Retour

Rapports de pays

Israël Rapport de pays

Survol

INTRODUCTION

La permanence de la menace terroriste, les contentieux politiques et intercommunautaires domestiques (entre le gouvernement israélien, la communauté Palestinienne et le mouvement Hamas, notamment), et enfin, les tensions géopolitiques régionales (cf. Israël-Iran ; Israël-Egypte) continuent de peser sur la sérénité et la sécurité de la population de cet État moyen-oriental (7,5 millions d'habitants) ainsi que sur le confort et la sérénité des visiteurs étrangers, dans les grands centres urbains et lieux touristiques plus spécialement.

RÉGIONS À ÉVITER 

Dans leur grande majorité, les chancelleries occidentales déconseillent à leurs ressortissants de se rendre dans la Bande de Gaza (et dans la péninsule du Sinaï). De même, il est déconseillé sauf raison impérative de se rendre sur le plateau du Golan et à proximité de la frontière avec l'Égypte. Le plateau du Golan est souvent un lieu d'opposition directe entre les forces de sécurité israéliennes et l'armée fidèle au régime syrien de Bachar Al-Assad. Plusieurs opérations militaires - notamment des raids aériens - ont été menées dans et depuis le Golan.

TERRORISME

La menace terroriste reste très élevée. L'organisation djihadiste de « l'État Islamique » (EI) a appelé ses combattants à attaquer les intérêts et ressortissants occidentaux présents au Moyen-Orient. À ce titre, Israël représente une cible de choix pour les djihadistes.

Plusieurs organisations terroristes (Jihad Islamique Palestinien, Hezbollah) sont en conflit avec Israël depuis des années, et appellent à la destruction d'Israël. Des groupes terroristes basés à Gaza (Hamas, Comité de Résistance Populaire) sont parmi les plus actifs dans les attaques terroristes perpétrées contre Israël. Le Hamas et le Jihad Islamique Palestinien figurent sur la liste américaine des organisations terroristes. Des heurts ont souvent lieu entre les forces de sécurité israélienne et des partisans ou militants en relation avec ces groupes.

Le risque d'attaques menées par des « loups solitaires » serait élevé en Israël. Ces dernières années, des attaques à l'arme blanche, à l'aide de véhicules fonçant sur la foule, ou des fusillades, ont fait de nombreuses victimes. Les personnels de sécurité et les militaires constituent des cibles de choix pour les terroristes. 

Le 18 avril 2016, un bus piégé a explosé dans le quartier de Talpiot à Jérusalem, blessant 21 personnes, dont deux grièvement. Le 26 avril, la police arrêtait trois Palestiniens suspectés de planifier une attaque à l'explosif et à l'arme à feu dans le quartier de Jabal Mukaber. Le 8 juin 2016, un attentat à l'arme à feu avait eu lieu dans le centre de Tel Aviv, à proximité du ministère de la Défense et du marché de Sarona (quatre victimes). Enfin, en septembre 2016, une série d'attaques frappa Jérusalem et Hébron.

Le voyageur étranger séjournant en Israël notera que le pays organise régulièrement des exercices de défense civile, impliquant les moyens de l'État et sa population, parfois plusieurs jours durant ; une situation pouvant avoir des répercussions ponctuelles sur la liberté de déplacement.

En période de conflit, des tirs de roquettes et des missiles peuvent atteindre l'ensemble du territoire.

CRIMINALITÉ

Ces dernières années, les autorités israéliennes ont été confrontées à une intensification du crime organisé. Par ailleurs, la petite criminalité (cambriolages, carjackings, vols à l'arrachée, etc.) est présente dans tout le pays, y compris à Tel Aviv et Jérusalem, en particulier après la tombée de la nuit. Cette petite criminalité se fait majoritairement dans les lieux fréquentés par les touristes et les pèlerins, et dans les quartiers populaires. Les cambriolages sont nombreux, surtout dans les quartiers aisés. Se déroulant normalement sans violence, les cambriolages se font surtout la nuit, ou lorsque les appartements sont inoccupés.

POLITIQUE

Fin mai 2016, en raison d'une fragile majorité au Parlement, le Premier ministre avait formé un gouvernement d'union nationale. Au sein de cette coalition gouvernementale figurent plusieurs membres du parti nationaliste « Israël Beitenu » dont l'ancien ministre des Affaires étrangères Avidgor Lieberman, désormais ministre de la Défense. Sa nomination a été très controversée et a suscité la colère des mouvements palestiniens qui estiment que sa présence au sein du gouvernement pourrait de nouveau menacer le processus de paix.

D'un point de vue régional, l'accord conclu en juillet 2015 entre l'Iran et le groupe « P5+1 » (États-Unis, Royaume-Uni, France, Russie, Chine et Allemagne) pourrait a priori à terme contribuer à isoler diplomatiquement Israël, qui a amorcé un rapprochement progressif avec l'Arabie Saoudite. Les deux pays ont fermement condamné l'accord, jugeant que ce dernier n'était pas assez contraignant.

Le caractère erratique des rapports entre l'État hébreu et l'Autorité palestinienne, alternant entre dialogue et ruptures, alimente une spirale de la violence à l'intérieur des Territoires palestiniens (Bande de Gaza, Cisjordanie).

Malgré l'adoption en décembre 2016 d'une résolution du Conseil de sécurité des Nations Unies condamnant la colonisation, Israël a annoncé le 24 janvier 2017 la construction de 2 500 logements nouveaux dans des colonies juives de Cisjordanie. La visite de Donald Trump en Israël en mai 2017 a confirmé la relation étroite entre l'État hébreu et les États-Unis ; bien que le Président américain ait confirmé son soutien au gouvernement de Netanyahou, il a aussi appelé l'Autorité palestinienne et Israël à trouver une solution.

RISQUE SOCIO-POLITIQUE

Des manifestations spontanées surviennent régulièrement à Jérusalem Est, notamment le vendredi après la prière de la mi-journée. Dans certains quartiers de Jérusalem, des affrontements peuvent éclater à tout moment, limitant l'accès à la vieille ville. Il faut faire preuve d'une vigilance renforcée. Il est conseillé de ne pas prendre part à ses manifestations qui peuvent aboutir à des heurts entre population et forces de sécurité israéliennes.

La Cisjordanie est sensible aux tensions récurrentes et aux heurts entre la population et les forces de sécurité israéliennes, dans le nord tout spécialement. Il est recommandé d'être prudent dans cette région, notamment à proximité des camps de réfugiés et des colonies. Les villes de Bethlehem, Ramallah et Jéricho sont des sites touristiques. Soyez vigilants et demeurez à l'écart des fréquentes manifestations organisées dans ces villes. 

Les détenus Palestiniens des prisons israéliennes ont débuté une grève de la faim en avril 2017, ce qui a encouragé la population palestinienne à organiser plusieurs manifestations de soutien aux prisonniers palestiniens ; cela a ravivé les tensions et conduit à plusieurs reprises à des heurts (en mai 2017), lors desquels plusieurs Palestiniens ont été tués et blessés par les forces de sécurité.

TRANSPORTS

L'aéroport international Ben Gourion de Tel Aviv est le principal aéroport du pays. Des liaisons intérieures sont assurées par les compagnies Arkia et Israir. Pour des raisons de sécurité, les voyageurs peuvent faire l'objet de contrôles prolongés à leur arrivée à l'aéroport Ben Gourion. Dans ce cas, obtempérez et faites preuve de patience.

Il est possible d'entrer en Israël depuis la Jordanie. Il existe plusieurs points de passage : Nahar Hayarden / Sheikh Hussein situé près de Beit Shean, au nord d'Israël, celui du pont Allenby / King Hussein (fermé pour le Shabbat) qui se trouve près de Jéricho en Cisjordanie, et le point de passage dit « de Yitzhak Rabin » / Wadi Araba situé quant à lui près d'Eilat dans le sud du pays. On notera toutefois que l'entrée sur le territoire israélien peut être restreinte voire interdit à certaines personnes ou en cas de dégradation de la situation sécuritaire.

Le réseau routier est très dense et en bon état, mais la circulation peut être dangereuse en raison des comportements à risque de certains conducteurs.

Si le voyageur est amené à se déplacer en Cisjordanie, il conviendra de redoubler de prudence sur les routes, en raison de la conduite dangereuse des automobilistes et de prévoir d'avantage de temps lors des trajets en raison de multiples checkpoints qui peuvent jalonner les grandes routes, notamment près de Ramallah, Hébron, Bethlehem et Naplouse. Des taxis collectifs appelés « service » constituent le seul moyen de transport en commun de ces territoires.

Le réseau ferroviaire relie les villes de Nahariyya, Haïfa, Tel-Aviv et Beer-Sheva, ou encore Jérusalem à Tel-Aviv.

SANTÉ

Les soins ne sont pas gratuits et peuvent être très onéreux. Avant votre déplacement, il convient de souscrire à une assurance santé adéquate et de prévoir des sommes d'argent permettant de couvrir d'éventuels soins médicaux sur place étant donné que les hôpitaux vérifient systématiquement la solvabilité de leurs patients.

Quelques cas de leishmaniose ont été signalés en Israël. La leishmaniose est une maladie transmise par la piqûre d'un insecte, le phlébotome. Il convient de se prémunir contre toutes les piqûres d'insectes.

Plus de 300 cas de brucellose avaient été comptabilisés entre janvier et août 2016, contre 290 sur l'ensemble de l'année 2015. Le dernier cas de contamination humaine était signalé le 20 novembre 2016 (dans le nord). L'attention des voyageurs est attirée sur les risques liés à la consommation du lait local et des produits laitiers non pasteurisés susceptibles de transmettre cette maladie à l'homme. Le lait de chamelle serait vraisemblablement en cause.

Quelques cas du syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS aussi appelé Coronavirus) ont été signalés. Le MERS est une maladie respiratoire virale due à un nouveau coronavirus (MERS‐CoV). Les symptômes habituels du MERS sont la fièvre, la toux et des difficultés respiratoires.

La rage animale est présente en Israël. La principale mesure de prévention contre la rage est d'éviter tout contact avec les animaux domestiques et sauvages (morsures, griffures). Si vous êtes griffé ou mordu, il est impératif de consulter un médecin dans les plus brefs délais.

RISQUES NATURELS

La vallée du Jourdain constitue la partie nord de la vallée du grand rift, frontière des plaques tectoniques entre l'Afrique et l'Asie ; il s'agit d'une région sismique. Le dernier séisme enregistré remonte à mai 2014 (magnitude 4,1 sur l'échelle de Richter). Le risque de séisme est avéré. Il est conseillé de vous familiariser avec les consignes de sécurité en cas de séisme.

Durant l'hiver, les inondations sont fréquentes, surtout dans la région de Negev (sud).

Des tempêtes de poussière ou de sable surviennent à l'occasion, réduisant la visibilité, perturbant le trafic aérien et causant des désagréments aux personnes sensibles.

LÉGISLATION LOCALE

Il est impératif de respecter les différentes religions et les différents usages des lieux de culte.

Au cours du Shabbat ou lors des fêtes juives, les visiteurs sont invités à faire preuve de discrétion dans les quartiers à caractère religieux marqué.

Pendant le Ramadan, il est avisé, dans les quartiers musulmans, d'éviter de fumer, boire et manger en public pendant les heures de jeûne.

Si la consommation d'alcool est libre dans le pays, il est conseillé de s'abstenir d'en boire dans les territoires palestiniens, où la population est majoritairement musulmane.

Il est interdit de photographier les bâtiments publics, les sites contrôlés par l'armée, et les zones sensibles. De manière générale, il est suggéré d'éviter de photographier tout individu sans un consentement formel préalable et de faire preuve de bon sens avant de photographier bâtiments privés, paysages, scènes de rue ou encore théâtres de crise divers (cf. site visé par une attaque ou un attentat).

Les peines pour trafic, vente et consommation et drogue sont sévères.

Climat

Les hivers sont généralement doux et les étés chauds et humides. Il peut pleuvoir entre les mois de novembre et de mars, voire même jusqu'en mai.

Numéros utiles

Indicatif téléphonique: 972 Police: 100 Pompiers: 102 Ambulances: 101

Electricité

Voltage: 220 V ~ 50 Hz

Prises:

Plus