Retour

Rapports de pays

Koweït Rapport de pays

Survol

INTRODUCTION

Pétromonarchie riche en ressources naturelles (pétrole, gaz) située dans la péninsule arabique et ouverte sur le golfe Persique, le petit et prospère émirat du Koweït (4,2 millions d'habitants) offre généralement - hormis période de crise - des conditions de séjour satisfaisantes aux visiteurs étrangers.

POLITIQUE

Le Koweït est une monarchie constitutionnelle dirigée par l'émir Sabah IV. Bien que le Parlement Koweïti soit l'un des plus puissants organes législatifs du Moyen-Orient, la famille régnante al-Sabah demeure le principal acteur politique du pays (comme en témoignent les neuf dissolutions du Parlement depuis sa création, en 1962). Les élections législatives de novembre 2016 ont apporté un vent de changement avec la recomposition de près de 60% du Parlement et une forte présence de l'opposition, ce qui a ensuite conduit à la formation d'un nouveau gouvernement représentant la diversité de la population koweitienne.

TERRORISME

Évoluant dans un sous-ensemble géographique fébrile, on accorde généralement un risque terroriste non-négligeable à ce pays du golfe Arabo-persique. En raison de sa proximité géographique avec l'Irak, le risque d'infiltration de groupes terroristes sur le sol koweïtien est très élevé, malgré un renforcement de la sécurité le long de la frontière.

Plusieurs organisations terroristes régionales, notamment Al-Qaïda dans la Péninsule Arabique (AQPA) et l'État Islamique (EI), ont appelé leurs combattants à perpétrer des attaques contre l'émirat. Comme le montrent les attentats meurtriers survenus en Arabie Saoudite les 22 et 27 mai 2015 dans l'est du royaume, l'EI est aujourd'hui durablement implanté dans la péninsule Arabique ; la branche saoudienne de l'EI, « Wilayat Nedjd » (Province du Nedjd), avait revendiqué ces deux attentats. Cette menace terroriste élevée prévalant au Koweït avait été portée à son comble le 26 juin 2015 lorsqu'un attentat-suicide (revendiquée par la branche saoudienne de l'EI) ciblant une mosquée chiite de Koweït City, la capitale, avait fait 27 victimes.

Le Koweït accueillant sur son sol plusieurs armées étrangères participant à la coalition internationale contre l'EI en Irak et en Syrie, la menace en est d'autant plus renforcée. Plusieurs incidents ciblant les autorités koweitiennes ainsi que les forces de la coalition avaient du reste été signalés en 2016.

En février 2017, un ancien employé de la municipalité koweïtienne avait été condamné à dix ans de prison pour avoir combattu dans les rangs de l'EI en Syrie et en Irak et pour avoir recruté des combattants. Quelques mois auparavant, une personne originaire des Philippines avait été condamnée à une peine similaire pour avoir planifié des attaques sur le territoire koweitien.

RISQUE SOCIO-POLITIQUE

Bien que le nombre de manifestations ait sensiblement diminué depuis 2013, des mouvements issus de la société civile et des partis d'opposition continuent d'appeler leurs membres à manifester dans le centre de Koweït City (notamment place Irada). Les manifestations sont autorisées au Koweït mais doivent recevoir l'accord préalable du ministère de l'Intérieur.

Bien que ces mobilisations populaires restent rares, des conflits sociaux peuvent parfois survenir et engendrer des perturbations dans les transports. Fin avril 2016, les employés du secteur pétrolier s'étaient mis en grève pendant trois jours, impactant fortement les approvisionnements en pétrole.

CRIMINALITÉ

Koweït City présente peu de risques pour les voyageurs, les ressortissants étrangers et les expatriés. Seul le quartier de Jeleeba al-Shuyoukh, situé à proximité de l'aéroport, demande des précautions particulières.

En 2016, les autorités koweïtiennes avaient été confrontées à une augmentation de l'activité criminelle susceptible de cibler les ressortissants étrangers, ces derniers représentant environ les deux-tiers de la population. Cependant, les statistiques officielles sont peu fiables. Les crimes signalés incluent des vols à l'arrachée ainsi que des fraudes aux cartes de crédit, notamment dans les marchés et les centres commerciaux fréquentés par les touristes.

Le harcèlement physique et verbal pose problème pour les femmes, avec un nombre d'incidents orienté à la hausse. Il est recommandé pour les voyageuses de ne pas se déplacer seule, même en taxi, surtout la nuit.

TRANSPORTS

L'aéroport international du Koweït est le seul aéroport civil de l'émirat.

Le Koweït est doté d'un réseau de bus, mais la voiture reste le principal mode de déplacement. Des bornes de taxis sont disponibles à l'entrée des principaux hôtels de la capitale ainsi qu'à l'aéroport. Le réseau routier est de très bonne qualité ; cependant, la conduite peut s'avérer dangereuse, les locaux roulant vite et de manière parfois agressive. Selon un rapport du ministère de l'Intérieur, environ 500 personnes meurent sur les routes koweitiennes chaque année. Ces accidents sont moins dus aux infrastructures routières, de bonne qualité, qu'aux excès de vitesse et au volume de véhicules sur les routes. 

Les excursions dans le désert peuvent s'avérer dangereuses du fait de la présence résiduelle de mines datant de la seconde guerre du Golfe (1990-1991 ; invasion du Koweït par l'Irak).

En cas d'accident ou de besoin, contactez la police au 112.

Les eaux maritimes environnantes sont militarisées et sensibles. L'espace maritime entre l'Irak, le Koweït et l'Iran n'a pas été délimité, et les navires entrants dans cette zone peuvent faire l'objet d'un contrôle de sécurité.

RISQUES NATURELS

Au Koweït, l'été est particulièrement chaud ; les températures dépassent à l'occasion les 50° Celsius. De même, le pays est occasionnellement touché par des tempêtes de sable qui réduisent la visibilité et ainsi perturber la conduite. Enfin, des pluies torrentielles sont pareillement signalées entre novembre et mars et peuvent engendrer d'importantes inondations, l'émirat étant mal équipé en infrastructures d'évacuation des eaux. En octobre 2015, de violentes inondations avaient frappé plusieurs régions, entrainant des fermetures d'écoles et de routes, y compris dans la capitale, ainsi que des retards et des annulations de vols.

SANTÉ

Il existe de bonnes infrastructures de santé au Koweït. Le coût des soins est contrôlé par l'État et ceux-ci peuvent s'avérer très onéreux (la prise en charge pour les voyageurs et les expatriés a été revue à la hausse en octobre 2017). Il est conseillé de souscrire une assurance médicale couvrant les frais de soins et le rapatriement sanitaire.

Les autorités locales suivent avec attention l'évolution du coronavirus du syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS), dont le risque d'épidémie est toujours avéré. Le Koweït a enregistré quatre cas de MERS depuis 2013, mais le risque est jugé limité par l'Organisation Mondiale de la Santé. Le MERS est une maladie respiratoire virale due à un nouveau coronavirus (MERS‐CoV) dont les symptômes habituels incluent fièvre, toux, difficultés respiratoires. La présence de la pneumonie est fréquente, mais pas systématique. Des symptômes gastro-intestinaux, dont la diarrhée, ont également été signalés. Environ 36% des cas notifiés d'infection par le MERS-CoV ont abouti au décès du patient.

La rage animale est signalée, tout en étant rare. La principale mesure de prévention contre la rage est d'éviter tout contact avec les animaux domestiques et sauvages. Si vous êtes griffé ou mordu, il est impératif de consulter un médecin dans les plus brefs délais.

Les voyageurs ayant séjourné dans un pays touché par la fièvre jaune doivent obligatoirement présenter un certificat de vaccination lors de leur entrée sur le territoire koweitien.

LÉGISLATION LOCALE

Le Koweït étant un pays musulman, il est fortement recommandé de respecter les us et coutumes et d'adopter une attitude respectueuse en toute circonstance. Les femmes doivent s'habiller modestement. Il est déconseillé de boire, manger et fumer en public durant le mois de ramadan (programmé en 2018 du 15 mai au 14 juin).

L'importation d'alcool ou de viande de porc est interdite et peut être sanctionnée par une peine de prison.

La prise de vue des bâtiments publics et des installations militaires et industrielles est strictement réprimée par la loi.

Le trafic de drogue est passible de la peine de mort.

Les relations sexuelles hors-mariage sont punies par la loi.

Climat

Le climat est désertique. L'été (mai à octobre) est caniculaire (40°C) avec un fort taux d'humidité. Le Chamal, vent violent et poussiéreux, provoque des tempêtes de sable. L'hiver (novembre à avril) est plus doux (8° à 19°C), avec des nuits fraîches, voire froides, et de faibles pluies.

Numéros utiles

Indicatif téléphonique:  +965 Urgences: 112 Police-secours: 538 20 00 Défense civile: 539 51 31/32/33/34/35

Electricité

Voltage: 240 V ~ 50 Hz

Prises:

Plus