Retour

Rapports de pays

Ghana Rapport de pays

Survol

INTRODUCTION

La visite de certaines régions de cet État (26,8 millions d'habitants) d'Afrique occidentale, ouvert sur le golfe de Guinée, impose aux voyageurs étrangers quelques précautions.

RÉGIONS DÉCONSEILLÉES

Bien que les conditions de sécurité soient acceptables dans la majeure partie du Ghana, tout déplacement dans le nord-est doit être considéré avec prudence, en raison de heurts ethniques ou inter-chefferies récurrents. Les autorités diplomatiques françaises conseillent d'exercer une vigilance renforcée en cas de déplacement dans cette région.

SÉCURITÉ

Des heurts ethniques (entre éleveurs ou agriculteurs) ou inter-chefferies violents sont régulièrement signalés, en particulier dans la Haute-région orientale, dans la Volta et dans la région Nord, le plus souvent au sujet de différends fonciers. Ceux-ci ont augmenté ces dernières années et touchent également l'ouest. De ce fait, des couvre-feux sont régulièrement imposés par les autorités pour calmer la situation, en général entre 19h et 5h (heure locale) ; cela fut le cas dans la Haute-région orientale (ville de Bawku), dans la région de la Volta, à Yendi, et plus récemment à Bunkpurugu, Nakpanduri, Bimbilla et dans les localités environnantes de Kpatritings, Bonbila, Borgni Boatarrigu et Sakagu.

Le ministre de l'Intérieur, Prosper D.K. Bani a publié une déclaration le 1er novembre 2016 renouvelant les couvre-feux dans les villes de Nkonya (ouest), Alavanyo, Kpatinga et Bunkpurugu (est). Il est impératif de vérifier l'existence ou non de ces couvre-feux et de les respecter.

En outre, le gouvernement a réitéré l'interdiction du port d'armes, de munitions dans les régions mentionnées ci-dessus.

Enfin, le Ghana est devenu un important point de transbordement du trafic de drogue, en particulier de la cocaïne en provenance d'Amérique du Sud et de l'héroïne en provenance d'Afghanistan. Le Ghana a pris des mesures limitées pour lutter contre le trafic illicite de stupéfiants et de substances psychotropes. La Drug Enforcement Administration (DEA) a un bureau à l'ambassade des États-Unis et travaille en étroite collaboration avec le Narcotics Control Board (NCB), qui coordonne les efforts gouvernementaux de lutte contre les stupéfiants. Les peines relatives à la possession, à l'utilisation ou au trafic de drogues sont sévères et les condamnés peuvent s'attendre à de longues peines d'emprisonnement et à de lourdes amendes.

CRIMINALITÉ

La criminalité est en hausse dans la capitale et dans les grandes villes. Le pickpocketing, les vols de sacs à mains et les vols à mains armés sont des pratiques de plus en plus courantes.

Mi-2016, l'ambassade américaine au Ghana alertait ses ressortissants sur la recrudescence de la criminalité à Accra. Des agressions à l'encontre de ressortissants étrangers ont été signalées. Les autorités diplomatiques occidentales recommandent de ne pas se déplacer à pied ou en taxi la nuit tombée à Accra et ses environs (Grand Accra) ainsi que dans les grandes villes (Kumasi, Tamale, Takoradi, etc.). Dans le Grand Accra, il est préférable d'éviter de circuler la nuit dans les quartiers populaires de Nima ou Jamestown. Des vols à l'arraché sont également signalés dans les rues commerçantes de la capitale (Osu) ainsi que dans les quartiers résidentiels (Cantonment, Ridge), y compris de jour.

Les autorités françaises notent plusieurs zones sensibles fin 2016 : à l'aéroport d'Accra, à Tema (à l'est d'Accra) et aux postes frontières d'Aflao (Ghana-Togo), il convient d'être prudent avec ses documents de voyage et ses bagages (les porteurs non officiels et les faux taxis ayant été impliqués dans des vols) ; la plage de Kokrobite (une vingtaine de kilomètres à l'ouest d'Accra) doit être visitée avec prudence en raison d'agressions violentes recensées par le passé.

En outre, les agressions et vols sur les routes sont de plus en plus recensés. Les principales zones à risque sont : la route Graphic, l'autoroute George Walker Bush, le rond-point du Mall d'Accra, la route du cimetière d'Awundome, la route Pokuase-Amasaman, les abords de La Beach et la route de Teshie-Nungua.

En tout état de cause, il convient d'être vigilant, y compris dans les chambres d'hôtels, de ne pas faire étalage de ses richesses, de ne pas se rendre dans des endroits à forte affluence tels que les marchés, parcs, et lieux touristiques, et, lors de déplacements motorisés, de circuler avec les vitres fermées et portières verrouillées. Il est recommandé de ne pas résister en cas d'agression.

Les escroqueries par l'intermédiaire de sites de rencontre sur Internet sont en recrudescence dans le pays. Les chancelleries occidentales recommandent de faire preuve de vigilance à l'égard de toute sollicitation d'envoi d'argents pour motifs divers (romance, amitié, opportunités de business, paiement du billet d'avion, frais d'hospitalisation, frais de caution après une arrestation, etc.).

Il convient également de sensibiliser les voyageurs au risque élevé de fraude à la carte bancaire. Il est préférable de régler en espèce et de n'utiliser que des distributeurs de billets situés à l'intérieur des banques aux heures d'ouvertures de la succursale.

PIRATERIE MARITIME

La piraterie dans les eaux ghanéennes du golfe de Guinée est récurrente : un pétrolier singapourien y a été attaqué en juillet 2014 avant d'être relâché début août.

Selon le Bureau Maritime International (IMB), alors que partout dans le monde la piraterie maritime est en baisse, notamment dans les eaux somaliennes, le golfe de Guinée est le seul périmètre observant un nombre croissant d'attaques et de détournements de bâtiments.

TERRORISME

Eu égard à la situation sécuritaire dans la région et à la contribution du Ghana à la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA), une vigilance particulière doit être exercée au Ghana, en raison de possibles actions de représailles des groupes terroristes, même si la menace reste faible comparée à d'autres pays de la sous-région.

RISQUE SOCIO-POLITIQUE

Depuis 2015, plusieurs manifestations ont été organisées pour dénoncer une mauvaise gestion nationale. Durant la campagne électorale, le Président sortant a promis de relancer la croissance par d'importantes réformes et des aides internationales. Le pays a été très affecté par la chute des cours des matières premières (or, pétrole) et les mauvaises récoltes de cacao, qui constituent les trois principaux pôles d'exportation du pays. En 2015, la croissance n'a pas dépassé les +3,7%.

Critiqué pour son incapacité à gérer les difficultés économiques (baisse de la croissance à +3,7% en 2015, délestages incessants, etc.) et à lutter contre la corruption, le chef de l'État, John Dramani Mahama a finalement été désavoué par la population lors du scrutin présidentiel du 7 décembre 2016. Les élections, malgré quelques troubles en amont et durant le scrutin, se sont déroulées dans le calme et ont été remportées par l'opposant Nana Akufo-Addo avec 53,85% des suffrages, consacrant ainsi la stabilité politique intérieure du Ghana.

TRANSPORTS

Le réseau routier est dans un état général passable. Les accidents de la route sont fréquents, en particulier sur les principaux axes (Accra-Kumasi et Accra-Takoradi). L'absence d'éclairage public fait que tout trajet de nuit doit être banni.

La présence de ''coupeurs de route'' est parfois signalée, notamment à l'extérieur des grandes villes. Les agressions et carjackings sont de plus en plus signalés. Les principales zones à risque sont : la route Graphic, l'autoroute George Walker Bush, le rond-point du Mall d'Accra, la route du cimetière d'Awundome, la route Pokuase-Amasaman, les abords de La Beach et la route de Teshie-Nungua. Ol convient d'être vigilant vis-à-vis des autres automobilistes avertissant d'un problème mécanique ou d'un pneu crevé. Il peut s'agir d'une ruse utilisée par les voleurs pour immobiliser votre véhicule. Il convient d'être particulièrement vigilant dans ces zones et de toujours circuler avec les vitres fermées et portières verrouillées. Soyez vigilant, assurerez-vous de ne pas être suivi, vérifiez les sièges avant et arrière du véhicule avant d'entrer et verrouillez les portes immédiatement après l'entrée. En cas d'agression, il convient de ne jamais résister.  

Il est déconseillé d'emprunter les transports publics, de même que les minibus de transport privés appelés "Trotro", en particulier la nuit.

La traversée du lac Volta est à éviter en raison de naufrages signalés chaque année. Si nécessaire, il convient de s'assurer au préalable que l'embarcation dispose d'un minimum de dispositifs de sécurité tels que gilets de sauvetage en nombre suffisant et dispose d'une radio de bord en état de marche.

Concernant le transport aérien intérieur, plusieurs compagnies privées relient Accra à Kumasi, Takoradi et Tamale. Selon les autorités diplomatiques françaises, ces compagnies semblent remplir les obligations en termes de réglementation aéronautique internationale.

SANTÉ

Les infrastructures hospitalières publiques sont insuffisantes et généralement peu fiables. Il est indispensable de souscrire en amont du départ une assurance maladie couvrant les soins à l'étranger ainsi que le rapatriement sanitaire, ce dernier étant obligatoire en cas de problème de santé grave ou présentant un caractère urgent.

Le pays est affecté par les maladies transmises par les moustiques. Un certificat de vaccination antiamarile est exigé à l'entrée sur le territoire de tous les voyageurs âgés de plus de neuf mois. Le paludisme constitue par ailleurs l'une des principales causes de mortalité au Ghana (plus de trois millions de cas entre 2014 et 2015). Votre médecin traitant pourra vous proposer un traitement préventif contre le paludisme ; il est dans tous les cas impératif de se prémunir contre les piqures de moustiques (utilisation de répulsifs, moustiquaires, port de vêtements couvrants, etc.).

L'eau courante n'est pas potable ; les maladies diarrhéiques sont chroniques au Ghana. Une épidémie de choléra touche actuellement le pays, en particulier la ville de Cape Coast où plus de 500 cas de la maladie ont été recensés entre le 21 octobre et le 20 novembre 2016. Il est donc indispensable de ne boire que de l'eau décontaminée ou en bouteille, de veiller à son alimentation et de se laver les mains plusieurs fois par jour.

Afin d'éviter tout risque de contamination parasitaire, il est recommandé d'éviter de se baigner ou de laver ses vêtements dans des eaux stagnantes. Il est formellement déconseillé de marcher pieds nus.

Il est impératif de prendre toutes les mesures nécessaires pour se protéger du virus du Sida, lequel affecte une partie importante de la population adulte dans le pays.

La vaccination contre la méningite est fortement conseillée, le pays se situant dans la « ceinture de la méningite ». Les cas sont le plus souvent recensés pendant la saison sèche (novembre à avril dans le sud, octobre à mai dans le nord).

RISQUES NATURELS

Le Ghana connait deux saisons des pluies (avril-mai et août-octobre), générant à l'occasion averses diluviennes et inondations et causant des dommages significatifs aux infrastructures routières.

La baignade dans les eaux ghanéennes est dangereuse en raison de la présence de courants d'arrachements.

LÉGISLATION LOCALE

Il est obligatoire pour les ressortissants étrangers résidant au Ghana de s'enregistrer auprès de l'Autorité nationale d'identification (NIA) et d'obtenir une carte de non-citoyen.

Il faut demander l'autorisation avant de filmer et de photographier des personnes ou des bâtiments publics. Il convient d'être vigilant, certaines personnes se présentant comme des officiels peuvent demander de l'argent en échange de l'autorisation de photographier des bâtiments officiels.

Fumer est interdit par la loi dans les espaces publics, à l'exception des zones désignées à cet effet.

Le port de vêtements militaires, ou avec des imprimés camouflage, est interdit.

L'homosexualité est illégale ; les rapports sexuels entre personnes du même sexe sont passibles de cinq à 25 ans d'emprisonnement.

Climat

Le climat est tropical, avec un temps chaud et sec au nord et chaud et humide dans le sud-ouest (plaines et forêts). La saison des pluies dure de mai à octobre dans le sud et de juin à septembre dans le nord. La mer est chaude toute l'année.

Numéros utiles

Indicatif téléphonique: 233 Police: 999 ou  191 Ambulances: 999 ou  192 Pompiers: 999 ou  193 Ghana National Fire Service: 66 49 37

Electricité

Voltage: 230 V ~ 50 Hz

Prises: