Retour

Rapports de pays

Macédoine Rapport de pays

Survol

INTRODUCTION

Située dans la volatile région des Balkans (Albanie, Bosnie-Herzégovine, Kosovo, Serbie, etc.), l'ancienne république yougoslave de Macédoine (ARYM ; indépendante depuis 1991) possède un territoire et une population somme toute congrus (2,1 millions d'habitants). Ce pays européen issu du démembrement de la Yougoslavie offre un paysage contrasté en termes de séjour et de mobilité.

RISQUE SOCIOPOLITIQUE

Des troubles sociaux et politiques avaient été observés en 2016 ("134 manifestations à Skopje). Début 2017, le pays était à nouveau affligé par des tensions politiques. De nombreuses manifestations nationalistes ont eu lieu en mars et avril 2017 contre un projet de gouvernement de coalition, ou en faveur d'une meilleure inclusion de la communauté albanaise. Même si la vaste majorité de ces manifestations étaient pacifiques, quelques incidents de violence ont eu lieu. En décembre 2016, 2000 personnes, refusant le résultat des élections, s'étaient réunies devant le bâtiment de la Commission Électorale nationale et se livrèrent à quelques dégradations matérielles.

Le 27 avril, Talat Xhaferi, représentant du parti politique d'origine albanaise, a été élu à la présidence du parlement par la majorité parlementaire. Des manifestants nationalistes, soutenus par l'ancien premier ministre Guevski, ont attaqué des députés en plein parlement. L'ancien Premier ministre Gruevski, ainsi que d'autres fonctionnaires hauts placés, sont à présent accusés d'abus de pouvoir et de corruption.

Les prochaines élections présidentielles seront organisées  en avril 2019.

SÉCURITÉ

Le contexte sécuritaire s'est largement amélioré en Macédoine ainsi que dans la région du sud de Gevgelija et dans la région du nord de Kumanovo. Ces dernières, qui étaient auparavant considérées commet des zones de crise, sont aujourd'hui perçues comme des zones a priori sans danger majeur.

Cependant, le trafic y reste répandu ; les régions du nord demeurent relativement incertaines du fait de la présence de certains groupes armés. La région a été le théâtre d'une insurrection armée menée par les combattants d'origine albanaise (25% de la population de la Macédoine en 2001). En mai 2015, une vingtaine de personnes avaient perdu la vie lors d'échanges de tirs entre forces de l'ordre macédoniennes et Albanais à Kumanovo (nord ; 40 kilomètres de la capitale Skopje).

Bien qu'aucune attaque terroriste n'ait été signalée en Macédoine, il semble que le pays soit devenu un foyer de recrutement djihadiste. En mars 2016, 140 ressortissants macédoniens auraient quitté le pays afin de rejoindre une organisation terroriste.

CRIMINALITÉ

La délinquance urbaine est relativement commune à Skopje ; les voyageurs seront prudents aux abords des sites touristiques, dans les rues commerçantes et à l'aéroport Alexandre (situé à proximité de Petrovec). Le pickpocket et le vol de sac à l'arraché seraient pratiqués par des gangs d'enfants.

Officiellement, la criminalité aurait diminué en 2016.

Malgré la présence de réseaux de criminels dans la région, notamment en Macédoine mais aussi en Albanie et au Kosovo, ces crimes ne touchent que rarement les visiteurs.

CRISE DES MIGRANTS

La Macédoine est devenue un pays de transit pour les migrants cherchant à rejoindre le nord de l'Europe, notamment l'Allemagne, depuis le Nord de l'Afrique et le Moyen-Orient. Selon la Commission Européenne, 815 000 migrants ont traversé le pays en 2016, suscitant de nombreuses tensions et manifestations sur les régions frontalières grecques et serbes. En mars 2016, le gouvernement macédonien a décidé de fermer les frontières avec la Grèce, bloquant ainsi la route des Balkans du nord et laissant quelques 13000 migrants piégés. En conséquence, ''seuls'' 89 200 migrants ont traversé la Macédoine en 2016. Cependant, le pays est depuis face à des problèmes d'immigration irrégulière alors que des migrants tentent de franchir les frontières illégalement. Les autorités gouvernementales auraient refoulé les migrants de force, souvent de manière violente.

TRANSPORTS

Les conditions de circulation routière en Macédoine sont relativement précaires, les habitudes de conduite étant dangereuses et les routes accidentées et mal éclairées, notamment dans les régions rurales. Le voyageur notera que dans les régions montagneuses, la plupart des routes surplombant des précipices ne disposent pas de garde-fous ; en hiver, la glace et la neige y rendent la conduite à l'occasion périlleuse.

Il est conseillé aux voyageurs d'éviter les transports en commun, souvent bondés et vieillissants.

Les mauvaises conditions météorologiques, ainsi que les taux de pollution élevés, peuvent susciter des retards et annulations de vols durant l'hiver (voir partir SANTÉ).

RISQUES NATURELS

La Macédoine est située dans une zone d'activité sismique et n'est pas à l'abri des feux de forêt estivaux. Des inondations peuvent également avoir lieu.

SANTÉ

Les établissements de santé sont généralement pauvrement équipés et peu à même d'offrir des prestations chirurgicales lourdes. Même si la qualité de l'eau et de la nourriture ne pose généralement pas de problèmes, il reste préférable par précaution de consommer de l'eau en bouteille .

Des cas d'épidémies, transmises par les moustiques, telles que le Virus du Nil occidental, ont été signalés.

La pollution de l'air reste élevée dans certaines régions du pays - notamment à Skopje, Bitola, Kicevo, Tetovoet et Veles - et peut présenter un risque pour les individus souffrant de problèmes respiratoires et cardiaques.

Climat

Le climat est méditerranéen, continental ou montagnard selon les régions avec une forte amplitude thermique entre l'hiver et l'été.

Dans les montagnes, l'été et l'automne sont chauds et secs, l'hiver rigoureux (0°C) et enneigé. Les vallées profitent d'un climat plus doux.

Numéros utiles

Indicatif téléphonique: 389 Police: 192 Ambulances: 194

Electricité

Voltage: 220 V ~ 50 Hz

Prises:

Plus