Retour

Rapports de pays

Irak Rapport de pays

Content provided by
IHS Markit Logo

Risk Level

Low
Moderate
Elevated
High
Very High
Severe
Extreme

Survol

Sommaire exécutif

De violentes manifestations de masse à Bagdad et dans le sud, qui ont commencé le 1er octobre 2019, ont diminué en taille et en intensité à la suite d'une intervention sécuritaire qui a entraîné la mort de plus de 100 personnes et d'un plan du gouvernement visant à accroître les prestations sociales pour ses citoyens. Même si le gouvernement peut tenir ses promesses, il n'a pas de plan à long terme pour fournir de l'emploi à sa population en forte croissance, ni pour apporter les changements structurels nécessaires pour lutter contre la corruption endémique. D'autres protestations sont donc probables au cours de l'année à venir.Le Premier ministre Adil Abd Al-Mahdi est redevable à l'alliance Sairoun du clerc chiite Muqtada al-Sadr et aux milices chiites du Fatah al-Moubin de Hadi al-Ameri, alignées en Iran. Suite aux protestations de masse et à l'appel de Sadr à des élections anticipées, il est de plus en plus probable qu'Abd Al-Mahdi démissionne.Les explosions dans les dépôts d'armes attribuées aux États-Unis (et à Israël) par les milices chiites alignées sur l'Iran dans les unités de mobilisation populaire risquent d'être combattues par des attaques à la roquette largement symboliques ciblant le gouvernement et les biens diplomatiques américains, ainsi que par des appels à un vote parlementaire sur un retrait des forces américaines. La réponse de l'Iran ne sera probablement pas suffisante pour ordonner l'enlèvement d'individus américains, y compris des entrepreneurs pétroliers, de peur d'inviter une réponse militaire.L'État islamique maintient un réseau de cellules dans le centre et le nord de l'Iraq, utilisant des cachettes dans les montagnes Hamrin et Qara Chokh. Ses tactiques comprennent des attaques à l'aide d'engins explosifs improvisés visant le personnel de sécurité, l'incendie criminel de terres agricoles et l'extorsion des habitants des provinces de Kirkuk, Ninewa, Salaheddin et Diyala. La production restreinte de pétrole dans le cadre de l'accord révisé de l'Alliance de Vienne en décembre 2018 freinera la croissance globale en 2019. IHS Markit a révisé à la baisse les perspectives de croissance de l'Irak en 2019 à 1,5%, reflétant la baisse de la production pétrolière. L'activité économique non pétrolière devrait se redresser plus progressivement dans un contexte d'austérité budgétaire.
Last update: octobre 18, 2019

Perspectives opérationnelles

Malgré les pertes territoriales et la réduction des capacités, les risques opérationnels restent élevés car les combattants de l'État islamique dans le nord et le centre de l'Iraq continueront de mener des attaques quasi quotidiennes contre les infrastructures énergétiques à la fin de 2019. De vastes réformes économiques visant à faciliter l'investissement étranger direct ont été lancées dans la loi de 2006 sur l'investissement ; toutefois, l'absence d'un gouvernement d'unité forte risque de continuer à entraver l'application de cette loi. Le faible soutien à la conférence des donateurs pour la reconstruction de février 2018, qui s'est élevé à 30 milliards de dollars, était probablement dû en partie aux doutes de la communauté internationale quant aux efforts de lutte contre la corruption, ainsi qu'aux inquiétudes, en particulier parmi les donateurs du Golfe, concernant l'influence accrue de l'Iran dans ce pays.

Last update: août 28, 2019

Terrorisme

Severe

L'État islamique continue d'opérer dans les provinces de Diyala, Kirkuk, Ninawa et Salaheddine en utilisant des cachettes dans les chaînes de montagnes Hamrin et Qara Chokh. Les attaques par engins explosifs improvisés dans ces zones visent des véhicules de la police fédérale, de l'armée ou des unités de mobilisation populaire. Les sympathisants et les redéploiements en provenance de Syrie sont très susceptibles de rejoindre les cellules dormantes dans les villes recapturées. Les opérations de sécurité en cours sont susceptibles d'avoir empêché des attaques complexes de plus grande envergure, y compris à Bagdad, mais l'intention de le faire demeure. Il est peu probable que l'Etat islamique s'installe dans la région du Kurdistan malgré sa proximité, mais il ciblera les civils et les forces de sécurité kurdes dans les zones frontalières et dans la province de Kirkouk.

Last update: octobre 17, 2019

Risques de guerre

Le gouvernement est à la fois incapable et peu susceptible de tenter de contenir les milices lourdement armées et bien financées ; toute tentative en ce sens comporterait un risque de guerre civile. Une guerre civile devient également plus probable si les manifestations de masse à Bagdad et dans le sud du pays devaient être réprimées par le recours à la force meurtrière des forces de sécurité et des unités de mobilisation populaire. La guerre entre États est très improbable dans les perspectives triennales : Les forces armées irakiennes sont loin de retrouver leurs forces d'antan et le gouvernement se concentre sur les menaces à la sécurité intérieure.

Last update: octobre 17, 2019

Stabilité sociale

Very high

Les conditions qui ont présidé aux manifestations violentes et massives qui ont éclaté à Bagdad et dans un certain nombre de villes du sud en octobre 2019 ne sont pas susceptibles de changer dans les perspectives à un an, ce qui signifie que d'autres manifestations sont probables dans le courant de l'année 2020. Ni le gouvernement actuel d'Adil Abd Al-Mahdi ni un futur gouvernement ne seront probablement capables de créer suffisamment d'emplois pour une population en forte croissance ou de mettre en œuvre des réformes pour lutter contre la corruption, car les changements structurels nécessaires pour y parvenir impliqueraient la remise en cause des intérêts acquis de puissants réseaux politiques. Les manifestations risquent d'être décentralisées et désorganisées, avec un risque élevé de dommages matériels aux biens de l'État.

Last update: octobre 18, 2019

Risques pour la santé

Severe

Un certificat de vaccination contre la fièvre jaune est exigé pour les voyageurs en provenance de pays présentant des risques de transmission de la fièvre jaune agés de plus d'un an ainsi que pour les voyageurs ayant transité plus de 12 heures dans un aéroport situé dans un pays présentant des risques élevés de transmission de la fièvre jaune. Le certificat de vaccination contre la fièvre jaune est valable 10 ans.

Systématiquement

Hépatite A : la vaccination est disponible pour les enfants à partir de l'âge d'un an. Pour les personnes nées avant 1945, ayant passé leur enfance dans un pays en développement ou ayant des antécédents d'ictère, une recherche préalable d'anticorps sériques (Ig G) peut éviter une vaccination inutile.

Hépatite B : la vaccination est disponible pour les enfants à partir de l'âge de deux mois.

Diphtérie, tétanos, poliomyélite : le vaccin doit être mis à jour si nécessaire (rappel tous les dix ans).

En fonction de la durée et des modalités du séjour

Fièvre typhoïde : si le séjour doit se dérouler dans des conditions d'hygiène précaires (pour les enfants : à partir de l'âge de deux ans).

Rage : pour des séjours prolongés en situation d'isolement (pour les enfants : dès qu'ils sont en âge de marcher).

Pour les enfants : toutes les vaccinations incluses dans le calendrier vaccinal français devront également être à jour. Dans le cas d'un long séjour, le BCG est recommandé dès le premier mois et le vaccin rougeole-oreillons-rubéole dès l'âge de 9 mois.

Paludisme : chimioprophylaxie conseillée contre le paludisme : chloroquine (nom commercial : Nivaquine).

Last update: avril 5, 2019

Risques naturels

Very high

Plusieurs provinces sont concernées par des épisodes de pluies torrentielles, à l'origine de nombreux glissements de terrain et inondations à Bagdad et dans certaines régions méridionales. Les infrastructures nationales étant mal adaptées à ce type d'événements, les dommages matériels sont importants, y compris dans la capitale ; les inondations renforcent généralement les risques de choléra.

Last update: avril 5, 2019

Transport

Very high

La compagnie nationale irakienne Iraqi Airways figure depuis décembre 2015 sur la liste des compagnies aériennes faisant l'objet d'une interdiction de survol de l'espace aérien de l'Union Européenne (UE). Une interdiction en relation avec les standards de sécurité de la compagnie, sujets à caution.

Last update: avril 5, 2019

Infrastructures

Les autorités irakiennes ont fait part à plusieurs reprises de leurs inquiétudes concernant le barrage de Mossoul, la  principale installation hydroélectrique du pays, gravement endommagé par plusieurs mois de conflit dans le nord. Malgré d'importants travaux de maintenance débutés en février 2016, les risques liés à une éventuelle rupture du barrage demeurent. Cette dernière pourrait causer de graves inondations et destructions en aval du barrage entre Mossoul et Bagdad.

Last update: avril 5, 2019

Informations pratiques

Climat

Le climat est principalement désertique. 

L'été dure de mai à septembre ; il est très sec et chaud, avec des températures pouvant monter jusqu'à 50°C. L'hiver s'étire de décembre à février et est doux, parfois pluvieux, avec des températures comprises entre 5 et 20°C. Le climat est légèrement plus chaud et plus humide dans le sud.

Numéros utiles

Indicatif téléphonique: 964

Il n'y a pas de service d'urgence dans le pays.

Electricité

Voltage: 230 V ~ 50 Hz

Prises:

Last update: avril 5, 2019