Retour

Rapports de pays

Mayotte Rapport de pays

Survol

INTRODUCTION

Tout déplacement sur l'île de Mayotte (235 132 habitants), département d'Outre-Mer (DOM) français, ne présente pas de risque majeur particulier. Néanmoins, certains aspects sécuritaires, politiques et sociaux sont à prendre en compte par les voyageurs lors de leur séjour et déplacements.

RISQUE SOCIO-POLITIQUE

Mayotte est un département d'Outre-Mer français depuis le 31 mars 2011, suite au référendum local de 2009 par lequel les Mahorais décident d'abandonner le statut de collectivité territoriale. Plus que par attachement à la France, il s'agissait d'abord de rester indépendant des Comores, qui revendique ses droits sur l'île depuis 1975. Mayotte avait été acquise par la France au XIXe siècle et rattachée au territoire d'Outre-Mer des Comores en 1946. L'île devient finalement une collectivité territoriale de la France en 1976 après l'indépendance de l'État Comorien en 1975.

Depuis l'automne 2011, des mouvements populaires de contestation (cf. dénonçant notamment l'augmentation du coût de la vie) versant à l'occasion dans la violence, malmènent à intervalle régulier la stabilité du nouveau département. L'île de Mayotte reste un des DOM les plus pauvres (84 % de la population vit sous le seuil de pauvreté) et ne se voit pas appliquer les mêmes droits que dans les autres DOM. Suite aux importantes mobilisations qui avaient paralysé l'île en mars 2016 (en faveur de l'égalité réelle entre le département et la métropole), le gouvernement français a annoncé son intention d'aligner les lois et règlements de Mayotte sur ceux de la Métropole ces prochaines années.

Les affrontements entre forces de l'ordre et manifestants peuvent survenir lors des mouvements sociaux. En tout état de cause, il est impératif de demeurer à l'écart de tout rassemblement.

Les grèves, notamment dans les ports, peuvent entraver l'approvisionnement en nourriture et en carburant. En février et juin 2017 d'importantes grèves dans le port commercial de Longoni avaient temporairement bloqué les approvisionnements, augurant de possibles pénuries dans l'île. Similairement, la grève des employés de Total mi-août 2017 avait provoqué d'importantes pénuries de carburant. Mayotte, disposant d'un unique port et d'une seule route principale reliant les différentes communes du département, est par nature exposée aux incidences des blocages et autres mouvements populaires ou sociaux.

Dans un autre registre, l'île est confrontée à une immigration clandestine importante en provenance des Comores (archipel situé à 70 km) depuis qu'elle est devenue un département français. L'île compterait près de 43 % de sans-papiers, une situation poussant la population locale à user de la force pour expulser les clandestins, accusés d'être à l'origine de l'augmentation de l'insécurité dans l'île.

CRIMINALITÉ

Le risque criminel est à prendre en compte à Mayotte, notamment dans les zones à forte population et dans les zones touristiques. Les vols à mains armées et les cambriolages sont fréquents.

Les cas de délinquance (vols) sont particulièrement élevés dans le sud de l'île, plus prisé des touristes, ainsi que sur la côte est autour de Mamoudzou et sur l'île de Petite-Terre, parties les plus densément peuplées de Mayotte. Les touristes ne sont pas épargnés. Les cas de cambriolages semblent davantage se concentrer dans les communes résidentielles aux alentours des zones économiques de l'île, près du port (Longoni, proche de Koungou), de l'aéroport (Pamandzi) et des administrations (Mamoudzou et Dzaoudzi). Il est suggéré de privilégier, par confort autant que précaution, un logement sécurisé (grilles métalliques et si possible alarme).

Il est déconseillé de se promener sur les plages isolées ; faites preuve de vigilance dans les endroits très fréquentés tels que les marchés, les parcs et les plages en général. Évitez de vous promener seul la nuit dans des lieux isolés.

Enfin, il est également conseillé de mettre à l'abri tout objet de valeur, argent et papiers d'identité, notamment dans les coffres-forts des hôtels et de se déplacer avec une photocopie de ses papiers (les forces de l'ordre s'en contentent généralement).

TRANSPORTS

Sur l'île de Mayotte, il y a une route principale circulaire qui relie toutes les communes du département. Les routes secondaires sont asphaltées. La présence de nids-de-poule, le manque d'entretien des véhicules, le manque d'éclairage et l'absence de feux de circulation peuvent toutefois rendre la conduite dangereuse.

Excepté les taxis, qui sont collectifs, il n'existe pas de services de transports publics. Il est toutefois possible de louer des véhicules.

Un service de traversier assure la liaison entre les îles de Grande-Terre et Petite-Terre. Il est toutefois recommandé de s'assurer de la sûreté de l'embarcation (surcharge, état),des accidents ayant déjà eu lieu.

L'aéroport se situant sur l'île de Petite-Terre, il faut emprunter la barge (bateau) pour rejoindre l'île principale (Grande-Terre). Le service est gratuit.

INFRASTRUCTURES

Le pays fait face à un manque d'infrastructures hôtelières (à peine 1 000 lits dans tout l'archipel).

Par ailleurs, en raison des grèves récurrentes et des risques de sécheresse, l'île peut être exposée aux pénuries de carburant, de nourriture ou d'eau.

SANTÉ

Bien que des infrastructures médicales soient présentes à Mamoudzou (Grande-Terre) et à Dzaoudzi (Petite-Terre), on ne trouve pas d'hôpital à l'extérieur de ces grandes villes. Par ailleurs, l'île déplore le manque de personnel médical.

Les principaux risques concernent les maladies transmises par les moustiques. Bien que le risque de contracter la fièvre jaune n'existe pas sur l'île, un certificat de vaccination antiamarile est exigé des voyageurs en provenance de pays où la maladie sévit ou ayant transité par l'aéroport d'un pays où le risque de transmission prévaut. Le paludisme est endémique dans toute l'île, tout au long de l'année. Des cas de fièvre dengue sont également signalés. L'infection par le virus Zika est également un risque dans ce pays. Il convient de se protéger contre les piqûres de moustique (insectifuge, vêtements amples, médication préventive, etc.).

La diarrhée et les maladies gastriques peuvent survenir ; ne boire que de l'eau décontaminée ou en bouteille scellée et se laver les mains régulièrement.

Afin d'éviter tout risque d'infection parasitaire, il est recommandé de ne pas boire ni se laver, nettoyer ses vêtements ou marcher dans des eaux stagnantes.

Il est nécessaire de prendre toutes les précautions contre le virus du sida.

La vaccination contre la rougeole est fortement recommandée.

RISQUES NATURELS

La production en eau potable dépend largement des précipitations dans l'île. En raison d'un important épisode de sécheresse, la préfecture de Mayotte avait mis en place le 16 décembre 2016 des coupures d'eau programmées, qui ne permettaient plus de garantir la potabilité de l'eau domestique et à terme avait provoqué des pénuries d'eau, particulièrement sur les parties sud et centrales de l'île. Cela avait déclenché d'importantes manifestations en février 2017.

Le voyageur conservera à l'esprit que des cyclones peuvent survenir entre décembre et avril.

DIVERS

Un comportement respectueux des us et coutumes musulmans est par ailleurs recommandé sur l'île ; 95 % de la population est musulmane.