Retour

Rapports de pays

Suriname Rapport de pays

Content provided by
IHS Markit Logo

Risk Level

Low
Moderate
Elevated
High
Very High
Severe
Extreme

Survol

Sommaire exécutif

Suite à la victoire du Parti de la réforme progressive (Vooruitstrevende Hervormings Partij : VHP) aux élections générales du 25 mai, l'Assemblée nationale a élu le 13 juillet 2020 le leader du VHP, Chandrikapersad Santokhi, comme nouveau président du Suriname. La cérémonie de transition du pouvoir a eu lieu le 16 juillet et s'est déroulée de manière pacifique. Les promesses électorales du président Santokhi dépendent fortement des revenus des secteurs pétrolier, gazier et minier. Par conséquent, la nouvelle administration devrait maintenir un environnement commercial favorable et continuer à promouvoir les investissements étrangers.IHS Markit s'attend à ce que les effets négatifs de la pandémie de coronavirus 2019 (COVID-19) entraînent l'économie dans une récession. Les exportations de pétrole et de minéraux représentent environ 90 % des exportations de biens, ce qui rend le pays très vulnérable aux fluctuations des prix des produits de base au cours des 12 prochains mois. Nous évaluons le risque souverain du Suriname à 55 points, ce qui équivaut à B+ sur l'échelle générique. Cela reflète notre projection d'une détérioration du déséquilibre budgétaire et du secteur extérieur qui devrait entraîner une augmentation du ratio de la dette publique au PIB à moyen terme. En avril, une agence de notation a également abaissé la note de crédit du pays en raison d'une forte augmentation de la dette publique, d'une diminution de la flexibilité de financement et des liquidités externes, qui augmentent le risque que le gouvernement ne soit pas en mesure d'assurer le service de ses engagements en devises. Le risque d'annulation de contrats pour les grandes sociétés minières restera faible en 2021. L'or représente 60 % des exportations de biens. Cependant, les entreprises du secteur sont confrontées à des risques opérationnels liés aux communautés locales, aux mineurs illégaux et aux efforts du gouvernement pour assurer la sécurité autour des sites des projets. Le secteur minier a été touché par la propagation du virus COVID-19, qui a provoqué l'arrêt temporaire des projets miniers. Le risque de grèves est également plus élevé, car les travailleurs exigent une protection sanitaire accrue.
Last update: septembre 17, 2020

Perspectives opérationnelles

Il est peu probable que l'environnement opérationnel s'améliore sensiblement en 2020. Les principaux risques sont liés aux retards bureaucratiques et à la corruption. Ces dernières années, plusieurs dirigeants politiques ont été impliqués dans des scandales de corruption ; le président Dési Bouterse et son fils Dino ont été condamnés séparément pour trafic de drogue à l'étranger. En novembre 2019, le président Bouterse a été condamné par un tribunal surinamien à 20 ans de prison. Les scissions du mouvement syndical signifient que les risques de grèves et de protestations vont probablement augmenter au cours des 12 prochains mois, touchant principalement le secteur public, principalement les transports, l'éducation et les soins de santé. En outre, les risques de manifestations devraient augmenter une fois que la crise COVID-19 se sera calmée.

Last update: juin 17, 2020

Terrorisme

Elevated

Les risques de terrorisme devraient rester faibles au cours des 12 prochains mois. Deux Néerlandais d'origine surinamaise ont été arrêtés en juillet 2017, accusés de préparer un attentat contre l'ambassade américaine à Paramaribo, et ont finalement été expulsés vers les Pays-Bas. Aucune preuve n'est apparue d'une menace plus large. Le Jungle Commando, un groupe rebelle actif dans les années 1980-90, a été dissous et son ancien chef, Ronnie Brunswijk, est devenu un politicien de l'opposition. La violence liée à la drogue est limitée et il est peu probable que des actes terroristes soient commis contre des civils ou l'État dans l'année à venir.

Last update: juin 17, 2020

Criminalité

Le taux de criminalité urbaine devrait rester modéré, en particulier dans la capitale, Paramaribo. Toutefois, les niveaux de criminalité se comparent favorablement à ceux de nombreuses autres villes des Caraïbes et d'Amérique du Sud. On signale des actes de banditisme et des vols à main armée dans l'intérieur du pays, et les forces de sécurité se heurtent à une résistance lorsqu'elles tentent de déplacer les mineurs illégaux. Le trafic de drogue est très répandu, avec des preuves de l'implication de fonctionnaires de l'État, mais il est peu probable qu'il affecte les visiteurs. En mars 2015, Dino Bouterse, fils du président et ancien responsable de la lutte antiterroriste, a été condamné aux États-Unis pour trafic de drogue.

Last update: juin 17, 2020

Risques de guerre

La probabilité d'une guerre interétatique au Suriname devrait rester modérée dans les perspectives à 12 mois, malgré les différends frontaliers non résolus avec la Guyane française et le Guyana. La capacité des forces armées guyanaises et surinamaises est minime. Les problèmes de sécurité avec la Guyane française se limitent principalement à la présence de mineurs clandestins surinamiens sur le territoire français. Le risque d'un retour à la guerre civile est faible. Les mineurs illégaux à l'intérieur du pays constituent la plus grande menace pour les forces de sécurité du pays.

Last update: juin 17, 2020

Stabilité sociale

Elevated

Le risque de protestations augmente en raison de l'incertitude entourant les élections générales du 25 mai. Au 5 juin 2020, 95,5 % des voix ont été comptées et les résultats montrent une victoire du Parti de la réforme progressive (Vooruitstrevende Hervormings Partij : VHP), parti d'opposition. L'actuel président Desi Bouterse a demandé un recomptage. Si cette demande est acceptée, ou si les résultats officiels diffèrent sensiblement des résultats préliminaires, IHS Markit s'attend à ce que l'opposition lance un appel à la protestation, augmentant ainsi la probabilité que des barrages routiers durent plusieurs jours autour de la capitale Paramaribo. Le scandale de corruption de janvier 2020 impliquant la Banque centrale du Suriname augmente également le risque de protestations.

Last update: juin 17, 2020

Risques pour la santé

Very high

Vaccins exigés à l'entrée

Fièvre jaune : un certificat de vaccination contre la fièvre jaune est exigé des voyageurs venant de pays où le risque de transmission de la fièvre jaune existe. Une seule dose du vaccin suffit pour conférer une protection à vie contre la maladie. Celui-ci doit être administré au moins dix jours avant l'arrivée dans une zone d'endémie afin d'être pleinement efficace.

Vaccins recommandés pour tout voyageur

Vaccins de routine : vérifiez auprès de votre médecin que vos vaccins de routine - à savoir les vaccins contre la diphtérie, le tétanos, la polio, la tuberculose, la grippe, la rougeole, les oreillons, la coqueluche, la rubéole et la varicelle - sont à jour.   

Vaccins recommandés pour la plupart des voyageurs

Hépatite A : le vaccin est administré en deux doses, à six mois d'intervalle. Il est efficace à presque 100 pourcent. L'OMS préconise d'intégrer le vaccin contre l'hépatite A dans le calendrier national de vaccinations pour les enfants âgés d'un an ou plus.

Typhoïde : le vaccin contre la typhoïde peut être administré par injection (en une seule dose) ou par voie orale (quatre doses). Le vaccin est efficace à 50-80 pourcent ; aussi, il convient de prendre toutes les précautions hygiéniques nécessaires lors d'un déplacement dans une zone à risque (cf. ne boire que de l'eau en bouteille, éviter les aliments insuffisamment cuits, se laver les mains régulièrement, etc.). Le vaccin injectable peut être administré dès l'âge de deux ans (six ans pour le vaccin oral).

Fièvre jaune : un certificat de vaccination contre la fièvre jaune est généralement recommandé pour tous les voyageurs âgés de plus de neuf mois.

Vaccins recommandés pour certains voyageurs

Hépatite B : l'OMS préconise que tous les nourrissons reçoivent la première dose dès que possible après la naissance (de préférence dans les 24 heures suivant l'accouchement). Cette première dose devra être complétée par deux ou trois autres du même type afin de terminer la série primaire. Les doses de rappel ne sont pas recommandées à tout âge.

Rage : la vaccination préexposition est conseillée pour les voyageurs se rendant dans des zones reculées et susceptibles d'être exposées à la rage (cf. régions ou environnements où la présence d'animaux errants - chiens, chats -, de chauves-souris et autres mammifères susceptibles d'être porteurs est avérée). Le vaccin est administré en trois doses sur une période de trois ou quatre semaines. La prophylaxie post-exposition est également disponible et doit être administrée dès que la personne a été exposée à un animal susceptible d'être porteur de la rage.

Paludisme : il n'existe actuellement aucun vaccin homologué contre le paludisme. Cependant, certains traitements antipaludiques sont disponibles par ordonnance et peuvent réduire le risque d'infection jusqu'à 90 pourcent. Le type de traitement prescrit varie en fonction du niveau de risque et de la virulence des souches virales du pays ou de la région visité(e).  La prise d'antipaludiques doit être effectuée durant l'intégralité du voyage ; elle peut être poursuivie quatre semaines après avoir quitté la zone à risque.

Last update: avril 5, 2019

Risques naturels

Severe

Les voyageurs relèveront que la saison des pluies s'étend de mai à août puis de novembre à février et qu'alors, le territoire peut être inondé, notamment dans le nord et le centre, y compris dans la capitale. Le Suriname est de surcroît mal équipé pour faire face à ce type de situation d'urgence. Il est recommandé de sursoir aux déplacements dans l'intérieur du pays à ce moment-là. La saison des pluies accroît généralement le mauvais fonctionnement des services de télécommunications.

Last update: avril 5, 2019

Transport

Elevated

Les infrastructures de transport (routier) restent largement déficientes et le nombre des accidents de la route élevé. Dans le cas d'un accident, les conducteurs doivent obligatoirement rester à l'intérieur de leur véhicule jusque l'arrivée de la police.

Pour des raisons de sécurité, circuler en transports en commun (cf. minibus) est déconseillé, notamment en dehors de capitale. Dans les villes, il est préférable d'utiliser les compagnies de taxis officielles.

La compagnie aérienne Blue Wing Airlines a été interdite d'activités dans l'espace aérien de l'Union Européenne en raison de ses standards de sécurité médiocres. La compagnie aérienne INSEL Air, basée à Curaçao et desservant l'aéroport international de Paramaribo-Zanderij (PBM), soulève également quelque doute quant à la sécurité de ses appareils.

Last update: avril 5, 2019

Informations pratiques

Climat

Le climat est tropical humide. Il y a deux saisons des pluies : la petite de novembre à février et la grande d'avril à août. Il fait plus chaud et plus humide à l'intérieur du pays que sur la côte. Les températures restent constantes toute l'année.

Numéros utiles

Indicatif téléphonique: 597
Police: 112 ou 47 11 11
Police, Pompiers, Ambulances: 112

Electricité

Voltage: 127 V ~ 60 Hz

Prises:

Last update: avril 5, 2019