Retour

Rapports de pays

Kirghizistan Rapport de pays

Survol

INTRODUCTION

Au deuxième semestre 2017, les voyageurs étrangers désirant se rendre au Kirghizstan (5,8 millions d'habitants), destination d'Asie centrale peu familière des citoyens occidentaux, évalueront préalablement l'opportunité d'un déplacement.

RÉGIONS DÉCONSEILLÉES

La majorité des gouvernements occidentaux recommande à leurs ressortissants d'être vigilants lors d'un séjour dans la République kirghize. De vieux différends concernant certaines parties de la frontière kirghize - ouzbek provoquent parfois des accrochages entre forces de sécurités respectives le long de la frontière dans la province de Batken, avec quelques morts et blessés signalés ces dernières années. Des mines ont été placées dans ces zones frontalières contestées. Leur risque d'explosion accroît du fait que ces zones soient situées dans une zone sismique active, provoquant un nombre important de glissements de terrain. Les déplacements non essentiels dans les régions au sud et à l'ouest d'Osh, dans la région de la vallée du Ferghana et dans les régions frontalières avec l'Ouzbékistan et le Tadjikistan sont déconseillés.

Les enlèvements sont courants près de la frontière avec l'Ouzbékistan, notamment dans la région Osh.

TERRORISME

La stratégie anti-terrorisme de la République Kirghize tente d'éradiquer les militants extrémistes existants, de lutter contre la propagation d'un extrémisme violent, et de limiter le flux de ressortissants kirghize terroristes ainsi que la conséquence de leur retour de conflits étrangers.

Même si les attaques terroristes sont rares au Kirghizstan, l'attentat à la voiture piégée le 30 août 2016 dans l'enceinte de l'ambassade de Chine à Bichkek - une semaine avant le début du sommet du G20 à Hangzhou (Chine) - blessant trois personnes, ainsi que de multiples attentats déjoués et arrestations de personnes soupçonnées de terrorisme, soulignent la gravité de la menace terroriste.

De plus, le Kirghizstan reste vulnérable face aux menaces transnationales en raison de ses frontières poreuses facilitant l'infiltration de militants. Selon des sources gouvernementales, environ 600 kirghizes ont quitté le pays pour rejoindre l'organisation terroriste État Islamique (EI).

CRIMINALITÉ

Les étrangers sont régulièrement victimes de délinquance urbaine (extorsion, vols etc.), y compris à Bichkek. En 2016, la police a enquêté sur 77 cas de crimes contre les étrangers. Cependant, beaucoup de cas ne sont souvent pas signalés, notamment les agressions physiques et sexuelles ainsi que les vols. La majorité des agressions violentes a lieu dans le parc de Pafilov. D'ailleurs, tous les parcs sont à éviter après la tombée de la nuit.

À de multiples occasions, des étrangers ont signalé que leurs boissons avait été droguées. Les femmes sont plus à risque d'être droguées dans le but d'être ensuite violées, en particulier dans les boîtes de nuit.

Il existe un taux élevé d'incidents liés à la délinquance urbaine et aux pickpockets présents dans les marchés et bazars à ciel ouvert, dans les lieux très fréquentés (rues, cafés internet), dans les transports en commun et dans les passages et centre commerciaux souterrains. Dans la capitale Bichkek, il est conseillé d'être particulièrement vigilant à Osh Bazaar, Dordoy Bazaar, Alamedin Bazaar et Ortosay Bazaar. Certains étrangers ont été victimes d'extorsion à Osh Bazaar, attaqués par des individus se proclamant être des policiers habillés en civils. Les voyageurs noteront que la police kirghize porte toujours son uniforme lorsqu'elle est en service.

Il convient de garder sur soi en permanence passeport et visa en règle et de conserver en lieu sûr une photocopie de ses papiers d'identité.

RISQUE SOCIAL

Malgré un passé d'agitation sociale et de violence ethnique, et malgré les rivalités politiques issues de clivages ethniques et régionaux qui continuent d'empiéter sur le développement social et politique national, les périodes électorales ont tendance à se dérouler de manière pacifique.

Des évènements mineurs, et parfois violents, ont lieu de manière sporadique, et peuvent dégénérer en de grandes manifestations violentes provoquant un chaos général.

Une série de manifestations a eu lieu entre février et mars 2017 suite à l'arrestation et la condamnation de plusieurs dirigeants du mouvement de l'opposition, soupçonnés de comploter un coup d’État. Lors de cette vague de répression, des partisans se sont réunis devant le siège du Comité d’État pour la sécurité nationale (GKNB), situé dans le parc Ala-Too - lieu symbolique de manifestation à Bichkek - ainsi que devant la Maison Blanche (bureau présidentiel). La police a fait recours à des grenades incapacitantes afin de disperser les manifestants ; près de 70 personnes ont été arrêtées suite aux manifestations.

Divers épisodes de violences interethniques ont fait plusieurs centaines de victimes, dans le sud du (Osh et Jalalabad notamment) ces dernières années (cf. juin 2010). En janvier 2011, des incidents avaient eu lieu dans la capitale Bichkek (cf. attaque d'un hôtel par des militants islamistes ; trois morts).

POLITIQUE

Le 4 octobre 2015, le Parti social-démocrate du Kirghizstan (PSDK), parti du président Almazbek Atambaïev, était arrivé en tête de l'élection parlementaire.

En décembre 2016, un référendum constitutionnel a été ratifié ; les changements comprennent un rééquilibrage des pouvoirs entre le premier ministre et le président, mais aussi la suppression d'une clause majeure relative aux droits de l'homme. Il redéfinit aussi le mariage hétérosexuel comme étant la seule union officielle valide.  

Les élections parlementaires auront lieu en octobre 2020. Le premier ministre actuel Sooronbai Jeebekov, désigné comme candidat à la présidentiel par son parti le SDPK, est en tête des sondages. Quatre autres candidats représentant leur parti respectif ainsi que 25 candidats indépendants participeront à l'élection.

RISQUES NATURELS

Le Kirghizstan est situé dans une zone d'activité sismique. Un tremblement de terre d'une magnitude de 5.8 a eu lieu dans le sud du Kirghizstan en 2017. Bien qu'il n'ait fait aucune victime, les secousses sismiques ont causé des dommages matériels considérables. Les bâtiments d'institutions éducatives et sanitaires ont été ravagés, ainsi que l'ont été plusieurs habitations dans le district de Chong Alay de la province d'Osh et dans le district de Kadamjai dans la province de Batken. Le dernier séisme meurtrier, d'une magnitude 6,3 sur l'échelle de Richter, avait fait une soixantaine de victimes dans la région d'Alai (sud) en 2008.

95 pour cent du territoire kirghiz est montagneux. Ainsi, les pluies torrentielles entraînent régulièrement des glissements de terrain et des coulées de boues. Un violent glissement de terrain causé par des pluies diluviennes faisait une vingtaine de victimes dans la région d'Osh en avril 2017.

SANTÉ

Dans le domaine sanitaire, alors que les installations médicales affichent des carences évidentes (matériels ; personnels ; médicaments), la situation n'est guère satisfaisante. Il est conseillé à tous les voyageurs de souscrire avant leur départ une assurance santé garantissant les soins médicaux à l'étranger et le rapatriement médical, ce dernier étant même essentiel en cas d'urgence médicale.

Typhoïde, tuberculose, paludisme, rage et encéphalite à tiques sont autant de pathologies présentes, susceptibles d'affecter le voyageur selon les conditions de son séjour. Le risque de paludisme existe de juin à fin octobre dans certaines parties méridionales et occidentales du pays, principalement aux frontières de l'Ouzbékistan et du Tadjikistan (régions de Batken, Jalal-Abad et Osh) et à la périphérie de Bichkek.

INFRASTRUCTURES

Des coupures de courant sont régulièrement observées dans le pays.

Le visiteur étranger notera très vite que l'infrastructure touristique n'est pas très développée et évitera de recourir aux (rares) transports en commun.

Dans la mesure du possible, il est préférable d'éviter les compagnies aériennes kirghizes, dont toutes ne sont pas aux normes internationales en matière de sécurité.

LÉGISLATION LOCALE

Le Kirghizstan est une république laïque où la religion majoritaire est l'Islam. Il convient de rester discret sur le plan vestimentaire, tout particulièrement dans les régions d'Osh et de Naryn.

Dans un registre distinct, les visiteurs étrangers noteront l'existence de restrictions aux prises de vues dans l'ensemble des zones frontalières ; les autorités et les services de sécurité kirghizes sont très vigilants en la matière. Les contrevenants s'exposent à des poursuites pénales.

Climat

Le climat est continental avec de fortes différences entre les zones montagneuses et les vallées désertiques.

La neige est permanente sur les sommets ; les chaleurs sont importantes dans les déserts où les températures oscillent entre 30° et 40°C l'été. Le climat est plus frais en altitude. En hiver, les temperatures restent négatives, notamment en janvier à cause des vents sibériens traversant le pays.

Numéros utiles

Indicatif téléphonique: 996 Police: 110 Pompiers: 101 Ambulances: 103

Electricité

Voltage: 220 V ~ 50 Hz

Prises: