Retour

Rapports de pays

Haïti Rapport de pays

Survol

INTRODUCTION

Tout projet de déplacement ou de séjour en Haïti - petite république (10,6 millions d'habitants) située dans les Grandes Antilles sur le tiers occidental de l'île d'Hispaniola - nécessite de la part du voyageur quelques préparations notamment du fait d'un environnement économique, social, sanitaire et sociopolitique dégradé.

En janvier 2010, Haïti avait été victime d'un séisme de magnitude 7 sur l'échelle de Richter responsable de 200 000 à 300 000 victimes, dont plusieurs centaines de ressortissants étrangers. Les dégâts matériels furent extrêmement importants ; huit ans plus tard, le pays peine encore à se remettre de ce drame. En octobre 2016, l'île avait une nouvelle fois été touchée par une catastrophe naturelle majeure. Le sud-ouest avait été impacté par le violent ouragan Matthew à l'origine d'un bilan humain élevé (plusieurs centaines de victimes) et de nouveaux dommages considérables aux infrastructures, aux habitations, s'additionnant aux calamités précédentes.

RISQUE SOCIO-POLITIQUE

Il est recommandé de rester à l'écart des rassemblements et des mouvements de foule, fréquents et souvent violents, généralement motivés par la corruption endémique des autorités, une crise économique sévère, un coût de la vie élevé, ainsi que l'insécurité. Ces mobilisations populaires peuvent engendrer des perturbations dans les transports et les déplacements. Des manifestations peuvent survenir de façon soudaine et déboucher sur l'édification de barrages routiers. Parmi les sujets sensibles animant actuellement le pays, citons la demande de démission du président Jovenel Moïse par les partis de l'opposition ainsi que divers mouvements de grèves dans plusieurs régions.

Ces dernières sont fréquentes dans la capitale Port-au-Prince ; les périmètres généralement concernés par ces mobilisations populaires/manifestations sont : le quartier église Saint Jean Bosco / Bel Air, le Carrefour Péan, le Champs de Mars / quartier du palais présidentiel, la Cité Soleil et le siège du Conseil Électoral Provisoire (CEP) dans la banlieue de Pétionville. La circulation sur les axes routiers suivants - avenue Pan Américaine (101), route de Frères, route de Delmas - est régulièrement impactée par les manifestants.

Les grèves se font plus nombreuses lors des campagnes électorales. Des violences avaient été signalées lors des élections législatives (maintes fois reportées) d'août 2015 ainsi qu'après les élections générales d'octobre 2015 (cf. accusations de fraude). De nouveaux troubles avaient touché le pays à l'approche du second tour des élections présidentielles, reportées à plusieurs reprises. Un scrutin présidentiel devait être organisé en octobre 2016 avant d'être repoussé au novembre 2016 du fait du passage de l'ouragan Matthew. Le second tour fut finalement organisé fin janvier 2017, permettant à Jovenel Moïse de devenir le nouveau chef de l'État. L'élection de Moïse, successeur désigné de l'ancien président et personnalité controversée Michel Martelly, n'a cependant pas amené la stabilité escomptée.

CRIMINALITÉ

Les actes criminels sont endémiques à Haïti - un point de passage névralgique du commerce de la drogue en provenance d'Amérique du Sud et de Jamaïque vers les États-Unis et divers autres marchés - en particulier dans les grands centres urbains où les gangs armés opèrent. 500 000 armes illégales seraient en circulation dans le pays. En raison de la faiblesse des institutions judiciaires, de nombreux crimes restent impunis, poussant notamment les individus à se faire justice eux même  (lynchages, etc.), principalement dans les zones urbaines.

Les périmètres notoirement dangereux incluent la capitale Port-au-Prince, la commune du Cap-Haïtien, les îles de la Tortue et de la Gonâve ainsi que la frontière avec la République Dominicaine. À Port-au-Prince, les quartiers de Carrefour, Cité Soleil, Martissant et Bel Air figurent parmi les plus sensibles. Même au sein des quartiers résidentiels comme Pétionville, les crimes violents et les kidnappings demeurent des risques majeurs. Les populations aisées locales et les ressortissants étrangers sont ciblés par les criminels.

Des kidnappings contre rançon se produisent occasionnellement et ciblent généralement les victimes en fonction de leurs richesses, position sociale ou liens politiques. Hommes, femmes et enfants sont concernés. Si les otages sont généralement libérés sains et saufs après le paiement de la rançon, certains subissent des atteintes physiques ou sexuelles. Dans certains cas, le kidnapping peut également s'avérer mortel.

Les vols à main armée ne sont pas rares, notamment contre les personnes arrivant de l'aéroport. Il est conseillé d'être accueilli par des proches ou des personnes de confiance et de n'avoir sur soi qu'une somme de liquidités réduite et peu d'objets de valeur.

Les gangs suivent parfois les véhicules depuis l'aéroport jusqu'à leur destination finale afin de les attaquer. Les personnes peuvent également être agressées après un retrait d'argent au distributeur automatique. Il est recommandé d'utiliser les distributeurs automatiques situés dans les banques, les supermarchés ou placés sous la surveillance d'agents de sécurité, et de ne pas révéler en avance vos plans de voyage aux chauffeurs et au personnel hôtelier.

Les personnes présentes sur le territoire sont invitées à respecter les recommandations suivantes afin de minimiser leur vulnérabilité :

évitez de circuler à pied, surtout seul et à la tombée de la nuit ; évitez de vous faire remarquer et de porter des vêtements attirant l'attention ; si possible, voyagez avec un guide local ; faites preuve de vigilance lors des retraits aux distributeurs automatiques ; les criminels sont souvent armés. Ne résistez pas en cas de vol, obéissez aux injonctions, évitez les mouvements brusques et gardez votre calme autant que possible ; pour éviter de devenir une cible facile, variez les itinéraires quotidiens pour réduire la prévisibilité de vos mouvements ; en voiture, veillez à garder les portes verrouillées, les fenêtres fermées et tout objet de valeur hors de vue ; maintenez un espace suffisant entre vous et la voiture qui vous précède afin de disposer d'une marge de manœuvre ; gardez à l'esprit qu'en cas d'embouteillages vous êtes particulièrement vulnérable. Si vous pensez être suivi, dirigez-vous vers un poste de police ou autre établissement public mais jamais à votre domicile ; garez votre véhicule aussi près de votre destination que possible, particulièrement la nuit ; si possible, il est recommandé de recourir à un chauffeur pour vos déplacements en véhicule ; n'empruntez jamais les transports publics.

Pour les résidents de longue durée, il est recommandé d'engager des gardiens pour protéger le domicile. Les résidents de courte durée devraient privilégier les hôtels sécurisés. Les chaînes d'hôtel occidentales sont généralement fiables. Gardez les portes fermées à clé en tout temps, aussi bien à la maison qu'à l'hôtel.

Bien qu'il n'existe pas de loi interdisait l'homosexualité, l'homophobie est très répandue dans la société haïtienne, y compris au sein du gouvernement. Des incidents perpétrés contre les membres de la communauté LGBT sont régulièrement signalés. 

TRANSPORTS

Dans les transports aériens, l'État n'est pas en mesure de réaliser des contrôles suffisants en matière de maintenance des appareils. Aucun transporteur haïtien ne figure sur la liste des compagnies aériennes interdites de vol au sein de l'Union Européenne (« liste noire des compagnies aériennes »). Cependant, toutes les compagnies haïtiennes sont interdites de vol vers ou depuis le Royaume-Uni et ses territoires d'outre-mer.

En raison d'une conduite généralement dangereuse, les accidents de la route sont communs. La dégradation des routes et la présence de groupe criminels armés aggrave particulièrement les conditions sécuritaires sur la route.

Il est donc conseillé de voyager de jour si possible et de conserver les portières verrouillées et les vitres remontées. Les autoroutes dans certaines régions sont isolées, avec un accès limité aux stations essence et réseaux téléphoniques.

Ne tentez pas de passer outre d'éventuels barrages routiers, souvent érigés par des criminels (notamment sur la Route Nationale 2, près la commune Petit-Goâve) et autres manifestants ; faites demi-tour et empruntez une autre route.

Les ponts et routes, en particulier les routes secondaires, sont souvent endommagés et inondés pendant de longues périodes suite aux fortes précipitations et à un système obsolète de drainage.

Si vous vous rendez en République Dominicaine en voiture, notez qu'il n'existe que quatre postes frontaliers. De longues heures d'attentes sont à prévoir au niveau de ces postes. En outre, l'accès terrestre à la République Dominicaine est souvent entravé par des barrages routiers. Il existe également un risque de fermeture des frontières en cas de montée des tensions entre les deux pays. Caribe Tours offre un service de bus sûr et confortable entre Pétionville (région capitale) et Saint-Domingue, en République Dominicaine.

Enfin, l'usage de taxis, de « moto-taxis » et de taxis sans licence est déconseillé.

RISQUES NATURELS

En plus d'un risque important de séisme, les voyageurs relèveront que la saison des pluies s'étire d'avril à juin, puis d'août à octobre. La saison cyclonique s'étend de juin à novembre. Pendant ces périodes, les inondations font de nombreuses victimes et les glissements de terrain entraînent des dégâts matériels significatifs dans l'ensemble du pays, y compris dans la capitale. En raison du manque d'infrastructures, les villes et villages sont très vulnérables face à ces phénomènes. Les interventions en cas d'urgence sont souvent insuffisantes.

Plus de 500 personnes avaient perdu la vie lors du passage de l'ouragan Matthew (catégorie 4) dans l'ouest du territoire le 4 octobre 2016, lequel avait causé d'importants dégâts aux infrastructures dans les départements du Sud, Grand'Anse et Nippes. Plus de 120 000 maisons avaient été détruites. Dans un contexte d'économie locale sinistrée, les risques sociopolitiques sont à surveiller du fait notamment de la chute de la production agricole (risque de famine), du manque d'eau potable, et de la hausse des prix à la consommation.

Nous conseillons aux individus présents à Haïti de prendre un certain nombre de mesures préventives en prévision des orages et tempêtes à venir :

Prévention des catastrophes : protéger les fenêtres avec des volets en contreplaque et/ou du ruban-cache adhésif ; fixer les toitures avec des bandes de fermeture, des brides de fixation ou des poids ; tailler et couper les arbres et arbustes qui pourraient potentiellement s'effondrer ; retirer les débris et les objets se trouvant dehors (ex. le mobilier du patio) ; déboucher les gouttières et écoulements d'eau de pluie et vérifier dans chaque pièce les objet pouvant potentiellement tomber ; placer des serviettes et/ou des sacs de sable aux endroits où l'eau pourrait s'infiltrer. Communication : faire en sorte que tous les appareils électroniques importants ainsi que les radios VHF soient toujours chargés afin de pouvoir rester opérationnels en cas de panne de courant ; préenregistrer tous ses contacts importants dans un téléphone avec liaison satellite ; informer le QG et les autres bureaux en cas d'évènement météorologique pouvant potentiellement vous affecter. Préparation de réserves de secours : eau (au moins trois litres par jour et par personne ainsi qu'un approvisionnement sûr) ; une réserve de gaz pour faire la cuisine, une réserve de carburant, faire en sorte que le réservoir soit plein, des plats préparés et des boites de conserve, des piles et des batteries de rechange, de l'argent liquide, des bougies et des allumettes dans une boite imperméable ; une boite à outils (ex. marteau, corde, etc.). Autre : localiser un extincteur et vérifier qu'il est en état de marche ; localiser l'arrivée d'eau, le générateur, la box électrique, le robinet d'arrêt du gaz ; baisser la température du réfrigérateur et du congélateur au minimum et les garder ferme ; envisager un sous-sol sécurisé ; faire en sorte qu'il y ait des draps et des vêtements propres à disposition ainsi que des médicaments et d'autres objets qui pourraient vous être utiles ; obtenir l'accord du propriétaire ainsi que ses conseils sur vos différentes mesures de préparation.

SANTÉ

Les hôpitaux et les soins médicaux sont en général de qualité passable à Haïti. Des grèves de personnels de santé paralysent de temps à autre les hôpitaux publics, entraînant une surpopulation des établissements de santé privés. Les personnels en grève réclament une augmentation de salaire ainsi que l'amélioration des conditions sanitaires dans les hôpitaux où les pénuries d'eau, de matelas et draps propres sont récurrentes.

Les personnes séjournant à Haïti sont invitées à privilégier les hôpitaux privés en cas de problème de santé. Les pénuries de médicaments sont également fréquentes. Il est recommandé à tous les voyageurs de souscrire une assurance voyage et médicale (couvrant une évacuation d'urgence) avant le départ.

L'eau du robinet n'est pas potable en raison de la présence de choléra et d'autres maladies transmises par l'eau. Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), la consommation d'eau contaminée est chaque année responsable de 28,5 décès pour 100 000 habitants à Haïti.

Haïti est touché par une épidémie de choléra depuis octobre 2010. La maladie est particulièrement virulente lors de la saison des ouragans (juin-novembre) en raison des inondations générées contribuant à propager la bactérie du choléra. Début octobre 2016, l'épidémie avait fait près de 10 000 victimes sur le territoire sur un total de près de 800 000 cas détectés depuis 2010. Pour réduire le risque de contamination, il est impératif de se laver les mains régulièrement et soigneusement, de ne boire que de l'eau purifiée ou en bouteille et éviter de manger de la nourriture qui ne soit pas bien cuite, épluchée  ou désinfectée. Si vous pensez avoir contracté le choléra, il est nécessaire de consulter immédiatement un médecin.

De nombreuses maladies transmises par les moustiques sont présentes :

il existe un risque élevé d'être touché par le virus Zika. Bien que la maladie est généralement assez bénigne (et asymptomatique dans 80 % des cas), les liens entre le virus Zika et la malformation des nouveau-nés ainsi qu'avec le syndrome de Guillain-Barré (SGB) ont été établis. La maladie peut être également transmise lors de rapports sexuels non protégés avec une personne infectée ; le risque de paludisme est présent dans tout le pays ; des cas de dengue ont été recensés ; le pays connaît également une épidémie de chikungunya.

Les cas de rage animale et de transmission à l'homme sont fréquents (on dénombre environ 200 décès annuels liés à cette maladie). La principale mesure de prévention contre la rage consiste à éviter tout contact avec les animaux domestiques et sauvages (morsures, griffures, léchage). En cas de griffure ou de morsure, il est impératif de consulter un médecin dans les plus brefs délais.

TÉLÉCOMMUNICATIONS

Les téléphones portables sont largement utilisés. Si le signal de réception varie en fonction des régions, il est généralement bon dans et autour de Port-au-Prince. Les cartes SIM locales et cartes prépayées sont disponibles à l'achat dans les principaux centres urbains.

Climat

Le climat est tropical, avec des températures stables toute l'année (23°C à 32°C, plus frais en montagne). La saison des pluies s'étend de mai à juillet ; des ouragans peuvent se développer entre juillet et octobre. Les pluies sont alors abondantes sur les reliefs exposés aux vents du nord-est. Les mois de décembre et janvier sont secs.

Numéros utiles

Indicatif téléphonique: 509 Police: 114 Ambulances: 118

Electricité

Voltage: 110 V ~ 60 Hz

Prises: