Retour

Rapports de pays

Jordanie Rapport de pays

Survol

INTRODUCTION

Ceinturé d'acteurs au destin tourmenté (Irak, Israël, Liban, Syrie), le royaume Hachémite (6,6 millions d'habitants) se trouve exposé à diverses fragilités ; une situation dont prendra connaissance le voyageur étranger en amont de son séjour.

TERRORISME

Le royaume hachémite de Jordanie est confronté à une menace terroriste élevée depuis l'avènement de l'organisation djihadiste de l'État Islamique (EI) en mi-2014. En conséquence, les autorités ont renforcé la sécurité sur l'ensemble du territoire ainsi qu'à proximité des frontières pour tenter de réduire au maximum le risque d'infiltration d'éléments terroristes depuis les pays voisins. À plusieurs reprises, les dirigeants de l'EI ont appelé leurs combattants à perpétrer des attaques en Jordanie, pays participant aux frappes aériennes de la coalition contre l'organisation terroriste en Irak et en Syrie.

La stabilité du pays est de plus directement menacée par le conflit syrien, aux vues des combats transfrontaliers touchant régulièrement la Jordanie. Les forces de sécurités israéliennes et jordaniennes sont en état d'alerte depuis l'été 2015 tandis que des groupes tribaux du sud ont prêté allégeance à l'EI.

Une attaque avait eu lieu le 18 décembre 2016, à al-Karak, un site touristique réputé (120 kilomètres au sud-ouest d'Amman) : quatre assaillants avaient attaqué une patrouille et pris en otages plusieurs civils. L'assaut (revendiqué par l'EI) avait provoqué la mort de neuf personnes (cinq policiers, quatre civils, dont une ressortissante canadienne). Trois jours plus tard, quatre policiers trouvaient la mort près de Karak, vraisemblablement dans une opération antiterroriste faisant suite aux attentats du 18. Aucune attaque n'a été signalée depuis cet incident, mais les forces de sécurité démantèlent régulièrement des cellules terroristes, menant parfois à des affrontements violents entre les protagonistes.

Les frontières avec la Syrie et l'Irak sont des zones tout particulièrement instables et à éviter. En juin 2016, un attentat suicide (revendiquée par l'EI) près du camp de réfugiés de Ruqban, à proximité de la frontière avec la Syrie, avait fait sept victimes. Mi-octobre, le groupe terroriste menait une nouvelle opération dans le même camp, dans laquelle trois autres individus trouvaient la mort.

CRIMINALITÉ

Depuis plusieurs années, les autorités jordaniennes déplorent une recrudescence de la criminalité dans l'ensemble du royaume, y compris Amman. La plupart des actes criminels recensés contre les ressortissants étrangers relèvent du vol.

Des vols de voiture sont signalés à Amman. Les victimes sont attirées hors de leur véhicule suite à une légère collision ou par un autre véhicule bloquant la route. Si vous êtes impliqué dans un accident de la route, restez dans votre véhicule et appelez la police.

Alors que les cas d'agressions sexuelles ciblant les ressortissantes étrangères sont assez rares, ils auraient toutefois légèrement augmenté depuis 2015. Les femmes visitant ou résidant dans le pays doivent être vigilantes lorsqu'elles se déplacent seules. Il est conseillé aux femmes de s'habiller de façon conventionnelle.

RISQUE SOCIAL

La corruption et la pauvreté prévalant dans certaines régions (la part de la population vivant sous le seuil de pauvreté s'élève à 15 %) engendrent un profond ressentiment à l'égard du pouvoir central, largement exploité par des organisations salafistes, dans le sud du royaume notamment (cf. Ma'an).

Un afflux considérable de réfugiés en provenance de Syrie (plus de 600 000 personnes bénéficient officiellement du statut de réfugié) bouleverse la démographie et l'économie du royaume dont une part conséquente des revenus est destinée à gérer cette crise humanitaire sans précédent. À ce titre, diverses chancelleries occidentales (cf. le ministère français des Affaires étrangères) déconseillent formellement à leurs ressortissants les déplacements dans les camps de réfugiés de Mafraq et Zaatari.

Des manifestations anti-israéliennes sont régulièrement organisées dans l'ensemble du pays depuis  la reconnaissance de Jérusalem comme capitale d'Israël par le président américain Donald Trump le 6 décembre 2017. Ce mouvement de protestation, qui touche l'ensemble des pays arabes, devrait se poursuivre ces prochains mois. Les manifestations à caractère socio-économique sont plus rares mais peuvent survenir.

Même si ces manifestations sont pour la plupart pacifiques, des violences entre manifestants et policiers ne sont pas à exclure. Il est suggéré de se tenir à l'écart de toute manifestation ou attroupement de rue et de s'abstenir de toute attitude militante.

TRANSPORTS

Bien que les conditions de circulation soient en général satisfaisantes en zone urbaine, le transport routier présente un risque non négligeable pour les voyageurs en zone rurale en raison des mauvaises habitudes de conduite et d'un réseau routier mal entretenu. Les accidents de la route sont fréquents.

Il est conseillé de privilégier les déplacements avec un taxi homologué. Les autres modes de transports publics ne sont pas recommandés.

Des contrôles de sécurité fortuits sont effectués régulièrement par la police. Il est conseillé de toujours être en possession de ses papiers d'identité afin de les présenter lors des contrôles.

Le réseau ferroviaire est inexistant en Jordanie.

RISQUES NATURELS

Relevons que la Jordanie se situe dans un environnement régional marqué par le risque sismique. Des tremblements de terre de faible magnitude surviennent régulièrement ; aucun tremblement de terre majeur n'a cependant frappé le pays depuis 1927.

Le royaume est régulièrement confronté à des inondations, notamment dans le nord. Des tempêtes de poussière peuvent survenir, occasionnant quelque gêne sur la visibilité et perturbations sur les réseaux de transport.

Les températures peuvent être très élevées pendant l'été. Hydratez-vous régulièrement et appliquez des crèmes solaires à haute protection. 

De fortes chutes de neige occasionnelles en hiver peuvent perturber les transports dans les zones montagneuses (cf. Petra et ses environs).

INFRASTRUCTURES

Des coupures de courant surviennent occasionnellement, particulièrement lors d'épisodes de mauvais temps durant lesquels la demande d'électricité excède la capacité de production nationale.

LÉGISLATION LOCALE

Les lois locales reflètent le fait que la Jordanie est un pays musulman, pratiquant un Islam strict mais tolérant. Les visiteurs étrangers sont invités à respecter les croyants, surtout pendant le mois du Ramadan (entre mi-mai et mi-juin en 2018) et dans les sites religieux (en s'abstenant de manger, boire ou fumer en public pendant le jeûne).

L'alcool est en vente libre mais sa consommation est interdite dans les lieux publics.

Il est interdit de photographier les bâtiments gouvernementaux et les installations militaires. 

La loi jordanienne n'interdit pas l'homosexualité, mais la société étant conservatrice, les démonstrations d'affection en public sont à éviter.

SANTÉ

Il est indispensable de souscrire en amont du départ à une assurance maladie couvrant les soins à l'étranger ainsi que le rapatriement sanitaire. Les infrastructures médicales sont de bonne qualité à Amman, mais cela n'est pas le cas dans les régions rurales. Il est souvent requis de payer en espèces lors de la consultation.

Les maladies gastriques sont courantes chez les voyageurs non accoutumés aux bactéries locales. Il est fortement déconseillé de boire l'eau du robinet ; buvez de l'eau en bouteille et évitez les boissons servies avec des glaçons. Evitez de manger de la glace, des sorbets, des plats crus et mal cuits, en particulier la viande et le poisson. Ayez en votre possession des traitements anti-diarrhéiques et pensez à vous laver les mains avant chaque repas.

La rage animale est signalée en Jordanie. La principale mesure de prévention contre la rage est d'éviter tout contact avec les animaux domestiques et sauvages (morsures, griffures, léchage). Si vous êtes griffé ou mordu, il est impératif de consulter un médecin dans les plus brefs délais.

La leishmaniose cutanée est présente en Jordanie, notamment pendant la saison des mouches de sable (phlébotomes), entre mai et octobre. Il convient de prendre les mesures nécessaires pour se prémunir des piqûres d'insectes.

Des épidémies du coronavirus du syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS) surviennent sporadiquement. Le MERS est une maladie respiratoire virale due à un nouveau coronavirus (MERS‐CoV) dont les symptômes habituels figurent la fièvre, la toux et des difficultés respiratoires. La présence d'une pneumonie est fréquente, mais pas systématique. Des symptômes gastro-intestinaux, dont la diarrhée, ont également été signalés. Environ 36% des cas notifiés d'infection par le MERS-CoV ont abouti au décès du patient. Aucun vaccin ou traitement spécifique n'est disponible actuellement. Le traitement est symptomatique, fondé sur l'état clinique du patient.

Climat

Le climat est globalement semi-désertique, désertique dans l'est. L'été est chaud et sec avec des températures caniculaires entre mai et septembre. L'hiver est frais voire froid à certains endroits avec de possibles chutes de neige sur les reliefs. Les pluies se concentrent entre novembre et février. Le printemps et l'automne sont doux et agréables.

Numéros utiles

Indicatif téléphonique: 962 Police: 191 Pompiers: 199 Ambulances: 199

Electricité

Voltage: 230 V ~ 50 Hz

Prises: