Retour

Rapports de pays

Nicaragua Rapport de pays

Content provided by
IHS Markit Logo

Risk Level

Low
Moderate
Elevated
High
Very High
Severe
Extreme

Survol

Sommaire exécutif

Le président Daniel Ortega devrait rester au pouvoir au cours de l'année prochaine malgré les manifestations antigouvernementales nationales qui exigent sa démission et des élections anticipées. Les protestations qui perturbent l'environnement opérationnel et retardent les chaînes d'approvisionnement depuis avril 2018 ont commencé sur les réformes de la sécurité sociale mais se sont étendues sur les exigences des libertés démocratiques et la démission d'Ortega. Les opérations de confinement menées par la police et les paramilitaires au moyen d'un recours répété à la force meurtrière ont fait jusqu'à 530 morts et plus de 3 000 blessés. Les perspectives économiques et politiques du Nicaragua seront influencées par l'adoption par les États-Unis de la loi révisée sur la NICA, qui exige que les représentants des États-Unis auprès d'institutions internationales comme le FMI s'opposent à l'approbation de nouveaux prêts au profit du gouvernement nicaraguayen, à moins que le département d'État américain certifie que le gouvernement nicaraguayen adopte des protections démocratiques. La mise en œuvre est probable d'ici le deuxième trimestre de 2019 et entraînera probablement des retards ou des annulations pour les projets d'infrastructure, de services publics et de transport. Malgré la reprise du pouvoir par le gouvernement, IHS Markit estime que l'économie nicaraguayenne est entrée en récession au second semestre 2018. De même, les risques de dévaluation des monnaies sont liés à la persistance des sorties de capitaux, tandis que la poursuite des retraits de dépôts indique une détérioration et des problèmes de liquidité de plus en plus graves dans le secteur bancaire. IHS Markit s'attend à une contraction du PIB en 2018 de 4,0 % - et de 1,0 % du PIB en 2019 -, les secteurs les plus durement touchés étant le tourisme (-34,1 %), le commerce (-12,2 %) et la construction (-7,8 %). Le principal moteur des protestations en 2019 sera la faiblesse économique avec des protestations périodiques ou spontanées, probablement si Ortega n'est pas en mesure de financer les programmes sociaux et les pensions. La mise en œuvre de la loi NICA risque d'exacerber les facteurs de stress économiques internes et de précipiter le retrait d'autres dispositions bilatérales en matière de prêts. Il est peu probable que les manifestations qui en résulteront atteindront les niveaux enregistrés au cours de l'année écoulée, car la police nicaraguayenne a interdit les marches publiques et étendu ses capacités de type militaire grâce à une formation spécialisée, ce qui signifie que toute manifestation risque d'être mortelle. 2018, IHS Markit Inc. Tous droits réservés. Toute reproduction totale ou partielle sans autorisation est interdite.
Last update: janvier 9, 2019

Perspectives opérationnelles

L'environnement opérationnel au Nicaragua comporte un certain nombre de défis importants, notamment une infrastructure limitée et une corruption étendue. La mauvaise qualité des infrastructures, des réseaux de transport et des services publics est régulièrement mise à l'épreuve par des manifestations et des grèves de travailleurs, ainsi que par des phénomènes météorologiques violents. La corruption parmi les fonctionnaires, le copinage et les négociations de contrats qui dépendent des connexions entraînent souvent une discrimination à l'encontre des entreprises qui n'ont pas de connexions politiques, ainsi que des retards réglementaires et judiciaires. Au cours de la dernière décennie, les indicateurs économiques et de sécurité généralement positifs ont été perturbés par des manifestations antigouvernementales prolongées qui ne seront probablement pas entièrement résolues avant la mi-2019.

Last update: janvier 25, 2019

Terrorisme

High

Il n'y a pas de groupes terroristes mais plusieurs organisations criminelles organisées opérant au Nicaragua. Les trafiquants tendent à se concentrer dans les régions autonomes du pays le long de la côte atlantique en raison de la faible couverture policière et de l'accès facile aux itinéraires de trafic. Les groupes armés antigouvernementaux comme les groupes armés de droite et les conflits territoriaux entre les communautés autochtones et les colons dans ces régions ont généralement été les principales sources de violence armée au Nicaragua. Il existe un risque modéré que les manifestations antigouvernementales croissantes dans tout le pays encouragent les groupes d'insurgés autoproclamés à mener des activités violentes pour s'opposer au Président Daniel Ortega.

Last update: janvier 16, 2019

Risques de guerre

Les différends territoriaux avec le Costa Rica et la Colombie ne risquent pas de déboucher sur un conflit armé. Une décision de la Cour internationale de Justice (CIJ) sur un différend frontalier maritime avec le Costa Rica a donné lieu à de modestes amendes contre le Nicaragua en 2018. L'absence de règlement diplomatique d'un différend territorial avec la Colombie augmente la probabilité que des navires de pêche soient saisis et que des concessions pétrolières en mer dans les Caraïbes subissent des retards, même si les relations se sont améliorées depuis la suppression d'un tarif commercial de 35 % sur les importations colombiennes en mars 2017. La Colombie dispose d'une plus grande capacité militaire, mais les risques de guerre ouverte restent faibles.

Last update: janvier 16, 2019

Stabilité sociale

Very high

Des manifestations nationales ont commencé le 18 avril 2018 pour exiger la démission du Président Daniel Ortega et de son exécutif, ainsi que des réformes démocratiques et de nouvelles élections pour 2019. Les manifestations ont en grande partie pris fin depuis que la police et les paramilitaires ont levé les barrages routiers par la force meurtrière, mais elles se poursuivront périodiquement en 2019. Les troubles sociaux ont également entraîné des perturbations périodiques des cargaisons et une augmentation des vols opportunistes et des vols qualifiés. Les troubles sociaux d'origine politique risquent de se poursuivre, en particulier dans la capitale Managua et dans les capitales départementales où le soutien de l'opposition est fort.

Last update: janvier 16, 2019

Risques pour la santé

Severe

Vaccins exigés à l'entrée

Aucune vaccination n'est exigée à l'entrée du pays.

Vaccins recommandés pour tout voyageur

Vaccins de routine : vérifiez auprès de votre médecin que vos vaccins de routine - à savoir les vaccins contre la diphtérie, le tétanos, la polio, la tuberculose, la grippe, la rougeole, les oreillons, la coqueluche, la rubéole et la varicelle - sont à jour.   

Vaccins recommandés pour la plupart des voyageurs

Hépatite A : le vaccin est administré en deux doses, à six mois d'intervalle. Il est efficace à presque 100 pourcent. L'OMS préconise d'intégrer le vaccin contre l'hépatite A dans le calendrier national de vaccinations pour les enfants âgés d'un an ou plus.

Typhoïde : le vaccin contre la typhoïde peut être administré par injection (en une seule dose) ou par voie orale (quatre doses). Le vaccin est efficace à 50-80 pourcent ; aussi, il convient de prendre toutes les précautions hygiéniques nécessaires lors d'un déplacement dans une zone à risque (cf. ne boire que de l'eau en bouteille, éviter les aliments insuffisamment cuits, se laver les mains régulièrement, etc.). Le vaccin injectable peut être administré dès l'âge de deux ans (six ans pour le vaccin oral).

Vaccins recommandés pour certains voyageurs

Hépatite B : l'OMS préconise que tous les nourrissons reçoivent la première dose dès que possible après la naissance (de préférence dans les 24 heures suivant l'accouchement). Cette première dose devra être complétée par deux ou trois autres du même type afin de terminer la série primaire. Les doses de rappel ne sont pas recommandées à tout âge.

Rage : la vaccination préexposition est conseillée pour les voyageurs se rendant dans des zones reculées et susceptibles d'être exposées à la rage (cf. régions ou environnements où la présence d'animaux errants - chiens, chats -, de chauves-souris et autres mammifères susceptibles d'être porteurs est avérée). Le vaccin est administré en trois doses sur une période de trois ou quatre semaines. La prophylaxie post-exposition est également disponible et doit être administrée dès que la personne a été exposée à un animal susceptible d'être porteur de la rage.

Paludisme : il n'existe actuellement aucun vaccin homologué contre le paludisme. Cependant, certains traitements antipaludiques sont disponibles par ordonnance et peuvent réduire le risque d'infection jusqu'à 90 pourcent. Le type de traitement prescrit varie en fonction du niveau de risque et de la virulence des souches virales du pays ou de la région visité(e).  La prise d'antipaludiques doit être effectuée durant l'intégralité du voyage ; elle peut être poursuivie quatre semaines après avoir quitté la zone à risque.

Last update: novembre 30, 2018

Risques naturels

Severe

La saison des pluies (avril / mai à octobre / novembre) se caractérise par d'importantes précipitations susceptibles de provoquer des inondations, en septembre / octobre notamment.

Des tempêtes, voire des ouragans, peuvent frapper le pays entre juin et novembre, durant la saison des ouragans de l'Atlantique. Le passage de l'ouragan Otto en novembre 2016 avait causé des dommages substantiels aux infrastructures et fait plusieurs morts.

De nombreux volcans actifs sont présents au Nicaragua, dont le Momotombo, le Telica, le Cerro, le Masaya ou encore le San Cristobal.

Des tremblements de terre peuvent survenir à tout moment, notamment sur la côte Pacifique. Neuf séismes, d'une magnitude minimale de 5 sur l'échelle de Richter ont eu lieu en 2016. Un séisme en mer peut provoquer un tsunami.

Le pays est par ailleurs situé sur le ''couloir de la sécheresse en Amérique Centrale''.

Last update: février 13, 2018

Infrastructures

Malgré des années de croissance économique, le Nicaragua reste un pays pauvre, le deuxième du continent américain après Haïti. Ainsi, les infrastructures de transports, d'électricité, médicales et touristiques sont insuffisantes, notamment hors des villes, et sont très vulnérables aux catastrophes naturelles.

Last update: février 13, 2018

Informations pratiques

Climat

Le climat est tropical, chaud et humide. La saison des pluies dure de mai à octobre à l'ouest et jusqu'en janvier sur la côte Caraïbe, avec parfois des typhons (juillet à octobre). Les pluies sont intenses et provoquent souvent des inondations. Il pleut beaucoup plus sur la côte Caraïbe que dans le centre et sur la côte Pacifique.

Numéros utiles

Indicatif téléphonique: 505
Police: 118
Pompiers: 118
Ambulances: 102

Electricité

Voltage: 120 V ~ 60 Hz

Prises:

Last update: janvier 15, 2018