Retour

Rapports de pays

Madagascar Rapport de pays

Content provided by
IHS Markit Logo

Risk Level

Low
Moderate
Elevated
High
Very High
Severe
Extreme

Survol

Sommaire exécutif

Malgré l'extension de la facilité de crédit de 305 millions de dollars sur trois ans et le financement de la facilité de crédit rapide de 166 millions de dollars en avril et 171,9 millions de dollars en juillet par le FMI, Madagascar aura du mal à financer un plan de relance économique pour faire face au ralentissement économique mondial provoqué par l'épidémie de COVID-19. Il sera particulièrement difficile de faire face à la perte du commerce touristique, qui représente environ 15 % du PIB, et à l'impact à long terme sur le nombre de visiteurs long-courriers.Il est peu probable que les sociétés minières fassent beaucoup de progrès pour repousser le projet de code minier de décembre 2019, qui propose une augmentation substantielle de toutes les redevances minières et une part de 20 % de l'État dans toute la production minière commercialisable. Les entreprises avaient jusqu'en mai 2020 pour négocier, date à laquelle l'Assemblée nationale devait siéger à nouveau, bien que la pandémie COVID-19 ait entraîné un report de cette date. Le besoin urgent du gouvernement d'augmenter les recettes fiscales pour des plans d'infrastructure ambitieux milite contre des changements significatifs des mesures fiscales.La stabilité politique, qui semblait assurée pour le mandat du président Rajoelina après ses nettes victoires aux élections présidentielles et législatives, a été mise en danger par le retrait probable du soutien des alliés à cause de l'appui controversé du chef de l'État à un remède à base de plantes présenté comme un "remède" pour COVID-19. Des critiques internes ont conduit le président à démettre le ministre de l'éducation en juin, une voie que les ministres de la justice et de la santé devraient suivre d'ici 2021.De vastes zones resteront dangereuses pour les voyageurs en raison de l'incapacité des forces de sécurité à contrôler les groupes de bandits. Leurs zones d'opération continuent de s'étendre malgré les promesses du gouvernement de cibler le banditisme. Les incidents de vols à main armée se sont étendus aux zones touristiques de l'ouest, au nord de Morondova.La faiblesse du commerce mondial, l'effondrement des revenus du tourisme et la faiblesse des prix des matières premières au niveau mondial dans le contexte de la pandémie COVID-19 en cours limiteront la croissance du PIB à 1 % cette année, bien qu'IHS Markit prévoie que Madagascar évitera la tendance mondiale à la récession, grâce au soutien du FMI.
Last update: août 5, 2020

Perspectives opérationnelles

Des pertes d'emplois considérables sont susceptibles d'être provoquées par l'impact financier et économique de la pandémie COVID-19, ce qui augmentera les risques de grève, en particulier dans le secteur public. Le risque est particulièrement aigu dans le secteur du tourisme, qui représentait autrefois environ 15 % du PIB, mais qui va désormais souffrir fortement du manque durable d'activités long-courrier, le gouvernement n'ayant probablement pas la capacité d'introduire des mesures d'atténuation substantielles. Des arrestations très médiatisées par une nouvelle unité de lutte contre la corruption et une vaste enquête sur les membres du parlement auront un certain effet modérateur. Toutefois, une culture endémique de corruption politique et de favoritisme canalisé par les organismes parapublics risque de limiter l'efficacité des mesures de lutte contre la corruption au niveau de l'élite.

Last update: juin 17, 2020

Terrorisme

Elevated

Les gangs armés contrôlent de facto de vastes zones en expansion dans le pays, mais leur objectif premier est le gain criminel. Les forces de sécurité semblent inefficaces pour contrôler la propagation du banditisme, qui touche les zones touristiques de l'ouest du pays, avec plusieurs incidents de vols à main armée, y compris des décès. Il y a eu à l'occasion des attaques à la grenade et aux IED, probablement avec une composante politique, mais ces événements ont été absents de l'élection présidentielle de fin 2018 et des élections législatives de mai 2019, malgré les grandes manifestations qui ont eu lieu dans les mois précédant le scrutin présidentiel.

Last update: juin 17, 2020

Criminalité

Madagascar a connu une augmentation constante de la criminalité violente et des enlèvements, une croissance qui a été accélérée par la crise politique prolongée en 2009-13. Ces délits n'ont pas été traités de manière adéquate par l'administration Hery Rajaonarimampianina (2014-18), qui était préoccupée par des crises plus urgentes. Les zones du pays effectivement contrôlées par des bandits lourdement armés appelés dahalos continuent de s'étendre, malgré les promesses électorales du nouveau président Andry Rajoelina de s'attaquer au problème. Il y a également eu une augmentation des attaques contre les cargaisons au sol ainsi que des détournements de voitures, avec des risques particulièrement graves dans les régions éloignées après la tombée de la nuit. La contrefaçon est un problème croissant, la police ayant saisi des quantités de faux billets de 20 000 ariary dans la capitale, Antananarivo, en octobre 2019.

Last update: juin 17, 2020

Risques de guerre

Les risques de guerre civile sont passés d'élevés à modérés au cours des deux dernières années et devraient se maintenir à ce niveau malgré l'augmentation probable des troubles généralisés dus aux effets de COVID-19. Les risques ont diminué depuis le cycle électoral, lorsque Madagascar a évité la possibilité de manifestations majeures entraînant des troubles à l'échelle nationale et une éventuelle intervention de l'armée. Cela a été possible grâce à la nette victoire d'Andry Rajoelina aux élections présidentielles de novembre-décembre 2018 et législatives de mai 2019, ainsi qu'à l'acceptation de la défaite par son adversaire Marc Ravalomanana, malgré les allégations initiales de fraude et de truquage systématiques. Il n'y a pratiquement aucun risque d'attaque extérieure sur Madagascar.

Last update: juin 17, 2020

Stabilité sociale

Very high

Une fois que les rassemblements à grande échelle seront à nouveau autorisés, les risques de protestation seront alimentés par les griefs socio-économiques exacerbés par les effets de la pandémie COVID-19. Les frustrations liées au prix de l'essence et à l'incohérence de l'approvisionnement en électricité sont probablement les moteurs des protestations à petite échelle et plus organisées. Des dommages matériels et des affrontements avec les forces de sécurité sont probables si le gouvernement rétablit les mesures de verrouillage ou renforce les restrictions sur les activités commerciales, d'autant plus que la promotion par le président Rajoelina de son "remède" contre le virus avait donné l'impression que Madagascar serait relativement immunisée. Des protestations à grande échelle contre les projets miniers, en particulier la concession de sables minéraux de Toliara, vont probablement reprendre lorsque le gouvernement donnera le feu vert à la reprise du développement suspendu.

Last update: juin 17, 2020

Risques pour la santé

Severe

Un certificat de vaccination antiamarile est exigé à l'entrée du pays pour les voyageurs en provenance d'une zone endémique.

Systématiquement

Hépatite A : la vaccination est disponible pour les enfants à partir de l'âge d'un an. Pour les personnes nées avant 1945, ayant passé leur enfance dans un pays en développement ou ayant des antécédents d'ictère, une recherche préalable d'anticorps sériques (Ig G) peut éviter une vaccination inutile.

Hépatite B : la vaccination est disponible pour les enfants à partir de l'âge de deux mois.

Diphtérie, tétanos, poliomyélite : le vaccin doit être mis à jour si nécessaire (rappel tous les dix ans).

En fonction de la durée et des modalités du séjour

Fièvre typhoïde : si le séjour doit se dérouler dans des conditions d'hygiène précaires (pour les enfants : à partir de l'âge de deux ans).

Rage : pour des séjours prolongés en situation d'isolement (pour les enfants : dès qu'ils sont en âge de marcher).

Pour les enfants : toutes les vaccinations incluses dans le calendrier vaccinal français devront également être à jour. Dans le cas d'un long séjour, le BCG est recommandé dès le premier mois et le vaccin rougeole-oreillons-rubéole dès l'âge de 9 mois.

Paludisme : chimioprophylaxie conseillée contre le paludisme : chloroquine et proguanil (nom commercial : Savarine) ou proguanil et atovaquone (nom commercial : Malarone).

Last update: avril 5, 2019

Risques naturels

Extreme

En raison de sa localisation dans l'océan Indien, Madagascar est exposée de manière significative au risque cyclonique durant la saison des pluies (décembre à avril). La côte est et les pointes nord et sud sont toujours les plus touchées ; un cyclone de catégorie 4 s'est abattu sur l'île en mars 2017, tuant 38 personnes et entraînant le déplacement de 52 000 autres.

Au cours de cette période, des inondations dévastatrices sont régulièrement déplorées et rendent la plupart des axes impraticables. En janvier 2016, Tananarive a souffert des pluies torrentielles, provoquant d'importants dégâts et rendant impraticables plusieurs axes routiers. La ville, dont la forte croissance urbaine de ces dernières décennies a forcé l'emménagement des nouveaux venus dans les bas-quartiers cernés de rizières, voit régulièrement ces districts noyés sous les eaux en période cyclonique. Le nord du pays (Sofia, Boeny, Alaotra, Mangoro, Betsiboka) est également affecté par les inondations.

Le système d'évacuation des eaux de pluies est quasi inexistant ou très mal entretenu. Cela peut provoquer d'importantes perturbations dans les transports et dans les moyens de communication ainsi que la destruction d'infrastructures. Les risques de maladies transmises par les moustiques et de maladies diarrhéiques sont en outre plus élevés lors d'inondations.

À l'inverse, des épisodes de sécheresse affectent régulièrement le sud de l'île ; une grave crise alimentaire liée à la sécheresse affecte le sud de l'île depuis le mois de décembre 2016 ; 850 000 personnes ont besoin d'une aide humanitaire. Ces épisodes dramatiques peuvent donner lieu à des tensions dans les zones concernées.

Durant cette période des feux de brousse sont récurrents : en octobre 2016, les autorités ont émis une alerte concernant l'accroissement de feux de brousse à travers le pays, dû aux conditions climatiques.

Par ailleurs, des requins sont présents dans les eaux malgaches, notamment au large de Tamatave (Nord-Est). Il est recommandé de se renseigner localement sur les plages les plus exposées et, le cas échéant, d'éviter la baignade.

Last update: avril 5, 2019

Transport

Elevated

Conjuguées au faible niveau de développement des infrastructures routières malgaches (à l'exception des grands axes Tananarive-Tamatave, Tananarive-Majunga et Tananarive-Fianarantsoa-Tuléar), les habitudes de conduite dangereuses des conducteurs (vitesse excessive, dépassements intempestifs) font des voyages terrestres une option dangereuse, notamment durant la saison des pluies. En tout état de cause, les déplacements de nuit doivent être proscrits en raison de l'absence d'éclairage des routes, et tout voyage interurbain doit être fait en 4x4, muni de réserves en eau, nourriture et en carburant ainsi que de pièces mécaniques de rechange. Des cas d'agressions violentes par des bandits armés sur les axes routiers sont fréquents dans tout le pays et particulièrement sur les routes nationales RN 7, RN 27, RN 10, RN 13, RN 1B. Il convient d'être particulièrement vigilant et de rouler avec les vitres relevées et portières fermées.

En ville, le recours aux véhicules avec chauffeur est préférable ou, à défaut, à une compagnie de taxi réservée par téléphone ou par le biais de son hôtel.

En cas d'accident de la route impliquant des dommages corporels causés à un tiers malgache, il est très vivement recommandé de se rendre immédiatement au commissariat de police le plus proche, le risque d'attroupement et de réactions hostiles de la part de la population étant élevé.

Pendant la saison des pluies, de décembre à avril, de nombreux axes routiers deviennent totalement impraticables, une situation qui peut entraîner des interruptions ponctuelles d'approvisionnement en carburants.

Par ailleurs, l'option aérienne n'est pas non plus dépourvue de risques, certains appareils de la compagnie nationale Air Madagascar étant interdits d'exploitation dans l'Union européenne en raison de leur vétusté et de leur manque de maintenance. Les services de ferry n'offrent pas de meilleures conditions de confort et surtout de sécurité. Notons enfin que les services ferroviaires sont désormais inexistants.

Last update: avril 5, 2019

Informations pratiques

Climat

Il y a deux saisons sur l'île de Madagascar, la saison sèche (avril à octobre) et la saison des pluies (novembre à mars).

La côte ouest est la région la plus sèche et la plus ensoleillée. Sur la côte orientale, il pleut généralement toute l'année et abondamment de décembre à mars. Dans les Hautes Terres (Tananarive), les pluies sont fortes mais courtes de mi-novembre à mars. La période des cyclones dure de mi-décembre à mi-avril.

Numéros utiles

Indicatif téléphonique: 261
Police: 117
Pompiers: 117
Ambulances: 117

Electricité

Voltage: 220 V ~ 50 Hz

Prises:

Last update: avril 5, 2019