Retour

Rapports de pays

Pakistan Rapport de pays

Content provided by
IHS Markit Logo

Risk Level

Low
Moderate
Elevated
High
Very High
Severe
Extreme

Survol

Sommaire exécutif

L'économie pakistanaise est confrontée à d'importants défis à l'horizon de deux ans. Il s'agit notamment d'importants déficits budgétaires et courants, d'un retour rapide de l'inflation et de niveaux insoutenables des réserves de change. Les récentes mesures de stabilisation prises par le nouveau gouvernement d'Imran Khan et la Banque d'État du Pakistan seront suivies d'efforts plus importants de consolidation de la politique budgétaire et monétaire au cours des 12 prochains mois, entraînant un ralentissement de la croissance économique de 5,4 % en 2018 à 4,6 % en 2019 et 4,3 % en 2020. D'importants financements extérieurs seront nécessaires pour combler l'important déficit de liquidités extérieures du Pakistan. Un prêt du Fonds monétaire international est très probable dans les mois à venir, en plus des prêts concessionnels et commerciaux de la Chine et de l'Arabie saoudite. En contrepartie, les entités chinoises continueront d'être privilégiées pour les projets d'installation de nouvelles capacités énergétiques et de construction d'infrastructures de transport, tandis que le Fonds d'investissement public de l'Arabie saoudite a commencé à évaluer les investissements dans le secteur des ressources naturelles du Pakistan. Le nombre annuel d'attaques militantes a diminué de près de 70 % depuis une campagne militaire menée en 2014 contre des bases islamistes dans le nord-ouest du Pakistan ; il n'y a pas eu d'attaques majeures contre des actifs commerciaux ou des aéroports depuis 2015. Toutefois, des attentats-suicides à la bombe visant les forces de sécurité et les minorités religieuses dans les zones urbaines, notamment à Lahore et à Karachi, sont probables. La détérioration des relations avec l'Inde est susceptible d'encourager des incidents à petite échelle impliquant des armes légères et des tirs d'artillerie entre les armées des deux pays au Cachemire et le long de la frontière internationale au nord du Penjab. Il est peu probable que cela affecte les actifs commerciaux, à l'exception des hélicoptères civils. L'élection d'un gouvernement de coalition après les élections indiennes au début de 2019 augmenterait les perspectives de reprise des négociations bilatérales entre l'Inde et le Pakistan. 2018, IHS Markit Inc. Tous droits réservés. Toute reproduction totale ou partielle sans autorisation est interdite.
Last update: novembre 14, 2018

Perspectives opérationnelles

Le gouvernement encourage l'investissement étranger direct, mais ses efforts ont été sapés par la situation sécuritaire difficile du Pakistan. L'engagement de la Chine de 57 milliards de dollars US dans un corridor économique au Pakistan, axé sur l'énergie et l'infrastructure, atténuera considérablement la crise énergétique et les problèmes logistiques du Pakistan - mais seulement à long terme, car des retards sont probables. Les questions de gouvernance, la corruption et une réglementation excessive entraveront probablement l'investissement dans presque tous les secteurs. Il reste peu de volonté politique pour lutter contre la corruption endémique malgré les protestations de l'opposition. Les grèves sont particulièrement probables dans les secteurs des transports et du transport d'électricité et posent des risques de dommages collatéraux aux biens.

Last update: septembre 4, 2018

Terrorisme

Le nombre total d'attaques de militants au Pakistan est tombé de 414 en 2016 à 367 en 2017, soit une baisse de 12% par rapport à l'année précédente et la troisième année consécutive de baisse des attaques dans le pays. Un autre déclin est probable après la mort du chef du PTT, le mollah Fazlullah Fazlullah, en juin 2018. Les militants islamistes continuent néanmoins de perpétrer des attentats qui font de nombreuses victimes, mais ils ciblent de plus en plus les écoles, le système judiciaire, la société civile et les minorités religieuses, en particulier dans le Sindh et le Baloutchistan. Les cibles plus difficiles, y compris les aéroports et les installations gouvernementales et militaires, font face à un niveau de menace moins élevé. Les groupes nationalistes du Baloutchistan et du Sindh sont susceptibles de cibler les forces de sécurité et le personnel chinois, mais leurs capacités sont faibles.

Last update: novembre 2, 2018

Risques de guerre

Le conflit du Cachemire continue de mettre à rude épreuve les relations avec l'Inde, et les escarmouches entre les deux pays se sont intensifiées depuis 2014. Il est peu probable que l'intensification des combats transfrontaliers le long de la ligne de contrôle, ainsi que le long de la frontière nord du Pendjab, s'atténue dans les perspectives sur un an. Un affrontement militaire à grande échelle avec l'Inde reste néanmoins improbable en dépit de la rhétorique croissante dans les deux pays. Une attaque militante majeure en Inde, cependant, augmenterait la probabilité d'un conflit limité. Les relations difficiles avec l'Afghanistan et l'érection de clôtures aux frontières par le Pakistan augmenteront également les risques de combats intermittents à la frontière ouest du Pakistan, mais il est peu probable qu'une escalade plus large se produise.

Last update: novembre 2, 2018

Stabilité sociale

Les partis d'opposition sont susceptibles d'organiser régulièrement des manifestations contre le gouvernement pour protester contre les enquêtes anticorruption menées à l'encontre de hauts responsables de l'opposition. Cependant, il est peu probable qu'elles causent des perturbations majeures ou qu'elles donnent lieu à des actes de violence. Les groupes islamistes qui font campagne en faveur des lois sur le blasphème risquent d'être à l'origine de troubles plus violents, ce qui entraînera des périodes intermittentes de manifestations violentes et de barrages routiers dans toutes les grandes villes. Les forces de sécurité utiliseront probablement des grenades lacrymogènes, des canons à eau et des matraques si les manifestants brisent les cordons policiers ou menacent des zones de haute sécurité. Bien qu'il y ait des campagnes de la société civile contre certains projets commerciaux, ceux-ci tournent rarement à la violence ou font dérailler des projets politiquement.

Last update: novembre 9, 2018

Risques pour la santé

Un certificat de vaccination antiamarile est exigé à l'entrée du pays pour les voyageurs en provenance d'une zone endémique.

Systématiquement

Hépatite A : la vaccination est disponible pour les enfants à partir de l'âge d'un an. Pour les personnes nées avant 1945, ayant passé leur enfance dans un pays en développement ou ayant des antécédents d'ictère, une recherche préalable d'anticorps sériques (Ig G) peut éviter une vaccination inutile.

Hépatite B : la vaccination est disponible pour les enfants à partir de l'âge de deux mois.

Diphtérie, tétanos, poliomyélite : le vaccin doit être mis à jour si nécessaire (rappel tous les dix ans).

En fonction de la durée et des modalités du séjour

Fièvre typhoïde : si le séjour doit se dérouler dans des conditions d'hygiène précaires (pour les enfants : à partir de l'âge de deux ans).

Rage : pour des séjours prolongés en situation d'isolement (pour les enfants : dès qu'ils sont en âge de marcher).

Encéphalite japonaise : pour des séjours de plus d'un mois en zone rurale et pendant la saison des pluies (pour les enfants : à partir de l'âge d'un an). La vaccination est à pratiquer dans un centre médical sur place.

Pour les enfants : toutes les vaccinations incluses dans le calendrier vaccinal français devront également être à jour. Dans le cas d'un long séjour, le BCG est recommandé dès le premier mois et le vaccin rougeole-oreillons-rubéole dès l'âge de 9 mois.

Paludisme : chimioprophylaxie conseillée contre le paludisme : méfloquine (nom commercial : Lariam) ou doxycycline (nom commercial : Doxypalu).

Last update: novembre 28, 2013

Risques naturels

Enfin, le Pakistan est fortement exposé aux catastrophes naturelles, comme nous le rappellent, entre autres événements, le terrible séisme d'octobre 2005 au Azad Kashmir (80 000 victimes), ainsi que les tragiques inondations et leur lot de dégradations sans précédent en août 2010 (trois millions de sans-abri ; 17 millions de sinistrés), conséquences d'une mousson inhabituellement abondante. 

Face à ces contingences naturelles parfois considérables, l'État pakistanais dispose d'une panoplie de réponses et de moyens souvent très en retrait des besoins.

Last update: février 13, 2018

Transport

Eu égard à une circulation débridée, des réseaux routiers pas toujours aux normes et une application marginale du code de la route, à quoi s'ajoutera le risque d'un attentat, l'utilisation des transports publics (bus, trains) est déconseillée, tandis que la plus grande prudence est recommandée sur les axes routiers éloignés des grandes agglomérations.

Last update: février 13, 2018

Informations pratiques

Climat

Le Pakistan est caractérisé par un climat continental ; les conditions climatiques peuvent varier sensiblement d’une région à une autre ainsi que de saison en saison et de jour en jour. De manière générale, on distingue trois saisons principales : un hiver pouvant être frais voire froid (octobre à février), un été chaud et une saison des pluies, chaude et humide de juillet à septembre. Les températures sont généralement plus élevées dans le sud et se rafraichissent à mesure que l’on se dirige vers le nord.

Numéros utiles

Indicatif téléphonique: 92
Police, Pompiers, Ambulances: 171

Electricité

Voltage: 220 V ~ 50 Hz

Prises:

Last update: décembre 12, 2013