Retour

Rapports de pays

Iran Rapport de pays

Content provided by
IHS Markit Logo

Risk Level

Low
Moderate
Elevated
High
Very High
Severe
Extreme

Survol

Sommaire exécutif

Le retrait unilatéral des États-Unis de l'accord nucléaire iranien en mai 2018 et la réimposition de sanctions extraterritoriales américaines affectent la plupart des secteurs, notamment l'énergie, la pétrochimie, l'automobile et les finances, ainsi que toutes les entités américaines et non américaines qui souhaitent faire des affaires avec l'Iran. L'Iran continuera probablement à se conformer à l'accord nucléaire pour maintenir un certain degré d'allégement des sanctions imposées par les pays européens, la Chine et la Russie au cours des prochains mois. Toutefois, l'INSTEX, l'instrument européen destiné à faciliter le commerce humanitaire avec l'Iran, est probablement insuffisant pour soulager l'économie iranienne. La politique américaine consistant à confronter l'Iran pour réduire son programme de missiles balistiques et à l'obliger à retirer son soutien aux procurations régionales - y compris en Syrie, au Liban, en Irak et au Yémen - augmente la probabilité d'une guerre, soit par erreur, soit par décision des États-Unis de prendre des mesures militaires directes contre l'Iran ou des intérêts iraniens à l'étranger, notamment si l'Iran reprend ses armes nucléaires. La faiblesse militaire conventionnelle de l'Iran signifie qu'il est susceptible d'éviter de provoquer une confrontation militaire directe avec les Etats-Unis et Israël. Il est peu probable que le président Rouhani parvienne à mettre en œuvre les réformes sociales promises, tandis que l'apathie réformiste des électeurs augmentera la probabilité que les conservateurs purs et durs s'emparent du contrôle parlementaire et de la présidence lors des élections de 2020 et 2021 respectivement. La domination dure et conservatrice dans le processus de succession atténue les risques pour la stabilité de l'État lorsque l'Ayatollah Khamenei, Guide suprême, meurt. Les déficiences structurelles comprennent un secteur public inefficace, un secteur bancaire et financier faible, la corruption et un taux de chômage élevé. L'économie iranienne subit de fortes pressions et nous nous attendons à ce que le PIB réel se contracte de 3,0 % au cours de l'exercice 2019, avant une modeste reprise pour atteindre 1,0 % de croissance en 2020, à mesure que les exportations de pétrole s'épuiseront. La hausse de l'inflation - plus de 35 % par an depuis fin 2018 - et la perte de confiance dans la politique économique pèseront lourdement sur la consommation privée et l'investissement fixe, la croissance des IDE réalisée en 2016-17 étant stoppée.
Last update: mars 28, 2019

Perspectives opérationnelles

Le retrait des États-Unis de l'accord nucléaire et la réimposition de sanctions américaines, y compris sur le secteur automobile iranien à partir du 7 août et sur les services de transport maritime et d'assurance à partir du 5 novembre, augmentent considérablement le fardeau réglementaire pour les entités étrangères faisant des affaires avec l'Iran. Les sanctions risquent également de perturber gravement l'infrastructure commerciale de l'Iran et les opérations de l'entreprise tout au long de la chaîne d'approvisionnement. Cela accroît la probabilité de manifestations syndicales plus fréquentes, mais dispersées et pacifiques, contre les arriérés de salaires, en particulier dans les secteurs manufacturier et industriel, y compris le secteur stratégique de l'automobile.

Last update: septembre 4, 2018

Terrorisme

High

Les groupes militants séparatistes iraniens ne représentent pas une menace crédible pour l'autorité de l'État et ne risquent pas de saper considérablement les forces de sécurité dans les régions où ils opèrent, à savoir les provinces frontalières du Kermanshah, du Khuzestan, du Kurdistan, du Sistan-Baloutchistan et d'Azerbaïdjan occidental. Toutefois, il existe un risque élevé d'attaques à faible capacité ciblant la sécurité, le gouvernement et les actifs énergétiques moins sûrs dans ces provinces, notamment dans le but d'obtenir un soutien extérieur, principalement de l'Arabie saoudite. Il est peu probable que l'aide extérieure améliore sensiblement les capacités globales de ces groupes. Les groupes djihadistes tels que l'État islamique disposent au moins d'un réseau de soutien rudimentaire dans le pays et sont capables d'attaques ponctuelles contre des cibles faciles.

Last update: décembre 28, 2018

Criminalité

Bien que la petite délinquance soit fréquente dans les zones urbaines, en particulier chez les touristes, elle n'est pas un problème grave. Les crimes plus graves, en particulier ceux impliquant des groupes organisés, sont principalement liés au trafic illicite de drogue et au blanchiment d'argent, étant donné la situation géographique de l'Iran qui relie l'Afghanistan, un important producteur d'opium, à la Turquie puis à l'Europe. Les forces de l'ordre (LEF), qui relèvent du ministère de l'Intérieur, et le Corps des gardiens de la révolution islamique (IRGC) sont tous deux responsables de la lutte contre la criminalité organisée, bien que l'étendue de leur coopération ne soit pas claire. La peine capitale pour les crimes graves est courante.

Last update: février 16, 2019

Risques de guerre

La politique américaine consistant à confronter l'Iran pour qu'il réduise ses programmes nucléaires et de missiles balistiques et à l'obliger à retirer son soutien aux procurations régionales a accru la probabilité d'une guerre, soit en raison d'une erreur de calcul de la part de l'Iran concernant le seuil américain pour une action militaire soit d'une décision des États-Unis de prendre des mesures militaires directes contre l'Iran ou ses intérêts étrangers. Le gouvernement iranien n'opterait probablement pour la guerre que s'il était menacé par une menace existentielle imminente et chercherait sans doute à éviter un conflit direct. L'Iran chercherait à refuser aux Etats-Unis une guerre localisée de courte durée et à rendre tout affrontement militaire régional.

Last update: décembre 28, 2018

Stabilité sociale

High

Les protestations antigouvernementales localisées et motivées par l'économie de la part des communautés à faible revenu et de la classe ouvrière iranienne risquent de se reproduire. Il est peu probable qu'elles deviennent coordonnées ou à grande échelle dans les grandes zones urbaines ou qu'elles menacent la stabilité de l'État, au moins jusqu'à la fin de 2019. Toutefois, il est peu probable que l'État donne suite aux doléances de cette circonscription et ne peut compter sur une réponse musclée ; cette dernière risquerait d'aliéner la base de soutien de base des partisans de la ligne dure, d'encourager les défections au sein de l'appareil de sécurité et de discréditer l'IRGC/le leadership clérical. Entre-temps, bien que les efforts des partisans de la ligne dure pour restreindre les libertés sociales accroissent l'insatisfaction des jeunes des villes, les forces de sécurité empêcheront probablement des manifestations coordonnées ou généralisées.

Last update: décembre 28, 2018

Risques pour la santé

Very high

Un certificat de vaccination contre la fièvre jaune est exigé pour les voyageurs en provenance de pays présentant des risques de transmission de la fièvre jaune âgés de plus de neuf mois ainsi que pour les voyageurs ayant transité plus de 12 heures dans un aéroport situé dans un pays présentant des risques élevés de transmission de la fièvre jaune. 

Systématiquement

Hépatite A : la vaccination est disponible pour les enfants à partir de l'âge d'un an. Pour les personnes nées avant 1945, ayant passé leur enfance dans un pays en développement ou ayant des antécédents d'ictère, une recherche préalable d'anticorps sériques (Ig G) peut éviter une vaccination inutile.

Hépatite B : la vaccination est disponible pour les enfants à partir de l'âge de deux mois.

Diphtérie, tétanos, poliomyélite : le vaccin doit être mis à jour si nécessaire (rappel tous les dix ans).

En fonction de la durée et des modalités du séjour

Fièvre typhoïde : si le séjour doit se dérouler dans des conditions d'hygiène précaires (pour les enfants : à partir de l'âge de deux ans).

Rage : pour des séjours prolongés en situation d'isolement (pour les enfants : dès qu'ils sont en âge de marcher).

Pour les enfants : toutes les vaccinations incluses dans le calendrier vaccinal français devront également être à jour. Dans le cas d'un long séjour, le BCG est recommandé dès le premier mois et le vaccin rougeole-oreillons-rubéole dès l'âge de 9 mois.

Paludisme : chimioprophylaxie conseillée contre le paludisme : pour un séjour dans le sud ou le sud-est, méfloquine (nom commercial : Lariam) ou doxycycline (nom commercial : Doxypalu) ; partout ailleurs, chloroquine (nom commercial : Nivaquine).

Last update: avril 5, 2019

Risques naturels

Severe

L'Iran est situé dans une zone sismique active. Des séismes de magnitude et de sévérité variables se produisent régulièrement. Le 12 novembre, 2017, un séisme de magnitude 7,3 a frappé la région frontalière séparant le nord de l'Irak et l'ouest de l'Iran, faisant plus de 530 morts et 7460 blessés. De nombreux autres séismes ont été signalés en 2017, dont un tremblement de terre de magnitude 6 (province de Kerman) le 1er décembre (une cinquantaine de blessés).

Il est conseillé à tous les voyageurs de se familiariser avec les procédures à suivre en cas de tremblement de terre. Avant qu'un tremblement de terre se produise, identifiez les endroits de votre maison, école ou lieu de travail qui fourniraient un abri adéquat (par exemple sous un meuble solide ou contre un mur intérieur - les portes ne protégeant pas contre les chutes d'objets). Fixez au mur les objets qui pourraient être dangereux en tombant (miroirs, étagères, etc.). Maintenez une réserve d'eau, de médicaments, de nourriture, etc. Si possible, assurez-vous que votre bâtiment est aux normes parasismiques.

En cas de tremblement de terre, abritez-vous et couvrez votre tête avec vos bras. Restez où vous êtes jusqu'à la fin des secousses, et surtout, ne sortez pas dehors. Plus d'informations consultez ce site web.

Last update: avril 5, 2019

Transport

Elevated

L'état général des routes est correct, mais la circulation est dangereuse en raison des comportements à risque des conducteurs. Le nombre d'accident de la circulation est élevé. En cas d'accrochage, même mineur, ne quittez surtout pas le site de l'accident et attendez l'arrivée de la police.

La circulation des ressortissants étrangers est étroitement surveillée et conditionnée à des autorisations préalables ; renseignez-vous à ce sujet. Les barrages érigés par les autorités sont fréquents. Évitez de rouler la nuit et de sortir des grands axes. Il est recommandé de louer des véhicules avec chauffeur.

Le réseau ferroviaire est incomplet ; des trains assurent néanmoins les liaisons Téhéran-Machhad, Téhéran-Bandar-Abbas et Téhéran-Tabriz.

La levée progressive des sanctions a permis à plusieurs compagnies aériennes iraniennes de se conformer aux standards internationaux de sécurité aérienne. Ainsi, IranAir, la compagnie publique iranienne, a été retirée de la liste de l'Union Européenne des compagnies interdites de survol de l'espace aérien européen. Des liaisons domestiques desservent la plupart des grandes villes du pays.

Les environ de la mer Caspienne et du Golfe Persique sont politiquement sensibles. Ces eaux sont très militarisées.

Last update: avril 5, 2019

Informations pratiques

Climat

L'Iran a un climat continental avec d'importantes variations de températures entre les saisons. Dans la plupart du pays, les précipitations sont concentrées sur l'hiver et le printemps. L'été est chaud et l'hiver, humide, peut être très froid. Sur la côte, l'hiver est doux et l'été chaud et humide. Les plateaux sont beaucoup plus frais en hiver, parfois très froids ; les étés y sont moins humides que dans le reste du pays. Des vents secs et poussiéreux peuvent provoquer des désagréments pour les voyageurs (problèmes oculaires...).

Numéros utiles

Indicatif téléphonique: 98
Police: 110
Pompiers: 125
Ambulances: 115

Electricité

Voltage: 230 V ~ 50 Hz

Prises:

Last update: avril 5, 2019