Retour

Rapports de pays

Zambie Rapport de pays

Content provided by
IHS Markit Logo

Risk Level

Low
Moderate
Elevated
High
Very High
Severe
Extreme

Survol

Sommaire exécutif

La stabilité de la Zambie depuis le retour au multipartisme dans les années 1990 a été mise à l'épreuve depuis 2011 en augmentant les frictions entre le gouvernement dirigé par le Front patriotique (PF) et le principal parti d'opposition, le Parti uni pour le développement national (UPND). Le PF a remporté les élections de 2016, avec son adversaire le plus fort, l'UPND dirigé par Hakainde Hichilemma, contestant la victoire du Président Edgar Lungu au premier tour. Bien que l'IP soit arrivé au pouvoir sur une plate-forme populiste, il a adopté une position plus conciliante en matière de réformes économiques, notamment en ce qui concerne les redevances minières ; il est probable qu'il poursuivra la suppression progressive des subventions et une augmentation progressive des tarifs de l'électricité, ainsi que la poursuite des discussions avec le Fonds monétaire international en vue d'un renflouement.

Last update: septembre 4, 2018

Perspectives opérationnelles

Bien que le secteur minier demeure l'un des piliers de l'économie zambienne, l'accent est mis sur la diversification économique, notamment par l'agriculture et le développement des infrastructures. Les pénuries d'électricité, aggravées par la sécheresse et les précipitations, ont contribué aux difficultés opérationnelles. Après avoir renversé les augmentations des tarifs de l'électricité en 2016, le gouvernement s'est orienté vers une tarification reflétant les coûts, avec de nouveaux tarifs annoncés en 2017 pour attirer les investissements dans le secteur de l'énergie. Les mesures de conciliation dans le secteur minier comprennent des révisions de l'impôt sur les redevances.

Last update: juin 25, 2018

Terrorisme

Moderate

Aucun groupe d'insurgés n'est actif contre le gouvernement. Par le passé, un certain nombre de groupes rebelles des pays voisins, tels que les anciens conflits en Angola et en République démocratique du Congo, étaient connus pour avoir traversé le territoire zambien. Dans la province occidentale de la Zambie, le sentiment sécessionniste pose un risque de troubles civils sporadiques, notamment sous forme de protestations, d'émeutes et d'affrontements violents avec les forces de l'ordre.

Last update: juin 25, 2018

Risques de guerre

La guerre interétatique entre la Zambie et ses voisins est peu probable. Il y a eu des frictions sporadiques avec la République démocratique du Congo (RDC), comme des détentions de pêcheurs zambiens par les forces congolaises autour du lac Mweru. Le gouvernement zambien a lancé une unité marine pour la province de Luapula, dont l'objectif est de protéger les eaux territoriales et de s'attaquer à des problèmes tels que le franchissement illégal des frontières. L'insécurité et les protestations, telles que celles des transporteurs routiers de marchandises, y compris les pots-de-vin présumés en RDC et les incidents de harcèlement, ont conduit à des blocus temporaires et à la fermeture du poste frontière de Kasumbalesa, mais l'intervention militaire est peu probable.

Last update: juin 25, 2018

Stabilité sociale

High

La violence politique avec des nuances ethniques, qui se traduit par des combats localisés entre partisans rivaux et des affrontements avec la police, est un problème occasionnel, généralement à l'approche et immédiatement après les élections. Les frictions entre le gouvernement et l'opposition principale depuis les élections de 2016 se sont poursuivies jusqu'en 2017, entraînant des risques de protestation, y compris dans le cadre de l'arrestation du chef de l'UPND en avril 2017. Lusaka, la Copperbelt et la province du Sud restent les points chauds des troubles liés aux élections.

Last update: juin 25, 2018

Risques pour la santé

Severe

Un certificat de vaccination contre la fièvre jaune est demandé aux voyageurs âgés de plus d'un an arrivant en provenance ou ayant transité par des pays présentant un risque élevé de transmission de la fièvre jaune ainsi qu'aux voyageurs ayant été en transit plus de 12 heures dans un aéroport situé dans un pays présentant un risque élevé de transmission de la fièvre jaune.

Systématiquement

Hépatite A : la vaccination est disponible pour les enfants à partir de l'âge d'un an. Pour les personnes nées avant 1945, ayant passé leur enfance dans un pays en développement ou ayant des antécédents d'ictère, une recherche préalable d'anticorps sériques (Ig G) peut éviter une vaccination inutile.

Hépatite B : la vaccination est disponible pour les enfants à partir de l'âge de deux mois.

Diphtérie, tétanos, poliomyélite : le vaccin doit être mis à jour si nécessaire (rappel tous les dix ans).

En fonction de la durée et des modalités du séjour

Fièvre typhoïde : si le séjour doit se dérouler dans des conditions d'hygiène précaires (pour les enfants : à partir de l'âge de deux ans).

Rage : pour des séjours prolongés en situation d'isolement (pour les enfants : dès qu'ils sont en âge de marcher).

Pour les enfants : toutes les vaccinations incluses dans le calendrier vaccinal français devront également être à jour. Dans le cas d'un long séjour, le BCG est recommandé dès le premier mois et le vaccin rougeole-oreillons-rubéole dès l'âge de 9 mois.

Paludisme : chimioprophylaxie conseillée contre le paludisme : méfloquine (nom commercial : Lariam) ou doxycycline (nom commercial : Doxypalu).

Last update: janvier 28, 2014

Informations pratiques

Climat

Le climat est tropical avec trois saisons : de mai à août, la saison tempérée (10°C à 25°C) et sèche ; de septembre à novembre, la saison chaude (20° à 30°) et sèche ; de décembre à avril, la saison chaude (25° à 32°) et pluvieuse.

Numéros utiles

Indicatif téléphonique: 260
Police: 991

Electricité

Voltage: 230 V ~ 50 Hz

Prises:

Last update: février 3, 2014