales.

TRANSPORTS

A compter de février 2017, les ressortissants étrangers entrant sur le territoire chinois pourront désormais faire l'objet d'une prise d'empreintes digitales lors de leur arrivée ; cette mesure sera mise en œuvre progressivement dans les aéroports et ports internationaux chinois pour les ressortissants étrangers âgés entre 14 et 70 ans.

Comme par le passé, les conditions de sécurité / confort du visiteur étranger dans la région autonome du Tibet demeurent susceptibles, à tout moment, d'être affectées par la mobilisation populaire de la population tibétaine et la répression des forces de sécurité. Ainsi, la délivrance de visa (procédure obligatoire) pour accéder à cette région montagneuse sous tension (cf. près de cent cinquante cas d’immolation signalés ces dernières années) est fréquemment retreinte, temporairement interrompue par les autorités, généralement sans préavis.

Les déplacements dans la province du Xinjiang (ancien Turkestan oriental, faisant l'objet d'un contrôle serré de la part des forces de l'ordre) sont déconseillés par nombre de chancelleries diplomatiques occidentales. 

Comme le soulignent les autorités consulaires françaises, ‘’Les ressortissants de 45 pays, dont la France, peuvent bénéficier d’un transit de 72 h sans visa à Pékin (aéroport de la capitale) et à Shanghaï (aéroport de Hongqiao, aéroport de Pudong) depuis le 1er janvier 2013, à Canton (aéroport Baiyun) depuis le 1er août 2013, à Chengdu (aéroport de Shuangliu) depuis le 1er septembre 2013 et à Shenyang et Dalian (province du Liaoning, aéroports de Taoxian et Zhoushuizi) depuis le 1er janvier 2014, à Guilin (aéroport Liang Jiang) depuis le 28 juillet 2014, à Kunming (aéroport Changshui) depuis le 1er octobre 2014, à Hangzhou (aéroport Xiaoshan) depuis le 20 octobre 2014 et à Harbin (aéroport Taiping) depuis le 1er août 2015.

Cette facilité est réservée aux passagers en transit vers un pays tiers. Pour en bénéficier, les passagers doivent être en possession d’un billet confirmé pour un pays tiers et, s’il y a lieu, d’un visa pour ce pays. Ils doivent repartir de leur aéroport d’arrivée dans les 72 h à destination du pays tiers.’’

Climat

Dans le nord-est, le climat est continental : les hivers (novembre à avril) sont très froids et secs, les étés sont très chauds et humides. Les précipitations sont quotidiennes en juillet et en août. Des tempêtes de sable peuvent se produire à la mi-avril à Pékin.

Le nord-ouest est aride avec des hivers froids et secs et des étés caniculaires et secs.

Le sud connaît un climat tropical. La saison des pluies s'étend de juin à septembre. Les hivers sont doux et humides, les étés sont chauds et pluvieux, avec une atmosphère souvent étouffante.

Dans le centre, les hivers sont froids et les étés très chauds, voire caniculaires et pluvieux, avec une humidité très importante. Les précipitations sont concentrées entre juin à septembre.

Numéros utiles

Indicatif téléphonique: 86 Police: 110 Premiers secours: 120

Electricité

Voltage: 220 V ~ 50 Hz

Prises: