Retour

Rapports de pays

Soudan Rapport de pays

Content provided by
IHS Markit Logo

Risk Level

Low
Moderate
Elevated
High
Very High
Severe
Extreme

Survol

Sommaire exécutif

Les protestations de l'opposition exigeant la démission du président Omar el-Béchir et le remplacement de l'administration du Parti du Congrès national (PCN) au pouvoir par un gouvernement de transition vont probablement se poursuivre, défiant l'état d'urgence à l'échelle nationale. Les dirigeants de Bashir se heurtent à une opposition croissante, même au sein de son PCN. Les changements intervenus au sein du cabinet et des gouverneurs régionaux en février et mars 2019 suggèrent que M. Bashir cherchait à consolider le soutien de ses quelques alliés restants, y compris ceux du Service national du renseignement et de la sécurité (NISS). Bashir continuera à dépenser plus de 70% du budget du gouvernement pour la défense, y compris les salaires des forces de sécurité, malgré les mesures d'austérité. Le maintien de la loyauté des forces de sécurité est essentiel à la capacité de Bashir de conserver le pouvoir. Il est probable que le NISS restera fidèle étant donné sa position privilégiée qui lui permet de contrôler des secteurs économiques clés, notamment l'électricité, les combustibles et la distribution d'eau. Les mesures d'austérité imposées en janvier ne devraient pas prendre de l'ampleur et il est peu probable que le Soudan parvienne à résoudre sa grave pénurie de devises fortes. Les réserves de carburant sont également épuisées, ce qui accroît la dépendance économique du Soudan vis-à-vis de l'Arabie saoudite et des Émirats arabes unis. Les opérateurs pétroliers sont confrontés à des négociations fiscales lors du renouvellement des contrats. Les perspectives de croissance du Soudan restent faibles, à seulement 2,0 % pour 2018 et 2,2 % en 2019, compte tenu des mesures d'austérité économique, de l'instabilité politique croissante et des troubles civils. Les chiffres de la croissance antérieure sont fortement réduits par le FMI. L'inflation officielle des prix à la consommation - qui sous-estime probablement l'inflation réelle - devrait se situer en moyenne autour de 50 % en 2019, contre 63 % en 2018 uniquement en raison des effets de base. Le taux de change officiel a été dévalué pour la deuxième fois en 2018 en octobre, passant de SDG18 à SDG47:USD1, mais est ensuite resté relativement stable. Nous prévoyons une moyenne de SDG51:USD1 en 2019. Toutefois, le taux de change sur le marché noir est nettement plus élevé, aux alentours de SDG70 à la mi-mars 2019, ce qui indique que le marché prévoit de nouvelles dévaluations.
Last update: mars 26, 2019

Perspectives opérationnelles

L'économie soudanaise est largement contrôlée par les services militaires et de sécurité. Les appels d'offres directs non concurrentiels sont courants et favorisent les alliés politiques. Les responsables du Parti du Congrès national au pouvoir affiliés à des sociétés sous-évaluées se livreront probablement au démembrement d'actifs pendant les campagnes de privatisation afin d'encourager la diversification non pétrolière, en vendant des actifs de grande valeur pour augmenter leur valeur nette. Cette tactique est courante dans l'immobilier. Les syndicats sont faibles et l'action de grève est confinée au secteur public, dans lequel les médecins, les enseignants et les infirmières subissent des retards récurrents de paiement des salaires, exacerbés par des mesures d'austérité dans le budget de l'État en 2018.

Last update: mai 17, 2018

Terrorisme

High

Le gouvernement soudanais exploitera une division factionnelle au sein du principal groupe armé antigouvernemental du Soudan, le Mouvement populaire de libération du Soudan - Nord (MPLS-N). En conséquence, le MPLS-N au Kordofan méridional est le plus susceptible de convenir d'un règlement de paix négocié par l'Union africaine, tandis qu'un cessez-le-feu de quatre mois initié le 1er février 2018 restera probablement en vigueur. Pendant ce temps, les forces du MPLS-N dans le Nil Bleu ont une capacité opérationnelle limitée. Dans les deux cas, les lignes de front se sont considérablement réduites et il est peu probable que les ressources pétrolières soient ciblées. Les cibles prioritaires sont plutôt le personnel militaire et les bases militaires soudanaises. Les points chauds comprennent les zones de Haiban, Kauda et Talodi dans le Kordofan méridional et les positions au sud-ouest de Kilgo, dans le Nil Bleu.

Last update: juin 28, 2018

Risques de guerre

L'Égypte est menacée par l'engagement du Soudan avec la Turquie et l'Éthiopie. Cependant, l'escalade militaire est peu probable en raison du manque de capacités et de volonté politique. Le 7 mai 2018, le ministre égyptien des Affaires étrangères a annoncé que les négociations sur le Grand barrage de Renaissance éthiopien étaient au point mort, bien qu'une solution diplomatique soit toujours probable. Séparément, les conflits de souveraineté sont des déclencheurs d'escarmouches frontalières avec le Sud-Soudan. Toutefois, la dépendance économique mutuelle sur le maintien du transit pétrolier à travers le Soudan faciliterait la désescalade. Les points sensibles sont le Heglig et l'Abyei contestés, le Malakal qui borde le Nil Bleu et le Kordofan Sud, qui contrôle l'accès aux blocs pétroliers 3 et 7. Le Sud-Soudan est moins apte militairement que le Soudan.

Last update: juin 27, 2018

Stabilité sociale

Very high

L'augmentation du coût de la vie, aggravée par la suppression des subventions à l'importation en janvier 2018, motivera des protestations sporadiques et localisées cette année. Cependant, le contrôle du gouvernement sur l'approvisionnement en biens de base isole les classes moyennes, empêchant l'escalade des protestations à l'échelle nationale et réduisant la probabilité de vandalisme ciblant la propriété commerciale. La police anti-émeute réagit aussi rapidement et a un seuil légal bas pour l'utilisation de la force létale. Les points chauds de la capitale, Khartoum, comprennent Inqaz, la rue al-Baladiya, la rue du Nil et l'Université de Khartoum dans la capitale, Khartoum, ainsi que les quartiers pauvres.

Last update: mai 17, 2018

Risques pour la santé

Severe

Un certificat de vaccination contre la fièvre jaune est demandée lors des voyages en provenance d'un pays présentant des risques de transmission de la fièvre jaune pour les personnes âgées de plus d'un an. Un certificat peut être demandé pour les voyageurs en partance du Soudan.

Systématiquement

Fièvre jaune : la vaccination est disponible pour les enfants à partir de l'âge d'un an.

Hépatite A : la vaccination est disponible pour les enfants à partir de l'âge d'un an. Pour les personnes nées avant 1945, ayant passé leur enfance dans un pays en développement ou ayant des antécédents d'ictère, une recherche préalable d'anticorps sériques (Ig G) peut éviter une vaccination inutile.

Hépatite B : la vaccination est disponible pour les enfants à partir de l'âge de deux mois.

Diphtérie, tétanos, poliomyélite : le vaccin doit être mis à jour si nécessaire (rappel tous les dix ans).

En fonction de la durée et des modalités du séjour

Fièvre typhoïde : si le séjour doit se dérouler dans des conditions d'hygiène précaires (pour les enfants : à partir de l'âge de deux ans).

Rage : pour des séjours prolongés en situation d'isolement (pour les enfants : dès qu'ils sont en âge de marcher).

Méningite à méningocoques : pour des séjours prolongés, ou en cas de contact étroit avec la population locale en période et en zone d'épidémie (pour les enfants : à  partir de l'âge de 2 ans).

Pour les enfants : toutes les vaccinations incluses dans le calendrier vaccinal français devront également être à jour. Dans le cas d'un long séjour, le BCG est recommandé dès le premier mois et le vaccin rougeole-oreillons-rubéole dès l'âge de 9 mois.

Paludisme : chimioprophylaxie conseillée contre le paludisme : méfloquine (nom commercial : Lariam) ou doxycycline (nom commercial : Doxypalu).

Last update: avril 5, 2019

Risques naturels

Very high

De mars à août, le Soudan subit des tempêtes de sable (les « haboobs ») pouvant s'avérer intenses et provoquer des difficultés respiratoires et d'importantes perturbations dans les transports.

Par ailleurs, certaines régions centrales et méridionales connaissent des pluies durant l'été (juillet à septembre) ; bien qu'elles soient généralement de faible ampleur, elles sont susceptibles de provoquer des crues subites. Durant l'été 2016, plus de 122 000 personnes avaient été affectés par d'importantes inondations et 13 000 habitations détruites. En conséquence, l'accès à l'eau potable, à la nourriture et aux infrastructures sanitaires s'en est trouvé compliqué, et ce notamment dans les régions isolées et pauvres où diverses maladies ont émergé. Par ailleurs, de nombreux axes routiers sont impraticables lors de ces événements pluvieux.

Last update: avril 5, 2019

Transport

High

De nombreuses zones du territoire soudanais sont soumises à d'importantes restrictions de déplacement. Pour tout voyage en dehors de l'État de Khartoum, les ressortissants étrangers doivent impérativement solliciter un « travel book » auprès des autorités compétentes : à l'étranger, l'ambassade du Soudan au moment de la demande de visa ; à Khartoum, au ministère du Tourisme. La délivrance de ce permis se fait sous 48 heures. Il convient de toujours le conserver avec soi, celui-ci étant requis par les autorités aux checkpoints.

S'agissant des déplacements à proprement parler, signalons que l'essentiel du réseau routier n'est pas goudronné et est constitué de pistes en plus ou moins bon état. Durant la saison des pluies (juillet à septembre), les routes sont souvent impraticables. Le non-respect du Code de la route par les usagers ne fait qu'accroître le risque d'accident. Les déplacements de nuit sont à proscrire. En tout état de cause, tout déplacement en dehors de la capitale doit se faire en convoi d'au moins deux véhicules, si nécessaire sous escorte armée,  avec des pièces mécaniques de rechange (roues de secours, câbles, etc.), des réserves en essence (les stations-services se faisant rares dans les zones rurales), en eau et en nourriture ainsi qu'avec des moyens de communications fiables.

Il importe également de varier autant que possible les horaires et itinéraires de déplacement et de prévenir une personne de confiance avant tout départ.

Le recours aux transports publics doit être évité en raison de la faible maintenance des véhicules et du comportement dangereux des conducteurs. Un réseau de transport privé par autobus relie plusieurs villes du pays.

Les vols intérieurs sont assurés pour l'essentiel par des compagnies aériennes soudanaises. Ces dernières étant toutes placées sur la liste noire de l'Union Européenne, leur utilisation doit être évitée, et ce d'autant que les accidents ne sont pas rares. Un vol international de Sudan Airways s'était écrasé le 10 juin 2008 à l'atterrissage à Khartoum (30 morts sur les 214 occupants) ; un appareil de la compagnie soudanaise Tarco Airlines s'est écrasé, également à l'atterrissage, à Zalingei le 11 novembre 2010 (six victimes).

Signalons enfin que, si un réseau ferroviaire existe (reliant notamment Khartoum à Port-Soudan), ses conditions de sécurité et de confort en font une option très aléatoire.

Last update: avril 5, 2019

Infrastructures

Des pénuries de carburants, d'électricité et d'eau sont récurrentes dans la capitale.

En outre, la majeure partie des infrastructures est délabrée en raison du manque d'entretien. Les infrastructures de télécommunications sont particulièrement vulnérables.

Last update: avril 5, 2019

Informations pratiques

Climat

Le climat du Soudan varie selon les régions. Le nord et le nord-ouest (désert libyen) sont arides (les pluies sont rares) ; des tempêtes de sable sont fréquentes d’avril à septembre. Le centre reçoit quelques précipitations en juillet et en août tandis que la saison des pluies a lieu au sud de mai à octobre. Les étés sont très chauds, voire caniculaires dans tout le pays ; les hivers sont plus frais dans le nord.

Numéros utiles

Indicatif téléphonique: 249
Police: 999
Pompiers: 999
Ambulances: 999

Electricité

Voltage: 230 V ~ 50 Hz

Prises:

Last update: avril 5, 2019