Retour

Rapports de pays

Malawi Rapport de pays

Survol

INTRODUCTION

Tout voyage au Malawi, (population 18 million), un petit pays enclavé et peu visité, ne devrait pas poser de vrais problèmes à condition de faire preuve de bon sens.

RISQUES SOCIO-POLITIQUES

La situation sociopolitique est relativement calme, malgré quelques épisodes d'agitation civile qui ont conduit à des instances de violence. En juillet 2011, les villes ont été touchées par deux jours d'agitation sociale. Celle-ci, menée dans l'espoir d'obtenir des réformes économiques et politiques, a conduit à des pénuries d'essence, une inflation des prix et un taux de chômage élevé. Les forces de sécurité ont répondu violemment à ces affrontements causant dix morts dans les villes du nord de Karongo et Mzuzu, et neuf autres à Lilongwe et Blantyre. En mai 2014, des manifestations violentes ont eu lieu à travers le pays en réponse aux résultats des élections. Dans le district de Mangochi, la police a eu recours au gaz lacrymogène et à des balles en caoutchouc contre des manifestants de l'opposition faisant un mort. L'élection présidentielle a été remportée par le candidat de l'opposition Peter Muathariki du Parti Démocratique Progressif. En octobre 2014, des affrontements violents entre des commerçants et des forces de sécurité ont eu lieu à Lilongwe. Il convient que les voyageurs se tiennent à l'écart de toute manifestation. Le mécontentement lié aux problèmes économiques et de mauvaise gouvernance subsiste et a provoqué quelques manifestations en 2016 et 2017. Même si celles-ci ont été pacifiques, tout rassemblement politique peut devenir violent à tout moment.

RISQUES SOCIO-ÉCONOMIQUES 

La densité de la population est extrêmement élevée au Malawi et le pays reste en grande majorité sous développé. Avec 80% de la population du pays vivant dans les zones rurales, l'économie dépend principalement du secteur agricole. Les soucis économiques de la population défavorisée - souvent pauvre et au chômage - risquent d'engendrer de l'agitation civile.

CRIMINALITÉ

Dû aux taux élevés de petite délinquance, les voyageurs sont tenus de rester vigilant. L'activité criminelle est particulièrement répandue dans les régions urbaines du pays. Des agressions sont possibles, notamment dans les stations de bus de la capitale, Lilongwe, dans le centre commercial Blantyren et dans des lieux fréquentés par les touristes (Nkhata Bay, Zomba, Senga Bay, Cape Maclear et Mzuzu) ainsi que sur les routes le long de la frontière avec le Mozambique. Les crimes les plus répandus sont le pickpocket, le vol à l'arraché, le cambriolage de voiture et la fraude. Ne pas résister en cas d'attaque. Certains gouvernements occidentaux conseillent à leurs ressortissants de respecter des mesures de précaution : éviter de conduire la nuit (être particulièrement vigilant la nuit à Blantyre et Lilongwe, la capitale), garder un œil sur ses objets de valeurs dans les lieux publics - notamment pour éviter que de la drogue soit glissée dans son sac / valise, ne jamais acheter des pierres précieuses (sûrement des biens accaparés sur un marché noir), ne pas engager un guide non officiel, ne pas accepter nourriture  ou boisson d'un étranger et éviter de marcher seul le soir dans les quartiers plus pauvres.

Même si le crime organisé ne pose pas de menace réelle au voyageur étranger, les frontières poreuses rendent l'activité criminelle transnationale permissible, notamment favorisant le trafic humain et la migration illégale.

TRANSPORTS

Les routes sont généralement dans un mauvais état.

Par ailleurs, animaux et personnes sont souvent présents le long des routes et les véhicules ont tendance à conduire avec leurs phares éteints. La conduite la nuit est donc fortement déconseillée car dangereuse.

Les routes sont particulièrement en mauvais état pendant la saison des pluies, qui créé de nombreux nids-de-poule. Le pays détient un des taux les plus élevés d'accidents de voiture sur le continent africain. Éviter de conduire après la tombée de la nuit.

Les transports en commun sont déconseillés. Le système étant extrêmement limité, il consiste essentiellement en des minibus privés et des camionnettes, qui, utilisés afin de se déplacer entre les villes, sont généralement dangereux et usés. Les taxis bicyclettes et les petits tricycles motorisés utilisés dans les régions urbaines sont aussi insécurisés. Les services d'urgence sont limités.

RISQUES NATURELS

Il existe un risque important de tremblements de terre au Malawi. En 2009, une série de séismes ont touché les régions autour de Karonga, au nord du Malawi. Détenant une magnitude de 6.2, certains ont été responsables d'un nombre de morts et dommages matériels importants.

Le pays est souvent victime d'inondations importantes pendant la saison des pluies, de novembre à avril. En janvier 2015, des inondations ont tué 200 personnes, et touché directement près de 100 000 autres.

Il est impératif de se renseigner sur les conditions des routes et les conditions météorologiques au préalable d'un voyage en voiture durant la saison de pluies.

INFRASTRUCTURES

Les infrastructures touristiques sont très limitées en dehors des centres urbains. Même les régions urbaines peuvent faire face à des carences d'électricité.

LÉGISLATION LOCALE

L'homosexualité est illégale au Malawi.

Les voyageurs doivent toujours porter un justificatif d'identité (photocopie de passeport et du visa).

Il existe des lois criminelles protégeant la faune et la flore. Il est illégal de vendre, de tuer, d'acheter ou capturer tout animal appartenant à une espèce protégée ou d'en vendre différentes parties sans un permis préalable. Tout contrebandier, dont des contrebandiers d'ivoire, sera poursuivi en justice et fera face à une amende ou une peine de prison.

L'achat de pierres précieuses brutes est illégal.

Les étrangers se doivent d'être respectueux envers la culture locale. Il est conseillé aux femmes de se vêtir d'habits modestes, et d'éviter de porter des shorts et hauts sans-manches.

SANTÉ

Le pays possède de faibles infrastructures de santé et fait que le Malawi reste une destination à risques pour les voyageurs. Les centres médicaux sont rares et mal équipés. En cas d'urgence, une évacuation vers l'Afrique du Sud sera peut-être nécessaire.  Il est indispensable de souscrire en amont du départ une assurance maladie couvrant les soins à l'étranger ainsi que le rapatriement sanitaire, nécessaire en cas d'urgence.

Les maladies hydriques et alimentaires sont largement répandues, dont le choléra et la fièvre typhoïde. Des épidémies de choléra surviennent fréquemment, notamment pendant la saison des pluies (de décembre à mars), surtout dans les régions frontalières avec le Mozambique et la Tanzanie. Actuellement (juillet 2017), le district de Chikwawa (dans le sud) est touché par une épidémie. Afin de réduire le risque de contamination, il est indispensable de se laver les mains régulièrement, de ne boire seulement de l'eau en bouteille ou purifiée, et d'éviter de manger des aliments crus ou insuffisamment cuits.

De nombreuses maladies transmises par les moustiques sont présentes, dont le paludisme, la fièvre de la dengue et le chikungunya. Le paludisme est un enjeu de santé publique majeur, les régions autour du Lac Malawi étant particulièrement à risque. La trypanosomiase humaine africaine, ou maladie du sommeil, transmise par la morsure d'une mouche tsé-tsé, est présente dans huit districts : le  Chikwawa, le Kasungu, le Machinga, le Mangochi, le Mulanje, le Nhotakota, le Ntchisi et le Rumphi. L'onchocercose, ou la cécité des rivières, transmise par les mouches tsé-tsé, est un enjeu de santé publique majeur au Malawi. Il convient de se protéger contre les piqûres de moustique (insectifuge, vêtements amples, médication préventive, etc.).

Un certificat de vaccination contre la fièvre jaune est requis à l'entrée du territoire pour toute personne âgée de plus d'1 an, venant d'un pays à risque, ou pour tout voyageur ayant été en transit pour plus de 12 heures dans un aéroport d'un pays infecté.

La bilharziose (une maladie parasitique causée par un ver microscopique) est un risque de santé endémique. L'infection a lieu lorsque les larves du parasite, relâchés par un escargot d'eau douce, pénètrent la peau d'une personne en contact avec de l'eau contaminée, tels que le Lac de Malawi. Il est conseillé d'éviter tout contact avec des sources d'eau douce (lacs, étangs) car la larve parasitique pourrait être présente.

La rage est un risque au Malawi et il est donc fortement conseillé d'éviter tout contact avec les animaux, même domestiques (morsures, salive, griffures). Si mordu ou griffé, consultez un centre de soins médicaux immédiatement.

Le sida est la principale cause de décès au Malawi. Selon UNAIDS, 9.1 pour cent de la population adulte (entre 15 et 49 ans) est séropositive.

Il existe des épidémies de rougeoles sporadiques dans le pays (environ deux fois par an en moyenne). Un vaccin est disponible.

La tuberculose est un risque courant dans le pays.

Des cas de peste ont été signalés dans le pays, même si le risque pour les étrangers reste faible.

Climat

Le climat est tropical à deux saisons : la saison sèche dure de mai à octobre et la saison pluvieuse de novembre à avril.

Les précipitations sont abondantes dans tout le pays notamment sur les reliefs et dans le nord-ouest. Les températures sont élevées en vallée et fraîches en altitude.

Numéros utiles

Indicatif téléphonique: 265 Police: 997 Pompiers: 999 Ambulances: 998

Electricité

Voltage: 230 V ~ 50 Hz

Prises: