Retour

Rapports de pays

Salvador Rapport de pays

Survol

INTRODUCTION

Pour tout séjour dans ce petit État d'Amérique centrale (6,2 millions d'habitants), le visiteur étranger prendra soin d'étudier avant départ les risques inhérents à sa destination, en se focalisant en premier lieu sur l'insécurité prévalant dans le pays, en grande partie causée par la présence de gangs violents.

CRIMINALITÉ et VIOLENCES DES GANGS

Malgré une baisse des homicides ces dernières années (cf. baisse de 25 % en 2017), le Salvador est confronté à un niveau élevé de violence, y compris dans la capitale San Salvador, principalement du fait des affrontements entre gangs rivaux « maras » (cf. 500 affrontements entre forces de sécurité et groupes criminels signalés en 2017). Le Président Salvador Sánchez Cerén se montre intraitable avec les gangs depuis son arrivée au pouvoir en 2014, refusant d'engager des négociations avec des « terroristes, » et favorisant une approche de plus en plus militarisée (cf. déploiement d'unités policières et militaires d'élite). Cependant, avec un taux d'homicide de 60 pour 100000 habitants en 2017, le Salvador demeure l'un des pays les plus violents au monde. Selon une étude, San Salvador serait la 17e ville la plus violente au monde (1057 homicides en 2017).

En plus des meurtres, les membres des gangs sont souvent impliqués dans des vols à main armée, l'attaque des transports en commun, les kidnappings, vols de voiture, extorsions, agressions sur les autoroutes, fraudes à la carte bancaire, etc. Si les hommes d'affaires et les touristes ne sont pas particulièrement ciblés et les sites touristiques sont généralement sous la surveillance des forces de sécurité (notamment la police du tourisme), les individus présents au Salvador sont invités à suivre les consignes de sécurité suivantes :

être particulièrement vigilant dans le centre-ville de San Salvador, spécialement de nuit ; les zones les plus sûres de la capitale incluent les quartiers de l'Escalón, Santa Elena, San Benito, Maquilishuat, La Gran Via, et Multiplaza (les plus dangereux sont Soyapango, Apopa, Nejapa, Ilopango Mejicanos et Tutunichapa) ; évitez d'emprunter les transports publics, surtout les bus municipaux, régulièrement ciblés par les gangs criminels. N'utilisez que les taxis officiels ayant une licence (parfois stationnés devant les hôtels et les centres commerciaux) ;évitez d'héler les taxis en pleine rue. Les bus internationaux et inter cités sont également ciblés par les gangs ; évitez de les emprunter. Si possible, prenez l'avion pour les voyages longue distance ou, si vous conduisez, voyagez de jour, restez sur les grands axes et limitez vos arrêts au strict minimum. gardez à l'esprit que les criminels sont souvent armés. Lors d'une confrontation, acceptez leurs demandes et ne faites pas opposition. Ne regardez par votre agresseur dans les yeux et ne faites aucun geste brusque.

En cas d'urgence, la police est joignable au 911.

TRANSPORTS

Il est recommandé d'éviter de voyager la nuit - hormis entre San Salvador et l'aéroport international Monseñor Óscar Arnulfo Romero (SAL, aéroport international Comalapa) - et d'être vigilant sur les routes. Ne voyagez pas seul et évitez les autobus (voir section Criminalité).

Les routes principales sont généralement en bon état avec une signalisation convenable. Néanmoins, les accidents de la route sont fréquents (1245 décès en 2017), surtout à San Salvador, où le non-respect du code de la route fait son lot de victimes.

Les transports peuvent être impactés durant la saison des pluies en raison des inondations et des glissements de terrain (voir section Risques Naturels).

En théorie, les frontières terrestres avec le Guatemala et le Honduras sont ouvertes 24h/24 7j/7, mais la traversée des frontières peut être fermée sans préavis, en particulier après la tombée de la nuit. Si possible, prévoyez le franchissement durant la journée.

RISQUE SOCIO-POLITIQUE

Les manifestations anti-gouvernementales et les grèves sont assez fréquentes au Salvador, en particulier dans la capitale (cf. place Las Americas). La plupart des mobilisations sociales  se déroulent en centre-ville et sont généralement pacifiques. La fréquence et l'intensité des manifestations ont tendance à augmenter en périodes électorales.

Des élections législatives et municipales ont été organisées en mars 2018, sans incident majeur. Les prochaines élections présidentielles sont programmées en février 2019 ; des élections législatives auront également lieu en mars 2021.

Les visiteurs prendront note que la loi interdit aux ressortissants étrangers de s'engager dans des activités politiques. Toute participation à des manifestations politiques et des rassemblements est prohibée.

RISQUES NATURELS

Les tremblements de terre sont fréquents et causent parfois des dommages matériels importants. Les séismes off-shore peuvent provoquer des tsunamis menaçant alors la zone côtière. Un puissant séisme de magnitude 7,2 sur l'échelle de Richter avait frappé la côte du Salvador en novembre 2016. Deux autres séismes de magnitude 7 et plus avaient touché le pays en 2001 et 1986, causant des dommages importants.

Le pays abrite une  vingtaine de volcans, dont trois (San Miguel / Chaparrastique, Santa Ana et Izalco) montrent occasionnellement des signes d'activité. La dernière éruption significative remonte à 2014.

La saison des pluies s'étire de mai/juin à octobre/novembre ; durant cette période, des inondations peuvent survenir, accompagnées de glissements de terrains dans les zones montagneuses. Cette saison coïncide avec celle des tornades de l'Atlantique et du Pacifique (mi-mai à novembre) ; bien que rarement touché par les ouragans et les pluies tropicales, le pays est souvent affligé par des pluies torrentielles. Le Centre National des Ouragans (basé aux États-Unis) suit de près toutes les activités cycloniques en Amérique Centrale. 

De plus amples informations, ainsi que des alertes et des recommandations concernant les risques naturels sont disponibles (en espagnol) sur le site de la protection civile du gouvernement.

INFRASTRUCTURE

Les pannes d'électricité causées par des intempéries sont fréquentes. En juillet 2017, de fortes pluies avaient provoqué la rupture d'une ligne de transmission au Panama, entraînant une coupure d'électricité affectant 15 millions de personnes en Amérique Centrale (60 % de la population) pendant cinq heures. Les réseaux électriques des pays d'Amérique Centrale sont reliés par une seule ligne de transmission de 1820 km, ce qui les rend particulièrement vulnérables aux coupures d'électricité. Depuis 2010, sept pannes d'électricité majeures ont impacté l'ensemble de l'Amérique Centrale.

SANTÉ

Le secteur médical est défaillant et carenciel : peu d'hôpitaux privés offrent des services répondant aux standards occidentaux, encore moins en zone rurale. Il est conseillé, avant votre départ, de souscrire à une assurance maladie prenant en charge le rapatriement d'urgence.

L'eau du robinet n'est pas potable. Sa consommation augmente le risque de contracter diverses maladies d'origine hydrique (fièvre typhoïde, hépatite A, tourista, etc.). Ces maladies peuvent également être transmises par des aliments contaminés tels que les viandes et les fruits de mer insuffisamment cuits, les fruits et légumes non pelés ou crus et les aliments difficilement désinfectés (laitue, baies, glaces, etc.).

Diverses maladies véhiculées par les moustiques sont présentes, dont :

le paludisme est potentiellement présent dans les régions rurales de basse altitude mais le risque demeure très faible ;   la dengue est endémique  ; le nombre de cas détectés se multiplie durant la saison des pluies (juin-novembre). Cependant, les taux de transmission ont considérablement diminué ces dernières années (50 000 cas en 2014 à moins de 4 300 en 2017). le chikungunya est présent. Cependant, les taux de transmission ont considérablement diminué en 2017 (moins de 600 cas signalés). le virus Zika est présent dans tout le pays. Alors que la maladie est généralement relativement bénigne, des liens entre le virus et des malformations congénitales sévères ont été établis. Le virus Zika est également transmissible lors de rapports sexuels non protégés avec une personne infectée. 

La transmission de la rage constitue un risque. La première mesure de défense contre la rage est d'éviter tout contact avec les animaux (chauves-souris), même domestiques (chats, chiens de rue). Si griffé ou mordu, il est impératif d'obtenir des soins médicaux.

DIVERS

Le gouvernement est intransigeant en matière de répression du trafic de drogue ;les individus arrêtés en possession de stupéfiants, même en petite quantité, peuvent être emprisonnés pour une peine allant jusqu'à 15 ans. Soyez vigilants et ne laissez jamais vos bagages sans surveillance durant vos voyages.

Le dollar américain est utilisé depuis 2001, date à laquelle il remplaça le Colon de Salvador. Les prix sont parfois affichés en Colon, en tant que référence.

Climat

Le climat est tropical sur la côte, semi-tropical sur le plateau central et tempéré en montagne. Lors de la saison sèche (novembre à avril), l'air est sec et chaud. De mai à octobre, il pleut quasiment tous les jours et des ouragans peuvent se produire. Les écarts de températures sont faibles entre le jour et la nuit sur la côte pacifique et tout au long de l'année (25° à 29°C). Elles sont plus fraîches en altitude : sur le plateau, la température moyenne est de 23°C et en montagne, elle varie entre 12°C et 23°C avec parfois une chute à 0°C.

Numéros utiles

Indicatif téléphonique: 503 Police: 911

Electricité

Voltage: 115V ~ 60 Hz

Prises: