Retour

Rapports de pays

Timor-Leste Rapport de pays

Survol

INTRODUCTION

Les visiteurs étrangers désirant se rendre vers le lointain Timor-Oriental (Timor-Leste ou Timor Est ; 1,2 million d'habitants) prendront en compte certains points lors de la préparation de leur déplacement / séjour : ainsi en est-il de la situation sécuritaire et politique, encore fragiles, de la possibilité de heurts et troubles violents, susceptibles de se développer sans préavis, enfin, d’un environnement socio-économique dégradé.

POLITIQUE

Depuis l'indépendance de la République démocratique de Timor-Est intervenue une quinzaine d'années plus tôt (2002), la situation politique et sécuritaire demeure ténue. Les conditions de sécurité sont précaires (Casques bleus onusiens étaient déployés au Timor jusque fin 2012). En mars 2012, un scrutin présidentiel a été organisé, dans une atmosphère relative pacifique. Le 7 juillet 2012, ce fut au tour des élections législatives, à l’enjeu plus important (fonctions essentiellement honorifiques du Président de la république). Cependant, le 15 juillet 2012, des incidents violents intervenus à Dili entre sympathisants du Frente Revolucionaria de Timor-Leste (Fretilin) et forces de l’ordre (un mort ; de nombreux blessés) démontrèrent combien la situation restait sensible.

Au plan régional, le Timor oriental et l'Australie, après une décennie de contentieux sur leur frontière maritime, annonçaient en janvier 2017 l'annulation d'un traité controversé. Le Timor oriental demandait depuis des années le retrait du traité bilatéral (Certain Maritime Arrangements in the Timor Sea) de 2006, l'Australie s'y refusant. L'enjeu de ce différend de souveraineté est majeur, pour ce petit Etat exsangue notamment : en mer de Timor (laquelle sépare les deux pays) se trouvent d'immenses réserves de gaz naturel et de pétrole.

SOCIAL / ÉCONOMIE

En dépit d’une croissance économique vigoureuse ces dernières années (croissance du PIB + 4,3% en 2015), le risque de tensions sociales, du fait notamment d’un chômage élevé (20% de la population active) – et tout particulièrement chez les jeunes -, doit être considéré par les visiteurs lors de leur séjour, alors que près d’un foyer sur deux vit sous le seuil de pauvreté. Il est avisé de demeurer à l’écart des rassemblements de foule ou des bâtiments publics. Les zones frontalières sont également à éviter.

SÉCURITÉ

La situation économique dégradée a nourri le développement d’une certaine criminalité à Dili ; le risque reste modéré en-dehors de la capitale, sauf dans les régions de Bacau et Viqueque (risque de carjacking). Les ressortissants étrangers sont souvent ciblés en raison de leur richesse supposée ; faites profil bas et évitez l’étalage de biens de valeur. Ne vous déplacez jamais à pied seul et évitez tout déplacement de nuit.

RISQUES NATURELS

Le Timor se situe dans une zone de forte activité sismique ; des tremblements de terre peuvent intervenir à tout moment, comme ce fut le cas récemment au large des côtes (séisme de magnitude 6,6 le 20 décembre 2016).

SANTÉ

La situation sanitaire, passable, ne doit pas être négligée par les voyageurs. Les maladies diarrhéiques (y compris le choléra) ou transmises par une eau souillée (typhoïde, hépatite A) sont fréquentes, de même que la tuberculose. Le paludisme est endémique dans tout le pays, avec un risque accru de transmission en juillet-août et décembre-janvier. Les maladies transmises par les arthropodes sont courantes : la dengue, (transmission accrue d'octobre à mars), le chikungunya (transmission toute l'année et dans tout le pays) et l'encéphalite japonaise (risque accru de septembre à mars). Evitez tout contact avec l'eau douce en raison des risques de leptospirose et de schistosomiase.

Le Timor Est est touché par le virus Zika (maladie transmise par les piqûres de moustiques de type Aedes).

Enfin, à noter que les établissements médicaux sont peu nombreux à l'extérieur de Dili et qu’en cas de blessure ou d’accident graves, une évacuation sanitaire sera à considérer.

TRANSPORTS

Le voyageur étranger prendra en compte que les routes sont mal entretenues, les accidents fréquents, et qu’il est en conséquence déconseillé de rouler de nuit.  

DIVERS

On ne trouve des distributeurs de billets qu'à Dili et à Baucau (à trois heures de route de la capitale) ; l'usage des cartes de crédit n'est pas généralisé. Il est suggéré aux visiteurs d'être en possession d'espèces pour régler paiements et achats locaux. 

Climat

Le climat est tropical avec de faibles variations de températures et un niveau d'humidité élevé. Il y a deux saisons : la mousson humide, de novembre à mars, et la mousson sèche, d'avril à octobre.

Numéros utiles

Indicatif téléphonique: 670 Police: 723 06 86

Electricité

Voltage: 220 V ~ 50 Hz

Prises: