Retour

Rapports de pays

Curaçao Rapport de pays

Content provided by
IHS Markit Logo

Risk Level

Low
Moderate
Elevated
High
Very High
Severe
Extreme

Survol

Sommaire exécutif

Curaçao est un pays autonome au sein du Royaume des Pays-Bas. L'industrie pétrolière, apparue au début du XXe siècle pour aider à desservir les champs pétrolifères vénézuéliens nouvellement découverts, demeure un pilier économique aux côtés de la finance offshore, de la zone franche et de l'industrie touristique. Les organisations de blanchiment d'argent sont bien établies sur l'île, mais ne constituent pas une menace pour les investisseurs. La menace globale de la criminalité est considérée comme faible, malgré un petit nombre de meurtres, qui ont tendance à impliquer des membres de gangs de trafiquants de drogue plutôt que des passants, des visiteurs ou des gens d'affaires. Le risque de manifestations violentes ou à grande échelle est faible.

Last update: décembre 28, 2018

Perspectives opérationnelles

Il n'y a pas d'obstacles majeurs à l'investissement étranger et le gouvernement est désireux d'attirer des entreprises de l'étranger. Les organismes publics sont relativement efficaces et les niveaux de corruption sont faibles par rapport aux normes régionales. Curaçao fait toujours partie du royaume des Pays-Bas, ce qui permet aux investisseurs de bénéficier de l'adhésion en tant que membre associé de l'UE dans le cadre des accords avec les pays et territoires d'outre-mer (PTOM). Un autre avantage est que l'île reçoit un financement du Fonds européen de développement (FED). Les activités de blanchiment d'argent se poursuivent sur l'île, mais pas à une échelle qui affecte les investisseurs étrangers légitimes.

Last update: novembre 16, 2018

Terrorisme

Il n'y a pas d'antécédents de terrorisme à Curaçao et le risque actuel est considéré comme faible. Les activités de groupes terroristes internationaux qui ciblent indistinctement des intérêts occidentaux présentent un risque très faible. Toutefois, il n'y a pas de menace nationale connue et rien n'indique qu'elle constitue une cible pour les groupes terroristes.

Last update: novembre 15, 2018

Risques de guerre

Dans l'ensemble, il n'y a pas de menaces externes importantes pour l'île. Entre 2006 et 2010, cependant, les relations diplomatiques avec le Venezuela se sont détériorées lorsque le président Hugo Chávez a demandé la décolonisation des Caraïbes et suggéré que Curaçao (ainsi qu'Aruba et Bonaire) pourrait servir de base à une intervention militaire planifiée pour renverser son gouvernement. Les relations après 2010 se sont améliorées grâce aux échanges commerciaux jusqu'à ce que le Venezuela ferme la frontière aérienne et maritime mutuelle des deux pays en janvier 2018, arguant que des produits de base rares étaient extraits et vendus à Curaçao, ce que cette dernière a refusé de faire valoir.

Last update: novembre 15, 2018

Stabilité sociale

Le risque de manifestations violentes ou à grande échelle est faible. Il est probable qu'il y ait de l'agitation à l'approche des élections générales. L'activisme en faveur de l'environnement continue de se développer, mais ne constitue pas une menace importante pour les entreprises opérant à Curaçao.

Last update: novembre 14, 2018