Retour

Rapports de pays

Guyane Rapport de pays

Content provided by
IHS Markit Logo

Risk Level

Low
Moderate
Elevated
High
Very High
Severe
Extreme

Survol

Sommaire exécutif

Les résultats définitifs des élections générales du 2 mars n'ont pas encore été publiés par la Commission électorale du Guyana (GECOM). Les résultats préliminaires de la GECOM, divulgués aux médias, montrent que la coalition afro-guyanienne A Partnership For National Unity-Alliance For Change (APNU-AFC) du président sortant David Granger a obtenu plus de voix que le Parti progressiste du peuple indo-guyanais-Civic (PPP-C), parti d'opposition d'Irfaan Ali. Le GECOM ne peut pas publier les chiffres ou les résultats exacts en raison d'une injonction de la Haute Cour émise à la suite de plaintes pour fraude électorale déposées par le PPP-C, les États-Unis, l'Union européenne et le Canada dans la région 4, qui est la plus peuplée du pays et qui détient la capitale Georgetown. Si la victoire de Granger est confirmée, le PPP-C risque fort de boycotter le parlement, bloquant ainsi des réformes législatives et politiques clés, notamment la législation sur les hydrocarbures et les dépenses liées aux produits pétroliers. Un consortium dirigé par ExxonMobil qui exploite la phase 1 du développement de Liza vise à atteindre une production de 120 000 b/j de pétrole d'ici la fin de 2020, contre 52 000 b/j actuellement, la Guyane disposant de 8 milliards de barils de pétrole en ressources pétrolières estimées récupérables. Après une croissance du PIB prévue de 3,7 % en 2018 et 2019, l'expansion économique devrait s'accélérer pour atteindre 29 % en 2020, les investissements étrangers et les recettes publiques bénéficiant d'une impulsion substantielle. L'impact économique du secteur de l'énergie expose le Guyana à des risques d'inflation, d'appréciation de la monnaie, de réduction de la compétitivité hors énergie et de corruption. Des incidents frontaliers avec le Venezuela sont probables, surtout compte tenu des découvertes de pétrole dans les eaux contestées faites depuis 2015, mais il est peu probable qu'ils déclenchent un conflit armé interétatique. Bien que le Venezuela revendique environ deux tiers du territoire terrestre et maritime guyanais, la détérioration de l'économie du pays rend toute intervention militaire très improbable. La Guyane continuera à rechercher une résolution de la CIJ, le Venezuela rejetant sa juridiction et privilégiant plutôt la médiation de l'ONU. Il existe un risque élevé de saisie par la marine vénézuélienne de navires et de plateformes d'exploration pétrolière opérant dans les eaux contestées.
Last update: mars 11, 2020

Perspectives opérationnelles

Le gouvernement est favorable à l'investissement étranger direct, mais les niveaux élevés de bureaucratie entravent les activités des entreprises. Le Guyana cherche à diversifier l'économie dans des domaines tels que le tourisme et la production d'énergie renouvelable, et à former la main-d'œuvre pour le secteur pétrolier émergent. Le gouvernement a déclaré qu'il planifiait le développement d'infrastructures sur d'anciennes terres sucrières afin d'accueillir les 200 000 expatriés qui sont susceptibles de retourner au Guyana pour travailler dans le secteur pétrolier. Les grèves de travail, les plus fréquentes dans les industries extractives, sont généralement pacifiques et les perturbations commerciales sont généralement propres à une entreprise. Les risques opérationnels découlent également des catastrophes naturelles, en particulier les inondations, et du mauvais état de certaines infrastructures de transport du Guyana.

Last update: août 13, 2019

Terrorisme

Elevated

Les risques de terrorisme par des groupes transnationaux sont faibles, et la criminalité transnationale se limite à l'extorsion et aux vols à main armée commis par des gangs vénézuéliens dans les zones frontalières. Il existe un faible risque de terrorisme islamiste basé en Guyane ou dirigé depuis ce pays, malgré l'implication d'un groupe d'hommes guyanais dans un présumé complot d'explosion de réservoirs de carburant à l'aéroport international John F Kennedy de New York en 2007. La communauté musulmane sunnite, principalement indo-guyanienne, représente un peu plus de 7 % de la population du Guyana et est généralement bien intégrée économiquement.

Last update: février 20, 2020

Criminalité

Le niveau de criminalité est élevé dans la capitale Georgetown. L'augmentation du trafic local interne de marijuana a entraîné une hausse de la criminalité violente et des délits mineurs. Cependant, une grande partie des meurtres sont associés soit à la violence domestique, soit à l'exploitation aurifère à petite échelle. Les vols à la tire, les vols de sacs à l'arraché, les vols de voitures, les agressions et les vols sont monnaie courante dans tous les centres urbains, les vols à main armée étant devenus courants. Les étrangers sont souvent victimes de vols en raison de leur richesse perçue, mais les entreprises étrangères ne sont pas spécifiquement ciblées pour des activités criminelles.

Last update: février 20, 2020

Risques de guerre

Les conflits frontaliers avec le Suriname et le Venezuela vont probablement se poursuivre, mais ni l'un ni l'autre n'est susceptible d'entraîner un conflit physique plus large. Bien que le Venezuela revendique environ deux tiers du territoire guyanais et que la découverte de pétrole dans le territoire maritime contesté alimente le différend, l'intensification de la crise politique interne du Venezuela rend l'intervention militaire très improbable. L'augmentation des flux migratoires en provenance du Venezuela devrait entraîner une augmentation des patrouilles militaires guyanaises, bien que limitées, à la frontière pour lutter contre la traite. Il existe un risque élevé d'interception par la marine vénézuélienne de navires opérant dans des territoires maritimes contestés.

Last update: février 20, 2020

Stabilité sociale

Elevated

Il y a un risque accru de manifestations à l'approche des élections générales de mars 2020 ; cependant, l'effet devrait se limiter à la perturbation de la circulation dans la capitale Georgetown. Les protestations industrielles menées par l'Union sont probables dans les secteurs de l'agriculture - en particulier le sucre - et de l'éducation. Les protestations violentes et les dommages matériels sont rares, l'exemple le plus récent étant celui de Linden en 2012 à la suite d'une augmentation des prix de l'électricité. Une grève des travailleurs de la mine, qui réclamaient la reconnaissance du syndicat, a duré un mois de février à mars 2019, entraînant des perturbations dans les cargaisons le long de la rivière Berbice. Il est également probable que des protestations sporadiques contre les entreprises minières et forestières dans les régions intérieures de la Guyane aient lieu.

Last update: février 20, 2020

Risques pour la santé

Severe

Vaccins exigés à l'entrée

Fièvre jaune : un certificat de vaccination contre la fièvre jaune est exigé des voyageurs venant de pays où le risque de transmission de la fièvre jaune existe. Une seule dose du vaccin suffit pour conférer une protection à vie contre la maladie. Celui-ci doit être administré au moins dix jours avant l'arrivée dans une zone d'endémie afin d'être pleinement efficace.

Vaccins recommandés pour tout voyageur

Vaccins de routine : vérifiez auprès de votre médecin que vos vaccins de routine - à savoir les vaccins contre la diphtérie, le tétanos, la polio, la tuberculose, la grippe, la rougeole, les oreillons, la coqueluche, la rubéole et la varicelle - sont à jour.   

Fièvre jaune : un certificat de vaccination contre la fièvre jaune est généralement recommandé pour tous les voyageurs âgés de plus de neuf mois. Celui-ci doit être administré au moins dix jours avant l'arrivée dans une zone d'endémie afin d'être pleinement efficace.

Vaccins recommandés pour la plupart des voyageurs

Hépatite A : le vaccin est administré en deux doses, à six mois d'intervalle. Il est efficace à presque 100 pourcent. L'OMS préconise d'intégrer le vaccin contre l'hépatite A dans le calendrier national de vaccinations pour les enfants âgés d'un an ou plus.

Typhoïde : le vaccin contre la typhoïde peut être administré par injection (en une seule dose) ou par voie orale (quatre doses). Le vaccin est efficace à 50-80 pourcent ; aussi, il convient de prendre toutes les précautions hygiéniques nécessaires lors d'un déplacement dans une zone à risque (cf. ne boire que de l'eau en bouteille, éviter les aliments insuffisamment cuits, se laver les mains régulièrement, etc.). Le vaccin injectable peut être administré dès l'âge de deux ans (six ans pour le vaccin oral).

Vaccins recommandés pour certains voyageurs

Hépatite B : l'OMS préconise que tous les nourrissons reçoivent la première dose dès que possible après la naissance (de préférence dans les 24 heures suivant l'accouchement). Cette première dose devra être complétée par deux ou trois autres du même type afin de terminer la série primaire. Les doses de rappel ne sont pas recommandées à tout âge.

Rage : la vaccination préexposition est conseillée pour les voyageurs se rendant dans des zones reculées et susceptibles d'être exposées à la rage (cf. régions ou environnements où la présence d'animaux errants - chiens, chats -, de chauves-souris et autres mammifères susceptibles d'être porteurs est avérée). Le vaccin est administré en trois doses sur une période de trois ou quatre semaines. La prophylaxie post-exposition est également disponible et doit être administrée dès que la personne a été exposée à un animal susceptible d'être porteur de la rage.

Paludisme : il n'existe actuellement aucun vaccin homologué contre le paludisme. Cependant, certains traitements antipaludiques sont disponibles par ordonnance et peuvent réduire le risque d'infection jusqu'à 90 pourcent. Le type de traitement prescrit varie en fonction du niveau de risque et de la virulence des souches virales du pays ou de la région visité(e).  La prise d'antipaludiques doit être effectuée durant l'intégralité du voyage ; elle peut être poursuivie quatre semaines après avoir quitté la zone à risque.

Last update: avril 5, 2019

Risques naturels

Very high

Le pays est sujet aux pluies torrentielles susceptibles de causer des inondations dans les régions côtières. La saison des pluies s'étend de décembre-janvier à mai-juin ; d'importantes précipitations peuvent être observées toute l'année.

Si le Guyana est rarement touché par des ouragans, le pays peut être affecté par des systèmes de tempêtes pendant la saison des ouragans dans l'Atlantique, qui s'étale du 1er juin au 30 novembre.

Last update: avril 5, 2019

Transport

Elevated

Les principales routes côtières sont pavées mais le réseau routier dans son ensemble est discontinu. Certaines rivières ne sont pas traversées par des ponts, obligeant ainsi les voyageurs à prendre le bateau. Des services de ferry relient la Guyane au Suriname voisin. Il n'existe aucun réseau de chemin de fer. L'intérieur du pays est accessible principalement par avion ou bateau. Pour plus d'informations sur l'état des infrastructures de transport, merci de consulter : http://www.ndsguyana.org/Frames/chapter8.htm. Le Guyana connait un taux élevé d'accidents de la route, du fait des mauvaises habitudes de conduite, de la non-application du code de la route et du mauvais état des axes routiers.

Pour des raisons de sécurité, il est déconseillé d'emprunter les transports en commun ; des services de taxi peuvent être utilisés si ceux-ci sont proposés par des grands hôtels et par des offices de tourisme.

Il y a peu d'infrastructure de tourisme dans le pays ainsi qu'un faible nombre d'hôtels dans la capitale.

De courtes coupures de courant surviennent régulièrement.

Last update: avril 5, 2019

Informations pratiques

Climat

Le climat est chaud et humide avec un taux d'humidité proche de 100%. Les températures varient peu durant l'année. Les jours sont plus chauds loin des côtes et les nuits plus fraîches (14°C). Il pleut plus dans le nord (côtes) qu'au sud (savane). La saison des pluies s'étend de mai à juillet sur les côtes et jusqu'en septembre vers l'intérieur ; il y a une seconde saison des pluies sur les côtes, entre novembre et janvier.

Numéros utiles

Indicatif téléphonique: 592
Police: 911 ou 225 6411
Pompiers: 912
Ambulances: 913

Electricité

Voltage: 240 V ~ 60 Hz

Prises:

Last update: avril 5, 2019