Retour

Rapports de pays

Soudan sud Rapport de pays

Content provided by
IHS Markit Logo

Risk Level

Low
Moderate
Elevated
High
Very High
Severe
Extreme

Survol

Sommaire exécutif

Les combats qui ont éclaté entre les forces de l'ancien vice-président Riek Machar et celles du président Salva Kiir en juillet 2016 dans la capitale du Sud-Soudan, Juba, se poursuivent avec une intensité de guerre à l'échelle nationale. Elle risque de s'intensifier avec les luttes intestines politiques en cours, malgré les tentatives de paix en cours des voisins du Sud-Soudan. Les forces Machar et Kiir sont susceptibles de poursuivre les combats en l'absence d'un effort coordonné au niveau international, en particulier de la part du Soudan, du Kenya, de l'Éthiopie et de l'Ouganda voisins pour faire pression sur les deux parties afin qu'elles mettent fin au conflit et respectent pleinement les termes de l'accord de paix d'août 2015. Les combats seront concentrés dans l'Unité, le Haut-Nil, le Jonglei et l'Équatoria. Toutefois, la production de pétrole devrait se poursuivre, bien qu'à un niveau inférieur. Les risques de décès et de blessures et de dommages matériels restent élevés à l'échelle du pays, mais ils sont encore plus élevés dans les États pris comme champ de bataille.

Last update: juin 26, 2018

Perspectives opérationnelles

Les défis opérationnels importants augmentent les risques d'investissement au Sud-Soudan. La guerre civile en cours a entraîné le déplacement d'un grand nombre de personnes à l'intérieur du pays, ce qui a mis à rude épreuve les ressources gouvernementales. Le Sud-Soudan dispose d'un grand bassin de main-d'œuvre non qualifiée, mais il y a une grave pénurie de main-d'œuvre qualifiée. Les grèves sont rares en l'absence de syndicats actifs et le Sud-Soudan n'a pas d'histoire d'activisme environnemental ou social. Les infrastructures de transport et les services publics sont en mauvais état en raison du sous-investissement et de l'héritage de plusieurs décennies de conflit. La corruption est endémique et constitue une contrainte majeure pour l'investissement.

Last update: juin 26, 2018

Terrorisme

Severe

La poursuite des combats entre les forces gouvernementales et les groupes rebelles dans les États du Haut-Nil, de l'Équatoria, de l'Unité et du Jonglei est susceptible de s'intensifier à mesure que les divisions au sein du camp gouvernemental - défection de l'ancien chef d'état-major de l'armée - émergent. Les rivalités interethniques sont mises à rude épreuve, les escarmouches sporadiques culminant pendant la saison des pluies (juin-septembre), ce qui pose des risques de banditisme et d'attaque contre les biens de l'ONU, en particulier ceux qui sont en transit. Les milices antigouvernementales nouvellement formées dans les États de l'Équatoria occidental augmentent le risque d'attaques contre les cargaisons terrestres, en particulier celles qui entrent et sortent de Juba par la route Juba-Nimule.

Last update: juin 26, 2018

Risques de guerre

Les milices affiliées à l'Armée populaire de libération du Soudan dans l'opposition (SPLA-IO) associées à l'ancien vice-président Riek Machar sont susceptibles de continuer à combattre les forces gouvernementales loyales au président Kiir dans les 12 mois à venir, malgré les nombreuses initiatives de pourparlers de paix menées par l'IGAD. Alors que les combats devraient s'apaiser pendant la saison des pluies, les deux parties continueront de se disputer le contrôle des champs de pétrole dans les États de l'Unité et du Haut-Nil. Les différends non résolus entre Khartoum et Juba au sujet de la démarcation des régions frontalières, des droits de transit du pétrole et du soutien par procuration aux groupes rebelles demeurent des déclencheurs probables de guerre entre États.

Last update: juin 26, 2018

Stabilité sociale

High

Bien que l'opposition populaire contre le gouvernement du Sud-Soudan ait augmenté en raison de la guerre civile, de l'insécurité, des allégations de corruption et de l'inflation croissante, l'opposition politique organisée non armée restera probablement faible. Les rivalités ethniques, en particulier entre les milices Lou Nuer et Murle dans l'État de Jonglei, déclenchent souvent des violences intercommunautaires, poussées par des griefs historiques. Des manifestations pro-gouvernementales seront probablement organisées contre les contingents des Nations Unies à Juba et dans d'autres villes, accusés à maintes reprises par le gouvernement d'offrir un refuge sûr aux combattants rebelles. La présence massive de personnes déplacées à l'intérieur du pays conduit souvent à des protestations localisées sur les conditions de vie, ce qui accroît le risque de dommages collatéraux pour le personnel des ONG.

Last update: juin 26, 2018

Risques pour la santé

Extreme

Le pays n'a pas fait part de ses conditions relatives au certificat de vaccination contre la fièvre jaune.

Systématiquement

Fièvre jaune : la vaccination est disponible pour les enfants à partir de l'âge d'un an.

Hépatite A : la vaccination est disponible pour les enfants à partir de l'âge d'un an. Pour les personnes nées avant 1945, ayant passé leur enfance dans un pays en développement ou ayant des antécédents d'ictère, une recherche préalable d'anticorps sériques (Ig G) peut éviter une vaccination inutile.

Hépatite B : la vaccination est disponible pour les enfants à partir de l'âge de deux mois.

Diphtérie, tétanos, poliomyélite : le vaccin doit être mis à jour si nécessaire (rappel tous les dix ans).

En fonction de la durée et des modalités du séjour

Fièvre typhoïde : si le séjour doit se dérouler dans des conditions d'hygiène précaires (pour les enfants : à partir de l'âge de deux ans).

Rage : pour des séjours prolongés en situation d'isolement (pour les enfants : dès qu'ils sont en âge de marcher).

Méningite à méningocoques : pour des séjours prolongés, ou en cas de contact étroit avec la population locale en période et en zone d'épidémie (pour les enfants : à  partir de l'âge de 2 ans).

Pour les enfants : toutes les vaccinations incluses dans le calendrier vaccinal français devront également être à jour. Dans le cas d'un long séjour, le BCG est recommandé dès le premier mois et le vaccin rougeole-oreillons-rubéole dès l'âge de 9 mois.

Paludisme : chimioprophylaxie conseillée contre le paludisme : méfloquine (nom commercial : Lariam) ou doxycycline (nom commercial : Doxypalu).

Last update: janvier 28, 2014

Risques naturels

Very high

Le Soudan du Sud souffre à la fois de sécheresses et de crues éclaires, ces dernières pouvant rendre l'accès aux axes routiers impossibles.

Par ailleurs, quelques failles sismiques traversent le Soudan du Sud, mais les tremblements de terre d'intensité majeure sont rares.

Last update: février 13, 2018

Transport

Very high

Concernant le transport aérien, le Soudan du Sud est desservi par plusieurs grandes compagnies, dont Kenya Airways, Jetlink, Fly Dubaï ou encore Ethiopian Airlines. Les vols intérieurs et ceux à destination de Khartoum (Soudan) sont assurés par des compagnies locales (cf. Marsland, Sudan Airways, Tarco Air, Sun Air) placées sur la "liste noire'' européenne.

Le pays ne dispose que d'une centaine de kilomètres de routes asphaltées (dans la capitale Djouba, essentiellement). Ailleurs, la circulation se fait sur des pistes (terre) peu praticables lors de la période des pluies (avril à septembre).

La dangerosité des axes routiers est accrue par le non-respect du code de la route par les usagers, le non-entretien des véhicules, le mauvais état des axes et l'absence de structures de soins. L'absence d'éclairage public, le défaut de signalisation et la présence d'individus armés arrêtant les véhicules pour rançonner leurs occupants font que tout trajet de nuit doit être banni. En dehors des agglomérations, tous les déplacements doivent donc se faire de jour, en véhicule tout terrain (4x4) et muni de réserves suffisantes en eau, en nourriture et en carburant. Il convient également de veiller à ce que le véhicule contienne des pièces mécaniques de rechange (roue, câbles, etc.) et dispose de moyens de télécommunication opérationnels. Certaines chancelleries diplomatiques sensibilisent les voyageurs étrangers sur les nombreux checkpoints érigés à la nuit tombée (menaces, extorsions diverses…).

Les axes de Juba-Yei, de Juba-Torit et de Juba-Nimule sont particulièrement dangereux en raison de la présence d'hommes armés connus pour commettre des attaques à l'encontre des civils.

Les transports publics existent mais leur sérieux, plus encore leur sécurité, sont à minima sujets à caution. L'usage des motos-taxis (« boda-boda ») est formellement déconseillé.

Il n'y a pas de réseau ferroviaire dans le pays.

Last update: février 13, 2018

Informations pratiques

Climat

Le Sud-Soudan est caractérisé par un climat essentiellement tropical. Les températures sont élevées toute l’année, avec une moyenne se situant entre 21 et 35 degrés. La saison des pluies dure de mai à octobre ; lors de cette dernière, des inondations peuvent survenir.

Numéros utiles

Indicatif téléphonique: 211
Police: 999
Pompiers: 999
Ambulances: 999

Electricité

Voltage: 230 V ~ 50 Hz

Prises:

Last update: janvier 27, 2014