Retour

Rapports de pays

Mexique Rapport de pays

Content provided by
IHS Markit Logo

Risk Level

Low
Moderate
Elevated
High
Very High
Severe
Extreme

Survol

Sommaire exécutif

Après une baisse de 0,1 % en 2019, IHS Markit prévoit maintenant que le PIB mexicain diminuera de 9,9 % en 2020, avec une marge de manœuvre pour de nouveaux ajustements à la baisse. La récession économique aux États-Unis va considérablement réduire les exportations et les recettes en devises. En outre, la mise en œuvre des mesures de lutte contre la maladie à coronavirus de 2019 (COVID-19), qui sont motivées par le virus, affaiblira considérablement la demande intérieure et réduira encore les dépenses d'investissement des entreprises.Le président Andrés Manuel López Obrador (AMLO) n'a annoncé aucune dépense importante pour atténuer ce ralentissement. Le président insiste sur la nécessité de l'austérité fiscale et a renoncé aux allégements fiscaux destinés à soutenir les entreprises. Il est probable que le gouvernement ordonne un contrôle fiscal des grandes entreprises contributrices afin de collecter des recettes supplémentaires. Un retard dans l'offre d'un soutien fiscal au niveau national risque fort d'entraîner une pression accrue sur le secteur des entreprises à mesure que le virus COVID-19 se répandra. Le risque de faillites d'entreprises et de déclaration d'événements de force majeure devrait augmenter, et les entreprises multiplieront les licenciements, même au risque de se voir infliger des amendes. Face à la crise, AMLO a continué à soutenir les politiques anti-entreprises. AMLO reste l'homme politique le plus populaire du Mexique, mais sa cote d'approbation est en baisse, passant de 77 % au début de 2019 à environ 56 % en juillet 2020. Les effets économiques négatifs du virus COVID-19 sont susceptibles d'affaiblir son gouvernement, diminuant la capacité du parti au pouvoir à maintenir son contrôle sur la Chambre basse lors des élections de mi-mandat de 2021.Avec la détérioration de l'économie, les groupes criminels dans le pays sont également susceptibles de se renforcer, aggravant l'environnement sécuritaire en raison de l'intensification des guerres de territoire pour le contrôle des routes du trafic de drogue, ainsi que des zones d'extorsion, de vol et d'enlèvement. Guanajuato, Chihuahua et Baja California seront gravement touchés par l'intensification des guerres intestines.
Last update: septembre 8, 2020

Perspectives opérationnelles

Les actions de grève en Gambie restent rares, et rien n'indique que les syndicats aient intensifié leurs activités depuis la fin de la répression de la dictature de Yahya Jammeh. Le secteur privé est relativement petit et la plupart des conflits du travail continueront probablement à être caractérisés par des arrêts de travail de courte durée de professionnels du secteur public tels que les médecins et les enseignants. Les niveaux de corruption ont considérablement diminué par rapport à ceux du régime kleptocratique de Jammeh, bien qu'à des niveaux inférieurs, il y ait peu de preuves d'une culture de la corruption bien ancrée. Cependant, en juillet 2020, la principale compagnie maritime CMA CGM a déclaré qu'elle suspendait les exportations de bois de la Gambie en raison des inquiétudes concernant le commerce illégal de bois de rose, probablement facilité par des fonctionnaires subornés.

Last update: septembre 8, 2020

Terrorisme

High

La dernière attaque terroriste à motivation politique au Mexique a été menée par l'Armée populaire révolutionnaire (EPR), qui a revendiqué trois vagues d'engins explosifs improvisés visant des pipelines en 2007. Le groupe n'a commis aucun attentat depuis. Il n'existe pas d'autres groupes terroristes au Mexique ayant l'intention connue de cibler des biens commerciaux ou publics pour des raisons politiques, religieuses ou idéologiques. Les cartels de la drogue mexicains, cependant, s'engagent dans des confrontations armées avec des membres des forces de sécurité et ont endommagé des biens lors d'attaques liées à l'extorsion. Le gouvernement mexicain ne les considère pas comme des terroristes, mais le président américain Donald Trump a menacé de les désigner comme tels en 2019.

Last update: septembre 5, 2020

Criminalité

Le principal risque lié à la criminalité est le vol de rue, les victimes risquant d'être blessées ou tuées si elles offrent leur résistance. Les criminels ciblent les personnes qui utilisent le système de transport public, celles qui se trouvent dans des véhicules qui ne se déplacent pas en raison de la circulation, ou qui quittent les agences bancaires, y compris dans les zones fréquentées par les hommes d'affaires. L'utilisation de taxis illégaux augmente les risques d'enlèvement exprès. Plusieurs organisations criminelles mexicaines ont conclu des alliances avec des gangs plus petits à l'échelle nationale, qui se livrent également à des activités telles que le micro-trafic de drogue, l'extorsion, le vol de véhicules, le vol de piétons, les vols à domicile et les enlèvements.

Last update: septembre 5, 2020

Risques de guerre

Il est peu probable que le Mexique déclenche une guerre interétatique. Toutefois, le meurtre d'une famille américano-mexicaine en novembre 2019 a conduit le président américain Donald Trump à dire qu'il était temps pour les États-Unis de mener une guerre contre les cartels de la drogue au Mexique, malgré le fait que le pays s'oppose aux intrusions étrangères sur son territoire. La désignation par les États-Unis des cartels comme terroristes a été mise en suspens et semble peu probable. Dans le cas peu probable où cela se produirait, cela augmenterait la probabilité d'actions unilatérales américaines pour capturer les barons de la drogue au Mexique. Même si une telle action unilatérale se produit, un conflit militaire entre les deux pays est hautement improbable.

Last update: septembre 5, 2020

Stabilité sociale

High

Les protestations sont de plus en plus susceptibles d'affecter les entreprises privées et les chaînes d'approvisionnement. Le profil des groupes qui organisent des manifestations varie en fonction du lieu, mais il comprend des syndicats, des communautés locales, des enseignants et des travailleurs du secteur public. Ils manifestent généralement en bloquant les autoroutes et les voies ferrées, en perturbant les cargaisons et en bloquant les sites commerciaux. Les incidents de pillage ciblant les grands magasins et les magasins de proximité sont en augmentation dans tout le pays. Les projets d'exploitation minière et d'hydrocarbures à terre sont confrontés à des troubles communautaires et à des demandes d'investissement social, ainsi qu'à des négociations sur les droits de surface avec les propriétaires fonciers ruraux. Les communautés locales perturbent parfois les projets lorsque des conflits environnementaux surviennent.

Last update: septembre 5, 2020

Risques pour la santé

Very high

Vaccins exigés à l'entrée

Aucune vaccination n'est exigée à l'entrée du pays.

Vaccins recommandés pour tout voyageur

Vaccins de routine : vérifiez auprès de votre médecin que vos vaccins de routine - à savoir les vaccins contre la diphtérie, le tétanos, la polio, la tuberculose, la grippe, la rougeole, les oreillons, la coqueluche, la rubéole et la varicelle - sont à jour.   

Vaccins recommandés pour la plupart des voyageurs

Hépatite A : le vaccin est administré en deux doses, à six mois d'intervalle. Il est efficace à presque 100 pourcent. L'OMS préconise d'intégrer le vaccin contre l'hépatite A dans le calendrier national de vaccinations pour les enfants âgés d'un an ou plus.

Typhoïde : le vaccin contre la typhoïde peut être administré par injection (en une seule dose) ou par voie orale (quatre doses). Le vaccin est efficace à 50-80 pourcent ; aussi, il convient de prendre toutes les précautions hygiéniques nécessaires lors d'un déplacement dans une zone à risque (cf. ne boire que de l'eau en bouteille, éviter les aliments insuffisamment cuits, se laver les mains régulièrement, etc.). Le vaccin injectable peut être administré dès l'âge de deux ans (six ans pour le vaccin oral).

Vaccins recommandés pour certains voyageurs

Hépatite B : l'OMS préconise que tous les nourrissons reçoivent la première dose dès que possible après la naissance (de préférence dans les 24 heures suivant l'accouchement). Cette première dose devra être complétée par deux ou trois autres du même type afin de terminer la série primaire. Les doses de rappel ne sont pas recommandées à tout âge.

Rage : la vaccination préexposition est conseillée pour les voyageurs se rendant dans des zones reculées et susceptibles d'être exposées à la rage (cf. régions ou environnements où la présence d'animaux errants - chiens, chats -, de chauves-souris et autres mammifères susceptibles d'être porteurs est avérée). Le vaccin est administré en trois doses sur une période de trois ou quatre semaines. La prophylaxie post-exposition est également disponible et doit être administrée dès que la personne a été exposée à un animal susceptible d'être porteur de la rage.

Paludisme : il n'existe actuellement aucun vaccin homologué contre le paludisme. Cependant, certains traitements antipaludiques sont disponibles par ordonnance et peuvent réduire le risque d'infection jusqu'à 90 pourcent. Le type de traitement prescrit varie en fonction du niveau de risque et de la virulence des souches virales du pays ou de la région visité(e).  La prise d'antipaludiques doit être effectuée durant l'intégralité du voyage ; elle peut être poursuivie quatre semaines après avoir quitté la zone à risque.

Last update: avril 5, 2019

Risques naturels

Severe

La saison des cyclones sur la côte Pacifique (côte ouest) s'étend généralement du 15 mai au 30 novembre et sur la côte Atlantique (côte est) du 1er juin au 30 novembre, avec la plus grande concentration de tempêtes tropicales entre août et octobre. Les ouragans peuvent faire des victimes et causer d'importants dégâts matériels, ainsi que des perturbations dans les transports, notamment dans les États côtiers. En août 2016, la tempête tropicale Earl avait provoqué des inondations et des glissements de terrain dans le centre et le sud-est, faisant une cinquantaine de victimes. Un nombre non négligeable d'orages a frappé le pays en 2017, même si aucun n'a eu de conséquences désastreuses. Des informations régulièrement mises à jour sur les tempêtes sont disponibles sur le site du Centre National des Ouragans (NHC), situé aux États-Unis. Si une tempête est annoncée, suivez les instructions des autorités locales, notamment les ordres d'évacuation. Éloignez-vous des cours d'eau et des sources naturelles, ainsi que des régions montagneuses, pour éviter au maximum les glissements de terrain et les inondations.

Inondations et glissement de terrain sont fréquents après des pluies torrentielles, y compris à Mexico. Le risque de contracter des maladies transmises par les moustiques ou par des bactéries présentes dans l'eau tend à augmenter lors des périodes de fortes précipitations (voir la section SANTÉ).

De plus, le sud et l'ouest du Mexique sont situés en zone sismique active. Deux tremblements de terre puissants ont frappé le pays en septembre 2017. Le premier, d'une magnitude de 8,2 sur l'échelle de Richter, a touché la côte sud-ouest, faisant de nombreuses victimes et provoquant des dommages matériels importants dans les États d'Oaxaca et de Chiapas. Celui-ci a été suivi par un second séisme de magnitude 7,1 frappant Mexico et les États avoisinants deux semaines plus tard (épicentre à Puebla). Au total, près de 500 personnes ont péri dans les catastrophes, 60 000 bâtiments ont été détruits et plus de 100 000 endommagés. Il s'agit d'un des séismes les plus dévastateurs observés dans le pays depuis 1985, lorsqu'un tremblement de terre de magnitude 8 avait ébranlé la région de la capitale, fait plus de 10 000 victimes et occasionné plusieurs dizaines de milliards de dollars de dégâts matériels.

Le risque de tsunami n'est pas à exclure en cas de séisme au large des côtes pacifiques.

Le Mexique abrite également 16 volcans actifs, notamment le Colima / Volcán de Fuego (à 485 km/300 miles à l'ouest de Mexico) et le Popocatépetl (70 km/43 miles au sud-est de Mexico). L'activité volcanique du Popocatépetl perturbe parfois les vols à l'aéroport international de Puebla (PBC), situé à proximité ; les cendres rejetées en altitude peuvent atteindre des régions aussi éloignées que Mexico.

Last update: avril 5, 2019

Transport

High

Le pays connaît un taux particulièrement élevé d'accidents de la route ; plus de 16 000 personnes périssent sur les routes mexicaines chaque année.

Pour des raisons de sécurité, il est déconseillé de héler les taxis dans la rue ; réservez-les plutôt à l'avance auprès de compagnies habilitées ou utilisez les stations de taxis. Les transports en commun doivent être évités dans certaines zones en raison d'une criminalité élevée (cf. pickpocketing et vols à mains armées) dans les bus locaux et interurbains ; à Mexico, le métro et les bus métropolitains sont globalement sûrs, en particulier pendant la journée.

Les conditions sécuritaires sur les autoroutes dépendent de votre localisation. Les actes de banditisme sur les autoroutes ne sont pas rares dans les régions souffrant d'une faible présence de la police ou de l'armée fédérale. En règle générale, les autoroutes nationales, tout particulièrement celles dotées de péages (cuotas), constituent les options les plus sûres. En cas de menace, obéissez aux ordres qui vous sont donnés, et ne tentez jamais de contourner un barrage routier (une pratique criminelle courante).

Les recommandations suivantes sont valables pour tout déplacement en voiture au Mexique :

Avant de monter dans votre voiture, observez votre environnement ; Circulez toujours portières verrouillées, fenêtres remontées, avec le réservoir plein ; Prévoyez un itinéraire de dégagement ; Gardez toujours un espace avec le véhicule devant vous ; Garez-vous dans un endroit sécurisé, bien éclairé ; Évitez de rendre votre voiture reconnaissable (stickers de la société…) ; Évitez d'avoir des habitudes trop marquées (horaires, lieux de sortie, itinéraires, etc.) ; Si vous vous sentez menacé, réfugiez-vous dans un lieu très fréquenté et/ou sécurisé (et pas chez vous).

Gardez à l'esprit que les checkpoints gouvernementaux / contrôles de police sont fréquents ; il faut donc toujours avoir sur soi son passeport, son visa (le cas échéant), votre Forma Migratoria Múltiple (FMM), donné aux voyageurs à leur arrivée dans le pays, ainsi que les documents d'immatriculation de votre véhicule de location. Si vous vous rapprochez d'un checkpoint, restez calme et conformez-vous aux consignes données ; si vous êtes retenu, contactez immédiatement votre ambassade.

Le Mexique fait face à un important problème de corruption (gouvernements locaux ; police). Ne proposez jamais de payer un pot-de-vin ; cependant, un pot-de-vin pourrait vous être demandé. Il est conseillé de garder 1 000 pesos (50 euros) en espèces, séparés du reste de votre argent pour cette raison. Par ailleurs, les policiers de la circulation (tránsito) sont connus pour imposer des « amendes » excessives (des « mordidas », une forme d'extorsion), notamment aux visiteurs étrangers. De manière générale, la corruption est plus importante au sein de la police municipale et étatique, moins systématique au sein de la police fédérale et de l'armée.

Les manifestations sont très fréquentes ; les barrages routiers font partie des tactiques privilégiées des manifestants. Pour éviter une confrontation violente, ne tentez jamais de franchir un barrage routier sans autorisation. Une « taxe de péage » peut être demandée (cf. section RISQUE SOCIAL).

En raison du fort degré de pollution atmosphérique, certaines restrictions concernant la circulation des véhicules sont appliquées de manière permanente dans la région de la capitale. Les voitures en circulation depuis plus de neuf ans sont interdites sur la voie publique entre 05 h 00 et 22 h 00 un jour par semaine, ainsi que deux samedis par mois. Les voitures vieilles de plus de 15 ans sont interdites de circulation un jour par semaine et tous les samedis. Toutes les voitures immatriculées à l'étranger, peu important leur kilométrage, sont également interdites entre 05 h 00 et 11 h 00 un jour par semaine, et tous les samedis. Aucune restriction de circulation n'est imposée en semaine. Ces interdictions diverses ne concernent pas les véhicules électriques et hybrides (ainsi que les modèles de moins de huit ans enregistrés au niveau national). Le calendrier des restrictions pour les voitures anciennes et étrangères (« Hoy No Circula »), établi à partir des numéros de plaques d'immatriculation, est disponible en ligne. De plus, d'importantes restrictions du trafic routier sont décrétées lors des pics de pollution atmosphérique. 

On notera également que Mexico est célèbre pour ses embouteillages. Selon une étude, les habitants de Mexico passeraient plus de temps dans leur véhicule que tout autre individu au monde. Les piétons et les cyclistes paient un prix très lourd à cette circulation urbaine considérable ; soyez prudent en traversant les routes.  

Last update: avril 5, 2019

Informations pratiques

Climat

Les côtes et les basses terres du Chiapas et du Yucatan ont un climat chaud et humide avec une saison des pluies de juin à septembre. Le climat est plus tempéré sur le plateau central mexicain. Le nord est sec voire désertique (été caniculaire, hiver froid, peu de pluie). En altitude (2 000 mètres), il fait frais toute l'année.

Numéros utiles

Indicatif téléphonique:  +52
Police:  911
Pompiers:  911
Ambulances:  911

Electricité

Voltage: 127 V ~ 60 Hz

Prises:

Last update: avril 5, 2019