Retour

Rapports de pays

Guatemala Rapport de pays

Content provided by
IHS Markit Logo

Risk Level

Low
Moderate
Elevated
High
Very High
Severe
Extreme

Survol

Sommaire exécutif

Le président Jimmy Morales, qui a pris ses fonctions en janvier 2016 sur une plateforme anti-corruption, a survécu à une troisième tentative en octobre 2018 pour lever son immunité contre les allégations de corruption, comme l'avait demandé le ministère public du Guatemala. Des manifestations antigouvernementales périodiques devraient se poursuivre jusqu'aux élections générales de juin 2019. Les manifestations contre les projets miniers et hydroélectriques devraient également se poursuivre, ce qui se traduira par des détentions communautaires occasionnelles de policiers et d'employés du site. Les troubles civils et les contestations judiciaires qui y sont associés ont réduit les recettes fiscales du gouvernement et la confiance des investisseurs ; la croissance prévue de 3,1 % du PIB en 2018 sera largement soutenue par les dépenses de consommation, les exportations et les importations modérées.

Last update: octobre 19, 2018

Perspectives opérationnelles

Le Guatemala mène des enquêtes sur la lutte contre la corruption et l'évasion fiscale avec l'appui de la communauté internationale, ce qui a touché tous les secteurs d'activité. Les marchés attribués au cours des deux administrations précédentes présentent le plus grand risque d'enquête judiciaire, de modification de contrat et d'amendes, bien que les marchés publics en cours puissent également faire l'objet d'une enquête. L'application des contrats juridiques est compliquée par la faiblesse de l'appareil judiciaire. Les concessions du secteur minier risquent également d'être suspendues en raison de problèmes de conformité à l'environnement et de consultation communautaire. Les protestations contre l'extraction des ressources et le développement continuent d'augmenter les risques de dommages aux installations. Le fardeau réglementaire et le cadre de création d'entreprise se sont améliorés depuis 2014, date à laquelle les procédures d'enregistrement ont été consolidées en ligne.

Last update: septembre 4, 2018

Terrorisme

High

Aucun groupe terroriste connu n'opère au Guatemala. Toutefois, des groupes criminels, y compris des organisations criminelles transnationales et des gangs de rue, se livrent à des assassinats ciblés et utilisent des grenades pour cibler l'infrastructure commerciale en tant que mesures d'exécution des paiements d'extorsion. De telles actions sont généralement motivées par des raisons économiques plutôt que politiques. Certains anciens membres des services de renseignement et de sécurité du Guatemala accusés d'actes terroristes au cours des 36 années de guerre civile du pays ont depuis déclenché des réseaux de criminalité et de corruption qui atteignent les plus hauts niveaux de gouvernement, mais il est peu probable qu'ils menacent de manière significative la stabilité du gouvernement par des activités terroristes.

Last update: septembre 4, 2018

Risques de guerre

La menace de guerre au Guatemala reste faible malgré plusieurs incidents à la frontière avec le Belize. Les points chauds comprennent le delta de la rivière Sarstoon et le parc national de Chiquibul. La question de la frontière est susceptible d'être résolue diplomatiquement, très probablement par un renvoi à la Cour internationale de justice (CIJ), qui s'occupe des aspects des revendications territoriales depuis 2008. Il est également peu probable que le Guatemala connaisse un retour du conflit interne après qu'une guerre civile de 36 ans a été résolue en 1996. La plupart des groupes rebelles impliqués dans le conflit se sont dissous ou ont rejoint des processus politiques formels.

Last update: septembre 4, 2018

Stabilité sociale

High

Le Guatemala fait face à des troubles sociaux fréquents avec le pouvoir de perturber les transports, d'entraver les projets commerciaux et de déstabiliser le gouvernement. Les manifestations contre la corruption comme celles des plus de 2016-18 ans peuvent attirer des dizaines de milliers de manifestants et ont déjà provoqué un changement de gouvernement en 2015. Les grèves du travail ont le pouvoir d'influencer les développements politiques comme la grève du transport de marchandises en octobre-novembre 2016 qui a généré des pertes d'une valeur de 456 millions de dollars US sur une modification des horaires de circulation dans la ville de Guatemala. L'activisme communautaire dans l'opposition aux projets de développement des ressources est également fort, en particulier dans le nord-est du Guatemala, ce qui entraîne parfois des dommages matériels localisés.

Last update: septembre 4, 2018

Risques pour la santé

Very high

Un certificat de vaccination antiamarile est exigé à l'entrée du pays pour les voyageurs en provenance d'une zone endémique.

Systématiquement

Hépatite A : la vaccination est disponible pour les enfants à partir de l'âge d'un an. Pour les personnes nées avant 1945, ayant passé leur enfance dans un pays en développement ou ayant des antécédents d'ictère, une recherche préalable d'anticorps sériques (Ig G) peut éviter une vaccination inutile.

Hépatite B : la vaccination est disponible pour les enfants à partir de l'âge de deux mois.

Diphtérie, tétanos, poliomyélite : Le vaccin doit être mis à jour si nécessaire (rappel tous les dix ans).

En fonction de la durée et des modalités du séjour

Fièvre typhoïde : si le séjour doit se dérouler dans des conditions d'hygiène précaires (pour les enfants : à partir de l'âge de deux ans).

Rage : pour des séjours prolongés en situation d'isolement (pour les enfants : dès qu'ils sont en âge de marcher).

Pour les enfants : toutes les vaccinations incluses dans le calendrier vaccinal français devront également être à jour. Dans le cas d'un long séjour, le BCG est recommandé dès le premier mois et le vaccin rougeole-oreillons-rubéole dès l'âge de 9 mois.

Paludisme : chimioprophylaxie conseillée contre le paludisme : chloroquine (nom commercial : Nivaquine).

Last update: novembre 27, 2013

Risques naturels

Severe

Le Guatemala est significativement exposé aux catastrophes naturelles.

De violents tremblements de terre frappent régulièrement le pays. En 1976, un puissant séisme (magnitude 7,6) fit 26 000 victimes et dévasta une partie du pays. Plus récemment, un tremblement de terre de magnitude 8,2 survint au large du Guatemala en septembre 2017, causant d'importants dégâts matériels dans le sud-ouest du département de San Marcos.

Les séismes en mer peuvent provoquer des tsunamis. Si vous vous trouvez le long des côtes lors d'un tremblement de terre, vérifiez immédiatement si une alerte tsunami a été émise par les autorités  ou par le Centre d'alerte des tsunamis dans le Pacifique. En cas de doute, déplacez-vous vers l'intérieur des terres en suivant les routes d'évacuation - si routes il y a - ou réfugiez-vous sur des terrains surélevés.

Le pays abrite plusieurs volcans actifs dont les Fuego, Pacaya et Santiaguito. Les éruptions peuvent perturber le trafic aérien, notamment à l'aéroport international La Aurora de Guatemala (GUA).

Le Guatemala est exposé aux cyclones, aux tempêtes tropicales. La saison des cyclones dans le Pacifique s'étend officiellement du 15 mai au 30 novembre ; la saison des cyclones en Atlantique se déroule du 1er juin au 30 novembre. En juin 2014, la tempête tropicale Boris avait entraîné des inondations, des dégâts matériels et fait cinq victimes.

Des pluies torrentielles sont également à l'origine d'inondations meurtrières et de glissements de terrain, surtout durant la saison des pluies (de mai / juin à novembre). 300 personnes avaient péri dans un torrent de boue s'abattant sur le village d'El Cambray Dos (15 km à l'est de la capitale) en octobre 2015. Une douzaine de personnes périrent dans des glissements de terrain à San Pedro Soloma en juin 2017. D'importantes inondations avaient fait une trentaine de victimes en septembre/octobre 2017 ; plusieurs centaines de milliers de personnes furent touchées de près ou de loin par la catastrophe naturelle ; nombre de routes et ponts rendus impraticables par les éléments.

Les feux de forêts sont fréquents durant la saison sèche.

Last update: février 13, 2018

Transport

Elevated

Les conditions de circulation routière sont très dangereuses et les accidents mortels courants en raison du mauvais entretien des routes, du manque d'éclairage et de la conduite sujette à caution des locaux. Les accidents et l'agressivité générale au volant peuvent amener à des violentes confrontations entre conducteurs.  

La sécurité sur les routes et les autoroutes est également remise en cause par la présence de criminels, notamment dans les zones rurales. Les attaques sont courantes, notamment le long des zones frontalières (département de Petén), en raison de la présence de trafiquants d'humains, d'arme, et de drogue. Les organisations criminelles érigent parfois des barrages routiers pour forcer les voitures à s'arrêter avant de braquer ou de voler les occupants. Ces incidents se produisent aussi bien la nuit que le jour.

La conduite de nuit est fortement déconseillée. Il est préférable de voyager à plusieurs véhicules. En ville, circulez avec les fenêtres fermées et les portes verrouillées en veillant à ce que vos effets personnels soient hors de vue. En cas d'embouteillage, il est conseillé de laisser un espace suffisant entre votre véhicule et celui vous précédant pour pouvoir manœuvrer.

La criminalité et les accidents sont élevés dans les transports publics, notamment dans les bus municipaux de la capitale et les bus intercités. Les chauffeurs de bus et les passagers peuvent être violemment attaqués par des gangs (cf. extorsion) et doivent donc être évités. Les bus Transmetro sont relativement sécurisés.

Ne faites jamais appel à un taxi sur le bord de la route ; empruntez les compagnies officielles (par exemple Taxi Amarillo et Taxi Seguro). Réservez à l'avance votre taxi. Les taxis non officiels sont connus pour braquer ou voler leurs passagers.

La criminalité est particulièrement prononcée autour des aéroports.

Last update: février 13, 2018

Infrastructures

Les réseaux électriques des pays d'Amérique centrale sont tous reliés par une ligne électrique unique de 1820 km. Les coupures de courant sont donc assez fréquentes. Entre 2010 et 2017, six coupures ont touchée l'ensemble de l'Amérique centrale.

Last update: février 13, 2018

Informations pratiques

Climat

Le climat est tropical, chaud et humide. La saison sèche s'étend de novembre à mars (températures douces, faible humidité) ; la saison des pluies de juin à octobre. L'humidité est alors étouffante à cause des fortes températures (38°C) surtout sur la côte Pacifique. Les nuits sont généralement glaciales en montagne.

Numéros utiles

Indicatif téléphonique: 502
Pompiers volontaires: 110
Pompiers municipaux: 123
Premiers secours: 911

Electricité

Voltage: 120 V ~ 60 Hz

Prises:

Last update: décembre 9, 2013