Retour

Rapports de pays

Pérou Rapport de pays

Content provided by
IHS Markit Logo

Risk Level

Low
Moderate
Elevated
High
Very High
Severe
Extreme

Survol

Sommaire exécutif

Alors que le virus COVID-19 continue de se propager, l'augmentation de la charge réglementaire, ainsi que l'examen et la supervision intenses des autorités, y compris les amendes et les fermetures en cas de non-conformité perçue, risquent fort d'affecter la réouverture des entreprises dans tous les secteurs. Une augmentation des risques de pillage des supermarchés, des magasins de détail alimentaires et des pharmacies est probable dans les zones urbaines à faible revenu où les marchés sont fermés et où vit et travaille une grande partie du secteur informel du Pérou. Les régions minières seront probablement moins touchées par la propagation du virus dans un premier temps, mais à mesure que l'économie et le commerce reprendront, l'augmentation des mouvements de population en provenance d'autres régions augmentera les risques de contagion et de protestation dans ces régions. Les projets dans le sud du Pérou (y compris le projet du point chaud Las Bambas à Apurimac) sont confrontés à des risques de protestation et de retard plus élevés en raison des préoccupations environnementales des communautés locales et des demandes de compensation par le biais d'investissements dans les infrastructures sociales et la création d'emplois locaux, mais les risques d'annulation sont faibles. Des investissements précoces dans les régions par le biais du Fonds d'avance sociale atténueront les risques de protestation. Après l'élection du 26 janvier au Congrès, aucun parti n'a obtenu de majorité, ce qui a conduit à un parlement plus fragmenté. Le président Martín Vizcarra devra négocier avec plusieurs petites factions parlementaires pour faire adopter des lois sur la réforme politique et judiciaire, l'inclusion sociale et le développement des infrastructures essentielles. Aucun débat ou réforme majeure sur le travail, les retraites ou la fiscalité n'est probable, au moins jusqu'à la mi-2021.Les prévisions de l'IHS Markit 2020 ont été révisées à la baisse (9,9 %) en raison de la gravité de l'épidémie du virus COVID-19, qui devrait entraîner une diminution de la plupart des composantes du PIB. Pour 2021, la croissance devrait se situer autour de 4,7 %. La baisse des prix des matières premières entraînera une diminution des bénéfices du secteur minier et, par conséquent, une baisse des recettes fiscales de l'État.
Last update: juillet 15, 2020

Perspectives opérationnelles

Le président Martín Vizcarra va probablement continuer à améliorer l'environnement opérationnel du Pérou, favorable aux entreprises. Le secteur privé est très influent en termes d'élaboration des politiques. Depuis les années 1990, les gouvernements péruviens successifs ont accueilli l'investissement étranger direct comme un élément essentiel du développement économique et social. L'amélioration des infrastructures portuaires, aéroportuaires, sanitaires et routières est une priorité du gouvernement. Les infrastructures restent insuffisantes dans les régions éloignées de la capitale Lima et des zones côtières. Les niveaux de corruption et de bureaucratie sont encore élevés. Contrairement à l'opposition des communautés locales contre les industries extractives, les grèves fréquentes des travailleurs ont tendance à être non violentes et moins perturbatrices.

Last update: juillet 22, 2020

Terrorisme

High

Le groupe d'insurgés Sendero Luminoso (SL : Shining Path) a perdu de sa force et de son envergure depuis son apogée à la fin des années 1980 et au début des années 1990, et ne représente plus une menace pour la sécurité au-delà des zones reculées de culture de la coca où il opère. La zone d'activité de SL se situe dans la vallée centre-sud des rivières Apurímac, Ene et Mantaro (VRAEM), où il coopère étroitement avec les groupes de trafiquants de drogue. La présence de SL dans cette région entraîne des risques permanents d'extorsion, de sabotage, de dommages matériels et d'enlèvement pour les entreprises opérant dans ou autour du VRAEM. Le gaz naturel, les entreprises de construction et les hélicoptères militaires courent un risque d'attaque plus élevé au sein de la VRAEM.

Last update: juin 17, 2020

Criminalité

Severe

Le Pérou est l'un des pays les moins dangereux d'Amérique latine. La criminalité de rue est la plus élevée dans les quartiers centraux de la capitale, Lima, et dans les zones urbaines côtières. Les crimes violents, tels que les vols à main armée, les agressions, l'extorsion et les détournements de voitures, sont susceptibles d'augmenter, en particulier dans les zones côtières du nord, principalement autour des ports, y compris les villes de Chimbote, Piura et Trujillo.

Last update: juin 17, 2020

Risques de guerre

Tout risque de guerre restera probablement faible et diminuera encore après un arrêt favorable de la Cour internationale de justice en 2014 concernant un litige de frontière maritime avec le Chili. Les deux pays se sont engagés à y adhérer et continueront probablement à renforcer leurs relations dans le cadre du groupe d'intégration régionale de l'Alliance du Pacifique. Le pays a mené sa dernière guerre en 1995 contre l'Équateur, mais a signé un traité de paix en 1998 et les relations axées sur le commerce continueront de s'améliorer. Le président Martín Vizcarra continuera probablement à entretenir de bonnes relations avec les voisins du Pérou et à poursuivre l'intégration économique régionale.

Last update: juin 17, 2020

Stabilité sociale

High

Les projets miniers, pétroliers et gaziers sont confrontés à de violentes protestations et à des risques de dommages matériels mineurs dans les perspectives à un an. Les conflits sociaux concernant l'accès aux ressources naturelles se concentrent dans les régions d'Ancash, Apurímac, Arequipa, Ayacucho, Cajamarca, Cusco, Junín, Piura, Puno et Tacna. Bien plus de la moitié de ces conflits sont liés à des préoccupations concernant des projets miniers et d'hydrocarbures, et ces secteurs continueront à provoquer des protestations au cours des 12 prochains mois. La propagation de COVID-19 augmente les risques de pillage dans les centres urbains.

Last update: juin 17, 2020

Risques pour la santé

Very high

Vaccins exigés à l'entrée

Aucune vaccination n'est exigée à l'entrée du pays.

Vaccins recommandés pour tout voyageur

Vaccins de routine : vérifiez auprès de votre médecin que vos vaccins de routine - à savoir les vaccins contre la diphtérie, le tétanos, la polio, la tuberculose, la grippe, la rougeole, les oreillons, la coqueluche, la rubéole et la varicelle - sont à jour.   

Vaccins recommandés pour la plupart des voyageurs

Hépatite A : le vaccin est administré en deux doses, à six mois d'intervalle. Il est efficace à presque 100 pourcent. L'OMS préconise d'intégrer le vaccin contre l'hépatite A dans le calendrier national de vaccinations pour les enfants âgés d'un an ou plus.

Vaccins recommandés pour certains voyageurs

Hépatite B : l'OMS préconise que tous les nourrissons reçoivent la première dose dès que possible après la naissance (de préférence dans les 24 heures suivant l'accouchement). Cette première dose devra être complétée par deux ou trois autres du même type afin de terminer la série primaire. Les doses de rappel ne sont pas recommandées à tout âge.

Rage : la vaccination préexposition est conseillée pour les voyageurs se rendant dans des zones reculées et susceptibles d'être exposées à la rage (cf. régions ou environnements où la présence d'animaux errants - chiens, chats -, de chauves-souris et autres mammifères susceptibles d'être porteurs est avérée). Le vaccin est administré en trois doses sur une période de trois ou quatre semaines. La prophylaxie post-exposition est également disponible et doit être administrée dès que la personne a été exposée à un animal susceptible d'être porteur de la rage.

Paludisme : il n'existe actuellement aucun vaccin homologué contre le paludisme. Cependant, certains traitements antipaludiques sont disponibles par ordonnance et peuvent réduire le risque d'infection jusqu'à 90 pourcent. Le type de traitement prescrit varie en fonction du niveau de risque et de la virulence des souches virales du pays ou de la région visité(e).  La prise d'antipaludiques doit être effectuée durant l'intégralité du voyage ; elle peut être poursuivie quatre semaines après avoir quitté la zone à risque.

Fièvre jaune : un certificat de vaccination contre la fièvre jaune est généralement recommandé pour les déplacements hors des régions suivantes : Cusco, Lima, Machu Picchu, le chemin de l'Inca et des zones situées au-dessus de 2300 m d'altitude. Une seule dose du vaccin suffit pour conférer une protection à vie contre la maladie. Celui-ci doit être administré au moins dix jours avant l'arrivée dans une zone d'endémie afin d'être pleinement efficace.

Last update: avril 5, 2019

Risques naturels

Severe

Le Pérou est situé dans une zone de fortes activités sismiques. En août 2007, un violent séisme de magnitude 8 avait frappé le littoral côtier, au sud de Lima (villes de Pisco, Chincha, Canete, Ica et Nazca), faisant plus de 500 victimes et d'importants dégâts aux  réseaux routiers comme aux installations touristiques. Le pays abrite également plusieurs volcans actifs comme le Mont Ubinas, situé à 100 km (60 mi) d'Arequipa,  deuxième ville du Pérou.

La saison des pluies s'étend de novembre à avril et de janvier à mai dans la région du Cusco. Les pluies torrentielles peuvent s'avérer meurtrières, notamment à proximité du fleuve Tumbes. Les glissements de terrain sont également fréquents à cette période. En 2017, la saison des pluies a été particulièrement dévastatrice. Plus d'un million de personnes a été touché par des pluies torrentielles provoquant des inondations dévastatrices, des glissements de terrain et plus d'une centaine de victimes entre décembre 2016 et avril 2017. Le nord-ouest du pays a été particulièrement touché.

Last update: avril 5, 2019

Transport

Elevated

Les voyageurs constateront que les routes sont en mauvais état ; les axes routiers montagneux peuvent être particulièrement dangereux ; les accidents mortels de bus sont fréquents. Il est recommandé de circuler de jour en zones rurales et sur l'autoroute panaméricaine.

Le banditisme routier est également déploré dans ce pays sud-américain.

Pour tout voyage de longue distance, il est préférable de voyager par avion. Toutes les destinations majeures sont desservies. Aucune compagnie péruvienne ne figure sur la « liste noire » des compagnies interdites dans l'espace aérien de l'Union Européenne en raison de mesures de sécurité inférieures aux normes.

Pour des raisons de sécurité, ne prenez jamais de taxi ne disposant pas de licence (voir la section crime).

Last update: avril 5, 2019

Informations pratiques

Climat

Sur la côte, l'été (décembre à février) est chaud (26° à 30°C) et l'hiver est frais (10° à 18°C) et brumeux quasiment en permanence. Dans les Andes, la saison sèche s'étend de mai à septembre et la saison des pluies d'octobre à avril ; les températures sont alors plus élevées le jour (25°C) mais les nuits sont fraîches. On observe les mêmes saisons dans les zones boisées (forêts de l'est) ; les températures (35°C l'été) et l'humidité sont plus élevées.

Numéros utiles

Indicatif téléphonique: 51
Police: 105
Pompiers: 116
Ambulances: 116

Electricité

Voltage: 220 V ~ 60 Hz

Prises:

Last update: avril 5, 2019