Retour

Rapports de pays

Roumanie Rapport de pays

Content provided by
IHS Markit Logo

Risk Level

Low
Moderate
Elevated
High
Very High
Severe
Extreme

Survol

Sommaire exécutif

Le risque d'instabilité du gouvernement est élevé compte tenu de l'instabilité de la majorité parlementaire et des prochaines élections législatives de décembre 2020. L'incapacité du PSD à atteindre le quorum pour un vote de défiance contre le gouvernement de centre-droit du PNL en septembre indique un renforcement du PNL à l'approche des élections. Le scrutin sera probablement retardé en cas de hausse des cas COVID-19. Dans les perspectives à un an, l'élaboration des politiques sera axée sur l'atténuation des effets négatifs de la pandémie du virus COVID-19. Le gouvernement se concentrera très probablement sur les mesures d'aide financière et de soutien économique au détriment des déficits budgétaires. Il est probable que le gouvernement et les principales autorités locales continueront à émettre de la dette publique et à rechercher des financements auprès des institutions de crédit internationales pour couvrir les dépenses. De nombreux domaines politiques, comme l'amélioration de l'administration publique, les services judiciaires et les initiatives de privatisation, risquent d'être confrontés à des retards, à l'imprévisibilité et à des décisions ad hoc.Le PIB de la Roumanie devrait se contracter de 6,2 % en 2020 en raison de la pandémie de COVID-19 et rebondir lentement en 2021 en raison d'une croissance plus lente de la consommation des ménages par rapport à la période d'avant la crise. L'économie sera touchée par l'effet négatif sur le secteur des services, qui a été le moteur de la croissance jusqu'à présent, et par une performance encore plus faible de la production industrielle. La Roumanie n'est pas en bonne position pour résister aux chocs externes et internes, car elle présente l'un des déficits courants et budgétaires les plus élevés de la région, alors que la confiance des investisseurs est fragile. Nous prévoyons que le déficit budgétaire passera de 4,5 % en 2019 à environ 10 % en 2020-21. Les projets visant à améliorer les infrastructures de transport de la Roumanie seront probablement affectés par la redéfinition des priorités budgétaires et une mise en œuvre inefficace. Le déficit budgétaire croissant et l'environnement fiscal imprévisible sont des indicateurs négatifs pour les investissements du secteur public et privé. La faiblesse de l'assiette et le soutien structurel de l'UE ont encouragé une plus forte croissance des investissements en 2019. Toutefois, une poursuite de cette tendance est peu probable, notamment en raison du virus COVID-19.
Last update: septembre 5, 2020

Perspectives opérationnelles

La main-d'œuvre roumaine est bien formée, avec un coût du travail nettement inférieur à celui de l'Europe occidentale. Les infrastructures sont sous-développées et la modernisation, y compris l'extension du réseau routier, sera probablement lente. La mise en œuvre des projets d'infrastructure et de construction ferroviaire sera probablement retardée en 2020, comme en 2019, en raison de la pandémie COVID-19 et des inefficacités administratives. L'adhésion de la Roumanie à l'UE a encouragé les mesures visant à simplifier l'administration fiscale et à améliorer le système juridique. Néanmoins, la corruption restera un problème. Des grèves spontanées sur les conditions de travail à la lumière de la pandémie du virus COVID-19 sont probables.

Last update: août 25, 2020

Terrorisme

Elevated

La menace de la radicalisation et du terrorisme d'origine nationale est plus faible qu'en Europe occidentale et comparable à celle qui pèse sur les pays de la région comme la Pologne et la Hongrie. Il n'y a pas de cellules terroristes connues dans le pays. Il a été signalé que des individus en Roumanie faisaient la promotion du terrorisme en ligne, mais le service de renseignement a intensifié ses activités de surveillance pour détecter les menaces potentielles. Le déploiement de troupes et de moyens militaires américains en Roumanie augmente le risque d'attentats, dont les instigateurs sont des groupes étrangers. Les individus et les biens juifs sont également des cibles probables. Des cyber-attaques contre les infrastructures essentielles et les services financiers sont probables.

Last update: juin 17, 2020

Criminalité

L'amélioration du financement des services répressifs et des pouvoirs juridiques supplémentaires, combinée à une plus grande collaboration avec les homologues européens, a entraîné un déclin progressif de l'activité criminelle. Par rapport à la région, le crime organisé en Roumanie est moins préoccupant et ne pose pas de risque pour la stabilité de l'État ou les investisseurs étrangers. La criminalité violente est rare à Bucarest et dans d'autres grandes villes comme Brașov, Sibiu et Cluj-Napoca, tandis que les activités des groupes criminels organisés touchent rarement le grand public. La petite délinquance est le principal problème de sécurité des voyageurs étrangers ou des expatriés. La Roumanie est un pays d'origine et de transit pour la traite des êtres humains à des fins d'exploitation sexuelle et se trouve sur la route du trafic de drogue du nord : Afghanistan, Pakistan/Iran, Turquie, Bulgarie, Roumanie, Hongrie, Slovaquie et Autriche/Allemagne. La minorité rom en Roumanie est particulièrement vulnérable à la traite des êtres humains. Les groupes criminels locaux sont également impliqués dans la cybercriminalité, la criminalité financière et le trafic de réfugiés des pays du Moyen-Orient déchirés par la guerre vers l'Europe centrale. Toutefois, la Roumanie, par rapport à la Bulgarie voisine, n'est pas une voie privilégiée pour cette forme de trafic.

Last update: septembre 4, 2020

Risques de guerre

Bien que les relations avec la Russie soient tendues, le risque de guerre est faible. Néanmoins, une amélioration significative des relations roumano-russes est peu probable. Cela est dû à l'ouverture d'une unité régionale de coordination de l'OTAN et à l'activation du système de bouclier anti-missiles américain en Roumanie, ainsi qu'à un nombre croissant d'exercices militaires maritimes de l'OTAN en mer Noire et dans le delta du Denube. La présence militaire navale russe dans la partie nord-ouest de la mer Noire s'est intensifiée depuis l'annexion de la Crimée, ce qui augmente le risque de perturbation du trafic commercial et d'escalade involontaire impliquant la marine russe. Le risque de cyber-attaques a également augmenté au cours des dernières années.

Last update: septembre 4, 2020

Stabilité sociale

High

Des manifestations pacifiques attirant tout au plus quelques milliers de personnes à Bucarest sont susceptibles de s'élever contre les mesures restrictives liées à la COVID-19 dans les perspectives d'un an. En général, le risque que des manifestations antigouvernementales de grande envergure attirent plusieurs milliers de personnes à Bucarest a diminué depuis 2019. La Roumanie a un bilan de manifestations politiques efficaces et de grandes manifestations, pour la plupart pacifiques, avec la possibilité de revenir sur des décisions politiques. Les manifestations de grande envergure continueront probablement à refaire surface dans les années à venir, en raison d'injustices perçues, de scandales de corruption ou de raisons économiques. Des manifestations pacifiques contre la prospection de gaz de schiste ou contre des installations industrielles et d'autres projets dégradant l'environnement peuvent être déclenchées près de ces complexes et à Bucarest.

Last update: août 25, 2020

Risques pour la santé

Severe

Aucune vaccination n'est exigée à l'entrée du pays.

Systématiquement

Hépatite A : la vaccination est disponible pour les enfants à partir de l'âge d'un an. Pour les personnes nées avant 1945, ayant passé leur enfance dans un pays en développement ou ayant des antécédents d'ictère, une recherche préalable d'anticorps sériques (Ig G) peut éviter une vaccination inutile.

Hépatite B : la vaccination est disponible pour les enfants à partir de l'âge de deux mois.

Diphtérie, tétanos, poliomyélite : le vaccin doit être mis à jour si nécessaire (rappel tous les dix ans).

En fonction de la durée et des modalités du séjour

Fièvre typhoïde : si le séjour doit se dérouler dans des conditions d'hygiène précaires (pour les enfants : à partir de l'âge de deux ans).

Rage : pour des séjours prolongés en situation d'isolement (pour les enfants : dès qu'ils sont en âge de marcher).

Encéphalite à tiques : pour des séjours en zone rurale et les amateurs de randonnée (pour les enfants : à partir de l'âge d'un an).

Pour les enfants : toutes les vaccinations incluses dans le calendrier vaccinal français devront également être à jour. Dans le cas d'un long séjour, le BCG est recommandé dès le premier mois et le vaccin rougeole-oreillons-rubéole dès l'âge de 9 mois.

Last update: avril 5, 2019

Risques naturels

Very high

La Roumanie est un des pays européens les plus actifs du point de vue sismique ; de petites secousses s'y produisent tous les ans et les grands séismes, tous les 30 à 50 ans. En 1977, un séisme de magnitude 7,4 avait fait 1 500 victimes et d'importants dégâts matériels dans le centre de Bucarest.

Les inondations sont également fréquentes. En septembre 2005, le pays avait connu ses pires inondations depuis 1970, avec 23 victimes (région de Vrancea ; 14 000 personnes évacuées).

En cas de séjour dans les montagnes roumaines, il est conseillé de prendre en compte quelques mesures de sécurité liées à la présente d'une importante population d'ours. En cas de rencontre avec un ours, ne l'approchez sous aucun prétexte, laissez-lui de l'espace pour fuir, ne faites aucun geste brusque et ne criez pas. Ce danger est important puisque des personnes, des touristes surtout, sont régulièrement blessé voire tués.

Last update: avril 5, 2019

Transport

Moderate

Hormis les grandes artères urbaines et les autoroutes, les axes routiers sont généralement en assez mauvais état, peu éclairés et étroits. Cependant, le réseau est en cours de rénovation. Il existe deux autoroutes reliant Bucarest à Pitesti ou à Constanta. Les routes de la région Olténie et de la région Moldavie sont en mauvais état. Ainsi, dans ces régions et dans les endroits reculés, il est déconseillé de voyager la nuit en raison du manque d'éclairage. Les charrettes tirées par des chevaux, les véhicules agricoles, les personnes à bicyclette ou les véhicules sans feux arrière ni réflecteurs ne sont pas rares. Par ailleurs, il est à noter que les conducteurs peuvent être très agressifs. Un manque de signalisation est aussi notable.

Pour rouler, une vignette (rovignette) est nécessaire. Celle-ci peut être achetée aux postes de contrôles frontaliers, dans les bureaux de postes et dans certaines stations-service. Les pneus d'hivers sont obligatoires pendant toute la saison hivernale.

Le réseau ferroviaire est étendu et bon marché ; toutefois, le confort varie d'un train à l'autre. Le bus est une alternative préférable pour se rendre d'une ville à l'autre. Les bus sont confortables, rapides et fréquents. 

Pour ce qui est des déplacements en taxi, les voyageurs sélectionneront exclusivement les véhicules agréés munis de compteurs et affichant leurs tarifs. Les taxis sont abordables. Ne prenez pas de taxi seul à destination des régions rurales. Les voyageurs souhaitant se rendre à Bucarest depuis son aéroport en taxi pourront s'adresser au kiosque prévu à cet effet à la sortie du terminal.

Last update: avril 5, 2019

Informations pratiques

Climat

Le climat est continental, avec des écarts de températures importants entre les saisons. Les étés sont chauds voire très chauds dans certaines régions (Carpates et Transylvanie notamment). Ils sont plus doux sur le littoral de la mer Noire et en montagne. Les printemps et les automnes sont courts avec des températures agréables le jour mais fraîches la nuit. Les hivers sont longs, rigoureux et secs, hormis sur les bords de la Mer Noire.

Numéros utiles

Indicatif téléphonique: 40
Police: 955 ou 112
Pompiers: 955 ou 112
Ambulances: 955 ou 112

Electricité

Voltage: 230 V ~ 50 Hz

Prises:

Last update: avril 5, 2019