Retour

Rapports de pays

Russie Rapport de pays

Survol

INTRODUCTION

Les déplacements en Russie ne présentent aucun risque majeur rédhibitoire et se déroulent pour la plupart dans de bonnes conditions. Néanmoins, et comme c'est le cas pour de nombreux autres pays d'Europe de l'Est, quelques points de sécurité méritent l'attention des voyageurs au départ pour la Russie.

TERRORISME

La menace terroriste est élevée en Russie, y compris dans la capitale Moscou.

Comme pour nombre de pays européens, la Russie est confrontée au départ de certains de ses ressortissants rejoignant le groupe terroriste « État Islamique » (EI) en Irak et en Syrie (entre 5 000 et 7 000 individus), laissant planer la possibilité d'attaques perpétrées sur le sol russe à leur retour.

En septembre 2015, la Russie a engagé des opérations militaires en Syrie. Cette décision a poussé l'EI et les groupes lui ayant prêté allégeance à appeler leurs militants à commettre des attaques terroristes en représailles sur le sol russe. En réponse à cette menace, les autorités avaient renforcé la sécurité dans les lieux publics, notamment sur les sites touristiques.

En octobre 2015, un vol charter russe au départ de Charm el-Cheikh (Égypte) s'était écrasé à mi-parcours. La piste de l'attaque terroriste avait par la suite été confirmée, l'explosion de l'appareil étant vraisemblablement due au déclenchement d'une bombe embarquée. L'attentat avait fait 224 morts, dont 219 ressortissants russes.

En avril 2017, une explosion entre deux stations de métro de Saint-Pétersbourg avait entraîné la mort de 16 individus (une cinquantaine de blessés). Une deuxième bombe avait été désamorcée deux heures plus tard dans une autre station de métro. L'auteur présumé était un ressortissant kirghiz, parti combattre en Syrie en 2014 dans les rangs de l'EI, lequel revendiqua l'attentat. En décembre 2017, une explosion dans un supermarché de Saint-Pétersbourg avait fait 10 blessés. L'incident fut plus tard qualifié « d'acte terroriste ».

Les prises d'otages et les enlèvements continuent de peser sur la sécurité des individus, y compris des ressortissants étrangers, notamment dans les régions caucasiennes.

Dans les républiques du Caucase du Nord (Ingouchie, Daghestan, Tchétchénie et Ossétie du Nord-Alanie), des attaques terroristes ciblant les forces de sécurité se produisent régulièrement. Selon les autorités russes, le nombre d'attaques perpétrées dans ces régions a considérablement diminué ces dernières années, mais la situation sécuritaire reste précaire.

SÉCURITÉ

Caucase

La situation politique et sécuritaire demeure instable dans le Caucase. La république du Daghestan enregistre un nombre important d'attentats et d'affrontements entre forces de l'ordre et rébellion islamiste. En février 2018, l'EI a revendiqué une attaque armée perpétrée contre une église du Daghestan (cinq morts et cinq blessés). Les autres républiques (Tchétchénie, Ingouchie, Kabardino-Balkarie, Ossétie du Nord et Karatchaevo-Tcherkéssie) ne sont pas immunes à ces maux. Par conséquent, la plupart des chancelleries occidentales déconseillent à leurs ressortissants tout déplacement dans cette région sauf raison impérative.

Crimée et régions limitrophes de l'Ukraine

Les autorités diplomatiques de nombreux pays occidentaux recommandent de reporter tout déplacement en Crimée, région sous administration russe depuis mars 2014. Le contexte sécuritaire en Crimée s'est fortement dégradé depuis le début du conflit en 2014. Les individus ayant contesté l'autorité russe en Crimée ont été sujets à des harcèlements et des arrestations. Selon un rapport de l'ONU de septembre 2017, la situation en termes de droits de l'homme se serait détériorée de manière considérable depuis mars 2014 (cf. arrestations, détentions arbitraires, cas de torture, disparitions forcées, etc.).

Les coupures d'électricité y sont récurrentes. Plusieurs systèmes de paiement par carte bancaire ne sont plus disponibles.

De plus, en raison des hostilités persistantes dans l'est de l'Ukraine, certains gouvernements occidentaux déconseillent les voyages vers les régions russes frontalières des provinces ukrainiennes de Kharkiv, Donetsk et Luhansk.

POLITIQUE

Les relations entre l'Occident et la Russie se sont fortement dégradées après l'annexion de la Crimée en 2014 (le 'rattachement' à la Russie n'a pas été reconnu par la communauté internationale). La Russie est accusée d'avoir soutenu les rebelles lors des soulèvements survenus dans l'est de l'Ukraine et des combats associés (plus de 10 000 victimes). L'Union Européenne applique en conséquence des sanctions contre la Russie, ciblant notamment les secteurs financier, pétrolier et militaire. Les relations entre la Russie et les États-Unis demeurent également tendues. En juin 2017, le gouvernement russe avait ordonné l'expulsion d'un nombre important de diplomates américains, en représailles aux sanctions économiques contre la Russie adoptées par le Congrès des États-Unis.

Le prochain scrutin présidentiel sera organisé en mars 2018. L'opposition à l'administration du président Poutine est devenue plus active ces derniers mois (voir RISQUE SOCIAL).

En décembre 2017, la Commission électorale de Russie a interdit à Aleksai Navalny, une figure de l'opposition connue pour sa campagne anti-corruption, de se présenter à la présidence en 2018 en raison d'une condamnation pénale. Cependant, Navalny continue d'organiser des rassemblements dans le pays, appelant au boycott du scrutin. Les tensions risquent de s'exacerber à l'approche des élections et des heurts entre manifestants anti-gouvernementaux et pro-gouvernementaux ne sont pas à exclure.

Les prochaines élections législatives seront organisées en 2021.  

RISQUE SOCIAL

Les tensions entre les sympathisants du gouvernement Poutine et l'opposition politique (pro-démocratie) demeurent très élevées. De grands rassemblements pro et anti-gouvernementaux ont été organisés ces dernières années. En mars et en juin 2017, des manifestations anti-corruption, menées par Navalny, avaient été organisées dans le pays (10 000 participants à Moscou). De même, des manifestations anti-corruption ébranlèrent le pays en janvier 2018, entraînant l'arrestation de plusieurs centaines de personnes.

Les forces de sécurité n'hésitent pas à utiliser la force lors des manifestations. Il est donc conseillé d'éviter toutes manifestations de rue.

CRIMINALITÉ

La criminalité sévit fréquemment à l'encontre des touristes : la fréquentation des bars ou des discothèques peut s'avérer dangereuse ; les vols à la tire sont nombreux. Restez discret dans les lieux publics ou touristiques ; ne conservez sur vous que la photocopie de vos papiers d'identité et en cas de contrôle d'identité, veillez à ce que le milicien porte sur la poitrine une plaque avec son numéro personnel.

À noter l'augmentation des actes et manifestations xénophobes, racistes et homophobes, notamment à Moscou et Saint-Pétersbourg.

Le problème de la corruption reste important ; selon Transparency International, il n'est pas rare que les ressortissants étrangers soient harcelés ou rackettés, d'une manière ou d'une autre par la police locale. Si vous êtes arrêté pour un pot-de-vin, obtenez le nom du policier local et son numéro de badge, et signalez l'incident aux autorités locales ainsi qu'à votre ambassade ou consulat.

Les cas d'escroquerie et de fraude sont relativement fréquents en Russie. Gardez constamment l'œil sur votre carte et privilégiez les retraits et les échanges d'espèces dans des distributeurs situés à l'intérieur de grandes banques pendant leurs heures d'ouverture. Faites attention lorsque votre carte est utilisée par autrui et évitez les lecteurs de cartes étranges ou inhabituels.

Les risques associés à la cybercriminalité sont élevés. Méfiez-vous des e-mails de phishing et des logiciels malveillants (malware). Connectez-vous uniquement aux réseaux Wi-Fi fiables ou officiels. En outre, la législation russe permet aux autorités de surveiller toutes les communications sur le réseau russe. Il est donc prudent d'assumer que toute communication risque d'être surveillée.

TRANSPORTS

Sécurité routière 

La sécurité routière laisse souvent à désirer ; les taxis clandestins et collectifs sont à éviter. Le taux de mortalité sur les routes en Russie est très élevé (dix fois supérieur à la Pologne, 60 fois plus important qu'en Grande-Bretagne).

Accéder aux régions éloignées des grandes métropoles, ou aux zones mal desservies, n'est pas aisé, eu égard au mauvais état des routes. Les conditions hivernales et la présence de glace et de neige peuvent rendre les voyages difficiles. Assurez-vous du bon fonctionnement de votre véhicule, et gardez un stock de pièces de rechange avant d'entamer un déplacement en période hivernale.

Les contrôles de la police routière (D.P.S.) surviennent fréquemment, même en l'absence d'infraction caractérisée. Certains malfaiteurs érigent de faux postes de contrôle pour y dérober les conducteurs. Un représentant des forces de l'ordre porte toujours un uniforme noir avec un badge rouge et noir, ainsi qu'un nom et un numéro de série clairement affichés. Veillez à ce qu'un agent vous communique toujours son nom et son rang. En cas de contrôle routier, le conducteur doit fournir une pièce d'identification adéquate, et répondre aux questions concernant son voyage.

Réseau ferroviaire

Le réseau est relativement développé et de bonne qualité. Les horaires sont respectés mais les trains sont lents. Les voyageurs prenant les trains seront particulièrement vigilants pendant le trajet à ne jamais laisser leurs affaires sans surveillance. Il est conseillé d'autre part d'éviter les trains de nuit.

Taxis

Pour ce qui est des déplacements en taxi, les voyageurs sélectionneront exclusivement les véhicules agréés. Ceux voyageant en taxis non-agréés ont par le passé fréquemment été victimes de vols, d'extorsions voire de kidnappings. Si possible, demandez à votre hôtel de commander pour vous un taxi. Les grandes agglomérations disposent d'un service de taxis agréés (application Yandex Taxi).

RISQUES NATURELS

Les îles Kouriles et la péninsule du Kamchatka connaissent une importante activité sismique et volcanique ; la Sibérie ainsi que diverses régions occidentales de la Fédération subissent à l'occasion inondations (au printemps) et feux de forêt destructeurs (en été), à l'image de ceux observés à l'été 2010 dans la région de Moscou, alors accablée par des températures caniculaires (supérieures à 35° Celsius) et une élévation considérable du niveau de la pollution, susceptible d'emporter des conséquences sur la santé. La qualité de l'air dans des zones touchées peut se détériorer en raison de la forte fumée.

En cas d'incendie de forêt, il est impératif de suivre les instructions des autorités locales et de surveiller les médias locaux pour des informations à jour. Moscou et la Russie centrale sont également frappées par de violents orages en été. En mai 2017, à Moscou, les orages avaient fait une dizaine de victimes et 70 blessés.

Les hivers russes sont sévères. Lors d'un blizzard à Moscou, les températures peuvent descendre jusqu'à -31°C, débouchant régulièrement sur des pannes de courant et des interruptions dans les transports publics.

SANTÉ

Les visiteurs constateront que les installations médicales et hospitalières ne sont pas toujours (notamment en dehors des grandes agglomérations) au niveau des standards européens, et que les pénuries de médicaments sont relativement courantes.

Il est fortement conseillé à tout visiteur étranger voyageant en Russie de souscrire à une assurance médicale - tant pour les frais médicaux sur place que pour l'évacuation en situation d'urgence - en amont du séjour.

L'eau du robinet peut généralement être utilisée pour le brossage des dents, mais sa consommation n'est pas toujours recommandée. Il est suggéré de ne consommer, par précaution, que de l'eau en bouteille, même dans les grandes agglomérations.

LÉGISLATION LOCALE

Il est interdit de photographier les infrastructures militaires, les ponts, les ports, les gares et les aéroports.

L'achat d'articles de valeur donne lieu à la délivrance de reçus à conserver impérativement car ils seront exigés à la sortie du territoire.

En cas de litige avec la police et/ou l'administration russe, il est conseillé de rester calme en toutes circonstances, et de ne signer aucun document en langue russe sans le conseil d'un traducteur.

CONTRÔLE AUX FRONTIÈRES

Les frontières terrestres de la Fédération de Russie avec l'Azerbaïdjan et la Géorgie sont fermées aux ressortissants étrangers.

La Fédération de Russie impose aux ressortissants étrangers souhaitant se rendre dans la péninsule de solliciter un visa russe. L'entrée en Crimée par voie terrestre est limitée aux points de passage routiers de Kalanchak, Chapkynka et Chongar, et ferroviaires de Kherson, Melitopol, Vadym et Novoolesiivka. Les vols entre la Crimée et l'Ukraine - ainsi que la plupart des pays occidentaux - ont été suspendus.

Climat

Le climat est continental. Dans  l'ouest, les hivers sont longs et très froids, les étés sont orageux, doux (17°C) et courts (juin à août). Dans la région de Moscou, les écarts de températures peuvent être importants d'un jour à l'autre, voire dans une même journée. Dans l'est, l'hiver dure d'octobre à mai, les étés sont courts et souvent frais. En avril, le pays est boueux en raison de la fonte des neiges.

Numéros utiles

Indicatif téléphonique: 7 Police: 02 Pompiers: 01 Ambulances: 03

Electricité

Voltage: 220 V ~ 50 Hz

Prises: