Retour

Rapports de pays

Indonésie Rapport de pays

Survol

INTRODUCTION

Cet immense pays archipélagique (17 000 îles) abritant la 4ème population de la planète (251 millions d'habitants) incarne une destination asiatique lointaine particulière dont il s’agit de préparer préalablement le séjour.

Violences des hommes et de la nature (cf. tsunami du 26 déc. 2004 : 170 000 victimes rien qu’en Indonésie, province d’Aceh notamment) s’y conjuguent, offrant aux voyageurs (11,5 millions de visiteurs étrangers en 2016) un environnement plus ou moins fragile selon la saison et la destination.

SÉCURITÉ

Parmi les régions formellement déconseillées par diverses chancelleries occidentales du fait de violence politique, séparatiste, terroriste ou criminelle, la province d’Aceh, la Papouasie occidentale, les Moluques Sud et le Kalimantan. Les tensions sont également fortes au Sulawesi. Dans le reste du pays, une vigilance constante est requise, jusque dans les lieux les plus touristiques et les sites religieux, à l’instar de cette explosion intervenue le 5 août 2013 dans un temple (bouddhiste) de Jakarta (une victime).

TERRORISME

La menace terroriste demeure donc élevée. Lors de la douzaine d’années écoulée, les visiteurs étrangers ont payé un lourd tribut au fléau terroriste : attentats de Bali en octobre 2002 (202 morts) et octobre 2005 (26 victimes). La capitale Jakarta (neuf millions de résidents) a été touchée à plusieurs reprises ; après l'attentat d'août 2003 contre l'hôtel Marriott, le 17 juillet 2009, c'est une double explosion qui touchait les hôtels Marriott et Ritz Carlton (8 victimes). L'ambassade d'Australie avait également été visée en 2004 (dix morts). Ces attaques ont été attribuées à la Jemaah Islamiyah, un groupe islamiste lié à Al-Qaïda. Après plusieurs années de calme relatif, l’Indonésie a de nouveau été frappée par des attentats début 2016. Le 14 janvier, plusieurs attaques à la bombe ont eu lieu près d’un centre commercial situé le long de la route Jalan Thamrin, dans le district de Sarinah, dans le centre de Jakarta. Sept personnes ont été tuées (dont cinq terroristes présumés) et de nombreuses autres blessées. L’attentat a été revendiqué par l’organisation djihadiste « État Islamique » (EI) quelques heures plus tard.

POLITIQUE

La capitale indonésienne est le théâtre fréquent de rassemblements populaires importants, de grèves également. Les prochains grands rendez-vous électoraux seront organisés en avril 2019 (élections législatives) puis en juillet 2019 (scrutin présidentiel).

Pays de confession musulmane, certains de ces grands rassemblements populaires ont une connotation politico-religieuse susceptible, ponctuellement, de donner lieu à quelques moments de tension avec les visiteurs étrangers, Occidentaux notamment. C’est particulièrement le cas dans le Sulawesi central et les Moluques, tout particulièrement à Ambon.

SANTÉ

Dans un domaine distinct, on relèvera que la situation sanitaire est parfois préoccupante, le risque étant moindre dans les grandes villes (Jakarta, Bali) et dans les zones touristiques.

On déplore entre autres la présence récurrente du paludisme (zone 3, souches fortement résistantes à la chloroquine), du choléra, de la dengue, de la typhoïde, de la tuberculose, de la rage et du chikungunya. Même dans l’île touristique de Bali, les cas de rage sont fréquents. Noter que l’eau de ville n’est pas potable : utilisez uniquement de l’eau en bouteille, lavez avec de l’eau filtrée et pelez fruits et légumes, évitez enfin la nourriture servie dans les échoppes ambulantes.

Les voyageurs noteront qu’à l’été et en automne (juin à octobre), le brûlis incontrôlé des forêts à Sumatra et au Kalimantan fait grimper le taux de pollution atmosphérique (brume sèche) à des niveaux dangereux pour la santé (cf. personnes souffrant de difficultés respiratoires). RISQUES NATURELS Depuis début juin 2015, le volcan Mont Sinabung (district de Karo ; Sumatra Nord) montre des signes d’activités importants (cf. nuages de cendres brûlantes, projections de pierres, coulée de lave), poussant les autorités à évacuer les habitants résidant jusqu’à treize kilomètres du volcan.

TRANSPORTS

À noter que les conditions de transports sont généralement médiocres, tous moyens confondus. Si l'ensemble des compagnies aériennes indonésiennes figuraient sur la liste noire de l'Union Européenne, la Commission européenne a levé ces restrictions en janvier 2009 pour les compagnies Garuda, Mandala, Airfast et Premiair, saluant des progrès significatifs dans le domaine de la sécurité.

Le 9 juin 2015, l'Indonésie a supprimé le visa d'entrée pour les touristes français.

LÉGISLATION LOCALE

La consommation de drogues fait l’objet de très lourdes condamnations (peine capitale) : il est conseillé de veiller sur ses bagages durant les transports.

Climat

Le climat est tropical avec une forte humidité et de faibles variations de températures.

Il y a deux saisons : la mousson humide de novembre à mars (fortes précipitations) et la mousson sèche d'avril à octobre (vents secs). Les températures sont constantes toute l'année sur la côte et dans les zones de faible altitude (entre 25°C et 30°C). Les températures sont plus faibles dans les zones montagneuses.

Numéros utiles

Indicatif téléphonique: 62 Police: 110 (ou 911 à Bali) Pompiers: 113 Ambulances: 118

Electricité

Voltage: 127/230 V ~ 50 Hz

Prises:

Plus