Retour

Rapports de pays

Géorgie Rapport de pays

Survol

INTRODUCTION

Bien que les voyageurs soient encouragés à éviter certaines régions de Géorgie (4,9 millions d'habitants), le risque sécuritaire dans son ensemble demeure modéré. Les risques principaux sont la petite délinquance, les manifestions politiques, les conditions de conduite dangereuses, enfin, l'activité sismique.

SÉCURITÉ

Les rapports ont continué à se détériorer entre la Géorgie et la province séparatiste d'Abkhazie, qui demeure sous le contrôle de la République autoproclamée d'Abkhazie. La ligne de démarcation administrative séparant la région sécessionniste d'Abkhazie de la Géorgie est contrôlée par les autorités frontalières russes. L'Abkhazie s'est séparée de la Géorgie au début des années 1990, lors de l'effondrement de l'Union Soviétique.  La Russie a pu de facto exercer un contrôle sur la région ainsi que sur une deuxième région géorgienne, l'Ossétie du Sud, suite à un bref conflit contre la Géorgie en 2008.

Certains gouvernements occidentaux déconseillent tout voyage en Abkhazie, ainsi qu'en Ossétie du Sud et dans les zones frontalières avec la Russie. Des soldats et gardes-frontières russes occupent l'Abkhazie et l'Ossétie du Sud ; les voyageurs peuvent être arrêtés, emprisonnés, recevoir des amendes dans ces régions en l'absence de documents officiels autorisant leur présence. La loi géorgienne impose aux ressortissants étrangers qu'ils entrent dans ces régions depuis la partie géorgienne. Des enlèvements et attaques terroristes ont été signalés en Abkhazie et en Ossétie du Sud, sans être réguliers (cf. attentat suicide contre une chaine de télévision en Abkhazie en octobre 2016).  Des obus et mines non-explosées sont également présents dans les régions frontalières de la Géorgie.

TERRORISME

Les activités terroristes (mines sur les routes, assassinats, enlèvements et attentats à la bombe) sont en hausse depuis quelques années, notamment en Abkhazie. En octobre 2010, un train transportant des produits pétroliers avait déraillé suite à une déflagration, le troisième incident de ce genre dans l'ouest de la Géorgie depuis mi-2009. Les autorités avaient qualifié ces attaques "d'actes terroristes". En octobre 2016, durant la période électorale, une voiture piégée visant un membre de l'opposition avait blessé cinq personnes à Tbilissi.

Comme dans d'autres pays de la région, la Géorgie est touchée par l'influence du groupe djihadiste « État Islamique » (EI). Plusieurs dizaines de Géorgiens seraient partis combattre aux côtés de cette organisation terroriste en Syrie et/ou en Irak, suscitant les craintes que ces derniers reviennent dans le pays afin d'y perpétrer des attaques terroristes.

Les opérations de sécurité contre des militants se sont intensifiées fin 2017. En novembre 2017, les forces de sécurité avaient lancé un raid et été impliquées dans une fusillade dans la banlieue de Tbilissi contre trois terroristes liés l'EI.

POLITIQUE

Fin octobre 2013, Georgy Margvelachvili, soutenu par le Premier ministre de l'époque Bidzina Ivanichvili, remportait une victoire écrasante aux élections présidentielles face à son adversaire Mikheïl Saakachvili, mettant fin à dix années de gouvernance, parfois tumultueuse, de ce dernier.

En janvier 2018, un tribunal à Tbilissi a jugé l'ancien président Saakashvili coupable d'abus de pouvoir.

Les prochaines élections présidentielles devraient avoir lieu le 28 octobre 2018, suivies par des élections législatives en 2020.

RISQUE SOCIAL

Les manifestations liées à des problèmes sociaux (cf. chômage, qualité des infrastructures et des logements sociaux) sont courantes, surtout à Tbilissi. Dans la capitale, les marches et manifestations bloquent généralement des axes importants, généralement proches du Parlement. Des affrontements entre les manifestants et la police sont possibles bien que la majorité des manifestations se déroulent sans incidents.

RISQUES NATURELS

Le pays est périodiquement touché par des inondations. Des crues en juin 2015 avaient fait une douzaine de victimes autour de la capitale Tbilissi. Le pays n'a cependant pas subi de désastre de la sorte ces dernières années.

Des glissements de terrain peuvent aussi se produire suite aux pluies torrentielles, notamment dans les régions montagneuses.

INFRASTRUCTURES

À noter que les pannes de courant sont fréquentes (en hiver notamment) et susceptibles d'affecter les installations touristiques hors de Tbilissi.

SANTÉ

Les infrastructures et soins médicaux étant limités à l'extérieur de la capitale et de la ville de Batumi, une évacuation à l'étranger est à envisager en cas de blessure(s) ou problème(s) grave(s). Il est conseillé aux voyageurs de souscrire en amont du départ une assurance voyage complète ainsi qu'une assurance maladie couvrant les soins à l'étranger.

La rage animale existe dans ce pays. La principale mesure de prévention contre la rage est d'éviter tout contact avec les mammifères (domestiques et sauvages). Si vous êtes griffé ou mordu, il est impératif de consulter un médecin dans les plus brefs délais.

Climat

Sur les côtes de la mer Noire, le climat est subtropical avec des étés chauds et humides et des hivers doux. A l'intérieur des terres, les températures sont plus fraîches et les hivers froids et neigeux. Les précipitations sont plus importantes à l'ouest du pays qu'à l'est.

Numéros utiles

Indicatif téléphonique: 995 Police: 022 Ambulances: 01 ou 03

Electricité

Voltage: 220 V ~ 50 Hz

Prises: