Retour

Rapports de pays

Islande Rapport de pays

Survol

INTRODUCTION

L'Islande (329 000 habitants), effleurant le cercle polaire, à la nature quasi-intacte, offre un excellent environnement confort - sécurité au voyageur.

CRIMINALITÉ

En raison d'une faible population, jouissant d'un niveau de vie élevé, ainsi que de forces de police formées et éduquées, le taux de criminalité est bas en Islande. Cependant, une hausse sensible du tourisme ces dernières années a provoqué une légère augmentation des infractions et délits. Les agressions en pleine rue, comprenant des agressions physiques (dont des agressions sexuelles ; des cas de viols) ou des actes de dégradation des biens d'autrui, sont recensés, tout particulièrement à Reykjavik et sa banlieue. Les cas vols à la tire ont augmenté dans la capitale : les voyageurs étrangers prendront les précautions nécessaires pour se prémunir de tels risques (cf. ne pas se promener avec des objets de valeur, ne pas laisser ses affaires sans surveillance, etc.).

La consommation d'alcool augmente généralement le weekend, à l'origine parfois de quelques comportements moins civiques … La cybercriminalité est également à la hausse. Les réseaux informatiques d'institutions privées islandaises auraient été attaqués par des pirates en lien avec l'organisation terroriste État Islamique (EI) début 2015.

POLITIQUE

En mars 2015, le gouvernement d'Islande avait confirmé sa décision de retirer sa candidature à l'Union européenne.

Les prochaines élections présidentielles auront lieu en juin 2020.

ÉCONOMIE

Le secteur bancaire a connu un effondrement historique lors de la crise financière de 2008. Bien que la situation se soit depuis lors largement améliorée, les projections économiques pour 2017 tablent sur un ralentissement de l'activité (cf. croissance inférieure à +1%, contre +2,1% en 2016). Le chômage pourrait atteindre 4,4% de la population active d'ici à 2020 (contre 3,1% en 2016).

RISQUES NATURELS

L'importante activité volcanique de l'île -abritant une centaine de volcans - présente d'importants risques d'éruption volcanique, ce qui n'est pas sans conséquence sur la navigation aérienne, tout particulièrement dans la partie sud du pays. Au printemps 2010, l'éruption du volcan Eyjafjöll et les projections de cendres en altitude avaient bouleversé, des jours durant, une partie du trafic aérien européen. Le 31 août 2014, pour la troisième fois en une semaine, une interdiction temporaire de trafic aérien avait été décrétée au-dessus du volcan Bardarbunga (le plus important du pays) après une nouvelle éruption de ce volcan sous-glaciaire. L'Hekla - un volcan situé au sud de l'Islande - bien qu'éteint depuis 16 ans, a connu des niveaux de pression croissants en juillet 2016 ; les géophysiciens ont dès lors déconseillé à tout individu de s'aventurer dans la région, en ce que le volcan pourrait rentrer en éruption à tout moment. Plus d'informations sur l'activité sismique, et sur les conséquences des éruptions volcaniques, sont disponibles sur les sites internet du Bureau Météorologique Islandais, de l'Agence de Protection Civile Islandaise, de l'Administration des Routes et des Littoraux Islandais, de l'Institut des Sciences de la Terre, et du Centre d'Avis en Cendres Volcaniques britannique.

Les conditions météorologiques parfois extrêmes, le risque sismique ainsi que l'isolement et l'absence d'infrastructures d'accueil dans certaines zones pousseront à la prudence les amateurs de randonnée et d'excursion en véhicules tous terrains. Les tempêtes et les inondations sont fréquentes. Pour obtenir des mises à jour en direct des conditions de fonctionnement des transports en commun, et de l'état des routes, veuillez consulter les sites internet de l'Administration des Routes et des Littoraux Islandais et de Safe Travel.

Pendant l'été, de sévères conditions météorologiques affligent l'île : de brusques baisses de température, de violentes bourrasques et des inondations subites, sont à anticiper.

TRANSPORT

Des vols intérieurs desservent quotidiennement les principales villes islandaises.

Le voyageur étranger notera encore que l'Islande ne possède pas de réseau ferroviaire et, en dehors de Reykjavik et de quelques localités voisines, les villes ne sont pas dotées de services d'autobus. Cependant, tout le pays est desservi par des traversiers et des autocars interurbains.

Bien qu'un réseau d'autoroute relativement moderne relie les principaux centres urbains, les routes secondaires sont très limitées, et bien souvent non goudronnées. Le risque majeur dans les zones isolées est lié à l'absence de services d'urgence, et à la présence inattendue d'animaux sauvages sur les voies.

Le réseau de routes islandaises qui fait le tour de l'île n'est qu'à 25% goudronné, et n'est ouvert dans son intégralité que d'avril à septembre. De plus petites pistes sont ouvertes de mai/juin à la fin de l'été ; en fonction de l'importance des chutes de neige, elles peuvent rester ouvertes jusqu'à août. Ces pistes ne sont utilisables que par des véhicules tout terrain. Les véhicules touristiques et berlines sont interdits.

Les panneaux indicateurs sont rares, et écrits en islandais ; il est conseillé de préparer son voyage en amont, tout particulièrement lorsque l'on prévoit de voyager seul. Traverser des cours d'eau en voiture ou à pied ne doit être fait qu'avec les plus grandes précautions.

Les conditions climatiques peuvent être extrêmes. Voyager dans les Hautes Terres est déconseillé pendant l'hiver (octobre-avril) et en cas de conditions météorologiques difficiles en raison du vent et de la neige sur les routes. Des véhicules capables de faire du hors-piste sont nécessaires pour tout voyage dans une zone isolée, et ce uniquement sous la supervision de guides expérimentés. Des pneus-neige (non-nécessairement cloutés) sont obligatoires de novembre à avril ; ces dates peuvent changer d'année en année.

SANTÉ

Il est conseillé aux voyageurs de souscrire à une assurance santé exhaustive avant leur départ, couvrant les soins médicaux à l'étranger et les rapatriements, ces derniers s'avérant nécessaires en cas de problèmes de santé majeurs ou urgents. Comme dans nombre d'autres pays d'Europe Occidentale, il n'y a pas de risques sanitaires particuliers. Le pays dispose d'infrastructures hospitalières tout à fait satisfaisantes, dans la capitale Reykjavik notamment.

Pendant l'été, de petits moucherons se multiplient partout où se trouve de l'eau douce. Ils se comportent comme des moustiques, sont très agressifs envers les humains. En essaims, ils peuvent piquer plus d'une centaine de fois un individu exposé, ce qui peut provoquer une maladie appelée simuliidose. Bien que cette maladie soit relativement bénigne (ces symptômes incluent fièvre, fatigue, maux de tête et démangeaisons), les voyageurs devraient avoir conscience de son existence.

Climat

L'été, les températures sont assez douces et il fait jour très tardivement (de fin mai à mi-août). Fin juin, le soleil se couche à minuit et se lève à 3h du matin. On rencontre des aurores boréales à partir de fin août. En hiver, la nuit est très longue et les températures sont fraîches. Le temps est humide toute l'année et change plusieurs fois par jour. Novembre, décembre et janvier sont les mois les plus sombres de l'année.

Numéros utiles

Indicatif téléphonique: 354 Police: 112 Pompiers: 112 Ambulances: 112

Electricité

Voltage: 220 V ~ 50 Hz

Prises: