Retour

Rapports de pays

Togo Rapport de pays

Survol

INTRODUCTION

Un déplacement vers ce petit pays (7 millions d'habitants) d'Afrique de l'ouest ne devrait pas poser trop de désagréments au voyageur, grâce notamment à une situation sécuritaire globalement satisfaisantes.

CRIMINALITÉ

Le risque criminel est toutefois à prendre en compte au Togo, principalement dans la capitale Lomé. Des mesures de précaution doivent être suivies : ne pas porter sur soi d'objets de valeur, ne pas transporter d'importantes sommes d'argent, ne jamais résister en cas d'agression.

La criminalité dans la ville va de la petite délinquance de rue (pickpocketing, vols à l'arrachée, etc.), majoritaire, à une violence armée plus alarmante et en hausse. L'utilisation de couteaux, machettes, armes à feu est de plus en plus fréquente, souvent l'œuvre de gangs criminels transnationaux. Les ressortissants étrangers sont particulièrement visés en raison de leur richesse supposée. Il est recommandé d'être particulièrement vigilant le long des plages, du boulevard du Mono et sur les marchés, en particulier le Grand Marché. Le risque augmentant la nuit venant, il convient de ne pas circuler après la tombée du jour à pieds ou à moto.

Les cas de cambriolages armés (home-jacking) ou de vols de voiture violents (carjackings) ne sont pas rares, surtout la nuit. Une vigilance accrue est à adopter lors du retour au domicile. Des tentatives d'extorsion sous la menace d'armes blanches ont été signalées.

Par ailleurs, les autorités américaines recommandent la vigilance quant au risque d'enlèvement crapuleux et conseillent à leurs ressortissants de faire preuve de discrétion (réseaux sociaux), de protéger leurs informations personnelles et d'avoir recours à des moyens de transports fiables.

La cybercriminalité est en hausse dans le pays ; cela se manifeste notamment par des opérations de phishing (usurpation d'identité par l'accès aux emails), des escroqueries financières - avec des « chats » en ligne (arnaque aux sentiments), ou une demande d'argent (dans un cadre commercial ou une situation de détresse alléguée) en provenance notamment d'un particulier "rencontré" sur internet.  Il convient de ne pas verser la somme demandée et de prévenir les autorités diplomatiques. Ces escroqueries peuvent emporter d'importantes incidences financières pour les victimes.

Enfin, en raison du risque de piraterie prévalent dans le golfe de Guinée, la navigation de plaisance est formellement déconseillée au large des côtes togolaises, et ce malgré un dispositif de sécurité renforcé.

RISQUE SOCIO-POLITIQUE

Dans un registre politique, on notera le dynamisme de la vie politique togolaise et notamment de l'opposition. Cette dernière, réunie au sein du CAP 2015 (Combat pour l'alternance pacifique en 2015), organise de nombreuses manifestations pour demander la mise en place de réformes institutionnelles promises par le Président pendant sa campagne électorale en 2015. Gnassingbé est à la tête de l'Etat depuis 2005 et, en dépit des objections de l'opposition, s'est présenté pour sa réélection en 2015, battant le candidat de l'opposition Jean-Pierre Fabre, leader du CAP 2015.

De nombreux sit-in et manifestations organisés par l'opposition - ayant parfois dégénéré dans la violence - ont été organisés à Lomé et dans d'autres villes depuis août 2017. Les manifestations ont été le fait de divers groupes de l'opposition, dont le Parti national panafricain (PNP), le Combat pour l'Alternance Politique en 2015 (CAP 2015) et le Groupe des Six. Plusieurs milliers de personnes sont descendues dans les rues pour exiger la démission du président Gnassingbé. Au moins 16 personnes ont été tuées (environ 200 blessés) dans les manifestations. Les leaders de l'opposition ont exhorté le gouvernement à prendre des mesures concrètes pour faire face à ces tensions sociopolitiques. Le dialogue politique entre le gouvernement et la coalition de l'opposition a été initié le 19 février dans le but de résoudre la crise politique en cours.

Il est conseillé d'éviter les quartiers nord-est de Bé et Deckon à Lomé, lieux traditionnels de départ des manifestations de l'opposition.

Les autorités françaises recommandent de ne prendre aucun parti dans les débats ou conversations politiques et d'adopter un comportement discret et neutre.

Des protestations à caractère social susceptibles de devenir violentes sont également à anticiper. Par précaution, il convient de se tenir informé de l'évolution de la situation et de demeurer systématiquement à l'écart de tout rassemblement.

TERRORISME

La menace terroriste demeure très faible. Toutefois, l'Afrique de l'Ouest ayant été victime de diverses attaques (Côte d'Ivoire, Mali, Burkina Faso, etc.), les voyageurs doivent rester prudents, notamment dans les lieux touristiques fréquentés (hôtels de standing, restaurants, cafés et stations balnéaires). Les autorités britanniques considèrent que la menace est en hausse, en particulier contre leurs intérêts dans le pays, en raison de leur implication dans les conflits en Irak et en Syrie.

TRANSPORTS

Malgré un effort d'aménagement, le pays souffre dans son ensemble - à l'exception de Lomé - d'infrastructures routières obsolètes, insuffisantes et dégradées. Durant la saison des pluies (au nord, de mai à octobre, au sud, de mars à juillet et de septembre à octobre), les routes sont souvent impraticables.

Envisager un transport interurbain par la route peut s'avérer périlleux. Les coupeurs de route sont actifs, systématiquement armés et violents. Les carjackings sont fréquents sur les routes. Il convient de rouler avec les portes verrouillées et les fenêtres relevées.

La dangerosité des axes routiers est accrue par le non-respect du Code de la route par les usagers, le non-entretien des véhicules et l'absence de structures de soins. L'absence d'éclairage public et le défaut de signalisation font que tout trajet de nuit doit être banni. Tout accident de la circulation a fortiori s'il est mortel peut rapidement dégénérer en émeute. En cas d'accident, il convient de ne pas sortir du véhicule et de se rendre immédiatement au commissariat le plus proche.

En dehors des agglomérations, tous les déplacements doivent donc se faire de jour, en véhicule tout terrain (4x4) et préférablement en convoi, muni de réserves suffisantes en eau, en nourriture et en carburant ; il est conseillé de refuser l'essence proposée en dehors des stations-services, généralement illégale et de qualité douteuse. Il convient également de veiller à ce que le véhicule contienne des pièces mécaniques de rechange (roue, câbles, etc.) et dispose de moyens de télécommunication opérationnels.

Les déplacements à la frontière avec le Ghana sont à éviter.

Les transports publics dans la capitale, Lomé - dont les fameux «taxis-cyclomoteurs» appelés localement "zem", "zemidjans" ou "kekenons" - sont sujets à caution en raison de leur sécurité aléatoire. Tandis que les autorités françaises recommandent de porter un casque pour les utiliser, les autorités américaines déconseillent à leurs ressortissants de les emprunter.

Enfin, en raison du risque de piraterie dans le golfe de Guinée, la navigation de plaisance est formellement déconseillée au large des côtes togolaises, et ce malgré un dispositif de sécurité renforcé.

SANTÉ

Il est indispensable de souscrire en amont du départ une assurance maladie couvrant les soins à l'étranger ainsi que le rapatriement sanitaire, ce dernier étant fortement recommandé en cas de problème de santé grave ou présentant un caractère urgent.

Un certificat de vaccination contre la fièvre jaune est exigé à l'entrée du pays pour tous les voyageurs âgés de neuf mois et plus. Des cas de fièvre de Lassa ont été signalés dans le pays. Un antiviral est disponible pour la fièvre Lassa mais reste très inadapté à la situation du terrain. Concernant le paludisme, endémique au niveau national, il est impératif d'avoir recours à des mesures de protections individuelles contre les piqûres de moustiques et à un traitement médicamenteux adapté. On estime à un million le nombre de cas recensés entre 2014 et 2015.

Des cas de grippe aviaire ayant été identifiés sur le territoire, il est recommandé d'éviter tout contact avec les volailles et les oiseaux, c'est-à-dire de ne pas se rendre dans des élevages, ni sur les marchés aux volatiles.

L'eau courante n'est pas potable ; les maladies diarrhéiques sont chroniques au Togo. Il est donc indispensable de ne boire que de l'eau décontaminée ou en bouteille, de veiller à son alimentation et de se laver les mains plusieurs fois par jour.

Afin d'éviter tout risque de contamination parasitaire, il est recommandé d'éviter de se baigner ou de laver ses vêtements dans des eaux stagnantes. Il est formellement déconseillé de marcher pieds nus.

En outre, il est impératif de prendre toutes les mesures nécessaires pour se protéger du virus du Sida, lequel affecte une partie importante de la population adulte dans le pays.

Le vaccin contre la méningite est fortement conseillé, de nombreux cas étant répertoriés dans le pays. Le risque de méningite est particulièrement élevé au Togo, le pays se situant dans la « ceinture de la méningite », et ce, en particulier pendant la saison sèche de novembre à avril dans le nord et de novembre à février dans le sud.

Enfin, notons que les infrastructures hospitalières publiques sont insuffisantes et généralement peu fiables ; en cas de nécessité, il est préférable de se diriger vers des structures de soin privées, tout en privilégiant, dès que possible, l'évacuation vers un pays mieux pourvu en la matière.

RISQUES NATURELS

Les courants océaniques sont très puissants ; de nombreuses noyades sont recensées chaque année. Une vigilance particulière est requise lors de toute baignade.

Le risque d'inondations pendant la saison des pluies (au nord, de mai à octobre, au sud, de mars à juillet et de septembre à octobre) est à prendre en compte. En raison du manque d'infrastructures pour l'évacuation des eaux, les pluies torrentielles sont en général dévastatrices pour la population, l'environnement, les infrastructures et l'économie.

LÉGISLATION LOCALE

L'homosexualité est illégale et passible d'une amende ou d'une peine d'emprisonnement.

Les délits tels que la grivèlerie, la filouterie d'hôtel ou les dettes de toutes sortes sont passibles d'emprisonnement.

Il est interdit de photographier les bâtiments officiels (cf. emprises gouvernementales, nstallations militaires, aéroports).

Seules les cartes bancaires "VISA" sont utilisables pour les retraits d'argent ou pour les paiements.

Le permis de conduire français ou international est accepté pour un séjour n'excédant pas trois mois. Au-delà, il convient de solliciter la délivrance du permis de conduire togolais (coût : 15000 FCFA).

Climat

La saison des pluies s'étend d'avril à octobre dans le sud du pays, et d'avril à juin dans le nord. Entre le 15 septembre et le 15 octobre, la pluie refait brièvement son apparition. Le reste de l'année, le temps est sec sans être toujours ensoleillé, notamment lorsque l'harmattan, vent du désert, souffle. Le ciel est alors voilé. Le centre du Togo est plus frais, notamment aux abords du mont Klouto.

Numéros utiles

Indicatif téléphonique: 228 Police: 117 Pompiers: 118

Electricité

Voltage: 220 V ~ 50 Hz

Prises: