Retour

Rapports de pays

Mauritanie Rapport de pays

Survol

INTRODUCTION

Tout voyage en Mauritanie, vaste pays (1 000 000 km²) fort peu peuplé (environ 3,5 millions d'habitants), doit être considéré avec la plus grande prudence eu égard notamment à un environnement sécuritaire précaire.

RÉGIONS DÉCONSEILLÉES

La zone située au nord-est de la Mauritanie, partant de Nouadhibou, longeant toute la frontière avec le Sahara occidental pour atteindre Ouedane et ensuite descendre jusqu'à Tidjikja, en passant au nord de Tintane pour atteindre Khabou au sud, est formellement déconseillée, à l'exception de la zone de Zouérate, seulement déconseillée sauf raison impérative, mais qu'il convient de ne rejoindre que par voie aérienne. Tandis que les autorités britanniques déconseillent tout déplacement sauf raison impérative sur le reste du territoire, les autorités françaises ne le déconseille qu'à partir des villes d'Akjoujt et Rosso à l'ouest, jusqu'aux villes de Khabou et Ouedane. Une vigilance renforcée doit toutefois être exercée sur la partie occidentale du pays, incluant la capitale Nouakchott.

SÉCURITÉ

Le quart nord-est du pays est inhabité et représente une zone de transit, en particulier pour les trafics illicites. La plus grande partie de cette zone est placée sous la responsabilité de l'armée, et une autorisation expresse de l'État-major est requise pour y accéder, bien que l'ensemble des autorités diplomatiques occidentales déconseillent formellement de s'y rendre.

TERRORISME

La menace terroriste (attentats et enlèvements), notamment dirigée contre les ressortissants occidentaux, reste importante. Pour les autorités françaises, à l'été 2015, « les événements en cours au Mali (intervention militaire française, terrorisme, activité des groupes armés, déplacement de réfugiés, troubles politiques) exposent toujours le territoire mauritanien à des risques d'infiltration par des éléments terroristes ». Le 30 juin 2015, le groupe islamiste Ansar Dine revendiquait sa responsabilité dans l'attaque du village malien de Nara, situé à proximité de la frontière mauritanienne. À la suite de cet événement, le groupe annonçait son intention de mener de futures attaques contre la Mauritanie. Ainsi, il est« formellement déconseillé aux ressortissants français de chercher à entrer au Mali par la frontière mauritanienne, le long de laquelle des membres de groupes terroristes, mêlés aux réfugiés fuyant le Mali, peuvent constituer une menace particulière pour la sécurité des voyageurs » (enlèvement d'un Français en novembre 2012 dans la zone).

Par ailleurs, eu égard à l'intervention militaire française au Mali (engagée en janvier 2013) et de la participation de la France à la coalition internationale contre l'organisation terroriste « État Islamique » (EI) en Irak depuis septembre 2014, il est suggéré aux ressortissants français présents en Mauritanie d'exercer une vigilance accrue à l'encontre de tout comportement suspect. Il est ainsi recommandé de se montrer prudent dans les lieux publics, près des installations gouvernementales et plus particulièrement dans les endroits fréquentés par les étrangers.

Dans le reste du pays, dont Nouakchott, il convient d'être tout aussi prudent. Des mesures de sécurité particulières doivent être respectées, telles que, entre autres, le fait de séjourner dans un hôtel sécurisé (en privilégiant des hôtels dans les quartiers du centre dont les entrées sont filtrées) et être attentif à tout comportement suspect.

CRIMINALITÉ

La criminalité est en hausse dans les villes, en particulier dans la capitale. Les cas de criminalité violentes notamment (vols à mains armée, cambriolages) sont en augmentation. Il est recommandé aux personnes résidant en Mauritanie d'embaucher des gardiens pour surveiller leurs domiciles. Le centre-ville, les nouveaux quartiers et les plages situées aux abords immédiats de Nouakchott ont été le lieu de plusieurs agressions physiques, y compris en plein jour et à main armée. Il est recommandé d'éviter les plages isolées et non éclairées de la capitale, ainsi que le quartier 'Cinquième' à la tombée de la nuit. En tout état de cause, il convient d'être extrêmement prudent, de limiter autant que possible les déplacements à pied - d'autant plus dans des zones isolées - et de circuler en ville avec les portières verrouillées et les fenêtres fermées.

Des cas d'enlèvements et de crimes violents ont également été signalés dans la région d'Hodh El Chargi dans le sud-est. 

En cas de vol ou d'agression, il est recommandé de porter plainte auprès des autorités de police locales et de prévenir la section consulaire de votre ambassade.

RISQUE SOCIO-POLITIQUE

La situation politique est plutôt calme depuis la réélection pour un second mandat de cinq ans du Président sortant Mohamed Ould Abdel Aziz en juin 2014. Celle-ci a toutefois été perturbée en 2016 suite à la volonté du président de soumettre à referendum le 5 août 2017 un projet de révision de la constitution ; d'importantes manifestations ont été organisées par les partis de l'opposition pour dénoncer ce projet. Ce dernier a toutefois été approuvé par une large majorité des votants (85%) malgré le boycott de l'opposition. La réforme de la constitution, en vigueur depuis 1991, a notamment permis d'abolir le Sénat remplacé par des conseils régionaux le 15 août, et de changer le drapeau national ainsi que l'hymne national. 

Les élections locales, régionales et législatives qui ont lieu les 1er et 15 septembre ont consacré la victoire du parti au pouvoir l'Union pour la République (UPR). Les prochaines élections présidentielles auront lieu en avril 2019. Le président Aziz n'est pas autorisé à briguer un troisième mandat ; néanmoins, les spéculations populaires semblent suggérer qu'il pourrait modifier la Constitution afin de pouvoir se présenter. La situation politique pourrait donc se dégrader à l'approche de l'échéance électorale.

Par ailleurs, les manifestations dénonçant les pratiques esclavagistes encore en vigueur dans le pays, ainsi que les pratiques des forces de l'ordre et du gouvernement à l'encontre des activistes anti-esclavagistes, sont régulières. Bien que généralement pacifiques, certaines manifestations ont été violemment réprimées par les forces de l'ordre.

Il convient de se tenir à l'écart de tout rassemblement. Il convient également de garder à l'esprit que les questions religieuses sont sensibles dans le pays ; il est recommandé d'être respectueux dans ses propos comme dans son comportement.

TRANSPORTS

La souscription d'une assurance transport est obligatoire à l'arrivée en Mauritanie.

L'état des routes est passable. Toutefois, en raison de l'intensification du trafic routier et des conditions de circulation difficiles (routes recouvertes de sable, visibilité à éclipse, présence d'animaux, état des véhicules), tout trajet de nuit doit être banni.

En dehors de la capitale, tous les déplacements doivent donc se faire de jour, en véhicule tout terrain (4x4) et préférablement en convoi, muni de réserves suffisantes en eau, en nourriture et en carburant. Il est conseillé d'informer ses proches de sa destination et au mieux d'être accompagné d'un guide. Il convient également de veiller à ce que le véhicule contienne des pièces mécaniques de rechange (roue, câbles, etc.) et dispose de moyens de télécommunication efficaces (par satellite par exemple). Enfin, il est nécessaire d'être toujours en mesure de pouvoir justifier de son identité (passeport et visa).

Il est conseillé de varier autant que possible les itinéraires ainsi que les horaires de déplacements.

En cas d'accident, il est recommandé de signaler l'accident avec des feux de détresse ou triangle, de prévenir les autorités locales compétentes (police au 17, pompiers au 18 et gendarmes au 119) et de contacter la section consulaire de votre ambassade.

L'usage des transports en commun est déconseillé car peu fiables ; il est recommandé de louer une voiture avec chauffeur.

SANTÉ

Il est indispensable de souscrire en amont du départ une assurance maladie couvrant les soins à l'étranger ainsi que le rapatriement sanitaire.

L'infrastructure médicale est limitée dans le pays.

La fièvre jaune est endémique, particulièrement dans la partie sud du pays. Lorsqu'en provenance d'un pays où il y a un risque de transmission de la maladie, il est nécessaire de présenter un certificat de vaccination contre la fièvre jaune pour entrer sur le territoire. L'Organisation mondiale de la Santé (OMS) recommande toutefois à tous les voyageurs de se faire vacciner avant de se rendre au sud du Sahara. Le risque de paludisme existe toute l'année dans tout le pays, à l'exception des régions septentrionales (Dakhlet-Nouadhibou et Tiris-Zemour). La dengue et le chikungunya sont également présents dans le pays. Il est impératif de recourir aux mesures individuelles de protection contre les piqûres de moustiques et de suivre un traitement médicamenteux adapté. Des cas de fièvre de la Vallée du Rift sont également rapportés.

L'eau n'est pas potable en Mauritanie. Les maladies diarrhéiques sont chroniques, en particulier à Nouakchott. Il est donc indispensable de ne boire que de l'eau décontaminée ou en bouteille, de veiller à son alimentation et de se laver les mains plusieurs fois par jour.

Afin d'éviter tout risque de contamination parasitaire, il est recommandé d'éviter de se baigner ou de laver ses vêtements dans des eaux stagnantes. Il est formellement déconseillé de marcher pieds nus.

Il est impératif de prendre toutes les mesures nécessaires pour se protéger du virus du Sida, lequel affecte une partie importante de la population adulte dans le pays et constitue la première cause de mortalité.

Le risque de méningite ne peut être écarté, le pays se situant dans la « ceinture de la méningite ». Un vaccin existe contre cette maladie.

INFRASTRUCTURES

Les cartes bancaires et les chèques ne sont pas acceptés chez les commerçants, il est donc recommandé de se munir d'espèces ou de chèques de voyage.  Un distributeur automatique de billets, réputé comme étant sûr, est disponible dans les locaux de la Société Générale de Nouakchott.

LÉGISLATION LOCALE

Il est interdit de photographier les bâtiments publics, militaires ou religieux, les aéroports et les ports ainsi que les agents publics sous peine de poursuites judiciaires.

Il est conseillé de conserver un document d'identité sur soi en permanence.

Climat

Dans le sud du pays, la saison des pluies dure de juillet à septembre et s'accompagne parfois de tornades de sable. Les températures sont très élevées dans tout le pays entre avril et septembre (40°C en mai et juin). Le reste de l'année, les températures oscillent entre 20°C et 25°C. Dans les zones désertiques, les températures sont élevées le jour et fraîches la nuit. En hiver, elles peuvent approcher 0°C.

Numéros utiles

Indicatif téléphonique: 222

Il n'y a pas de service d'urgence dans le pays.

Electricité

Voltage: 220 V ~ 50 Hz

Prises: