Retour

Rapports de pays

Côte d'Ivoire Rapport de pays

Content provided by
IHS Markit Logo

Risk Level

Low
Moderate
Elevated
High
Very High
Severe
Extreme

Survol

Sommaire exécutif

Le président Alassane Ouattara a unifié son parti mais a également donné à l'opposition un point de ralliement et une inspiration en déclarant le 6 août 2020 qu'il se présenterait pour un troisième mandat lors des élections du 31 octobre. M. Ouattara avait rejeté cette idée en mars, mais a invoqué la "force majeure" après le décès, le 8 juillet, du futur successeur, le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly. L'illégitimité de son geste sera à l'origine d'une série de grandes manifestations antigouvernementales avant le vote. L'ancien chef rebelle des Forces Nouvelles Guillaume Soro ne jouera probablement pas un rôle efficace dans l'élection présidentielle, après avoir été condamné par contumace à 20 ans de prison pour détournement de fonds le 28 avril. Soro était déjà en exil après un retour avorté en décembre 2019 et la Cour constitutionnelle a confirmé le 14 septembre que sa candidature n'avait pas été acceptée.Le gouvernement ivoirien empêchera probablement le retour de l'ancien président Laurent Gbagbo jusqu'à bien après l'élection, même si la Cour pénale internationale a accordé sa libération provisoire le 29 mai. Le blocage du retour de Gbagbo a provoqué des protestations, notamment à Abidjan, de la part de ses partisans, mais le gouvernement n'a pas voulu lui permettre de jouer un rôle électoral clé. L'impact immédiat de l'épidémie du virus COVID-19 a été atténué par la fermeture rapide des frontières et les restrictions imposées à la liberté de mouvement. Les activités commerciales seront stimulées par le fait que la situation est suffisamment maîtrisée pour que les vols internationaux reprennent le 1er juillet et que les restrictions de circulation dans la capitale commerciale Abidjan soient levées le 15 juillet. La normalisation politique, l'amélioration de l'environnement des affaires, un programme de réformes solide et une politique budgétaire favorable ont contribué aux bonnes performances économiques du pays depuis 2012. Toutefois, les prévisions d'IHS Markit, qui prévoyaient une croissance du PIB de 5,9 % en 2020 et 2021, ont été révisées à la baisse, avec une contraction de 1,3 % en 2020, puis une reprise à 5,2 % en 2021.
Last update: septembre 16, 2020

Perspectives opérationnelles

Les risques de grève sont dominés par le secteur public, bien qu'ils soient rarement suffisamment étendus ou prolongés pour provoquer des effets plus importants. Le gouvernement a accepté de payer les arriérés de salaires du secteur public sur une période prolongée, afin d'éviter des grèves de grande ampleur, bien que des arrêts de travail continueront d'avoir lieu en cas de retard de paiement ou pour des questions plus mineures telles que les indemnités. Certaines réductions des niveaux de corruption ont été obtenues, bien que le racket endémique des forces de sécurité puisse affecter les opérations des entreprises. Il est probable que les anciens généraux militants conservent un certain contrôle sur l'exploitation minière artisanale, ce qui peut également entraîner des perturbations pour les entreprises commerciales situées à proximité.

Last update: juillet 16, 2020

Terrorisme

High

L'attaque contre un poste militaire à Kafolo le 11 juin, qui a fait 10 morts, est la première attaque terroriste depuis le ciblage de Grand Bassam en mars 2016. D'autres attaques contre des établissements militaires dans le nord sont probables, bien que les efforts visant à améliorer les relations entre le gouvernement et la communauté contribueront à empêcher l'infiltration de groupes islamistes. Les délits de fuite comme à Grand Bassam dans le sud sont moins probables, bien qu'un complot déjoué visant un hôtel d'Abidjan en 2019 indique que de tels attentats sont toujours prévus. Le risque à Abidjan devrait augmenter autour de l'élection présidentielle de fin 2020, lorsque les autorités et les forces de sécurité se concentreront sur l'organisation et le contrôle des élections.

Last update: août 15, 2020

Criminalité

Une grande partie de la criminalité la plus grave et la plus organisée en Côte d'Ivoire est menée ou contrôlée par d'anciens chefs de guerre des Forces Nouvelles rebelles, qui sont maintenant pour la plupart intégrés dans l'armée nationale. Ils contrôlent toujours des réseaux impliqués dans la contrebande de fèves de cacao et de diamants, ainsi que dans le trafic d'armes. Les anciens combattants du dernier conflit post-électoral et des précédents sont impliqués dans des vols de grand chemin, en particulier dans le nord et dans les zones instables de l'ouest, tirant parfois sur les véhicules pour les arrêter. La prolifération des armes a également entraîné une augmentation de la criminalité violente dans la capitale commerciale Abidjan, mais la plupart des quartiers de la ville restent relativement sûrs.

Last update: août 15, 2020

Risques de guerre

Les allégations du gouvernement en décembre 2019 concernant une prétendue tentative de coup d'État du candidat à la présidence et ancien chef rebelle Guillaume Soro, ainsi que les mutineries récurrentes en 2017, ont mis en évidence des divisions profondes au sein des forces armées. Celles-ci continuent de menacer la stabilité à long terme, en particulier à l'approche de l'élection présidentielle de 2020, maintenant que le président Ouattara se présentera à nouveau. M. Ouattara a pris un plus grand contrôle personnel des dépenses militaires et a promu plusieurs anciens rebelles à des postes de haut niveau afin de neutraliser leur influence ailleurs, ce qui n'élimine pas leur capacité d'intervention en cas de contestation des résultats des élections. La Côte d'Ivoire a accepté à l'amiable le règlement de septembre 2017 d'un litige sur la frontière maritime, qui a vu le cas du Ghana largement confirmé.

Last update: août 15, 2020

Stabilité sociale

High

L'ampleur et la violence des protestations politiques risquent d'augmenter avant l'élection présidentielle de fin 2020, lorsqu'une opposition résurgente aura la capacité de prendre le pouvoir. Les manifestations seront motivées par l'opposition à un troisième mandat du président Alassane Ouattara, avec de nouveaux griefs concernant une commission électorale reconstituée, ainsi que par l'échec de la distribution à grande échelle des cartes d'identité des électeurs nécessaires pour participer à l'élection et le maintien en détention des prisonniers politiques. Les initiatives de santé publique visant à ralentir la propagation du COVID-19 ont été mal communiquées et risquent d'entraîner des affrontements de bas niveau entre les manifestants et la police jusqu'à ce que le virus soit totalement maîtrisé.

Last update: août 15, 2020

Risques pour la santé

Severe

Vaccins exigés à l'entrée

Fièvre jaune : un vaccin contre la fièvre jaune est obligatoire pour tous les voyageurs âgés de plus de neuf mois à l'entrée du pays. Une seule dose du vaccin suffit pour conférer une protection à vie contre la maladie. Celui-ci doit être administré au moins dix jours avant l'arrivée dans une zone d'endémie afin d'être pleinement efficace.

Vaccins recommandés pour tout voyageur

Vaccins de routine : vérifiez auprès de votre médecin que vos vaccins de routine - à savoir les vaccins contre la diphtérie, le tétanos, la polio, la tuberculose, la grippe, la rougeole, les oreillons, la coqueluche, la rubéole et la varicelle - sont à jour.   

Vaccins recommandés pour la plupart des voyageurs

Hépatite A : le vaccin est administré en deux doses, à six mois d'intervalle. Il est efficace à presque 100 pourcent. L'OMS préconise d'intégrer le vaccin contre l'hépatite A dans le calendrier national de vaccinations pour les enfants âgés d'un an ou plus.

Paludisme : il n'existe actuellement aucun vaccin homologué contre le paludisme. Cependant, certains traitements antipaludiques sont disponibles par ordonnance et peuvent réduire le risque d'infection jusqu'à 90 pourcent. Le type de traitement prescrit varie en fonction du niveau de risque et de la virulence des souches virales du pays ou de la région visité(e).  La prise d'antipaludiques doit être effectuée durant l'intégralité du voyage ; elle peut être poursuivie quatre semaines après avoir quitté la zone à risque.

Typhoïde : le vaccin contre la typhoïde peut être administré par injection (en une seule dose) ou par voie orale (quatre doses). Le vaccin est efficace à 50-80 pourcent ; aussi, il convient de prendre toutes les précautions hygiéniques nécessaires lors d'un déplacement dans une zone à risque (cf. ne boire que de l'eau en bouteille, éviter les aliments insuffisamment cuits, se laver les mains régulièrement, etc.). Le vaccin injectable peut être administré dès l'âge de deux ans (six ans pour le vaccin oral).

Vaccins recommandés pour certains voyageurs

Hépatite B : l'OMS préconise que tous les nourrissons reçoivent la première dose dès que possible après la naissance (de préférence dans les 24 heures suivant l'accouchement). Cette première dose devra être complétée par deux ou trois autres du même type afin de terminer la série primaire. Les doses de rappel ne sont pas recommandées à tout âge.

Méningite à méningocoque : il existe plusieurs types de vaccins contre la méningite, dont certains requièrent des rappels périodiques. Aucun vaccin ne confère une immunité totale. Il est recommandé de consulter votre médecin au préalable afin de choisir le vaccin le plus approprié en fonction de vos antécédents médicaux et de votre projet de voyage.

Rage : la vaccination préexposition est conseillée pour les voyageurs se rendant dans des zones reculées et susceptibles d'être exposées à la rage (cf. régions ou environnements où la présence d'animaux errants - chiens, chats -, de chauves-souris et autres mammifères susceptibles d'être porteurs est avérée). Le vaccin est administré en trois doses sur une période de trois ou quatre semaines. La prophylaxie post-exposition est également disponible et doit être administrée dès que la personne a été exposée à un animal susceptible d'être porteur de la rage.

Last update: avril 5, 2019

Risques naturels

Very high

Le climat ivoirien doit être pris en compte par le visiteur étranger, à l'image des précipitations torrentielles et autres inondations observées dans le sud, notamment à Abidjan, pendant la saison des pluies (de mai à novembre). Des pluies torrentielles ont été à l'origine de plusieurs décès et d'importants dégâts à Abidjan en mai 2017. Il est impératif de prendre en considération ces données météorologiques avant tout déplacement dans le pays durant cette période, en particulier dans le sud, les fortes pluies pouvant bloquer des axes, engendrer l'inondation de villages (notamment ceux situés aux alentours du fleuve Bandama) et provoquer de nombreux éboulements. En ville, il est recommandé en cas de fortes pluies d'éviter les quartiers défavorisés, construits souvent sur des zones à risque et dont les habitations sont peu résistantes.

De novembre à mars, l'harmattan (vent) se lève dans le désert du Sahara et souffle sur le pays en charriant une quantité importante de poussière et de sable, ce qui peut occasionnellement affecter les transports aériens et engendrer des difficultés respiratoires. Cette période correspondant également à la saison sèche, pendant laquelle les précipitations se font rares et les sécheresses possibles.

Enfin, la baignade au large des plages ivoiriennes revêt des risques importants en raison des très forts courants et marées.

Last update: avril 5, 2019

Transport

High

En dépit du lancement d'importants programmes de développement des infrastructures, l'état du réseau routier demeure précaire en Côte d'Ivoire ; seules 10% des routes sont goudronnées. Les pratiques de circulation particulièrement dangereuses (dépassements intempestifs, non-utilisation des phares, etc.), l'absence d'éclairage ainsi que de secours d'urgence en zone rurale augmentent les risques liés aux déplacements en voiture.

Selon les autorités consulaires américaines, plusieurs ressortissants étrangers ont été la cible en 2015 d'attaques violentes alors qu'ils circulaient sur des axes majeurs en dehors d'Abidjan. Ce type d'attaque tend à augmenter une fois la nuit tombée et les jours de marché.

En province, il est nécessaire de proscrire les déplacements de nuit et de privilégier les déplacements en convoi d'au moins deux véhicules. Par ailleurs, en cas d'accident impliquant un dommage corporel causé à un tiers, il est préférable de se rendre au poste de police et non de rester sur place en raison du risque d'attroupement et de comportements hostiles de la part de la population locale.

Last update: avril 5, 2019

Informations pratiques

Climat

Dans le sud, en-dessous d'une ligne horizontale passant par Yamoussoukro, le climat est équatorial, donc très humide. La saison des pluies s'étend de mai à novembre avec une interruption vers juillet-août. Le reste de l'année, l'atmosphère reste moite et pesante, avec un ciel souvent voilé et parfois des précipitations, mais la température est stable, entre 29°C et 32°C. Dans la partie nord, le climat est plus tropical, avec une saison des pluies plus ou moins intense de mai à septembre. La période la plus confortable pour voyager va de novembre à mars : le ciel est alors bleu, l'air sec et les nuits plus fraîches. L'harmattan, le vent du Sahara, peut souffler assez fort, transportant du sable et desséchant tout sur son passage.

Numéros utiles

Indicatif téléphonique: 225
à Abidjan  
Direction générale de la Police: 20 22 08 22
Préfecture de Police: 20 21 00 22 / 20 22 42 27 / 20 21 77 92
Gendarmerie: 20 21 88 83
Réanimation: 185
SMU Abidjan: 22 44 31 47 / 22 44 44 45
à Yamoussoukro  
Commissariat de police: 30 64 11 63 / 30 64 00 24
Gendarmerie: 30 64 00 22
Hôpital (C.H.R.): 30 64 00 33

Electricité

Voltage: 220 V ~ 50 Hz

Prises:

Last update: avril 5, 2019