Retour

Rapports de pays

Madagascar Rapport de pays

Content provided by
IHS Markit Logo

Risk Level

Low
Moderate
Elevated
High
Very High
Severe
Extreme

Survol

Sommaire exécutif

Le président Hery Rajaonarimampianina risque fort de perdre les élections fin 2018 au profit de ses deux prédécesseurs, Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana. Le bilan mitigé de l'opérateur historique en ce qui concerne le rétablissement des indicateurs socio-économiques et les divergences entre les deux challengers devraient conduire à une période d'instabilité prolongée qui s'étendra jusqu'au 19 décembre, après un second tour. De vastes zones du pays sont dangereuses pour les déplacements en raison de l'incapacité des forces de sécurité à maîtriser le banditisme, et les incidents de vols à main armée s'étendent aux zones touristiques occidentales au nord de Morondava. Le FMI aide à renforcer les institutions et à surveiller l'utilisation des 6,7 milliards de dollars promis par les donateurs en décembre 2016, principalement pour des projets d'infrastructure. L'enlèvement d'hommes d'affaires et de membres de leur famille est un problème de plus en plus grave.

Last update: octobre 17, 2018

Perspectives opérationnelles

Madagascar vise à remédier à l'un des principaux inconvénients de l'investissement en s'approvisionnant auprès de bailleurs de fonds multilatéraux et bilatéraux pour soutenir les grands projets d'infrastructures de transport, notamment la construction et la réhabilitation portuaires, et en améliorant le réseau routier qui s'effrite. Il est plus difficile de s'attaquer à l'héritage de la corruption qui s'est enracinée dans la classe politique et la fonction publique au cours de l'administration intérimaire de 2009-2013. Malgré le renforcement des institutions antigreffes, la faiblesse de la position politique du président Hery Rajaonarimampianina l'empêche d'agir plus fermement. La faiblesse des revenus, la mauvaise administration et l'ingérence du gouvernement continueront d'alimenter les grèves dans le secteur public.

Last update: octobre 17, 2018

Terrorisme

Elevated

Des explosions sporadiques d'engins explosifs improvisés (IED) et de grenades ont eu lieu à Antananarivo, la capitale malgache, au cours des dernières années et sont généralement le résultat d'une intense compétition politique. Les morts sont rares dans les attaques à faible impact, bien qu'en juin 2016, une explosion au stade municipal de Mahamasina ait fait deux morts et plus de 70 blessés lors des célébrations de l'indépendance. L'imminence d'une élection générale prévue à la fin de 2018 signifie que le risque limité d'attaques par des engins explosifs improvisés contre des rassemblements politiques augmentera, puisqu'une course à trois serrée est en perspective. Les gangs armés contrôlent de facto de vastes régions en expansion du pays, mais leur objectif premier est le gain criminel.

Last update: octobre 17, 2018

Risques de guerre

Les risques de guerre civile augmentent en raison de la proximité de l'élection générale prévue fin 2018, de l'histoire politique récente mouvementée du pays et de la perspective d'une élection présidentielle serrée à trois. En cas de résultat contesté, les manifestations se limiteraient largement à la capitale et au port principal. Les forces armées se sont montrées réticentes à continuer à recourir à la force meurtrière contre les manifestations politiques, même si la probabilité d'un coup d'État en cas de résultat serré et contesté des élections est limitée, surtout si l'ancien président destitué Marc Ravalomanana avait l'air de gagner. Il n'y a pratiquement aucune chance d'une attaque extérieure sur l'île.

Last update: octobre 17, 2018

Stabilité sociale

Very high

La perspective d'une élection serrée et combative entre le président sortant et ses deux prédécesseurs immédiats à la fin de 2018 a été à l'origine de manifestations politiques perturbatrices persistantes pendant la longue période qui a précédé le scrutin, en particulier dans la capitale, Antananarivo. Les forces de sécurité sont de plus en plus réticentes à affronter les participants, ce qui signifie qu'il est probable que d'autres manifestations fréquentes auront lieu sans entrave. Il est probable que l'échelle augmentera après l'élection, du moins pendant une courte période, sous l'impulsion des partisans de la défaite des candidats à la présidence. Les manifestations axées sur les projets miniers, les pannes d'électricité, la hausse du prix du carburant et les griefs socio-économiques seront plus durables et plus répandues.

Last update: octobre 17, 2018

Risques pour la santé

Severe

Un certificat de vaccination antiamarile est exigé à l'entrée du pays pour les voyageurs en provenance d'une zone endémique.

Systématiquement

Hépatite A : la vaccination est disponible pour les enfants à partir de l'âge d'un an. Pour les personnes nées avant 1945, ayant passé leur enfance dans un pays en développement ou ayant des antécédents d'ictère, une recherche préalable d'anticorps sériques (Ig G) peut éviter une vaccination inutile.

Hépatite B : la vaccination est disponible pour les enfants à partir de l'âge de deux mois.

Diphtérie, tétanos, poliomyélite : le vaccin doit être mis à jour si nécessaire (rappel tous les dix ans).

En fonction de la durée et des modalités du séjour

Fièvre typhoïde : si le séjour doit se dérouler dans des conditions d'hygiène précaires (pour les enfants : à partir de l'âge de deux ans).

Rage : pour des séjours prolongés en situation d'isolement (pour les enfants : dès qu'ils sont en âge de marcher).

Pour les enfants : toutes les vaccinations incluses dans le calendrier vaccinal français devront également être à jour. Dans le cas d'un long séjour, le BCG est recommandé dès le premier mois et le vaccin rougeole-oreillons-rubéole dès l'âge de 9 mois.

Paludisme : chimioprophylaxie conseillée contre le paludisme : chloroquine et proguanil (nom commercial : Savarine) ou proguanil et atovaquone (nom commercial : Malarone).

Last update: novembre 26, 2013

Risques naturels

Extreme

En raison de sa localisation dans l'océan Indien, Madagascar est exposée de manière significative au risque cyclonique durant la saison des pluies (décembre à avril). La côte est et les pointes nord et sud sont toujours les plus touchées ; un cyclone de catégorie 4 s'est abattu sur l'île en mars 2017, tuant 38 personnes et entraînant le déplacement de 52 000 autres.

Au cours de cette période, des inondations dévastatrices sont régulièrement déplorées et rendent la plupart des axes impraticables. En janvier 2016, Tananarive a souffert des pluies torrentielles, provoquant d'importants dégâts et rendant impraticables plusieurs axes routiers. La ville, dont la forte croissance urbaine de ces dernières décennies a forcé l'emménagement des nouveaux venus dans les bas-quartiers cernés de rizières, voit régulièrement ces districts noyés sous les eaux en période cyclonique. Le nord du pays (Sofia, Boeny, Alaotra, Mangoro, Betsiboka) est également affecté par les inondations.

Le système d'évacuation des eaux de pluies est quasi inexistant ou très mal entretenu. Cela peut provoquer d'importantes perturbations dans les transports et dans les moyens de communication ainsi que la destruction d'infrastructures. Les risques de maladies transmises par les moustiques et de maladies diarrhéiques sont en outre plus élevés lors d'inondations.

À l'inverse, des épisodes de sécheresse affectent régulièrement le sud de l'île ; une grave crise alimentaire liée à la sécheresse affecte le sud de l'île depuis le mois de décembre 2016 ; 850 000 personnes ont besoin d'une aide humanitaire. Ces épisodes dramatiques peuvent donner lieu à des tensions dans les zones concernées.

Durant cette période des feux de brousse sont récurrents : en octobre 2016, les autorités ont émis une alerte concernant l'accroissement de feux de brousse à travers le pays, dû aux conditions climatiques.

Par ailleurs, des requins sont présents dans les eaux malgaches, notamment au large de Tamatave (Nord-Est). Il est recommandé de se renseigner localement sur les plages les plus exposées et, le cas échéant, d'éviter la baignade.

Last update: février 13, 2018

Transport

Elevated

Conjuguées au faible niveau de développement des infrastructures routières malgaches (à l'exception des grands axes Tananarive-Tamatave, Tananarive-Majunga et Tananarive-Fianarantsoa-Tuléar), les habitudes de conduite dangereuses des conducteurs (vitesse excessive, dépassements intempestifs) font des voyages terrestres une option dangereuse, notamment durant la saison des pluies. En tout état de cause, les déplacements de nuit doivent être proscrits en raison de l'absence d'éclairage des routes, et tout voyage interurbain doit être fait en 4x4, muni de réserves en eau, nourriture et en carburant ainsi que de pièces mécaniques de rechange. Des cas d'agressions violentes par des bandits armés sur les axes routiers sont fréquents dans tout le pays et particulièrement sur les routes nationales RN 7, RN 27, RN 10, RN 13, RN 1B. Il convient d'être particulièrement vigilant et de rouler avec les vitres relevées et portières fermées.

En ville, le recours aux véhicules avec chauffeur est préférable ou, à défaut, à une compagnie de taxi réservée par téléphone ou par le biais de son hôtel.

En cas d'accident de la route impliquant des dommages corporels causés à un tiers malgache, il est très vivement recommandé de se rendre immédiatement au commissariat de police le plus proche, le risque d'attroupement et de réactions hostiles de la part de la population étant élevé.

Pendant la saison des pluies, de décembre à avril, de nombreux axes routiers deviennent totalement impraticables, une situation qui peut entraîner des interruptions ponctuelles d'approvisionnement en carburants.

Par ailleurs, l'option aérienne n'est pas non plus dépourvue de risques, certains appareils de la compagnie nationale Air Madagascar étant interdits d'exploitation dans l'Union européenne en raison de leur vétusté et de leur manque de maintenance. Les services de ferry n'offrent pas de meilleures conditions de confort et surtout de sécurité. Notons enfin que les services ferroviaires sont désormais inexistants.

Last update: février 13, 2018

Informations pratiques

Climat

Il y a deux saisons sur l'île de Madagascar, la saison sèche (avril à octobre) et la saison des pluies (novembre à mars).

La côte ouest est la région la plus sèche et la plus ensoleillée. Sur la côte orientale, il pleut généralement toute l'année et abondamment de décembre à mars. Dans les Hautes Terres (Tananarive), les pluies sont fortes mais courtes de mi-novembre à mars. La période des cyclones dure de mi-décembre à mi-avril.

Numéros utiles

Indicatif téléphonique: 261
Police: 117
Pompiers: 117
Ambulances: 117

Electricité

Voltage: 220 V ~ 50 Hz

Prises:

Last update: janvier 3, 2014