Retour

Rapports de pays

Zimbabwe Rapport de pays

Content provided by
IHS Markit Logo

Risk Level

Low
Moderate
Elevated
High
Very High
Severe
Extreme

Survol

Sommaire exécutif

Le président Emmerson Mnangagwa a consolidé le pouvoir au sein du parti au pouvoir et du gouvernement depuis l'éviction de Robert Mugabe fin 2017. Le récent départ à la retraite et le redéploiement au service diplomatique de quatre généraux de haut rang constituent un effort pour éviter tout risque de coup d'État, d'autant plus que l'armée a été davantage sous l'influence du Vice-Président général Constantino Chiwenga que Mnangagwa lui-même. Le Zimbabwe a abandonné la législation sur l'indigénisation qui exigeait une propriété locale minimale de 51 % et s'est lancé dans un programme d'indemnisation des agriculteurs blancs qui ont perdu des terres en 2000. Cela s'est également traduit par la révision de la loi sur l'indigénisation et l'autonomisation en supprimant la participation locale maximale de 51 % dans toutes les entreprises, même si elle s'applique toujours aux entreprises extractives qui exploitent des diamants et du platine.Le 31 mai 2019, le Fonds monétaire international (FMI) a approuvé un programme contrôlé par les services du FMI pour le pays, qui n'implique aucun prêt, mais prévoit que le FMI jouera un rôle consultatif. L'une des principales préoccupations du FMI est la réduction du financement du déficit budgétaire par les banques centrales. Elle devrait également surveiller la privatisation des entreprises parapubliques, y compris TelOne et NetOne. La croissance du PIB du Zimbabwe devrait s'établir à 3,1 % en 2019, compte tenu de l'amélioration prévue des exportations. En décembre 2018, l'inflation a atteint 42,1 % et la Banque centrale du Zimbabwe a déclaré que le déficit de la balance courante s'est creusé pour atteindre 1 029 milliards de dollars en 2018, contre 286,2 millions en 2017. La position plus forte de Mnangagwa renforce celle de son ministre des Finances, le professeur Mthuli Ncube, qui a pour objectif de réduire drastiquement les dépenses publiques en salaires. Depuis son entrée en fonction, Ncube a été sévèrement critiqué pour la mise en place d'une taxe de 2% sur toutes les transactions financières électroniques introduite le 1er octobre 2018, dans le but de lever 2 milliards USD de recettes supplémentaires et de réduire le déficit budgétaire qui s'élevait à 2,5 milliards USD en novembre 2018.
Last update: juin 5, 2019

Perspectives opérationnelles

Le parti au pouvoir, la ZANU-PF, a axé ses perspectives politiques sur l'indigénisation et a annoncé des mesures visant à stimuler la valorisation locale dans les secteurs agricole et minier. La possibilité d'une modération progressive des politiques a été soulevée par les défis économiques actuels et alors que les autorités cherchent à obtenir un plus grand réengagement international, y compris avec le Fonds monétaire international. Néanmoins, l'incertitude politique sous la nouvelle administration devrait continuer à décourager les investissements importants. Les plans de développement de l'infrastructure décrits dans le plan économique de la ZimAsset de la ZANU-PF et dans le budget de 2018 risquent d'être touchés par les défis liés aux immobilisations.

Last update: juin 18, 2019

Terrorisme

Moderate

Aucun grand groupe armé non étatique organisé n'est actif contre le gouvernement. Au lieu de cela, le Zimbabwe est confronté à la violence politique de l'opposition, qui sera exacerbée par les demandes de réforme électorale et par la criminalité liée aux difficultés socioéconomiques. Les centres urbains tels que Harare et Bulawayo et les régions rurales des provinces de Manicaland, Masvingo et Mashonaland East sont identifié comme centre violents. Un grand nombre de réfugiés aux postes frontaliers internationaux augmenterait le risque de retards et d'insécurité le long des principaux itinéraires transfrontaliers, comme le poste frontière de Beitbridge avec l'Afrique du Sud.

Last update: juin 26, 2018

Criminalité

Bien que le taux de criminalité soit inférieur à celui de certains pays voisins comme l'Afrique du Sud, il a augmenté au Zimbabwe ces dernières années. Les crimes comprennent les vols à main armée, souvent commis à l'aide d'armes à feu. Les crimes mineurs comprennent les vols avec agression et les vols à la tire dans les centres urbains tels que Harare et Bulawayo, tandis que les vols de voitures et les vols qualifiés sont des risques dans les grandes villes. Dans la capitale Harare, par exemple, des vols ont été signalés ces dernières années le long de Seke Road, ainsi qu'à proximité des carrefours de Beitbridge et de la route entre Harare et Masvingo. Le braconnage d'espèces sauvages, le trafic de drogue et le trafic d'êtres humains et, par exemple, la contrebande de minéraux et de cigarettes sont d'autres menaces criminelles.

Last update: juin 19, 2019

Risques de guerre

Des affrontements violents entre États entre le Zimbabwe et ses voisins sont peu probables. Les rassemblements de campagne politique organisés par la ZANU-PF, ainsi que par le Mouvement pour le changement démocratique au Zimbabwe (MDC-T), augmentent le risque de combats entre les membres du parti adverse ou entre les citoyens et les forces de sécurité. Des affrontements sont susceptibles d'avoir lieu dans les principales villes telles que Harare ou Bulawayo, ce qui augmente le risque de blessures pour les expatriés de passage, de dommages aux biens dans la rue et de fermeture des routes.

Last update: juin 26, 2018

Stabilité sociale

Very high

Les protestations intermittentes et spontanées organisées en réponse aux hausses de prix devraient se poursuivre dans la perspective d'un an. Les affrontements violents avec la police de sécurité sont susceptibles d'augmenter le risque de blessures pour les passants expatriés, de dommages aux biens commerciaux dans les grandes rues et de perturbation des réseaux routiers dans les principales villes.

Last update: juin 19, 2019

Risques pour la santé

Severe

Un certificat de vaccination antiamarile est exigé à l'entrée du pays pour les voyageurs en provenance d'une zone endémique.

Systématiquement

Hépatite A : la vaccination est disponible pour les enfants à partir de l'âge d'un an. Pour les personnes nées avant 1945, ayant passé leur enfance dans un pays en développement ou ayant des antécédents d'ictère, une recherche préalable d'anticorps sériques (Ig G) peut éviter une vaccination inutile.

Hépatite B : la vaccination est disponible pour les enfants à partir de l'âge de deux mois.

Diphtérie, tétanos, poliomyélite : le vaccin doit être mis à jour si nécessaire (rappel tous les dix ans).

En fonction de la durée et des modalités du séjour

Fièvre typhoïde : si le séjour doit se dérouler dans des conditions d'hygiène précaires (pour les enfants : à partir de l'âge de deux ans).

Rage : pour des séjours prolongés en situation d'isolement (pour les enfants : dès qu'ils sont en âge de marcher).

Pour les enfants : toutes les vaccinations incluses dans le calendrier vaccinal français devront également être à jour. Dans le cas d'un long séjour, le BCG est recommandé dès le premier mois et le vaccin rougeole-oreillons-rubéole dès l'âge de 9 mois.

Paludisme : chimioprophylaxie conseillée contre le paludisme : méfloquine (nom commercial : Lariam) ou doxycycline (nom commercial : Doxypalu).

Last update: avril 5, 2019

Risques naturels

Very high

Des inondations pendant la saison des pluies (Novembre à Février) peuvent se produire et rendre certaines routes impraticables.

Last update: avril 5, 2019

Transport

Elevated

Les accidents de la route représentent un danger sérieux pour les voyageurs au Zimbabwe ; les véhicules sont souvent bondés et les routes étroites. Les grands nids de poule peuvent également provoquer des dérivations de conducteurs roulant à grande vitesse. En raison d'une mauvaise maintenance et de coupures de courant fréquentes, certains feux de signalisation ne sont pas fonctionnels. Les conducteurs locaux utilisent souvent des feux de détresse dans les intersections avec des feux de circulation défectueux. La police zimbabwéenne est principalement financée par des amendes perçues lors des barrages routiers et souvent attire les conducteurs pour percevoir des amendes au comptant pour infraction au trafic.

À noter qu'il est considéré comme une offense de continuer à rouler lorsque le convoi du président emprunte la même route, quel qu'en soit le côté. Il est conseillé de se garer sur le bas-côté et d'attendre que le convoi passe ; un certain nombre de cas ont été signalés sur les forces de sécurité qui agressaient des individus pour ne pas s'être arrêté assez tôt.

Last update: avril 5, 2019

Infrastructures

Enfin, la pénurie de nourriture, de carburant, de courant, de produits médicamenteux, reste le lot de plusieurs centaines de milliers d'individus (en zones rurales notamment). Régulièrement, en saison sèche (mai-octobre), les coupures de courant sont nombreuses et longues en raison de la baisse du niveau de l'eau du fleuve Zambèze, alors que l'électricité provient majoritairement de l'énergie hydraulique. Les réseaux de téléphonie, à la fois mobile et fixes, sont peu fiables.

Last update: avril 5, 2019

Informations pratiques

Climat

Le climat est tempéré par l'altitude. Le Zimbabwe est en effet principalement constitué de plateaux. L'hiver (mai à octobre) est chaud et ensoleillé le jour mais frais la nuit. Le Lowveld et la vallée du Zambèze sont plus chauds et humides. L'été (novembre à avril) est pluvieux avec des averses souvent violentes mais brèves. L'humidité est étouffante.

Numéros utiles

Indicatif téléphonique: 263
Police: 995
Urgences: 999
Ambulances: 994 (seulement Harare)

Electricité

Voltage: 220 V ~ 50 Hz

Prises:

Last update: avril 5, 2019