Retour

Rapports de pays

Nicaragua Rapport de pays

Content provided by
IHS Markit Logo

Risk Level

Low
Moderate
Elevated
High
Very High
Severe
Extreme

Survol

Sommaire exécutif

Le président Daniel Ortega du parti de gauche FSLN gouverne le Nicaragua depuis 2007, gouvernant sur un programme de réduction de la réglementation des affaires et des stratégies de développement socio-économique tout en consolidant son contrôle politique des institutions gouvernementales. Depuis le 18 avril, des manifestations antigouvernementales organisées par des étudiants, des organisations d'entreprises privées et des mouvements paysans ont appelé à la démission d'Ortega ainsi qu'à des réformes démocratiques et électorales. La crise politique prolongée et les turbulences sociales ont perturbé le transit régional des marchandises, le commerce intérieur et le commerce touristique. La principale menace pour le redressement du Nicaragua est le refus d'Ortega de quitter son poste et d'organiser des élections anticipées pour 2019.

Last update: septembre 4, 2018

Perspectives opérationnelles

L'environnement opérationnel au Nicaragua comporte un certain nombre de défis importants, notamment une infrastructure limitée et une corruption étendue. La mauvaise qualité des infrastructures, des réseaux de transport et des services publics est régulièrement mise à l'épreuve par des manifestations et des grèves de travailleurs, ainsi que par des phénomènes météorologiques violents. La corruption parmi les fonctionnaires, le copinage et les négociations de contrats qui dépendent des connexions entraînent souvent une discrimination à l'encontre des entreprises qui n'ont pas de connexions politiques, ainsi que des retards réglementaires et judiciaires. Au cours de la dernière décennie, les indicateurs économiques et de sécurité généralement positifs ont été perturbés par des manifestations antigouvernementales prolongées qui ne seront probablement pas entièrement résolues avant la mi-2019.

Last update: octobre 18, 2018

Terrorisme

High

Il n'y a pas de groupes terroristes mais plusieurs organisations criminelles organisées opérant au Nicaragua. Les trafiquants tendent à se concentrer dans les régions autonomes du pays le long de la côte atlantique en raison de la faible couverture policière et de l'accès facile aux itinéraires de trafic. Les groupes armés antigouvernementaux comme les groupes armés de droite et les conflits territoriaux entre les communautés autochtones et les colons dans ces régions ont généralement été les principales sources de violence armée au Nicaragua. Il existe un risque modéré que les manifestations antigouvernementales croissantes dans tout le pays encouragent les groupes d'insurgés autoproclamés à mener des activités violentes pour s'opposer au Président Daniel Ortega.

Last update: octobre 20, 2018

Risques de guerre

Les différends territoriaux avec le Costa Rica et la Colombie ne risquent pas de déboucher sur un conflit armé. Une décision de la Cour internationale de Justice (CIJ) sur un différend frontalier maritime avec le Costa Rica a donné lieu à de modestes amendes contre le Nicaragua en 2018. L'absence de règlement diplomatique d'un différend territorial avec la Colombie augmente la probabilité que des navires de pêche soient saisis et que des concessions pétrolières en mer dans les Caraïbes subissent des retards, même si les relations se sont améliorées depuis la suppression d'un tarif commercial de 35 % sur les importations colombiennes en mars 2017. La Colombie dispose d'une plus grande capacité militaire, mais les risques de guerre ouverte restent faibles.

Last update: octobre 20, 2018

Stabilité sociale

Very high

Des manifestations nationales ont commencé le 18 avril 2018 pour exiger la démission du Président Daniel Ortega et de son exécutif ainsi que des réformes démocratiques et de nouvelles élections pour 2019. Les manifestations ont diminué en taille et en fréquence depuis que la police et les paramilitaires ont levé les barrages routiers par la force meurtrière, mais elles se poursuivront périodiquement jusqu'en 2019, les dirigeants exilés coordonnant les efforts du Costa Rica. Les troubles sociaux ont également entraîné des perturbations périodiques des cargaisons et une augmentation des vols opportunistes et des vols qualifiés. Les troubles sociaux d'origine politique risquent de se poursuivre, en particulier dans la capitale Managua et dans les capitales départementales où le soutien de l'opposition est fort.

Last update: octobre 20, 2018

Risques pour la santé

Severe

Un certificat de vaccination antiamarile est exigé à l'entrée du pays pour les voyageurs (âgés de plus d'un an) en provenance d'une zone endémique.

Systématiquement

Hépatite A : la vaccination est disponible pour les enfants à partir de l'âge d'un an. Pour les personnes nées avant 1945, ayant passé leur enfance dans un pays en développement ou ayant des antécédents d'ictère, une recherche préalable d'anticorps sériques (Ig G) peut éviter une vaccination inutile.

Hépatite B : la vaccination est disponible pour les enfants à partir de l'âge de deux mois.

Diphtérie, tétanos, poliomyélite : le vaccin doit être mis à jour si nécessaire (rappel tous les dix ans).

En fonction de la durée et des modalités du séjour

Fièvre typhoïde : si le séjour doit se dérouler dans des conditions d'hygiène précaires (pour les enfants : à partir de l'âge de deux ans).

Rage : pour des séjours prolongés en situation d'isolement (pour les enfants : dès qu'ils sont en âge de marcher).

Pour les enfants : toutes les vaccinations incluses dans le calendrier vaccinal français devront également être à jour. Dans le cas d'un long séjour, le BCG est recommandé dès le premier mois et le vaccin rougeole-oreillons-rubéole dès l'âge de 9 mois.

Paludisme : chimioprophylaxie conseillée contre le paludisme : chloroquine (nom commercial : Nivaquine).

Last update: novembre 27, 2013

Risques naturels

Severe

La saison des pluies (avril / mai à octobre / novembre) se caractérise par d'importantes précipitations susceptibles de provoquer des inondations, en septembre / octobre notamment.

Des tempêtes, voire des ouragans, peuvent frapper le pays entre juin et novembre, durant la saison des ouragans de l'Atlantique. Le passage de l'ouragan Otto en novembre 2016 avait causé des dommages substantiels aux infrastructures et fait plusieurs morts.

De nombreux volcans actifs sont présents au Nicaragua, dont le Momotombo, le Telica, le Cerro, le Masaya ou encore le San Cristobal.

Des tremblements de terre peuvent survenir à tout moment, notamment sur la côte Pacifique. Neuf séismes, d'une magnitude minimale de 5 sur l'échelle de Richter ont eu lieu en 2016. Un séisme en mer peut provoquer un tsunami.

Le pays est par ailleurs situé sur le ''couloir de la sécheresse en Amérique Centrale''.

Last update: février 13, 2018

Infrastructures

Malgré des années de croissance économique, le Nicaragua reste un pays pauvre, le deuxième du continent américain après Haïti. Ainsi, les infrastructures de transports, d'électricité, médicales et touristiques sont insuffisantes, notamment hors des villes, et sont très vulnérables aux catastrophes naturelles.

Last update: février 13, 2018

Informations pratiques

Climat

Le climat est tropical, chaud et humide. La saison des pluies dure de mai à octobre à l'ouest et jusqu'en janvier sur la côte Caraïbe, avec parfois des typhons (juillet à octobre). Les pluies sont intenses et provoquent souvent des inondations. Il pleut beaucoup plus sur la côte Caraïbe que dans le centre et sur la côte Pacifique.

Numéros utiles

Indicatif téléphonique: 505
Police: 118
Pompiers: 118
Ambulances: 102

Electricité

Voltage: 120 V ~ 60 Hz

Prises:

Last update: janvier 15, 2018