Retour

Rapports de pays

Guinée-Bissau Rapport de pays

Survol

INTRODUCTION

Un déplacement vers ce petit pays (1,8 million d'habitants) d'Afrique de l'Ouest familier d'une instabilité gouvernementale chronique nécessite une prise de conscience de l'existence de certains risques avant le départ.

RÉGIONS DÉCONSEILLÉES

Dans l'ensemble, le pays est relativement sûr ; les autorités diplomatiques occidentales indiquent qu'il est possible de s'y déplacer. Deux zones sont néanmoins déconseillées sauf raison impérative par le Ministère français des Affaires étrangères. La première concerne la zone frontalière avec le Sénégal, du fait de la possibilité d'une résurgence des tensions dans cette partie sénégalaise de la Casamance, en conflit depuis une trentaine d'années avec le gouvernement central de Dakar, et de la présence encore importante de zones minées. Dans la partie nord, à proximité donc de cette frontière, il est impératif de ne pas sortir des axes principaux.

La deuxième zone déconseillée sauf raison impérative est la capitale Bissau elle-même. Le ministère français des Affaires étrangères note que « les conditions de sécurité se sont sensiblement dégradées avec une augmentation conséquente du nombre d'attaques à mains armées. Des malfaiteurs s'en prennent principalement aux expatriés, souvent la nuit, et n'hésitent pas à avoir recours à la violence afin de leur extorquer argent, bijoux et voiture. (…) La capitale est également en proie à des violences régulières liées à des affrontements politiques (coups d’État, assassinats politiques…). Compte tenu de cette situation, la ville de Bissau est déconseillée sauf raison impérative ».

CRIMINALITÉ

Le taux de criminalité est relativement bas en Guinée-Bissau. Toutefois, la capitale Bissau connaît une recrudescence, ces dernières années, des cas de crime d'opportunité (pickpocketing, vols à l'arraché, vols dans les véhicules, agressions mineures). Ces dernières ont majoritairement lieu dans les endroits très fréquentés tels que le Marché de Bandim et le port, ainsi que dans les quartiers de Reino et Mindaro, en particulier la nuit.

Il convient d'éviter de se déplacer à pied le soir, d'éviter d'arborer des objets de valeur ou d'être en possession de beaucoup d'argent, et de circuler vitres fermées et portières verrouillées. En cas d'agression, il est impératif de ne pas résister.

En tout état de cause, il est recommandé aux voyageurs de conserver leurs documents de voyage et d'identité (passeport et carte nationale d'identité) ainsi que leur argent liquide en lieu sûr, notamment lorsqu'ils se rendent dans des lieux très fréquentés comme l'aéroport et les marchés. Il convient par ailleurs de ne rien laisser sur les sièges à l'intérieur des véhicules.

En cas d'incident, il est recommandé de contacter son consulat.

Le trafic de drogue est très important dans le pays, qui est un point de transit pour les trafiquants de cocaïne sud-américaine vers l'Europe.

RISQUE SOCIO-POLITIQUE

La vie politique bissau-guinéenne se caractérise par une instabilité politique chronique depuis son indépendance du Portugal en 1974.

L'élection du Président José Mario Vaz mi-mai 2014 s'est déroulée dans le calme ; cela a permis de mettre un terme au gouvernement de transition en place depuis le coup d'État du 12 avril 2012 et le renversement du régime de Carlos Gomes Junior. Cependant, une grave crise politique a de nouveau secoué le pays en août 2015, le Président Vaz décidant, contre l'avis de son cabinet, de son parti politique, le PAIGC (Parti africain pour l'indépendance de la Guinée et du Cap-Vert) au pouvoir, et du peuple, de dissoudre le gouvernement de Domingo Simoes Pereira, engendrant davantage d'instabilité politique. Le pays, est plongé dans une crise politique depuis août 2015, sur fond de rivalité entre le Président et le PAIGC. De ce fait, au mois de juillet 2017, le pays en est à son cinquième gouvernement depuis le premier remaniement en août 2015.

 Il convient de se tenir à l'écart de tout rassemblement. Les manifestations, bien que généralement pacifiques, peuvent dégénérer. Celles-ci se commencent et se finissent généralement devant le Palais présidentiel à Bissau, situé sur la place des Héros Nationaux (Praça dos Heróis Nacionais).

Les prochaines élections législatives sont prévues en 2018 et les présidentielles en 2019.

TRANSPORTS

Il n'existe aucune liaison aérienne directe entre le pays et le continent européen.

En outre, les routes sont globalement mal entretenues et peu éclairées, même dans la capitale, bien que des travaux d'amélioration soient en cours. En raison de ces travaux d'aménagement, les embouteillages sont fréquents, notamment sur l'avenue des combattants pour la liberté de la partie (Avenue des Combatentes da Liberdade da Patri) dans le centre de Bissau.

Il est déconseillé de se déplacer en voiture la nuit. Il est recommandé de ne conduire uniquement sur les axes principaux et goudronnés, aussi bien dans la capitale qu'à l'intérieur du pays. Durant la saison des pluies (juin à octobre), il convient d'être particulièrement vigilant ; certaines routes peuvent devenir impraticables et la circulation urbaine fortement perturbée.

Il n'y a pas de transports publics à Bissau, le mode de déplacement courant est le taxi individuel ou collectif. Il convient d'être vigilant dans le choix du véhicule et du chauffeur.

SANTÉ

Les installations hospitalières sont extrêmement carentielles dans l'ensemble du pays et imposent aux voyageurs une évacuation vers l'étranger en cas d'hospitalisation. Il est indispensable de souscrire en amont du départ une assurance maladie couvrant les soins à l'étranger ainsi que le rapatriement sanitaire, nécessaire en cas d'urgence.

Les risques sanitaires proviennent en premier lieu des maladies transmises par les piqûres de moustiques. Les voyageurs se rendant en Guinée-Bissau devront présenter un certificat de vaccination contre la fièvre jaune pour entrer sur le territoire. Le paludisme est endémique au niveau national. Protégez-vous des piqûres d'insectes en utilisant une moustiquaire, des répulsifs et en portant des vêtements couvrants ; prenez un traitement médicamenteux antipaludéen en accord avec votre médecin.

Le virus Zika sévit depuis avril 2016 de manière sporadique dans le pays. La maladie est transmise par les moustiques et au cours de rapports sexuels non protégés avec une personne infectée. Les symptômes sont de la fièvre, des céphalées, une conjonctivite, une éruption cutanée, des vomissements, accompagnés de douleurs musculaires et articulaires. Bien que le virus soit relativement bénin, des liens entre le virus et la malformation crânienne du nourrisson (microcéphalie), ainsi qu'avec le syndrome Guillain-Barré (GBS), ont été établis. Ces deux complications peuvent être mortelles. Il n'y a pas de vaccin contre le Zika.

L'eau n'est pas potable. Les maladies diarrhéiques sont chroniques (choléra, typhoïde, etc.). Il est donc indispensable de ne boire que de l'eau décontaminée ou en bouteille, de veiller à son alimentation et de se laver les mains plusieurs fois par jour.

Afin d'éviter tout risque de contamination parasitaire, il est recommandé d'éviter de boire, de se baigner ou de laver ses vêtements dans des eaux stagnantes. Il est formellement déconseillé de marcher pieds nus.

En outre, il est impératif de prendre toutes les mesures nécessaires pour se protéger du virus du sida.

Le vaccin contre la méningite est fortement conseillé, le pays se situant dans la « ceinture de la méningite ».

INFRASTRUCTURE

L'approvisionnement en eau et en électricité connaît de fréquentes coupures.

Les paiements par carte de crédit et par chèque bancaire ne sont pas autorisés à Bissau.

RISQUES NATURELS

Enfin, la saison des pluies s'étend de juin à octobre ; les pluies torrentielles s'abattant sur le pays de juillet à septembre peuvent causer d'importants dommages aux infrastructures, notamment les axes routiers.

Climat

Le climat est tropical humide, surtout sur le littoral, avec de fortes pluies de juin à novembre et une saison sèche de décembre à mai. Durant la saison des pluies, les vents océaniques apportent d'importantes précipitations sur l'ensemble de la Guinée Bissau ; les inondations sont fréquentes. Cette forte humidité liée à la chaleur rend l'atmosphère difficile à supporter. Lors de la saison sèche, les journées sont chaudes et ensoleillées, mais les nuits sont fraîches. L'atmosphère est desséchée par l'harmattan, vent chaud et sec venant du Sahara.

Numéros utiles

Indicatif téléphonique: 245

Il n'y a pas de service d'urgence dans le pays.

Electricité

Voltage: 220 V ~ 50 Hz

Prises: