Retour

Rapports de pays

Sri Lanka Rapport de pays

Content provided by
IHS Markit Logo

Risk Level

Low
Moderate
Elevated
High
Very High
Severe
Extreme

Survol

Sommaire exécutif

L'économie du Sri Lanka sera probablement affectée par la pandémie de coronavirus 2019 (COVID-19). En 2020, le PIB réel devrait se contracter de 3,2 %, les risques à la baisse étant fortement biaisés. La croissance reprendra lentement en 2021, à 1,6 %. L'économie reste vulnérable aux chocs potentiels compte tenu de sa dette publique importante, de ses besoins de financement considérables et de la faiblesse des réserves extérieures. En outre, les chocs liés aux conditions météorologiques représentent un autre risque important pour les perspectives, car les coûts budgétaires plus élevés que prévu liés aux sécheresses exerceraient une pression sur les besoins de financement déjà importants du Sri Lanka.Une autre conséquence de la pandémie a été le report au 5 août des élections parlementaires prévues pour avril 2020. Le SLPP, qui dirige un gouvernement minoritaire depuis que son candidat Gotabaya Rajapaksa a remporté l'élection présidentielle de novembre 2019, est bien placé pour s'assurer une majorité au Parlement, surtout compte tenu du large soutien de la population à la gestion par le gouvernement de la pandémie COVID-19 découlant des faibles taux d'infection. Une victoire du SLPP conduirait à un gouvernement stable qui chercherait à réduire les impôts directs et indirects, à augmenter les subventions, à résister à la réforme et à la privatisation des entreprises publiques et à restructurer les accords financiers internationaux. Les attentats suicides contre des églises et des hôtels en avril 2019 ont probablement été perpétrés par des militants islamistes locaux. Depuis, les forces de sécurité ont déclaré avoir arrêté plus de 100 personnes liées à ces attentats, mais il existe un risque résiduel que les militants restants commettent d'autres attentats visant des non-musulmans et/ou des étrangers dans des hôtels, des restaurants et des lieux de culte. Il est peu probable que les biens industriels, commerciaux et énergétiques soient visés. Rien n'indique que plus d'une cellule islamiste est active au Sri Lanka, ce qui laisse peu de chances à une insurrection islamiste prolongée.
Last update: juillet 4, 2020

Perspectives opérationnelles

La corruption reste enracinée à presque tous les niveaux de la société au Sri Lanka, et le retour des Rajapaksas au pouvoir politique en novembre 2019 ne fera qu'exacerber les risques de corruption dans le pays. Plusieurs jours de grève sont probables de la part d'employés du gouvernement, en particulier dans le secteur ferroviaire. Une action prolongée des travailleurs dans des secteurs jugés stratégiques par le gouvernement - par exemple les ports et l'énergie - inciterait probablement le gouvernement à déployer les militaires pour reprendre temporairement les opérations, ce qui limiterait les perturbations à quelques jours seulement.

Last update: décembre 18, 2019

Terrorisme

Elevated

Des attentats-suicides contre des églises et des hôtels en avril 2019 ont été revendiqués par l'État islamique, mais les enquêtes menées par la suite n'ont révélé aucun lien entre les militants sri-lankais qui ont perpétré ces attentats et les groupes transnationaux. Bien que cela indique qu'il est peu probable que d'autres attentats-suicides sophistiqués se produisent, nous estimons que les troubles religieux sont susceptibles d'entraîner le risque d'attentats aux engins explosifs improvisés contre les forces de sécurité, les temples bouddhistes, les hôtels et les touristes occidentaux. Les actifs industriels, commerciaux et énergétiques, cependant, sont peu susceptibles d'être ciblés. Il est peu probable que les TLET, le groupe d'insurgés vaincus à la fin de la guerre civile, renaissent.

Last update: décembre 14, 2019

Criminalité

Les crimes violents - en particulier les homicides - ont augmenté chaque année à Sri Lanka en 2018. La police a signalé 489 homicides en 2018, comparativement à 452 en 2017. La violence était probablement en partie attribuable à des groupes organisés de familles qui utilisaient le Sri Lanka comme plaque tournante pour le trafic de stupéfiants. Cependant, la grande majorité des crimes violents touchent les habitants du pays plutôt que les étrangers, qu'il s'agisse de touristes ou de voyageurs d'affaires. Les données sur la criminalité soulignent que les petits vols et les escroqueries de touristes sont plus susceptibles de toucher les étrangers que les crimes violents.

Last update: décembre 21, 2019

Risques de guerre

Un retour à la guerre civile est très improbable. Bien qu'il subsiste des restes des TLET, au Sri Lanka et probablement dans l'État indien du Tamil Nadu, les militants ont des capacités très limitées grâce à une surveillance militaire complète. Le Sri Lanka est également confronté à une menace limitée de guerre entre États. Le différend en cours entre la marine sri-lankaise et les pêcheurs indiens se poursuivra probablement, principalement en ce qui concerne l'arrestation des pêcheurs indiens et la saisie de leurs bateaux. Toutefois, il est peu probable que la navigation et le transport internationaux dans le détroit de Palk, y compris le service de traversier Inde-Colombo, soient affectés.

Last update: décembre 7, 2019

Stabilité sociale

High

Les attaques islamistes d'avril 2019 ont exacerbé les lignes de fracture communautaires existantes entre la majorité bouddhiste du Sri Lanka et la minorité musulmane. Cela a accru le risque d'émeutes anti-musulmanes, en particulier à Colombo, Galle, Gampa et Kalutara. Les manifestants sont susceptibles de cibler les mosquées ainsi que les magasins et les commerces appartenant à des musulmans, y compris les usines, pendant les troubles. La violence communautaire sera particulièrement probable avant les élections législatives de mars 2020, avant de diminuer considérablement si le SLPP remporte le scrutin comme il est probable.

Last update: décembre 18, 2019

Risques pour la santé

Very high

Un certificat de vaccination antiamarile est exigé à l'entrée du pays pour les voyageurs en provenance d'une zone infectée (Afrique, Amérique latine, Papouasie-Nouvelle-Guinée).

Systématiquement

Hépatite A : la vaccination est disponible pour les enfants à partir de l'âge d'un an. Pour les personnes nées avant 1945, ayant passé leur enfance dans un pays en développement ou ayant des antécédents d'ictère, une recherche préalable d'anticorps sériques (Ig G) peut éviter une vaccination inutile.

Hépatite B : la vaccination est disponible pour les enfants à partir de l'âge de deux mois.

Diphtérie, tétanos, poliomyélite : le vaccin doit être mis à jour si nécessaire (rappel tous les dix ans).

En fonction de la durée et des modalités du séjour

Fièvre typhoïde : si le séjour doit se dérouler dans des conditions d'hygiène précaires (pour les enfants : à partir de l'âge de deux ans).

Rage : pour des séjours prolongés en situation d'isolement (pour les enfants : dès qu'ils sont en âge de marcher).

Encéphalite japonaise : pour des séjours de plus d'un mois en zone rurale et pendant la saison des pluies (pour les enfants : à partir de l'âge d'un an). La vaccination est à pratiquer dans un centre médical sur place.

Pour les enfants : toutes les vaccinations incluses dans le calendrier vaccinal français devront également être à jour. Dans le cas d'un long séjour, le BCG est recommandé dès le premier mois et le vaccin rougeole-oreillons-rubéole dès l'âge de 9 mois.

Paludisme : chimioprophylaxie conseillée contre le paludisme : chloroquine et proguanil (nom commercial : Savarine) ou proguanil et atovaquone (nom commercial : Malarone).

Last update: avril 5, 2019

Risques naturels

Severe

Enfin, les visiteurs étrangers noteront que cette destination insulaire de l'océan indien est significativement exposée aux éléments naturels, à l'image des pluies torrentielles saisonnières de la mousson et inondations (cf. une centaine de victimes et 120 000 personnes déplacées en mai 2016) ou encore du terrible bilan humain du tsunami du 26 décembre 2004 (38 000 victimes sur sa côte orientale).

Last update: avril 5, 2019

Transport

Moderate

Les voyageurs étrangers désirant effectuer des séjours touristiques inférieurs à 90 jours ne sont autorisés à entrer au Sri Lanka que sur présentation d'une autorisation (Electronic Travel Authorisation - ETA) payante. Pour des séjours inférieurs à 30 jours, la demande peut être effectuée sur Internet (www.eta.gov.lk, site officiel qu'il est recommandé d'utiliser à l'exclusion de tout autre, les agissements d'officines peu scrupuleuses ayant été rapportés). Pour des séjours de 30 à 90 jours, elle ne peut être sollicitée qu'auprès d'une mission diplomatique de Sri Lanka (cf. ambassade ; services consulaires).

Les visiteurs relèveront que les modes de transport publics (car ; minibus ; train) sont assurés de façon intermittente et les horaires pas toujours respectés. Des mouvements sociaux perturbent régulièrement ces modes de transport en commun. Des actes de piraterie maritime ne sont pas à exclure : les navigateurs de plaisance doivent se montrer prudents lors des déplacements maritimes au large du Sri Lanka et tout accostage sur les côtes doit être enregistré auprès de la police locale.

Last update: avril 5, 2019

Informations pratiques

Climat

Le climat est équatorial : la chaleur et l'humidité sont constantes sur les côtes et dans les plaines ; les températures sont tempérées et le climat plus sec en montagne. Il existe deux périodes de pluies importantes : la grande mousson (mai à août) sur les côtes ouest et sud, la petite mousson de novembre à janvier sur la côte est (pluies très fortes mais devenues plus rares ces dernières années). De janvier à avril, la pluviosité est faible et l'ensoleillement important.

Numéros utiles

Indicatif téléphonique: 94
Police: 112 ou 119

Electricité

Voltage: 230 V ~ 50 Hz

Prises:

Last update: avril 5, 2019