Retour

Rapports de pays

Sierra Leone Rapport de pays

Content provided by
IHS Markit Logo

Risk Level

Low
Moderate
Elevated
High
Very High
Severe
Extreme

Survol

Sommaire exécutif

Le président Julius Maada Bio du Parti populaire de Sierra Leone (SLPP) a été élu en avril 2018 après avoir battu de justesse le parti alors en exercice Ernest Bai Koroma's All People's Congress (APC). APC contrôle 47 % des sièges au Parlement contre 35 % pour le SLPP. L'APC perturbera probablement la législation au début de 2019, mais ne la bloquera pas, en organisant des débrayages, en s'abstenant de voter et en s'opposant arbitrairement aux plans de dépenses sociales. Cela vient en représailles à une commission d'enquête judiciaire chargée de poursuivre les membres de l'opposition de l'APC qui seraient impliqués dans la corruption dans les secteurs bancaire, de la construction, de l'énergie et des mines. Par exemple, Koroma a été interrogé par les autorités le 16 janvier. IHS Markit prévoit une croissance du PIB réel en Sierra Leone de 5.3 % en 2019, reflétant une reprise de la production et des services agricoles après l'épidémie d'Ebola qui a entraîné une révision de la croissance du PIB en 2017 de 6.1 % à 3.8 %. Toutefois, le secteur minier - qui représente 79 % des exportations totales en valeur - est sous-performant après la fermeture de Tonkolili, la plus grande mine de minerai de fer du pays, en novembre 2017. Les deux parties conviennent qu'une augmentation de l'impôt des sociétés et une application plus stricte de la loi sont nécessaires pour combler le manque à gagner fiscal. Les mineurs de matières premières telles que la bauxite, les diamants et le rutile sont soumis à des retenues à la source antidatées et à des demandes d'autres arriérés perçus. Les entreprises de télécommunications sont susceptibles d'être confrontées à des demandes fiscales arbitraires. Le manque à gagner est exacerbé par les nouveaux engagements de dépenses de Bio, dont 123,1 millions de dollars pour l'éducation gratuite dans le cadre d'un budget supplémentaire déposé le 7 novembre 2018. Le budget devrait être approuvé au début de l'année 2019 et le FMI a approuvé le 30 novembre 2018 une nouvelle facilité de crédit étendue de 43 mois, d'un montant de 172,1 millions de dollars, soumise à un examen semestriel. Les risques de non-paiement augmenteront probablement pour les marchés publics et les projets d'infrastructure ; les arriérés s'élevaient à 1,4 milliard USD en mars 2018. On chercherait à réaliser des économies en annulant les contrats de construction de routes et les contrats de fourniture d'électricité au diesel. Le projet de l'aéroport de Mamamah, d'un montant de 315 millions de dollars, a été annulé le 31 octobre. 2019, IHS Markit Inc. Tous droits réservés. Toute reproduction totale ou partielle sans autorisation est interdite.
Last update: janvier 22, 2019

Perspectives opérationnelles

Le président Julius Maada Bio a mis en place une commission d'enquête qui se poursuivra jusqu'au milieu de l'année 2019 pour enquêter et poursuivre les présumés actes de corruption du gouvernement de l'ancien président Ernest Koroma, All People's Congress (APC) (2007-18). La commission a les pouvoirs légaux et la volonté politique de poursuivre les membres d'APC impliqués dans les banques, la construction, l'énergie et les mines. Les marchés publics et la surveillance budgétaire s'amélioreront probablement en 2019. Les troubles ouvriers affectent le secteur minier, qui durent souvent plus de sept jours, en raison de mauvaises relations avec la direction étrangère et de pertes d'emplois. Les dommages matériels de grande valeur sont peu probables.

Last update: janvier 5, 2019

Terrorisme

Moderate

Les militants islamistes sont très susceptibles de cibler en priorité d'autres pays d'Afrique de l'Ouest, notamment la Côte d'Ivoire, le Ghana et le Sénégal, qui abritent d'importants intérêts commerciaux et politiques occidentaux et un nombre plus élevé de ressortissants. Et ce, malgré l'engagement militaire continu de la Sierra Leone dans le cadre d'une mission de l'ONU contre des groupes militants islamistes au Mali, et auparavant en Somalie. Un groupe basé au Mali n'a pas inscrit la Sierra Leone comme cible prioritaire et il est très peu probable qu'il représente une menace crédible en raison de sa portée géographique limitée et de sa capacité opérationnelle à attaquer le pays.

Last update: janvier 4, 2019

Risques de guerre

Le retrait de l'armée guinéenne du village contesté de Yenga en août 2012 a supprimé le principal déclencheur de la guerre interétatique. La violence politique a été limitée autour des élections générales de mars 2018 et les ex-combattants n'ont pas été mobilisés. La reprise de la guerre civile est également peu probable en raison de l'amélioration des capacités et du professionnalisme des militaires depuis la guerre civile qui a pris fin en 2001. Les forces gouvernementales sont donc en mesure de faire face efficacement à tout groupe armé non étatique potentiel. Cela a été démontré par la fin de la mission de consolidation de la paix de l'ONU en 2014, qui a désarmé et réintégré avec succès les forces antigouvernementales.

Last update: janvier 4, 2019

Stabilité sociale

High

Des combats et des incendies criminels entre partisans rivaux sont probables pendant les périodes électorales, en particulier dans les capitales des districts de Kenema, Kono et Port Loko, ainsi qu'à Waterloo près de la capitale, Freetown. Un déclencheur imminent des protestations des partisans de l'opposition, probablement rassemblés devant la Cour suprême à Freetown, est l'ouverture imminente de poursuites liées à la corruption visant d'anciens hauts responsables du gouvernement au début ou à la mi-2019. Les officiers armés de la Division de l'appui aux opérations réagissent généralement en recourant à l'usage indiscipliné de la force meurtrière, ce qui présente des risques pour les personnes présentes, y compris les journalistes.

Last update: janvier 4, 2019

Risques pour la santé

Severe

Un certificat de vaccination antiamarile est exigé à l'entrée du pays pour tous les voyageurs.

Systématiquement

Hépatite A : la vaccination est disponible pour les enfants à partir de l'âge d'un an. Pour les personnes nées avant 1945, ayant passé leur enfance dans un pays en développement ou ayant des antécédents d'ictère, une recherche préalable d'anticorps sériques (Ig G) peut éviter une vaccination inutile.

Hépatite B : la vaccination est disponible pour les enfants à partir de l'âge de deux mois.

Diphtérie, tétanos, poliomyélite : le vaccin doit être mis à jour si nécessaire (rappel tous les dix ans).

En fonction de la durée et des modalités du séjour

Fièvre typhoïde : si le séjour doit se dérouler dans des conditions d'hygiène précaires (pour les enfants : à partir de l'âge de deux ans).

Rage : pour des séjours prolongés en situation d'isolement (pour les enfants : dès qu'ils sont en âge de marcher).

Pour les enfants : toutes les vaccinations incluses dans le calendrier vaccinal français devront également être à jour. Dans le cas d'un long séjour, le BCG est recommandé dès le premier mois et le vaccin rougeole-oreillons-rubéole dès l'âge de 9 mois.

Paludisme : chimioprophylaxie conseillée contre le paludisme : méfloquine (nom commercial : Lariam) ou doxycycline (nom commercial : Doxypalu).

Last update: novembre 27, 2013

Risques naturels

Very high

La capitale Freetown est régulièrement affectée par des pluies torrentielles entre mars et juillet. Le manque d'infrastructures adéquates empêche la bonne évacuation des eaux. En conséquence, les zones basses de la ville ainsi que les grands axes routiers sont souvent inondés et impraticables. Par ailleurs, les structures construites sur les collines sont également touchées. Des coulées de boues et des effondrements de bâtiments sont fréquents pendant cette période.

Il est recommandé de se familiariser avec les zones à risque et de rouler en véhicule tout terrain (4x4).

Last update: février 13, 2018

Transport

Elevated

Plusieurs compagnies internationales assurent les liaisons aériennes vers l'Europe ou d'autres capitales africaines. Il n'existe pas de vols intérieurs. Des mesures de contrôle sanitaire sont appliquées au départ de Freetown en raison de la récente épidémie d'Ebola.

Depuis l'aéroport, l'accès à la capitale est difficile. Par la route, le trajet peut prendre entre quatre et cinq heures. Un navire hydroglisseur peut assurer la liaison mais ne fonctionne que quelques semaines par an. Un ferry relie l'aéroport à la capitale mais il est souvent surchargé et le temps d'attente est très long. Enfin, la traversée peut être faite grâce à un bateau « hors-bord », à la sécurité / régularité sujettes à caution. Les chancelleries occidentales déconseillent formellement tout trajet en pirogue.

Malgré un effort d'aménagement, le pays souffre dans son ensemble - à l'exception de Freetown et sa péninsule, du Nord et de l'Ouest où les routes sont goudronnées - d'infrastructures routières obsolètes, insuffisantes et dégradées. Durant la saison des pluies (mars à juillet), les routes sont souvent impraticables.

La dangerosité des axes routiers est accrue par le non-respect du code de la route par les usagers, le non-entretien des véhicules et l'absence de structures de soins. L'absence d'éclairage public et le défaut de signalisation font que tout trajet de nuit doit être banni. Tout accident de la circulation a fortiori s'il est mortel peut rapidement dégénérer en émeute violente. En cas d'accident il convient de ne pas sortir du véhicule et de se rendre immédiatement dans le commissariat le plus proche.

À Freetown et dans le reste du pays, en raison du risque de vols dans les embouteillages, il est recommandé de veiller à ce que les portes du véhicule soient fermées et les vitres relevées.

Des enfants érigent souvent des barrages au milieu de la route afin de demander de l'argent. Cela est plus fréquent durant les week-ends sur les routes conduisant aux stations balnéaires. Si vous indiquez ne pas vouloir vous arrêter, la voie sera libre.

L'usage des transports publics est fortement déconseillé.

En dehors des agglomérations, tous les déplacements doivent donc se faire de jour, en véhicule tout terrain (4x4), et préférablement avec les services d'un chauffeur expérimenté, si possible en convoi, muni de la seule carte routière disponible à Freetown, ainsi que de réserves suffisantes en eau, en nourriture et en carburant. Il convient également de veiller à ce que le véhicule contienne des pièces mécaniques de rechange (roue, câbles, etc.) et dispose de moyens de télécommunication efficaces.

Il convient, enfin, d'obtempérer à tout barrage érigé par les forces de sécurité. Les contrôles ne sont pas fréquents mais très consciencieux. Il est donc préférable d'être muni de tous les documents personnels ainsi que de ceux du véhicule.

Last update: février 13, 2018

Informations pratiques

Climat

Le climat est tropical humide avec des différences climatiques entre la côte et les régions montagneuses. Les températures sont élevées toute l'année avec un fort taux d'humidité. La saison des pluies débute en avril-mai avec de violents orages et de forts vents, et se termine en novembre. Les précipitations sont les plus importantes en été (juillet à septembre) notamment dans le sud. L'intérieur est moins arrosé que la côte qui est souvent inondée. Freetown, la capitale du pays, située en hauteur, échappe aux inondations. Lors de la saison sèche (décembre à mars), les journées sont chaudes et ensoleillées. Les vents marins diminuent la chaleur sur la côte et l'harmattan, vent chaud et sec venu du Sahara, réduit l'humidité à l'intérieur du pays.

Numéros utiles

Indicatif téléphonique: 232
Police: 999

Electricité

Voltage: 230 V ~ 50 Hz

Prises:

Last update: janvier 22, 2014