Retour

Rapports de pays

Yémen Rapport de pays

Content provided by
IHS Markit Logo

Risk Level

Low
Moderate
Elevated
High
Very High
Severe
Extreme

Survol

Sommaire exécutif

Depuis mars 2015, le Yémen est en proie à une guerre civile entre le Mouvement Houthi et le gouvernement internationalement reconnu, soutenu par les forces militaires saoudiennes. Malgré l'intérêt croissant des Saoudiens et des Houthis à mettre fin au conflit étant donné l'impossibilité d'obtenir une victoire militaire décisive, les perspectives d'un accord accéléré capable de mettre fin à la guerre civile sont faibles en 2019. Dans l'ensemble, les risques marins au Yémen sont actuellement graves, compte tenu de la guerre civile en cours. Ces risques varient considérablement d'un endroit à l'autre, en fonction de la faction qui contrôle chaque port et de la nature des combats dans la zone locale. Le principal risque pour les navires le long de la côte de la mer Rouge continue de découler de l'amélioration des capacités maritimes offensives et défensives du groupe militant Houthi, qui s'étend au-delà de la limite des 11 milles marins délimitant les eaux territoriales yéménites. Les principales cibles maritimes des attaques de missiles anti-missiles anti-missiles Houthi sont les navires de la coalition dirigée par les Saoudiens et les navires commerciaux battant pavillon des pays qui participent à la coalition.La persistance du vide sécuritaire au Yémen, l'érosion de l'autorité centrale et la fragmentation de l'armée yéménite devraient continuer à profiter à Al-Qaida dans la péninsule arabique (AQAP). Les principales bases d'opérations de l'AQAP sont dispersées à Abyan, Shabwa, Lahij, al-Bayda', Taiz et Hadramawt, où la coopération avec les tribus sunnites locales a permis au groupe de maintenir son influence malgré des revers militaires et une offensive continue menée par des forces locales soutenues par les EAU dans les provinces du sud.Pour 2019, l'économie du Yémen devrait croître d'environ 1,8 % grâce à un soutien financier accru de la part d'autres pays et à une production accrue d'hydrocarbures dans les gisements du sud du Yémen. Néanmoins, l'expansion est limitée par la poursuite de la guerre civile au Yémen, qui découragera l'investissement étranger, tandis que l'infrastructure productive a été détruite après plusieurs années de conflit. IHS Markit estime que le PIB du Yémen a presque diminué de moitié entre 2013 et 2018.
Last update: août 6, 2019

Perspectives opérationnelles

La guerre civile en cours est le principal obstacle à l'investissement au Yémen. Les entreprises étrangères qui entrent au pays doivent tenir compte des risques graves pour le personnel et les biens, bien que l'intensité de ces défis varie considérablement d'une province à l'autre, avec la possibilité d'un partage futur entre les principales zones à risque du Nord et du Sud. De graves obstacles opérationnels existent également sous la forme d'infrastructures médiocres et d'un réseau routier sous-développé et de mauvaise qualité.

Last update: mai 25, 2019

Terrorisme

Extreme

Depuis janvier 2018, les EAU ont intensifié leurs opérations dans le sud du Yémen afin de dégrader la présence de l'AQAP dans la région. Les efforts menés par les Émirats arabes unis ont suivi une double approche : premièrement, le rétablissement d'une certaine autorité dans les villes sous son contrôle et, deuxièmement, l'organisation d'opérations de nettoyage visant à déloger l'AQAP et à étendre progressivement la zone contrôlée par ses représentants locaux. Cependant, les attaques continues de l'AQAP contre les forces soutenues par les Émirats arabes unis montrent que l'environnement de risque reste fragile dans les provinces du sud, ce qui remet en question les allégations des Émirats arabes unis selon lesquelles leurs opérations antiterroristes ont considérablement dégradé les capacités des djihadistes.

Last update: juin 21, 2019

Criminalité

Compte tenu de la corruption endémique dans les forces de police et de sécurité du pays, de nombreux Yéménites préfèrent traiter avec les autorités tribales lorsqu'il s'agit de criminalité. Le pouvoir et l'influence des mécanismes tribaux sont plus courants dans le Nord que dans le Sud. Les autorités tribales gèrent leurs propres tribunaux tribaux, comme elles le font depuis des générations, où le droit tribal est utilisé pour statuer sur les affaires.

Le risque d'enlèvement, en particulier pour les travailleurs étrangers, est grave et est alimenté par les appels de l'AQAP à cibler les Occidentaux. Il est depuis longtemps courant que des membres de tribus armées dans des zones reculées ou dans des lieux publics de grandes villes comme Sanaaa ou Aden kidnappent ou volent des travailleurs expatriés pour en tirer un profit financier ou pour obtenir des services du gouvernement, tels que la libération de proches détenus. En général, les membres de la tribu sont apaisés par le gouvernement et les enlèvements se terminent pacifiquement. Néanmoins, les enlèvements au Yémen ont pris une tournure plus sinistre ces dernières années, les bandes criminelles enlevant des étrangers et tentant de les rançonner au gouvernement et aux acteurs internationaux, et même de les vendre à des affiliés d'Al-Qaida pour un profit substantiel. Auparavant, les personnes enlevées finissaient généralement par être libérées indemnes et, en ce qui concerne les coutumes tribales, elles étaient relativement bien traitées pendant leur détention.

L'insécurité s'est accrue dans tout le Yémen en raison de la guerre civile en cours. Les informations faisant état de pillages et de banditisme sont de plus en plus nombreuses à mesure que les forces de sécurité de l'État se retirent de leurs postes. Toutefois, la plupart des Yéménites sont bien équipés pour faire face aux pillards et aux actes de banditisme. En conséquence, malgré l'absence quasi totale de police, il n'y a pas eu de pillage généralisé dans les grandes villes du Yémen.

Cette situation risque de changer avec la détérioration de la situation et les sanctions internationales qui accompagnent la guerre, à mesure que les réserves alimentaires s'épuisent et qu'un nombre croissant de personnes sont forcées de se passer des produits de première nécessité.

Last update: juin 18, 2019

Risques de guerre

Le 16 décembre 2018, l'ONU a parrainé un accord de cessez-le-feu à Hodeidah entre la milice Houthi et le gouvernement légitime yéménite. L'accord a conduit à une suspension de facto de l'offensive de la coalition pour s'emparer de la ville portuaire, mais il n'a pas arrêté les combats entre les parties belligérantes dans la province de Hodeidah, Taiz, Ibb, al-Bayda, et Saada.

Last update: août 9, 2019

Stabilité sociale

Severe

Tant que les milices Houthi resteront à Sanaa, les protestations contre le mouvement risquent de se reproduire dans les villes yéménites, avec un risque élevé que les milices Houthi dispersent des rassemblements publics par la force meurtrière. Les manifestations comportent de graves risques de déclencher des affrontements localisés avec des partisans de Houthi impliquant des tirs d'armes légères, en particulier lorsqu'elles sont organisées dans le cadre de manifestations pro-Houthi. De même, le risque de manifestations économiques et de marches de protestation en faveur de l'indépendance dans les provinces du sud, en particulier à Abyan, devrait augmenter jusqu'en 2019.

Last update: juin 18, 2019

Risques pour la santé

Severe

Aucun certificat exigé.

Systématiquement

Hépatite A : la vaccination est disponible pour les enfants à partir de l'âge d'un an. Pour les personnes nées avant 1945, ayant passé leur enfance dans un pays en développement ou ayant des antécédents d'ictère, une recherche préalable d'anticorps sériques (Ig G) peut éviter une vaccination inutile.

Hépatite B : la vaccination est disponible pour les enfants à partir de l'âge de deux mois.

Diphtérie, tétanos, poliomyélite : le vaccin doit être mis à jour si nécessaire (rappel tous les dix ans).

En fonction de la durée et des modalités du séjour

Fièvre typhoïde : si le séjour doit se dérouler dans des conditions d'hygiène précaires (pour les enfants : à partir de l'âge de deux ans).

Rage : pour des séjours prolongés en situation d'isolement (pour les enfants : dès qu'ils sont en âge de marcher).

Pour les enfants : toutes les vaccinations incluses dans le calendrier vaccinal français devront également être à jour. Dans le cas d'un long séjour, le BCG est recommandé dès le premier mois et le vaccin rougeole-oreillons-rubéole dès l'âge de 9 mois.

Paludisme : chimioprophylaxie conseillée contre le paludisme : méfloquine (nom commercial : Lariam) ou doxycycline (nom commercial : Doxypalu).

Last update: avril 5, 2019

Transport

Severe

L'aéroport international El Rahaba (SAH) de Sanaa n'est ouvert qu'aux vols humanitaires et militaires bénéficiant des autorisations spécifiques. Il est, qui plus est, susceptible de fermetures intempestives à tout moment.

Les grands axes routiers sont goudronnés mais dangereux par temps de pluie et la nuit. Les axes secondaires ne sont pas asphaltés. Il est fortement conseillé de recourir à un chauffeur local. L'approvisionnement en carburant est très incertain.

Tout voyage s'effectuant par voie maritime à proximité des côtes yéménites est sujet aux attaques de pirates, lesquelles se soldent généralement par des prises d'otages, de plus en plus violentes. Le golfe d'Aden dans son ensemble demeure très exposé aux attaques et exactions diverses, un risque entretenu par la faiblesse structurelle des États avoisinants, Yémen compris. Plus récemment, différents navires émiratis et américains ont été pris pour cible par des missiles vraisemblablement tirés depuis des positions terrestres houthistes. Tant que les côtes n'auront pas été sécurisées, le risque demeurera. 

Last update: avril 5, 2019

Informations pratiques

Climat

La saison des pluies arrose le Yemen de mars à août sauf dans les zones désertiques du Nord et de l'Est. Sur les côtes, le climat est chaud et humide, difficilement supportable, en juillet et août. La période la plus clémente s'étend de décembre à février. Dans les reliefs, les températures sont tempérées, l'été est humide et l'hiver est sec. En haute altitude (2 000 mètres), les écarts de températures sont importants entre le jour et la nuit.

Numéros utiles

Indicatif téléphonique: 967
Police: 199
Police touristique à Sanaa: 00 967 1 226 623

Electricité

Voltage: 220/230 V ~ 50 Hz

Prises:

Last update: avril 5, 2019