Retour

Rapports de pays

Liban Rapport de pays

Content provided by
IHS Markit Logo

Risk Level

Low
Moderate
Elevated
High
Very High
Severe
Extreme

Survol

Sommaire exécutif

Le risque de guerre interétatique entre Israël et le Liban est très élevé en raison du risque élevé d'escalade de représailles mal calculées par le Hezbollah en une action militaire israélienne. Il est fort probable que cette situation soit déclenchée par des frappes aériennes israéliennes contre des installations de stockage ou de fabrication d'armes au Liban. Une escalade vers une guerre interétatique causerait des dommages considérables aux infrastructures dans tout le Liban. La menace du terrorisme est considérablement réduite grâce à la coopération entre l'armée libanaise et le Hezbollah et au contrôle des zones frontalières par le gouvernement syrien. Les islamistes sunnites conserveront probablement l'intention d'attaquer les forces de sécurité et les cibles faciles chiites. Par ailleurs, le Hezbollah demeure l'acteur terroriste le plus compétent, mais il est peu probable qu'il mène des attaques nationales. Les groupes alignés sur l'Iran, dirigés par le Hezbollah, Amal et le FPM, ont réalisé des progrès importants lors des élections de 2018, facilitant la normalisation des liens avec la Syrie en 2019. Le gouvernement accordera probablement la priorité à l'attraction des investissements étrangers et à l'amélioration des infrastructures et des services de base, mais les problèmes structurels sous-jacents, dont la corruption, resteront probablement sans réponse. La croissance économique restera faible en 2019, à seulement 2,2 %. Si la formation tant attendue d'un nouveau gouvernement est utile, les luttes intestines vont probablement continuer à bloquer les réformes nécessaires pour débloquer 11 milliards de dollars de fonds de la conférence des donateurs du CEDRE. Le Liban a le troisième ratio de la dette mondiale au PIB le plus élevé avec 152%, un déficit des opérations courantes de 21% du PIB et un déficit budgétaire de 8% du PIB. Les paiements d'intérêts consomment 9 % du PIB. Le ralentissement de la croissance des dépôts et la hausse des taux d'intérêt ont eu une incidence sur la capacité des banques commerciales de financer la dette publique et ont accru les risques liés à l'ancrage du dollar depuis longtemps. La banque centrale dispose d'importantes réserves brutes de change de 41 milliards de dollars (73 % du PIB) et d'or d'une valeur de 12 milliards de dollars (21 % du PIB), mais sa position nette est nettement plus faible après prise en compte des engagements du secteur bancaire. Le modèle de financement du Liban risque de s'effondrer si des mesures correctives majeures ne sont pas prises.
Last update: février 16, 2019

Perspectives opérationnelles

Les entreprises, y compris les entreprises étrangères, dépendent souvent du patronage des familles dirigeantes et des politiciens. Le niveau élevé de la dette publique retardera probablement la mise en œuvre de la plupart des projets de partenariats public-privé. Le Liban n'est pas membre de l'OMC, principalement par manque de volonté politique, car l'organisation interdit les monopoles et oligopoles, qui ont des liens directs avec le gouvernement. La corruption est très répandue et le népotisme détermine généralement l'attribution des marchés publics. La bureaucratie est excessive. Les routes du Liban sont inadéquates et les systèmes d'approvisionnement en eau et d'assainissement sont rudimentaires. L'approvisionnement en électricité n'est pas fiable et des générateurs privés sont nécessaires.

Last update: décembre 28, 2018

Terrorisme

Very high

L'action de l'État et du Hezbollah a considérablement réduit la capacité de l'État islamique et d'autres islamistes sunnites militants de mener des attaques terroristes à l'aide d'engins explosifs improvisés suicides et de VBIED contre le Hezbollah et des cibles militaires à la frontière avec la Syrie, ainsi que des cibles civiles chiites. Les groupes terroristes continuent d'avoir l'intention de cibler les quartiers résidentiels des partisans du Hezbollah, les centres commerciaux et les communautés vulnérables comme le mont Liban chrétien. Le Hezbollah est l'acteur terroriste le plus compétent, mais il n'a actuellement aucune intention de mener des attaques. S'il était individuellement contesté, le Hezbollah procéderait probablement à des assassinats secrets de rivaux ou utiliserait des engins explosifs improvisés contre des banques ou des infrastructures contrôlées par des opposants politiques.

Last update: décembre 28, 2018

Risques de guerre

Nous estimons que ni le Hezbollah ni Israël ne cherchent délibérément la guerre totale. Le risque de guerre entre Israël et le Liban reste toutefois très élevé en raison de la forte probabilité que l'une ou l'autre des parties prenne des mesures qui dépassent involontairement le seuil de tolérance de l'autre. La guerre risque fort d'être déclenchée par les frappes aériennes israéliennes contre des installations avancées de stockage ou de fabrication d'armes au Liban. Tout incident sur la démarcation de la frontière israélo-libanaise comporte un risque élevé d'escalade. La faisabilité d'un conflit limité dépendrait probablement du fait que les deux parties soient assurées par un tiers de confiance que leur ennemi ne se prépare pas à la guerre.

Last update: décembre 28, 2018

Stabilité sociale

High

En dépit d'un accord sur la formation d'un gouvernement, il existe un risque élevé d'émeutes et de fusillades de courte durée contre les médias et les bureaux des partis politiques, entraînant des fermetures de routes, des morts et des blessés dans le Grand Beyrouth et au Liban ; les factions marginalisées perçues continueront à réagir contre les déclarations incendiaires ou les empiètements perçus. Par ailleurs, le Liban connaît régulièrement des manifestations ad hoc et des fermetures de routes pour des problèmes localisés, tels que les coupures d'électricité et d'eau. Ils entraînent rarement des dommages matériels ou des pertes en vies humaines. Le conflit syrien étant de plus en plus localisé, le Liban augmentera le nombre de réfugiés syriens déportés, ce qui entraînera probablement des manifestations et des violences dans les camps de réfugiés contre le rapatriement forcé.

Last update: février 16, 2019

Risques pour la santé

High

Systématiquement

Hépatite A : la vaccination est disponible pour les enfants à partir de l'âge d'un an. Pour les personnes nées avant 1945, ayant passé leur enfance dans un pays en développement ou ayant des antécédents d'ictère, une recherche préalable d'anticorps sériques (Ig G) peut éviter une vaccination inutile.

Hépatite B : la vaccination est disponible pour les enfants à partir de l'âge de deux mois.

Diphtérie, tétanos, poliomyélite : le vaccin doit être mis à jour si nécessaire (rappel tous les dix ans).

En fonction de la durée et des modalités du séjour

Fièvre typhoïde : si le séjour doit se dérouler dans des conditions d'hygiène précaires (pour les enfants : à partir de l'âge de deux ans).

Rage : pour des séjours prolongés en situation d'isolement (pour les enfants : dès qu'ils sont en âge de marcher).

Pour les enfants : toutes les vaccinations incluses dans le calendrier vaccinal français devront également être à jour. Dans le cas d'un long séjour, le BCG est recommandé dès le premier mois et le vaccin rougeole-oreillons-rubéole dès l'âge de 9 mois.

Last update: juin 1, 2016

Risques naturels

Very high

Le risque de tremblement de terre existe au Liban, pays situé sur une faille sismique, en particulier à Beyrouth. Le dernier séisme au Liban remonte à 1956 à Zrariyeh (province de Tyr ; 140 victimes). Plus récemment, en mai 2014, un séisme avait été signalé dans les environs de Jbeil et engendré des dégâts matériels. La plupart des bâtiments ne sont pas aux normes antisismiques et les experts rappellent à intervalle régulier qu'un tremblement de terre d'une magnitude supérieure à 6 sur l'échelle de Richter pourrait détruire le quart de la capitale.

En hiver, les chutes de neige abondantes peuvent rendre impraticables certains axes de montagne et entraîner des coupures de courant.

Last update: février 13, 2018

Transport

Very high

L'aéroport international Rafic el Hariri (BEY) est situé au sud de la capitale Beyrouth, et dessert les principaux pays environnants et les grandes villes européennes. Il est généralement recommandé d'éviter d'arriver par un vol de nuit ; en raison de vérifications d'identité très poussées, les délais d'attente pour obtenir de nuit le visa d'entrée sur le territoire libanais peuvent être de huit à dix heures. On rappellera à toutes fins utiles qu'aucun ressortissant étranger ne sera admis sur le territoire libanais s'il est détenteur d'un passeport revêtu de visas ou de tampons d'entrée ou de sortie d'Israël ou d'un billet d'avion mentionnant ce pays.

Le gouvernement britannique a annoncé la mise en place de mesures de restriction concernant les individus voyageant par avion vers le Royaume-Uni. Désormais, les passagers en partance du Liban vers le Royaume-Uni ne pourront plus transporter en cabine des équipements électroniques d'un format supérieur à un téléphone portable (16 cm x 9.3 cm x 1.5 cm / 6.3 in x 3.5 in x 0.6 in). Ces équipements (ordinateurs portables, tablettes, e-readers, caméras, lecteurs DVD et jeux vidéo) devront désormais être placés dans les bagages voyageant en soute.

Les accidents de la circulation sont très fréquents, y compris à Beyrouth, en raison de mauvaises habitudes de conduite et d'un réseau routier mal entretenu. La capitale est quotidiennement confrontée à de grands embouteillages impactant sensiblement la circulation. Selon les autorités, le nombre de victimes d'accidents de la route aurait presque doublé ces dernières années. Les accidents de la circulation constituent aujourd'hui la première cause de mortalité chez les jeunes de 15 à 30 ans. Il est recommandé d'être vigilant en cas de conduite au Liban, car le code de la route n'est généralement guère respecté, même si les autorités libanaises se montrent moins indulgentes que par le passé.

Les routes, et notamment l'axe qui mène vers l'aéroport, peuvent être fermées à la circulation sans préavis. Pour se rendre en voiture à l'aéroport et de l'aéroport au centre-ville, il est vivement recommandé d'emprunter l'autoroute reliant Beyrouth à Saïda. Il est en revanche formellement déconseillé d'emprunter la route traversant les quartiers Sud de Beyrouth. Il est enfin suggéré aux voyageurs de s'informer au préalable des conditions de circulation et de prévoir un temps de trajet supérieur à la normale.

Pour des raisons de sécurité, les autorités libanaises multiplient les barrages routiers (« check-point »). Il importe dans ce cas, de garder son calme et de laisser son chauffeur traiter. Si vous conduisez, ralentissez sensiblement à l'approche du barrage, annoncez chacun de vos gestes, allumez le plafonnier du véhicule, et obtempérez.

Il existe un réseau de transports par cars et des taxis collectifs couvrants l'ensemble du pays. Ces véhicules portent l'enceinte taxi et une plaque d'immatriculation de couleur rouge. Il est avisé de ne pas emprunter les "taxis services" collectifs et, notamment à l'aéroport international de Beyrouth, de refuser l'offre des personnes proposant leurs services avec un véhicule privé. Les cas d'escroquerie ou d'agression ne sont pas rares. Il convient, si l'on doit se déplacer en taxi, de s'adresser aux taxis portant le nom d'une société sur leur borne lumineuse.

Il n'y a pas de service ferroviaire au Liban, et il n'existe pas de liaisons aériennes domestiques.

Last update: février 13, 2018

Informations pratiques

Climat

Le climat est méditerranéen. L'été est chaud (30°C) et sec, l'hiver doux et pluvieux. Le climat en montagne est plus frais voire froid, avec de fréquentes  chutes de neige en hiver.

Numéros utiles

Indicatif téléphonique: 961
Police: 112

Electricité

Voltage: 110/220 V ~ 50 Hz

Prises:

Last update: décembre 11, 2013