Retour

Rapports de pays

Liberia Rapport de pays

Content provided by
IHS Markit Logo

Risk Level

Low
Moderate
Elevated
High
Very High
Severe
Extreme

Survol

Sommaire exécutif

La détérioration de la situation économique et les allégations de mauvaise gestion et de corruption ont accru les risques de protestations violentes au cours de la deuxième année du mandat du président George Weah. Des troubles civils sont probables au premier semestre de 2020 en cas de poursuite de la dépréciation de la monnaie et de la persistance d'un coût de la vie élevé. Les salaires d'environ 9 000 fonctionnaires que le ministre des Finances Samuel Tweah a qualifié de " surpayés " ont été réduits en septembre 2019 dans le cadre d'un exercice d'" harmonisation salariale " initié en réponse aux pressions du FMI. M. Tweah a déclaré que le Libéria devait réduire sa masse salariale en forte hausse dans le secteur public afin de préserver 60 millions de dollars d'aide budgétaire des bailleurs de fonds internationaux. Beaucoup plus d'employés de l'État connaissent des retards salariaux de plus de trois mois. Les travailleurs touchés sont susceptibles de déclencher des grèves et de se joindre à des manifestations menées par la société civile.La Liberia Telecommunications Authority (LTA) a introduit le 1er septembre 2019 une nouvelle redevance réglementaire de 5% sur les revenus des opérateurs de réseaux mobiles pour les services de télécommunications nationaux, ainsi que des prix planchers minimaux pour les appels vocaux et l'utilisation des données. Cela indique une augmentation probable des frais de réglementation et des taxes touchant d'autres secteurs dans les perspectives sur un an, compte tenu des pressions exercées sur le gouvernement pour qu'il réduise le déficit budgétaire.Le Libéria a enregistré une croissance du PIB global de 2,5% en 2017, mais IHS Markit a revu à la baisse ses prévisions pour 2019 à 0,4% et pour 2020 à 1,4%. Une reprise plus lente que prévu, des dérapages budgétaires et des contraintes à la mobilisation des ressources soulignent ces prévisions. Le déficit de la balance courante se creusera sensiblement, en raison de la baisse des transferts monétaires qui l'emportera sur l'amélioration modérée des exportations.Le secteur privé, limité, est soumis à des niveaux croissants de corruption, y compris des demandes de pots-de-vin de la part de hauts fonctionnaires, ce qui risque d'aggraver l'environnement des affaires et de miner la confiance des investisseurs.
Last update: décembre 5, 2019

Perspectives opérationnelles

Le gouvernement précédent a déployé des efforts considérables pour attirer les investissements étrangers et le président Weah s'est engagé à améliorer encore l'attrait du pays pour les investisseurs, bien que des incitations limitées aient été mises en évidence jusqu'à présent pour les nouveaux venus. La plupart des investissements étrangers directs restent dans les secteurs de l'extraction et de l'agro-industrie. Weah s'est engagé à donner la priorité à la création d'emplois, au développement des infrastructures et aux mesures de lutte contre la corruption. La main-d'œuvre est en grande partie non qualifiée et les niveaux de corruption déjà élevés augmentent dans le secteur public, ce qui freine les activités commerciales et la prestation des services publics. Les grèves au sujet de la rémunération sont probables.

Last update: août 15, 2019

Terrorisme

High

Des manifestations violentes et des émeutes ont lieu, mais les activités terroristes majeures ont été très limitées depuis la fin de la guerre civile en 2003. Les opérations militaires conjointes avec la Côte d'Ivoire, combinées à l'appui des Nations Unies, ont atténué les craintes de terrorisme le long de la frontière poreuse des comtés de Grand Gedeh et de Nimba, où des bandes armées sont connues pour lancer des attaques sporadiques. La participation du Libéria aux opérations de maintien de la paix de l'ONU comporte un risque d'attaques terroristes islamistes et d'enlèvements, comme en témoigne l'arrestation de plusieurs militants maliens à Monrovia, mais ce risque est faible en raison de l'absence d'un réseau de soutien local dans ce pays.

Last update: août 15, 2019

Criminalité

La menace que font peser les crimes violents sur la stabilité sociale a diminué grâce à l'amélioration des services de sécurité du Libéria, sous l'égide de la Mission des Nations Unies au Libéria (MINUL). Toutefois, des niveaux élevés de criminalité persistent en raison de la culture omniprésente de l'impunité, de l'abus de drogues et du chômage élevé. La violence sexuelle reste un problème grave, malgré l'engagement pris par l'ancienne présidente Sirleaf de s'attaquer à ce problème. Une grande partie du crime est opportuniste et perpétré par des groupes désorganisés et amateurs. La justice populaire est un problème régulier et grave qui résulte d'une mauvaise perception de la réaction de la police et de la justice à la criminalité.

Last update: août 15, 2019

Risques de guerre

Les risques de guerre civile ont diminué après la victoire électorale incontestée de George Weah en décembre 2017, marquant le début du premier transfert démocratique du pouvoir au Libéria depuis des décennies. En outre, l'amélioration de la formation des forces armées a permis aux militaires d'être en meilleure position pour réprimer tout soulèvement susceptible de conduire à une nouvelle guerre civile. Cependant, l'insatisfaction croissante du public à l'égard du gouvernement au sujet de la situation économique augmente le risque de troubles dans les perspectives pour un an, ce qui sera le premier véritable test pour les forces de sécurité. Les risques de guerre interétatique sont faibles, bien que la frontière avec la Côte d'Ivoire puisse être fermée en cas d'épisodes violents récurrents en période électorale.

Last update: novembre 19, 2019

Stabilité sociale

High

Le risque de violence entre les partisans des partis politiques opposés a diminué après la défaite du candidat à la présidence Joseph Boakai du Parti de l'Unité a accepté la victoire du dirigeant du CDC George Weah aux élections du 26 décembre 2017. Cependant, le risque de protestations et d'émeutes augmente, en particulier à Monrovia, où la situation économique se dégrade. La tolérance du gouvernement à l'égard des manifestations risque de diminuer si elles se poursuivent, ce qui entraînera des niveaux de violence plus élevés et un risque de propagation au-delà de la capitale. Les émeutes peuvent entraîner le pillage et le vandalisme de propriétés privées, de propriétés gouvernementales et de biens commerciaux, y compris l'infrastructure des télécommunications, les supermarchés et les stations-service.

Last update: août 15, 2019

Risques pour la santé

Severe

Un certificat de vaccination antiamarile est exigé à l'entrée du pays pour tous les voyageurs.

Systématiquement

Hépatite A : la vaccination est disponible pour les enfants à partir de l'âge d'un an. Pour les personnes nées avant 1945, ayant passé leur enfance dans un pays en développement ou ayant des antécédents d'ictère, une recherche préalable d'anticorps sériques (Ig G) peut éviter une vaccination inutile.

Hépatite B : la vaccination est disponible pour les enfants à partir de l'âge de deux mois.

Diphtérie, tétanos, poliomyélite : le vaccin doit être mis à jour si nécessaire (rappel tous les dix ans).

En fonction de la durée et des modalités du séjour

Fièvre typhoïde : si le séjour doit se dérouler dans des conditions d'hygiène précaires (pour les enfants : à partir de l'âge de deux ans).

Rage : pour des séjours prolongés en situation d'isolement (pour les enfants : dès qu'ils sont en âge de marcher).

Méningite à méningocoques : pour des séjours prolongés, ou en cas de contact étroit avec la population locale en période et en zone d'épidémie (pour les enfants : à  partir de l'âge de 2 ans).

Pour les enfants : toutes les vaccinations incluses dans le calendrier vaccinal français devront également être à jour. Dans le cas d'un long séjour, le BCG est recommandé dès le premier mois et le vaccin rougeole-oreillons-rubéole dès l'âge de 9 mois.

Paludisme : chimioprophylaxie conseillée contre le paludisme : méfloquine (nom commercial : Lariam) ou doxycycline (nom commercial : Doxypalu).

Last update: avril 5, 2019

Risques naturels

Very high

Monrovia est régulièrement affectée par des pluies torrentielles entre mai et novembre, la plaçant comme l'une des capitales les plus humides du monde. Par ailleurs, ces pluies engendrent des inondations importantes ; le manque d'infrastructures adéquates empêche la bonne évacuation des eaux. En conséquence, les axes routiers sont souvent inondés et impraticables. Coulées de boues et effondrements de bâtiments sont fréquents. Il est recommandé de se familiariser avec les zones à risque et de rouler en véhicule tout terrain (4x4).

En outre, le réchauffement climatique entraine une montée des eaux inquiétante ; l'océan envahit lentement l'un des plus grands bidonvilles de la capitale, WestPoint, entrainant un déplacement massif des populations. Cette situation est à même de déclencher des maladies telles que la fièvre de Vallée du Rift, le choléra ou le paludisme. Par ailleurs, de graves sécheresses et des perturbations dans le rythme des précipitations provoquées par ce phénomène peuvent engendrer une réduction des récoltes et donc une augmentation des prix des denrées alimentaires. 

Last update: avril 5, 2019

Transport

Elevated

Toutes les compagnies aériennes locales sont interdites d'exploitation dans l'Union européenne, le Libéria étant incapable de garantir les standards sécuritaires internationaux requis. 

L'aéroport international Roberts se trouve à 60 km de la capitale Monrovia et n'est desservi par aucun moyen de transport public. Il convient d'organiser un accueil local à l'arrivée.

Le pays souffre dans son ensemble - à l'exception de Monrovia, Buchanan, Bo Waterside et Ganta - d'infrastructures routières obsolètes, insuffisantes et dégradées. Durant la saison des pluies (mai à novembre inclus), les routes sont souvent impraticables, en particulier les pistes qui constituent la majeure partie du réseau routier du Libéria.

La dangerosité des axes routiers est accrue par le non-respect du code de la route par les usagers, le non-entretien des véhicules et l'absence de structures de soins. L'absence d'éclairage public et le défaut de signalisation font que tout trajet de nuit doit être banni. Cette dernière recommandation s'applique également à Monrovia, dont certains quartiers doivent être évités (West PointSomaliaDriveRed Light notamment). Tout accident de la circulation a fortiori s'il est mortel peut rapidement dégénérer en émeute violente. En cas d'accident il convient de ne pas sortir du véhicule et de se rendre immédiatement au commissariat le plus proche.

À Monrovia et dans le reste du pays, en raison du risque de vols à la tire dans les embouteillages,  il est recommandé de veiller à ce que les portes du véhicule soient verrouillées et les vitres relevées.

Les autorités occidentales déconseillent formellement tout déplacement en transports publics. Il est recommandé d'avoir recours à un chauffeur privé expérimenté durant un séjour au Libéria.

En dehors des agglomérations, tous les déplacements doivent donc se faire de jour, en véhicule tout terrain (4x4), si possible en convoi, muni de réserves suffisantes en eau, en nourriture et en carburant. Il convient également de veiller à ce que le véhicule contienne des pièces mécaniques de rechange (roue, câbles, etc.) et dispose de moyens de télécommunication efficaces.

Des barrages routiers existent, en province, souvent tenus par des policiers encore peu professionnels. Il convient d'obtempérer à tout barrage érigé par les forces de sécurité.

Last update: avril 5, 2019

Infrastructures

Les capacités de production électrique sont faibles (22 MW) au Libéria, et les réseaux de distribution fortement défaillants. Seuls 9,8% de la population a accès à l'électricité. Même dans la capitale, l'alimentation en électricité n'est pas garantie.

L'accès à l'eau demeure lacunaire. Dans la capitale elle-même, il n'y a pas d'alimentation régulière en eau courante.

Les réseaux de télécommunication sont mauvais à Monrovia et inexistants en dehors.

Dans un registre distinct, les voyageurs noteront que les infrastructures d'hébergement restent largement carentielles ; peu d'hôtels peuvent être considérés comme totalement sûrs, y compris à Monrovia.

Enfin, l'utilisation des cartes bleues n'est pas acceptée au Libéria. Quelques distributeurs ATM sont présents mais ne prennent que les cartes bleues VISA.

Last update: avril 5, 2019

Informations pratiques

Climat

Le climat est équatorial avec des températures élevées (entre 22°C et 33°C) et un taux d'humidité très important sur la côte (plus faible vers l'intérieur des terres).

La saison sèche dure de novembre à mars mais le ciel reste couvert et souvent brumeux. L'harmattan, vent chaud et sec venant du Sahara, fait baisser l'humidité de l'air. La saison des pluies débute en avril, avec des précipitations torrentielles de mai à fin octobre et une accalmie en août. La chaleur combinée à l'humidité rend l'atmosphère difficilement supportable. Les précipitations sont abondantes sur la côte et diminuent en allant vers l'est.

Numéros utiles

Indicatif téléphonique: 231
Police: 911 ou 33 35 613
Pompiers: 911 ou 33 35 613
Ambulances: 911 ou 33 35 613

Electricité

Voltage: 120 V ~ 60 Hz

Prises:

Last update: avril 5, 2019