Retour

Rapports de pays

Nicaragua Rapport de pays

Content provided by
IHS Markit Logo

Risk Level

Low
Moderate
Elevated
High
Very High
Severe
Extreme

Survol

Sommaire exécutif

Le président Daniel Ortega restera probablement au pouvoir l'année prochaine malgré les actions anti-gouvernementales continues exigeant sa démission et des élections anticipées. Les protestations qui ont perturbé les opérations commerciales et retardé les chaînes d'approvisionnement en avril-septembre 2018 ont commencé par des réformes de la sécurité sociale, mais se sont étendues pour inclure des demandes de libertés démocratiques. Les opérations de confinement de la police et des paramilitaires avec usage répété de la force meurtrière ont fait au moins 325 morts et plus de 3 000 blessés ; la plupart des 700 prisonniers politiques ont été libérés en juin 2019. Malgré la fermeture des frontières régionales en réaction à la propagation du coronavirus 2019 (COVID-19), l'administration Ortega a résisté à l'application de toute restriction et reste entièrement ouverte au transit et aux voyageurs. Il s'agit probablement d'un effort pour éviter de nouveaux dommages à l'économie du Nicaragua. Les perspectives économiques et politiques du Nicaragua seront influencées par la réaction des États-Unis aux perturbations politiques en Amérique latine. Les sanctions américaines, notamment la certification que le Nicaragua n'a pas respecté les normes minimales de la loi NICA, augmentent la probabilité d'une opposition américaine aux nouvelles approbations de prêts multilatéraux avec des institutions financières telles que le Fonds monétaire international (FMI) et la Banque mondiale. Malgré la reprise du pouvoir par le gouvernement, IHS Markit estime que l'économie du Nicaragua est entrée en récession au second semestre 2018 et que cette situation devrait se poursuivre jusqu'en 2020. De même, les risques de dévaluation de la monnaie sont dus à des sorties de capitaux persistantes, tandis que les retraits continus de dépôts indiquent une détérioration et des problèmes de liquidité de plus en plus graves dans le secteur bancaire. IHS Markit prévoit une contraction du PIB de 1 % en 2020 et un léger rebond en 2021 avec une croissance prévue de 1,49 % du PIB.Les protestations au cours du premier semestre 2020 sont plus probables si l'économie s'affaiblit rapidement, exacerbées par des tensions internes (notamment la propagation du virus COVID-19) et la chute des IDE. La violence soutenue par le gouvernement contre les militants politiques, qui se traduit par des morts ou des blessés, est également un catalyseur probable de protestations. Il est peu probable que les manifestations qui en résulteront atteignent les niveaux de perturbation observés en 2018.
Last update: mars 24, 2020

Perspectives opérationnelles

Les opérations commerciales sont susceptibles d'être entravées par une corruption persistante, de mauvaises liaisons avec les infrastructures et des faiblesses institutionnelles. La mauvaise qualité des infrastructures, des réseaux de transport et des services publics est régulièrement mise à l'épreuve par des manifestations ainsi que par des phénomènes météorologiques violents. La corruption des fonctionnaires, le copinage et les négociations de contrats dépendant des connexions entraînent souvent une discrimination à l'encontre des entreprises qui n'ont pas de connexions politiques, ainsi que des retards réglementaires et judiciaires. Les indicateurs économiques et de sécurité généralement positifs de la dernière décennie ont été perturbés par des manifestations antigouvernementales prolongées qui ne seront probablement pas entièrement résolues en 2020.

Last update: février 12, 2020

Terrorisme

High

Il n'y a pas de groupes terroristes opérant au Nicaragua. Un groupe s'identifiant comme l'Alliance patriotique nicaraguayenne (APN) a revendiqué par le biais des médias sociaux la responsabilité d'"actions militaires" après que des explosions aient causé des dommages mineurs au pont de San Isidro à Puerto Corinto le 22 septembre dans un conflit politique en cours avec l'administration en place du président Daniel Ortega, mais ces actions devraient rester isolées de manière pertinente jusqu'en 2020. Les groupes armés antigouvernementaux comme les "re-Contras", qui sont à droite, ont été les principales sources de violence armée au Nicaragua, mais les Contras se sont engagés à ne pas recourir à la violence lorsqu'ils rejoignent l'opposition pour contester l'administration d'Ortega.

Last update: février 20, 2020

Criminalité

Le taux officiel d'homicides au Nicaragua a diminué en 2019, passant de 11 pour 100 000 en 2018 à 7,5 pour 100 000 en raison des protestations publiques contre la couverture policière trop étendue au Nicaragua. En 2019, les meurtres à motivation politique et les disparitions qui y sont liées semblent avoir diminué, bien que les chiffres exacts soient difficiles à confirmer en raison de la médiocrité des rapports gouvernementaux. Les homicides signalés se sont concentrés dans les départements de Jinotega, Matagalpa, Chinandega et Rio San Juan, et plus de 85% des cas se sont produits dans des zones rurales. Les incidents de vols par intimidation, y compris les vols à main armée violents, restent élevés.

Last update: février 20, 2020

Risques de guerre

Les conflits territoriaux avec le Costa Rica et la Colombie ne risquent pas de déboucher sur un conflit armé. Un arrêt de la Cour internationale de justice (CIJ) sur un litige frontalier maritime avec le Costa Rica a entraîné de modestes amendes contre le Nicaragua en 2018. L'absence de résolution diplomatique d'un conflit territorial avec la Colombie augmente la probabilité de saisie des navires de pêche et les concessions pétrolières offshore dans les Caraïbes peuvent parfois connaître des retards, mais les relations se sont améliorées depuis la suppression d'un droit de douane de 35 % sur les importations colombiennes en mars 2017. La Colombie dispose d'une plus grande capacité militaire, ce qui réduit les risques de guerre ouverte.

Last update: février 20, 2020

Stabilité sociale

Very high

Malgré la répression réussie des manifestations à motivation politique, les risques de manifestations et autres moyens de provoquer des troubles restent élevés. Des manifestations nationales ont commencé le 18 avril 2018 pour exiger la démission du président Daniel Ortega. Les troubles sociaux ont également entraîné des perturbations périodiques des cargaisons et une augmentation des vols opportunistes. Des troubles sociaux de faible ampleur mais ciblés, d'origine politique, vont probablement se poursuivre, en particulier dans la capitale Managua et les capitales départementales où l'opposition est fortement soutenue.

Last update: février 20, 2020

Risques pour la santé

Severe

Vaccins exigés à l'entrée

Aucune vaccination n'est exigée à l'entrée du pays.

Vaccins recommandés pour tout voyageur

Vaccins de routine : vérifiez auprès de votre médecin que vos vaccins de routine - à savoir les vaccins contre la diphtérie, le tétanos, la polio, la tuberculose, la grippe, la rougeole, les oreillons, la coqueluche, la rubéole et la varicelle - sont à jour.   

Vaccins recommandés pour la plupart des voyageurs

Hépatite A : le vaccin est administré en deux doses, à six mois d'intervalle. Il est efficace à presque 100 pourcent. L'OMS préconise d'intégrer le vaccin contre l'hépatite A dans le calendrier national de vaccinations pour les enfants âgés d'un an ou plus.

Typhoïde : le vaccin contre la typhoïde peut être administré par injection (en une seule dose) ou par voie orale (quatre doses). Le vaccin est efficace à 50-80 pourcent ; aussi, il convient de prendre toutes les précautions hygiéniques nécessaires lors d'un déplacement dans une zone à risque (cf. ne boire que de l'eau en bouteille, éviter les aliments insuffisamment cuits, se laver les mains régulièrement, etc.). Le vaccin injectable peut être administré dès l'âge de deux ans (six ans pour le vaccin oral).

Vaccins recommandés pour certains voyageurs

Hépatite B : l'OMS préconise que tous les nourrissons reçoivent la première dose dès que possible après la naissance (de préférence dans les 24 heures suivant l'accouchement). Cette première dose devra être complétée par deux ou trois autres du même type afin de terminer la série primaire. Les doses de rappel ne sont pas recommandées à tout âge.

Rage : la vaccination préexposition est conseillée pour les voyageurs se rendant dans des zones reculées et susceptibles d'être exposées à la rage (cf. régions ou environnements où la présence d'animaux errants - chiens, chats -, de chauves-souris et autres mammifères susceptibles d'être porteurs est avérée). Le vaccin est administré en trois doses sur une période de trois ou quatre semaines. La prophylaxie post-exposition est également disponible et doit être administrée dès que la personne a été exposée à un animal susceptible d'être porteur de la rage.

Paludisme : il n'existe actuellement aucun vaccin homologué contre le paludisme. Cependant, certains traitements antipaludiques sont disponibles par ordonnance et peuvent réduire le risque d'infection jusqu'à 90 pourcent. Le type de traitement prescrit varie en fonction du niveau de risque et de la virulence des souches virales du pays ou de la région visité(e).  La prise d'antipaludiques doit être effectuée durant l'intégralité du voyage ; elle peut être poursuivie quatre semaines après avoir quitté la zone à risque.

Last update: avril 5, 2019

Risques naturels

Severe

La saison des pluies (avril / mai à octobre / novembre) se caractérise par d'importantes précipitations susceptibles de provoquer des inondations, en septembre / octobre notamment.

Des tempêtes, voire des ouragans, peuvent frapper le pays entre juin et novembre, durant la saison des ouragans de l'Atlantique. Le passage de l'ouragan Otto en novembre 2016 avait causé des dommages substantiels aux infrastructures et fait plusieurs morts.

De nombreux volcans actifs sont présents au Nicaragua, dont le Momotombo, le Telica, le Cerro, le Masaya ou encore le San Cristobal.

Des tremblements de terre peuvent survenir à tout moment, notamment sur la côte Pacifique. Neuf séismes, d'une magnitude minimale de 5 sur l'échelle de Richter ont eu lieu en 2016. Un séisme en mer peut provoquer un tsunami.

Le pays est par ailleurs situé sur le ''couloir de la sécheresse en Amérique Centrale''.

Last update: avril 5, 2019

Infrastructures

Malgré des années de croissance économique, le Nicaragua reste un pays pauvre, le deuxième du continent américain après Haïti. Ainsi, les infrastructures de transports, d'électricité, médicales et touristiques sont insuffisantes, notamment hors des villes, et sont très vulnérables aux catastrophes naturelles.

Last update: avril 5, 2019

Informations pratiques

Climat

Le climat est tropical, chaud et humide. La saison des pluies dure de mai à octobre à l'ouest et jusqu'en janvier sur la côte Caraïbe, avec parfois des typhons (juillet à octobre). Les pluies sont intenses et provoquent souvent des inondations. Il pleut beaucoup plus sur la côte Caraïbe que dans le centre et sur la côte Pacifique.

Numéros utiles

Indicatif téléphonique: 505
Police: 118
Pompiers: 118
Ambulances: 102

Electricité

Voltage: 120 V ~ 60 Hz

Prises:

Last update: avril 5, 2019